Toulouse : les urgences adultes du CHU de Purpan restent partiellement fermées ce vendredi

Après un jeudi noir - ce 3 octobre -, suite à la mise en arrêt maladie pour épuisement professionnel de 13 soignants sur 20, aux urgences adultes du CHU de Purpan, la situation reste très chaotique à la veille du week-end.

Deux fois en une semaine. Le service des urgences adultes du CHU de Purpan a été quasiment paralysé faute de personnel soignant présent à la prise de service. La direction de l’hôpital invitait alors les patients à se diriger vers le site de Rangueil et  à contacter le 39 66 Allo Docteur.

Des mesures de régulation étaient aussi prises par le SAMU 31 afin d’orienter les patients vers d’autres services d’urgence de l’agglomération.

Dans le cadre du mouvement social national touchant les urgences, les soignants de l’hôpital Purpan sont mobilisés depuis plusieurs mois. Mais jeudi dernier au côté de certains agents grévistes, 13 soignants sur les 20 habituellement présents aux urgences, ont déposé un arrêt maladie coordonné pour épuisement professionnel. « Les soignants n’en peuvent plus et certains sont arrêtés pour un bon moment, confie Julien Terrier le représentant CGT au CHU de Toulouse c’est pourquoi nous demandons des moyens supplémentaires en urgence ». 

Le mouvement a des répercussions dans d’autres services notamment en traumatologie et en orthopédie, entrainant selon les syndicats la fermeture d’une centaine de lits. La principale revendication concerne la création de 80 postes de soignants aux urgences. « Une demande impossible à satisfaire », évalue Vannessa Fage-Moreel, la DRH du CHU qui rappelle cependant avoir recruté 30 soignants aux urgences cet été pour faire face au turn-over et assure comprendre la souffrance des soignants. « Nous savons que le malaise est réel, il faut trouver une solution. »

La salle d’accueil des urgences vitales toujours fermée

Face à ces arrêts maladies coordonnés, la direction  de l’hôpital dénonce par ailleurs dans un communiqué « une forme de protestation relevant d’une violence inédite

Ce vendredi,  un retour à la normale est en cours aux urgences selon l’hôpital, qui décrit « une reprise progressive des soins au sein de l’unité hospitalière de courte durée des urgences, mais une salle d’accueil d’urgence vitale toujours fermée. » A la veille du week-end, la difficulté pour l’établissement reste bien d’anticiper la situation par manque de visibilité sur les prises de service quotidiennes des équipes. En effet, contrairement à une grève classique, les soignants en arrêt maladie, ne sont pas mobilisables au pied levé.

 Béatrice Girard

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
238 rq / 2,064 sec