Pratique avancée infirmière : une nouvelle revue pour une nouvelle profession

Alors que les premiers infirmiers en pratique avancée exercent depuis un an maintenant, une revue professionnelle trimestrielle dédiée à ces professionnels voit le jour en octobre. Le point avec Julie Devictor, sa rédactrice en chef, par ailleurs IPA, doctorante en santé publique et présidente du CNP IPA.

Pratique avancée infirmière : une nouvelle revue pour une nouvelle profession

photo d'illustration. © Shutterstock

ActuSoins. La presse professionnelle infirmière foisonne de titres, appartenant à différents groupes de presse, ou parfois même indépendants*. Comment est née l’idée de la Revue de la pratique avancée et à qui s’adresse-t-elle ?

Julie Devictor. L’idée est venue de l’éditeur Edimark, qui édite différentes revues de presse de médecine spécialisée.

Les IPA représentent un sujet majeur aujourd’hui et jusqu’à présent, aucune revue ne s’était vraiment emparée de ce sujet.


Nous nous adressons non seulement aux IPA et aux étudiants IPA, mais aussi aux autres acteurs de la santé, impliqués dans cette pratique : infirmiers en soins généraux et spécialisés, cadres, médecins, directeurs de soins et d’établissements de santé… L’idée est d’informer sur l’actualité des IPA sur la recherche et sur les pratiques.

Cas cliniques, recherche, concepts, actus, etc. : les articles de votre revue sont rédigés par les professionnels de santé eux-mêmes. Votre ligne éditoriale est claire : accompagner le déploiement de la pratique avancée et donner la parole aux principaux concernés …

En effet, et chacun pourra y piocher ce qui lui semble intéressant. Nous avons ainsi créé différentes rubriques qui répondent aux différents besoins d’information.

Il y a de la théorie avec la rubrique "concept", des outils pratiques au service de l’utilisation de données de recherche ou au service du développement des compétences, de la comparaison internationale avec la rubrique « internationale », des regards croisés entre professionnels, des cas pratiques, ainsi qu’une tribune qui permet à un auteur IPA de s’indigner ou de promouvoir quelque chose. A titre d’exemple, dans le numéro 1, la tribune donne la parole à Loriane Saliège, qui défend l’idée d’une ouverture de la pratique avancée dans le domaine gérontologique.

Rémunération pas la hauteur des attentes, médecins de ville souvent réfractaires à l’idée de confier des patients à un IPA libéral : les freins au déploiement des IPA sur tout le territoire et dans les secteurs d’activités semblent majeurs aujourd’hui…

C’est le cas et la revue vise aussi à convaincre tous les acteurs de santé de notre expertise et de notre utilité.

En ville, les IPA libérales souffrent de « non adressage » par les médecins traitants. Nous souhaiterions donc bénéficier d’un accès direct au patient et en premier recours pour certaines activités comme la prévention.

D’autres freins techniques et administratifs sont présents :  des difficultés pour se faire enregistrer auprès des caisses ou de l’ONI, pour pouvoir prescrire par exemple.

A l’hôpital, les grilles statutaires sont sorties en mars, mais on attend toujours l’arrêté du concours sur titre. De fait, aucune IPA n’est vraiment considérée comme telle dans les CH. Par ailleurs, les protocoles d’organisation dans les services sont fastidieux à mettre en place.

En revanche, nous trouvons qu’en pratique, le déploiement des IPA fonctionne dans les centres de santé et dans les réseaux Asalée : l’habitude d’une collaboration médecins-infirmiers y est ancrée, la mise en place des IPA dans ces structures a relevé d’une simple continuité.

Quels sont les évènements à venir dans l’actualité des IPA  ?

Les acteurs de la pratique avancée infirmière devraient normalement se réunir fin octobre pour reprendre les discussions sur une ouverture possible d’une mention « Urgences » pour les IPA.

Par ailleurs, un certain nombre d’acteurs devraient constituer un comité de suivi de l’implantation de la pratique avancée, ce qui devrait faire évoluer la situation et permettre de lever les freins au blocage du déploiement des IPA.

Propos recueillis par Malika Surbled, rédactrice en chef d'ActuSoins.com

Je m'abonne à la newsletter

*C'est le cas d'ActuSoins, ndlr

ActuSoins parle des Infirmiers en pratique avancée ! Pour en savoir plus, lire : 

IPA : qu'il est dur de faire son trou! (abonnés, numéro 38 d'ActuSoins Magazine, septembre 2020)

Infirmier en pratique avancée : une nouvelle profession en marche (décembre 2018)

Une quatrième mention, relative à la psychiatrie et à la santé mentale s'est ouverte (août 2019)

ANFIPA : « Aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Une société savante pour les IPA (janvier 2020)

UNIPA : un syndicat pour les infirmiers en pratique avancée (mai 2019)

IPA : Un tremplin pour la recherche (décembre 2018)

IPA : la question de l’expérience professionnelle (décembre 2018)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
299 rq / 1,223 sec