Etudiants en soins infirmiers et crise sanitaire : une participation encadrée

Les étudiants en soins infirmiers (ESI) sont sollicités dans les services hospitaliers en ce temps de crise sanitaire. Néanmoins, leur intervention ne doit pas pour autant donner lieu à des dérives. Le point avec Félix Ledoux, président de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi).

[Article mis à jour le 6/04] 

Etudiants en soins infirmiers et crise sanitaire : une participation encadrée

© Photo d'illustration. Abobestock

Les étudiants en stage sont actuellement mobilisés dans le cadre de la crise Covid-19. Qu’en est-il de leur indemnisation ?

Nous constatons en effet des affectations et des réaffectations en stage pour permettre notamment aux ESI de valider leur semestre, leur année et donc obtenir leur diplomation.

Cela implique bien entendu des indemnités de stage. Généralement, elles sont de l’ordre de 28 euros par semaine en première année, 38 euros par semaine en deuxième année et 50 euros par semaine en troisième année.

Néanmoins, les ESI sont davantage sollicités dans le cadre de cette crise et ils sont prêts à tout donner. A la Fnesi, nous les avons d’ailleurs appelé à mettre leurs compétences au profit de la population.

Il est important, dans ce contexte, qu’il y ait une mobilisation de tous les acteurs ayant des compétences en santé. Dans ce cadre, nous avons entamé des discussions avec les Régions et certaines se sont engagées pleinement à verser une indemnité plus conséquente aux ESI mobilisés dans le cadre de leur stage.

Les Régions Grand Est et Haut de France vont par exemple verser 1400 euros net aux ESI en stage, quelle que soit leur année. L’Ile-de-France, entend quant à elle verser 1350 euros net d’indemnités aux premières années, et 1550 euros net aux deuxième et troisième années.

Nous avons obtenu des arbitrages plus rapides dans ces régions car elles sont en état de crise plus avancée. Nous sommes cependant en relation constante avec les autres pour continuer à mettre en avant cette implication forte des ESI et obtenir une reconnaissance financière de leur part.  

Qu’en est-il de l’encadrement des ESI pendant cette période particulière de stage ?

A la Fnesi, bien entendu, nous continuons à défendre un encadrement de qualité pour les stagiaires, avec des livrets d’accueil, des tuteurs de stage, une présentation du service.

Malheureusement, et en tant que président de la Fnesi, cela me fait mal au cœur de le dire, mais en situation de crise, nous devons faire des concessions. Les ESI l’ont en tête et savent qu’ils vont devoir être plus autonomes, qu’ils vont être moins encadrés.

Attention cependant, en aucun cas ils ne peuvent être amenés à remplacer un aide-soignant ou un infirmier absent. Déjà parce que les ESI (en stage, ndlr) ne sont pas là pour effectuer des remplacements mais bien pour apporter un support et décharger les équipes. Ensuite parce que la pratique de l’exercice infirmier sans diplôme d’Etat est illégal.

En revanche, ils peuvent être amenés à effectuer des actes habituellement délégués aux aides-soignants  ainsi que des actes infirmiers, en autonomie, à condition bien entendu que la réalisation de ces premiers soins aient été encadrés.

Nous y sommes vigilants. De fait, après plusieurs semaines de stage, s’il est acté que l’ESI sait par exemple réaliser une prise de sang, il peut par la suite l’effectuer en toute autonomie.

Dans les faits, nous demandons à tous les étudiants de nous faire remonter des situations problématiques allant à l’encontre de la légalité. Nous en informons ensuite les Agences régionales de santé (ARS) concernées, qui sont très à l’écoute de ce type de situation.

Qu’en est-il de la réquisition ?

Un arrêté a été publié au Journal officiel le 29 mars pour définir les indemnités qui vont être versées aux soignants réquisitionnés.

L’indemnité des ESI est fixée à 12 euros entre 8 heures et 20 heures, 18 euros entre 20 heures et 23 heures et de 6 heures à 8 heures, et 24 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que les dimanches et jours fériés. Si les indemnités sont calées, il n’y a toujours pas de texte concernant le cadrage de la réquisition des ESI.

Les ESI réquisitionnés ne pourront l’être que sur des postes d’aides-soignants ou d’agents des services hospitaliers et à condition d’avoir validé leurs compétences.  

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne à la newsletter

Lire aussi sur ActuSoins.com

« Fermeture » des IFSI : redéploiement des étudiants en soins infirmiers et cours en ligne

Un étudiant en soins infirmiers faisant fonction d’aide-soignant peut-il effectuer des actes infirmiers relevant du rôle prescrit ?

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
274 rq / 2,036 sec