Masques : les ordres des professions de santé “consternés” par le paradoxe de la disponibilité pour le grand-public et les soignants

Les Ordres des professions de santé se disent "consternés" par le nombre "sidérant" de masques annoncés soudainement à la vente par la grande distribution, alors-même que les soignants en ont souvent été privés. 

Masques : les ordres des professions de santé "consternés" par le paradoxe de la disponibilité pour le grand-public et les soignantsComment s'expliquer que les soignants n'aient pas pu être dotés de masques "quand on annonce à grand renfort de communication tapageuse des chiffres sidérants de masques vendus au public par certains circuits de distribution?", interrogent sept Ordres professionnels - dont celui des infirmiers - dans un communiqué commun daté du 30 avril. 

"Aujourd'hui, la consternation s'allie au dégoût", expliquent-ils.

"Où étaient ces masques quand nos médecins, nos infirmiers, nos pharmaciens, nos chirurgiens-dentistes, nos masseurs-kinésithérapeutes, nos pédicures-podologues, nos sages-femmes mais aussi tous nos personnels en prise directe avec la maladie tremblaient et tombaient chaque matin?", s'indignent-ils.  

"Comment nos patients, notamment les plus fragiles, à qui l'on expliquait [...] qu'ils ne pouvaient bénéficier d'une protection adaptée, vont-ils comprendre que ce qui n'existait pas hier tombe à profusion aujourd'hui. 100 millions par ici, 50 millions par là. Qui dit mieux? C'est la surrenchère de l'indécence", ajoutent-ils. 


Rendre des comptes

"Toute guerre a ses profiteurs. C'est malheureusement une loi intangible de nos conflits", déplorent les Ordres. 

Pour les Ordres, ce n'est pas la distribution de masques au grand-public qui pose problème, mais bien le fait que les professionnels de santé, eux, ont subi et subissent encore des restrictions, voire des pénuries. 

"Nul n'aurait reproché à des circuits de distribution grand public de distribuer des masques grand public. C'était là un complément essentiel qui serait venu compléter utilement l'arsenal de défense contre le virus. Derrière le masque, se trouve le vrai visage. Nous, nous garderons celui de la dignité. Celui-ci se retrouvera dans aucun rayonnage"

"L'heure viendra, nous l'espérons, de rendre des compte"

Les soignants restent "prioritaires"

Invité à réagir à ce communiqué cinglant des ordres des professionnels de santé, le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, a affirmé que les professionnels de santé resteraient prioritaires pour accéder aux masques sanitaires. 

Lors du point presse du 30 avril, il a indiqué que 3 milliards de masques (FFP2 et chirurgicaux) avaient été commandés pour les soignants et que les officines avaient distribués près de 300 millions de masques aux professionnels de santé. 

"Il n'y avait pas de stock caché en France", a-t-il soutenu. 

"La réquisition - des masques pour les professionnels de santé, ndlr - est toujours valable : il y a un volume restreint, un partage éventuel de la commande lorsque l'Etat considère qu'une partie doit être préemptée pour les professionnels de santé", a-t-il ajouté. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
261 rq / 3,811 sec