Covid-19 : tous les indicateurs confirment une augmentation des cas et des clusters

La semaine dernière, l'augmentation du nombre de cas confirmés, du taux d'incidence hebdomadaire et du nombre de de s'est poursuivie, a indiqué Santé Publique France dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire. 

© Horth Rasur / Shutterstock

L'augmentation du nombre de nouveaux cas de Covid-19 s'est intensifié avec 16 747 cas enregistrés en semaine 33, soit une augmentation de 43% par rapport à la semaine précédente.

Le taux de positivité était également en forte progression (+42%) alors que le nombre de personnes testées demeure stable. La progression actuelle de l'épidémie correspond à un temps de doublement des cas de 17 jours pour la période semaine 28-semaine 33. 

Le taux d'incidence était la semaine dernière de 24,2 cas/100 000 habitants. L'augmentation concernait l'ensemble des classes d'âge et toujours plus particulièrement les 15-44 ans notamment chez les jeunes de 15-25 ans. Néanmoins, une augmentation est également observée chez les personnes âgées de plus de 65 ans. 


Augmentation des hospitalisations

En milieu hospitalier, pour la deuxième semaine consécutive, une légère augmentation (+8%) du nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 a été observée. 

Cependant, depuis 4 semaines, le nombre hebdomadaire de nouvelles hospitalisations pour covid-19 est en augmentation.

Depuis juillet, Santé Publique France note une augmentation de la part des moins de 40 ans parmi l'ensemble des patients hospitalisés (8% de la semaine 9 à la semaine 27 VS 18% de la semaine 28 à la semaine 33). Cette augmentation est également observée pour les nouvelles admissions en réanimation (7% Vs 13%).

L'incidence continue également de progresser chez les personnes âgées de 75 ans et plus. Bien que le nombre d'épisodes signalés de Covid-19 par les établissements médico-sociaux (incluant les ) soit limité, leur nombre est en augmentation depuis plusieurs semaines.

Nette augmentation des clusters en Ehpad

Pour la première semaine depuis début juin, le nombre de clusters signalés est en nette augmentation dans les Ehpad. "Une grande vigilance doit être maintenue dans ces établissements compte tenu de la fragilité de cette population dans laquelle survient le plus grand nombre de décès dus au SARS-COV-2", indique Santé Publique France. 

Recours plus rapide aux tests

Les données recueillies par la Cnam ont montré que la quasi-totalité des dossiers des nouveaux cas et des nouvelles personnes contacts à risque ont été traités en semaine 33 (96% des cas et 99% des cas contacts). Le délai moyen de diagnostic des cas symptomatiques a continué de diminuer : il est passé de 4,5 jours début juillet à 3 jours la semaine dernière. 

"Cette évolution suggère un recours plus rapide aux tests pouvant être un lien avec une facilité d'accès à être testé (sans prescription)", indique Santé Publique France. 

Constat "préoccupant"

Les données sur l'activité de suivi des contacts collectées par la Cnam montraient une augmentation des nombres de cas et de personnes contacts à risque identifiés par cas. 

"Ce constat est préoccupant dans une situation de reprise de l'épidémie associée à une augmentation des clusters qui laisse supposer que le nombre de personnes-contacts à risque par cas non identifiées est important. Cette situation pourrait refléter une moins bonne compliance des cas à transmettre la liste et coordonnées de leurs contacts", remarque Santé Publique France. 

Le nombre de reproduction effectif (R effectif) calculé sur des données virologiques est resté supérieur à 1 en France métropolitaine (Reff= 1,34); celui calculé à partir des données de passages aux urgences était cette semaine significativement supérieur à 1 avec Reff estimé à 1,11. "Lorsque le R effectif est significativement supérieur à 1, ceci signifie que l'épidémie est en progression". 

Au niveau régional, les deux estimations de R effectif étaient simultanément significativement supérieures à 1 en Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

En Ile-de-France, l'accélération de la circulation du virus se confirme par la hausse de tous les indicateurs virologiques. Les classes d'âge, les plus concernées par cette augmentation étaient les 10-40 ans. 

Rédaction ActuSoins

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
648 rq / 1,581 sec