Le SNIIL demande une extension du droit infirmier à vacciner

Par voie de communiqué, le Sniil (Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux) réitère sa demande d’extension des compétences des infirmiers en matière de vaccination. C’est « urgent », estime-t-il.

Le SNIIL demande une extension du droit infirmier à vacciner

© ShutterStock

Une avancée pour les infirmiers et puis… plus rien. C’est ce que regrette le Snill, l’un des trois syndicats représentatifs des IDEL, quand il communique sur le droit infirmier à vacciner.

« Sans aucune explication, la Haute autorité de santé (HAS) a décidé, cet été, de suspendre les travaux consacrés à l’extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccination », explique le SNIIL.

En 2018, un volet de la question avait en effet été réglé par un décret accordant aux infirmiers – mais aussi aux pharmaciens dans le cadre d’une expérimentation, au grand dam des syndicats IDEL – de vacciner contre la grippe toute personne majeure pour laquelle cette vaccination est recommandée, y compris dans le cadre d’une primo-vaccination (à l’exception des personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’olvabumine ou à une vaccination antérieure).


Le syndicat réclame davantage : les infirmiers libéraux « ne peuvent vacciner contre la grippe de façon autonome qu’une seule partie de la population (personnes âgées, malades chroniques », regrette-t-il. « Pourtant, la campagne de vaccination antigrippale commençant mi-octobre en métropole est jugée comme très importante cette année de pandémie Covid-19 ».

Pour rappel, pour les autres vaccins,  les infirmiers peuvent vacciner la population générale sur prescription médicale.

Des besoins majorés par le contexte épidémique du Covid-19

Dans un contexte d’épidémie et de crise sanitaire, « les 123 000 infirmières et infirmiers libéraux ne pourront pas utiliser leurs compétences à leur juste valeur dans une future campagne de vaccination rapide et massive contre le Covid-19 », regrette aussi le Sniil.

Alors que le nombre de personnes à vacciner contre le Covid-19 au niveau national sera compris entre 6,8 millions (pour garantir le maintien des besoins vitaux de fonctionnement du pays) et 53 millions (si l’objectif est de réduire la contamination), selon une estimation de la HAS, le Sniil, s'appuyant sur un rapport du Conseil scientifique, estime que les infirmiers libéraux pourraient avoir un rôle à jouer.

« Il sera indispensable, selon le conseil scientifique Covid-19, de réaliser la vaccination anti covid-19 ‘’au plus près des personnes concernées’’ notamment par un infirmier […] ce qui nécessitera, selon le même Conseil ‘’une évolution des textes concernant la prescription et la réalisation de l’acte vaccinal’’ afin ‘’d’alléger le circuit de vaccination (ordonnance, achat du vaccin, injection)’’, rappelle le SNIIL.

Par ailleurs, estime le syndicat, les infirmiers libéraux sont « les professsionnels de santé les plus proches de la population ». Ils ont ainsi « l’influence la plus importante auprès de la population âgée dans le processus d’acceptation de la vaccination, ce qui pourrait être déterminant dans la tenue des futures campagnes de vaccination ».

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
644 rq / 1,698 sec