Crise sanitaire : l’adaptation constante des infirmiers

La crise sanitaire a entraîné de profondes modifications dans l’organisation des soins. Deux infirmières, l’une libérale, l’autre salariée, reviennent sur les changements engendrés dans leur quotidien.

Crise sanitaire : l’adaptation constante des infirmiers« Pour le moment, nous n’avons pas encore beaucoup de recul sur les changements qui ont été opérés au sein du service, souligne Chloé Lecordier, infirmière en hôpital de jour en oncologie, spécialisée en hématologie, au CHU de Nantes. Et actuellement, nous fonctionnons toujours avec cette organisation particulière mise en place avec la crise sanitaire. »

Au sein de cet hôpital de jour, les équipes soignantes accueillent des patients à la journée, immunodéprimés, donc très fragiles. Pendant la crise, le service a été confronté à une problématique qui l’a contraint à se réorganiser en profondeur. « Nous avons commencé à recevoir de plus en plus de patients avec de la fièvre, raconte Chloé Lecordier. Le problème, c’est que même hors crise sanitaire, les patients que nous recevons dans le service peuvent être amenés à avoir de la fièvre. La prise en charge a donc commencé à se compliquer car nous installons habituellement les patients en chambre double, mais nous n’étions pas en capacité de savoir qui, dans le cas présent, était potentiellement porteur de la Covid-19. »

Les externes en médecine, dans un premier temps renvoyés chez eux, ont été appelés en renfort pour mener un questionnaire de triage à l’entrée du service et prendre la température des patients. « En cas de suspicion, nous allions à l’entrée du service pour tester les patients, indique l’infirmière. Puis, comme nous avons aménagé un bureau à l’entrée pour les patients suspects, nous les prenions en charge dans cette pièce, pour leur traitement chimiothérapique sous cutané. »

Cette organisation a compliqué la surveillance des patients mais a permis d’éviter la présence de deux patients dans une chambre double et les risques de contamination associés.


Un accompagnement à chaque instant

Par ailleurs, avec la crise sanitaire, les services ont en majorité interdit l’accompagnement des patients, aussi bien par les familles que par les ambulanciers, qui, en temps normal, sont d’un grand soutien. « Nous avons donc dû dédier une partie de notre travail à cet accompagnement afin notamment de rassurer les patients, de répondre à leurs questionnements », indique l’infirmière.

D’autant plus que généralement, le service dispose d’infirmières de coordination dont le rôle est justement d’accompagner le patient dans sa maladie, de réexpliquer les traitements, le déroulement des soins, les soins de confort. « Mais elles ont été réquisitionnées à d’autres postes et ne sont d’ailleurs toujours pas revenues dans le service, rapporte Chloé Lecordier. Le suivi des patients est donc moins bon qu’à l’accoutumée tout comme les propositions pour les soins de confort. »

En libéral aussi l’accompagnement des patients chroniques notamment a été renforcé. « Pour certains de nos patients, nous étions leur seul contact pendant la période du confinement », fait savoir Geneviève Lecordier, installée en libéral à Nantes.

De nombreuses auxiliaires de vie, qui n’intervenaient pas pour des soins d’hygiène, ont arrêté leur intervention au domicile des patients. Exit les courses, le ménage, la vaisselle. « Certains de nos patients fragiles et chroniques, étaient totalement perdus et nous nous sommes retrouvés à coordonner leur prise en charge sociale en appelant les Centres locaux d’information et de coordination (CLIC) ou des assistantes sociales pour mettre en place un portage de repas. »

Une situation qui a conduit l’idel a effectuer des « actes » très éloignés de son décret de compétences : nettoyage du frigo, étiquettes sur les repas pour que les patients sachent quoi manger et coordination renforcée.

Sans pour autant être rémunérée pour ce travail. « Dans notre tournée, nous prenons déjà en charge des patients précaires, mais la crise a renforcé cette précarité notamment pour ceux présentant des troubles cognitifs et sans famille, dénonce-t-elle. Chez certains, la crise a même majoré leur démence car ils étaient seuls, totalement perdus et harcelés par les informations. »

Laure Martin

Je m'abonne à la newsletter

L’ASRI mène l’enquête

L'Association de recherche en soins infirmiers (L'Arsi) organise une enquête sur les activités des infirmiers et les besoins de la population révélés durant la crise sanitaire. L’objectif est de recenser l'ensemble du travail des infirmiers quel que soit le secteur d'activité et le type de patients. « Au-delà de la prise en charge des personnes atteintes par le Covid, cette pandémie et le confinement ont aussi mis en exergue la pluralité du travail infirmier, qui dépasse les actes techniques considérés fréquemment comme l'essentiel de la profession », souligne Emmanuelle Cartron, vice-présidente de l’Arsi.

L’association souhaite mener cette action pour rendre disponible des données fiables - l'Observatoire régional de santé Pays de la Loire a été choisi pour assurer la prestation d'analyse statistique des données. Ces dernières pourront constituer une assise pour appuyer les évolutions de la profession (formation à l'université, soutien à la recherche, mais aussi valorisation salariales).

Pour accéder à l’enquête : https://fr.research.net/r/Enquete_RESSI

 

Lire aussi, sur ActuSoins.com 

Association de recherche en soins infirmiers : « Notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
255 rq / 1,132 sec