Hôpital public : en 2020, les salaires ont augmenté de 5,9%

En 2020, les agents de la fonction publique hospitalière (FPH) ont perçu en moyenne 2463 euros nets par mois en équivalent temps plein, indiquent les dernières données de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques). 

Hôpital public : en 2020, les salaires ont augmenté de 5,9%

© ShutterStock

Cette moyenne prend en compte tous les salariés des hôpitaux et établissements médico-sociaux publics, qu'ils soient fonctionnaires, contractuels ou personnels médicaux. Le revenu de ces salariés a augmenté de 5,9% en euros constants sur un an , 2020 ayant été marquée par une prime exceptionnelle Covid-19 et par la montée en charge de mesures prévues dans les accords du Ségur de la santé pour certaines catégories de personnel (+90 euros net/mensuel en septembre 2020, porté à 183 net en décembre)

La hausse du salaire net moyen est aussi expliquée par la poursuite, en 2020, du protocole relatif aux parcours professionnels, aux carrières et aux rémunérations (PPCR) pour les fonctionnaires

Il s'agit de la plus forte croissance en plus de 10 ans, illustre un graphique du rapport. 

Le salaire net moyen des personnels médicaux moins augmenté que celui des autres salariés de la FPH

En 2020, indique la Drees, les contractuels ont perçu en moyenne 1822 euros net par mois en équivalent temps plein, soit 8,5% de plus qu'en 2019 (en euros constants). 


Les contractuels ayant un salaire en moyenne moins élevé que celui des autres agents de la FPH, l'effet des mesures de revalorisation salariale et du versement de la prime exceptionnelle "Covid-19" est particulièrement fort pour ces agents, note la DREES. 

À l'inverse, le salaire net des personnels médicaux, en moyenne plus élevé, a augmenté plus modérément (+2,6%) à 5870 € par mois en 2020, malgré la revalorisation à l'automne de l'indemnité d'engagement de service public exclusif (IESPE) perçue par certains d'entre eux. 

Les disparités salariales se réduisent..

Autre donnée, et non des moindres : la moitié des salariés de la FPH ont perçu un salaire net en équivalent temps plein inférieur à 2119 euros par mois. En bas de l'échelle, les 10% de salariés les moins rémunérés ont perçu un salaire net mensuel d'au plus 1600 euros. En haut de l'échelle, les 10% les mieux rémunérés ont gagné, au moins, 3400 euros. 

...mais, à profil égal, les femmes perçoivent toujours moins que les hommes

Le salaire moyen d'une femme dans la FPH s'est élevée en moyenne à 2344 euros par mois, soit 19,1% de moins que celui des hommes (2896 euros). 

Cet écart, en baisse de 1,5 point sur un an, traduit principalement des répartitions différentes des femmes et des hommes selon les métiers (catégorie hiérarchique, statut, filière d'emploi). Ainsi, alors que 78% des agents de la FPH sont des femmes, elles ne représentent que 52% des personnels médicaux, mais 89% des aides-soignants. 

A statut donné, les écarts salariaux entre les femmes et les hommes sont de fait plus réduits, explique la Drees. Mais il persistent : les femmes gagnent 1,3% de moins parmi les fonctionnaires, 7,6% de moins parmi les contractuels. L'écart culmine à 12,5% au sein des personnels médicaux, les femmes étant notamment plus jeunes dans cette catégorie. 


Au total, à statut, âge, grade, catégorie hiérarchique et type d'établissement identiques, les femmes ont perçu 3,4 % de moins que les hommes, un écart en légère diminution par rapport à 2019. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
441 rq / 7,646 sec