Les Infin’idels lancent une chaîne de solidarité pour aider Emilie, infirmière libérale

L'association Infin'idels lance un appel à la solidarité pour Emilie*, infirmière libérale qui s'est heurtée à l'administration, souvent kafkaïenne de la CNAM, puis à la justice, au point de sombrer dans une dépression sévère. Objectif de cette campagne de dons « Nous sommes tous Emilie » : aider cette infirmière libérale à se défendre et à prendre un avocat.  infin_idels_solidarite_infirmiere_liberale

" Ce soir, nous sommes en octobre et nous ne vous parlerons pas du trou de la Sécurité sociale, de notre nomenclature qui doit être dépoussiérée, de la grève à venir, pas plus que nous ne nous épancherons sur les vacances de Noël qui approchent à grands pas. Ce soir, nous aimerions simplement vous parler d'Emilie. Emilie que nous avons connu au travers d'un courrier empli d'émotions envoyé par sa maman il y a quelques semaines.

Emilie est la maman d'un petit garçon qu’elle élève seule. Elle est infirmière libérale, tout comme vous, tout comme nous ou du moins, elle l'était encore il y a peu de temps, il y a six mois exactement. Emilie est aujourd'hui hospitalisée dans une unité de soins psychiatriques suite à une dépression sévère. Elle ne sait certes pas si elle reprendra son activité, elle a surtout besoin que l'on prenne soin d'elle et c'est sa mère qui se débat comme elle peut pour lui venir en aide mais aussi prendre soin de son petit-fils.

L'histoire d' Emilie est pourtant banale à pleurer. Un contrôleur, une absence de plaque, un problème d'adresse, une zone sur-dotée, un procès-verbal signé dans la panique l'incriminant, un déconventionnement et au final un indu de plus de 100 000 euros correspondant à deux années d'exercice à rembourser dans l'immédiat. S'ensuivent l'incompréhension, la panique, le désespoir, le dégoût, et une réelle envie de mourir. Emilie laisse doucement partir son bateau à la dérive, le courage et la volonté lui manque. Seule, sa mère tente encore de remuer ciel et terre.

C'est ainsi qu'un avocat a eu le dossier d'Emilie entre les mains. C'est ainsi qu'il pense que ce dossier est tout à fait défendable devant un tribunal mais que, naturellement, la procédure aura un coût. Les parents d' Emilie sont tous deux retraités et ne peuvent s'engager financièrement dans un tel combat. C'est pourquoi, l'association Infin'idels se propose de lancer ce jour une chaîne de solidarité qui, comme son nom l'indique, est basée sur le don et le bon vouloir de chacun afin de régler les frais inhérents à cet éventuel procès. Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Nous sommes plus de 4000 personnes à fréquenter ce lieu. Imaginons 4000 personnes qui feraient le don d'un seul euro (4 000 euros), de deux euros (8 000 euros), etc. Cette somme permettrait à Emilie de se battre dignement et ouvrirait peut-être la porte à une forme d'entraide entre nous, professionnels de santé libéraux, qui subissons de plein fouet la dictature d'une médecine comptable. L'Association Infin'idels pourrait alors porter plainte sur ce dossier et demander des dommages et intérêts pour Emilie."

ActuSoins remercie les Infin'idels pour ce partage

Lien : https://www.paypal.me/infinidels

  *Le prénom a été modifié à la demande des parents d'Emilie

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

16 réponses pour “Les Infin’idels lancent une chaîne de solidarité pour aider Emilie, infirmière libérale”

  1. chabert dit :

    Bonsoir, je ne suis pas surprise….cette situation attend peut être chacun d’entre nous…cette épée d’Damoclès qui rode…je représente un syndicat infirmier assez important, avec des réseaux…. serait il possible d’être en contact avec la maman de cette consœur? merci pour votre soutien.

  2. Master Thief dit :

    “Un contrôleur, une absence de plaque, un problème d’adresse, une zone sur-dotée, un procès-verbal signé dans la panique l’incriminant, un déconventionnement et au final un indu de plus de 100 000 euros correspondant à deux années d’exercice à rembourser dans l’immédiat.”

    Serait-il pôssible d’en savoir plus ?

    Parce que pb de plaque, zone surdotée, d’adresse, cela semble faire beaucoup, quand même ?

    Que s’est-il passé ?

  3. Audrey Ok dit :

    C’est en se mobilisant, en ayant une nomenclature claire et en étant contre la loi de santé que nous éviterons que des situations pareilles se produisent!
    C’est honteux!! Nous ne devons plus rester seuls face à eux, ils ne sont pas tout puissant.
    À partir de novembre les contrôles vont etre accrus.. Et apres si la loi passe on est tous morts, on doit être solidaires et vigilants

  4. Audrey Ok dit :

    Mais qu’est qui lui est reproché, je ne comprends pas?!?! 100 000€ sur 2 ans!!
    Où en est sa procédure??

    • Il semblerait qu’on lui reproche l’absence de plaque dans une zone sur dotée( quel contexte exactement??, elle n’est pas en mesure de répondre)
      Toujours est-il qu’elle a été déconventionnée et doit cette somme!
      Elle a craqué au sens propre du terme et c’est sa Mere qui essaie de la sortir du pétrin.

  5. Par expérience il y a de quoi craquer pour de bon face à eux.
    De tout coeur avec cette infirmière.
    Moi j’attends encore mon jugement mais plus que quelques jours avant le tribunal.
    Courage à elle

  6. Purée ça me tue de voir à quel point on peut S acharner sur nous. Pauvre Emilie. Courage!
    Comment on fait pour faire un don?

  7. Quand tu es dans la merde rien ne bouge l ordre la justice …. Je parle d expérience …

  8. MC Kikine dit :

    Solidarité et confraternité existe toujours chez Infinidels bravo !!!

  9. la protection juridique étant obligatoire, pourquoi elle ne la fait pas fonctionner ? Et l’ONI ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
275 rq / 1,684 sec