Hôpital : Olivier Véran propose six milliards pour les salaires du personnel non-médical

Le ministre des solidarités et de la santé entend mettre sur la table une enveloppe de 6 milliards d'euros pour les revalorisations salariales du personnel non-médical. Cette somme concernerait le public et le privé. 

Hôpital : Olivier Véran propose six milliards pour les salaires du personnel non-médical

Mobilisation du 16 juin 2020 © M.S / ActuSoins.

Le chiffrage était très attendu. Un mois après le lancement du "Ségur de la santé, il a enfin été dévoilé : hier, Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé, a évoqué la somme de 6 milliards d'euros pour la revalorisation salariale des soignants, à partager entre hôpitaux et Ehpad publics, mais aussi, pour partie, avec le secteur privé. 

La proposition du ministre est d'aboutir à un projet d'accord "la semaine prochaine". L'objectif est d'aboutir à une signature à la mi-juillet. 

Enveloppe "insuffisante", estiment certains syndicats

Interrogée par l'agence de presse APMnews, Ophélie Labelle, membre de la commission exécutive fédérale de la CGT action sociale, a estimé que cette enveloppe était "loin d'être suffisante". 


"Nous avons réaffirmé nos revendications d'une revalorisation de 300 euros dans un premier temps, ce qui correspond à peu près à 85 points d'indice, et d'une revalorisation des grilles dans un second temps", a-t-elle rapporté. "Or les annonce ne sont pas du tout au niveau de ce que l'on aurait pu attendre". 

Même son de cloche du côté de la fédération SUD santé-sociaux, qui a quitté le Ségur. "Il ne se passera décidément rien d'autre au Ségur de la santé qu'un enterrement de deuxième classe pour les promesses présidentielles formulées dans la panique de la crise", estime la fédération dans un communiqué. 

Côté Unsa, le constat est similaire. "Nous espérons que le montant annoncé sera évolutif car il ne correspond pas aux attentes", explique Jean-Claude Stutz, secrétaire national adjoint de l'Usa santé-sociaux, cité lui aussi par l'APM. 

"Le deuxième coup de massue nous a été porté par l'annonce que l'enveloppe concernera autant le public que le privé. Il ne s'agit plus d'un million d'agents, mais de 2 millions, ce n'est plus la même échelle", a-t-il ajouté. 

Nouvelles mobilisations le 30 juin et le 14 juillet

Les principaux syndicats de la fonction publique (CGT, FO, SUD, UNSA) et les collectifs de soignants ont appelé à une nouvelle mobilisation le 30 juin. 

Une autre mobilisation est aussi envisagée le 14 juillet, indique la fédération Sud Santé-Sociaux dans son communiqué. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

6 réponses pour “Hôpital : Olivier Véran propose six milliards pour les salaires du personnel non-médical”

  1. Haccoun dit :

    Je travaille dans le public APHP nous ne devons pas opposer les soignants du public à ceux du privé mais bien de trouver des moyens pour tous à hauteur de nos compétences de notre investissement de nos responsabilités si l état a pu trouver des milliards pour sauver la crise économique 550 millards il doit pouvoir faire de même pour sauver notre système de santé et éviter une nouvelle crise sanitaire

    Répondre modéré
  2. Kos dit :

    Je réponds à Ide ..travaillant dans le privé j’affirme que nous payons le moitié de la cotisation mutuelle chaque mois et que certaines boîtes n’ont pas de participation bénéfice car ils investissent régulièrement et le concernent après 35 de travail mon salaire n’a pas bouge depuis le seuil des 15 ans d’ancienneté …pas de prime de chaussure ni rien d’autres ni prime Weil … je suis tous les jours face aux malades ou porteurs covid et pour moi pas de prime Macron .😥.si personne n’oblige l’employeur de revaloriser les salaires il ne le fera pas …pourquoi d’ailleurs ..

    Répondre modéré
  3. modere dit :

    quelle idée de stigmatiser les infirmières du privé, je connais bien le privé et le public chez nous 3 infirmères pour 30 patients dans le service chirurgie de l’hôpital public, alors que dans le service de chirurgie de l’hôpital privé 1,5 infirmière pour 30 patients de chirurgie
    dans l’hôpital privé l’infirmière gagne 200 euros de moins
    il ne faut pas dire n’importe quoi l’hôpital privé est aussi financé par la sécu par contre l’hôpital privé contrairement à l’hôpital public ne peut pas se permettre d’avoir un déficit de plusieurs millions d’euros parce que sa gestion serait désastreuse ( contrairement à l’hôpital public)

    Répondre modéré
  4. Ide dit :

    Je ne vois pas au nom de quoi la revalorisation salariale des infirmiers du secteur privé devrait financée par de l argent public. Les établissements privés font des bénéfices colossaux et cela reste un choix visant la rentabilité que de rémunérer à minima leur personnel. Quand aux avantages des salariés du public, je serais curieuse de savoir de quelle nature ils sont… dans le privé, la mutuelle est payée par l employeur, il y a une participation aux bénéfices etc… S agissant de nos conditions de travail, je ne crois pas qu elles soient enviables. Confraternellement

    Répondre modéré
  5. Loulou dit :

    Ce n’ est que justice que le privé puisse bénéficier de cette revalorisation.reste a en connaître les conditions exceptions… D autant plus que le public est mieux rémunéré bénéficie d avantages non monétaire et de conditions de travail moins difficiles.tout ça pour le même diplôme les mêmes obligations…et je rajoute la Fake news largement diffusée dans les médias laissant entendre que l hôpital veille sur la santé des Français.

    Répondre modéré
  6. alerte dit :

    il faut réformer l’hôpital et je vais parler de ce que je connaît c’est à dire le service infirmier

    il faut supprimer les directeurs de soins ils ne servent à rien et font doublon avec les DRH

    il faut supprimer les cadres supérieurs de santé ( une fois qu’ils sont nommés ils ronronnent) à la place on garde les cadres de santé à qui on attribue des missions ( une fois que la mission est terminée on leur en donne une autre) ils sont payés en fonction de leur mission

    ce système de gouvernance permet de gagner de l’argent ( salaires ds+cs) argent dont on se sert pour embaucher des IDE et AS

    pour les médecins ok pour 10000 euros en fin de carrière mais avec une obligation d’activié

    un cadre de santé qui défend l’efficacité

    Répondre modéré

Réagir à cet article

retour haut de page
635 rq / 1,266 sec