Le plein essor de l’Hospitalisation à Domicile

En dix ans, l'activité de l'hospitalisation à domicile a plus que doublé, révèle un dossier de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques). 

Le plein essor de l'Hospitalisation à DomicileEn France, depuis ses premières expérimentations à la fin des années 1950, l'hospitalisation à domicile (HAD) s'est nettement développée. "Après une longue période de structuration administrative et législative, l'HAD a connu un véritable essor à partir des années 2000. Une série de circulaires a défini le cadre de l'activité et levé les blocages à son développement", explique la Drees. 

Cette volonté publique de développement de l'HAD s'est accompagnée d'une augmentation de l'offre de soins et de l'activité. Ainsi, en 2016, la Drees recensait 313 établissements d'HAD, contre 170 en 2006. "Durant la même période, l'activité réalisée et les capacités de prise en charge ont plus que doublé". 

Ainsi, en 2016, 4,9 millions de journées d'HAD ont été comptabilisées en France métropolitaine et dans les DROM, soit 2,6 fois plus qu'en 2006 (1,9 millions de journées). Le nombre de patients pouvant être pris en charge simultanément a suivi le même mouvement, passant de 6900 en 2006 à 16300 en 2016. 

La Drees explique aussi que le nombre de patients effectivement pris en charge chaque année a également "nettement progressé" : plus de 110 800 patients ont été pris en charge en HAD en 2016 (contre 44 000 en 2006) pour un total de 188 300 séjours (contre 82 200 en 2006). 

Un taux de recours qui augmente

"Ces évolutions ont conduit à une utilisation plus intensive des capacités de prise en charge : le taux de prise en charge, rapportant l'activité réalisée aux capacités disponibles en HAD, atteint 82% en 2016, soit 4 points de plus qu'en 2006. Comparé au taux d'occupation des lits en hospitalisation complète conventionnelle, il se situe à un niveau intermédiaire entre le taux d'occupation observé en court séjour (75% en 2015 pour les services de médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie) et celui observé en moyen séjour (90% pour les services de soins de suite et de récupération ", poursuit le rapport. 

Par ailleurs, le taux de recours national à l'HAD, c'est à dire le nombre de patients pris en charge par rapport à la population française, s'élève à 73 patients pour 1000 habitants en 2016 alors qu'il était de 30 patients pour 1000 habitants dix ans auparavant. "Pour définir les objectifs nationaux de recours à l'HAD, les pouvoirs publics privilégient des taux journaliers. Exprimé de cette façon, le taux de recours à l'HAD est de 20 patients par jour pour 100 000 habitants en 2016, contre 8 patients par jour pour 100 000 habitants en 2006". 

Les pansements complexes deviennent la principale prise en charge, devant les soins palliatifs

En dix ans, la répartition des modes de prise en charge principaux en HAD s'est également modifiée. Les soins liés aux pansements complexes et soins spécifiques (ulcères ou escarres, artérites, athéroscléroses par exemple) sont devenus le premier mode de prise en charge des établissements HAD (28% de l'activité en 2016, contre 19% en 2006). 

Le deuxième mode de prise en charge le plus fréquent concerne les soins palliatifs (24% de l'activité en 2016, contre 22% en 2006). 

Moins fréquents en HAD, les soins de nursing lourds, les traitements intraveineux médicamenteux et les soins de cancérologie (essentiellement chimiothérapies anticancéreuses) continuent de se développer dans les établissements HAD.

Enfin les soins liés à la périnatalité (suivis ante et post-partum pathologiques et soins du nouveau-né à risque), plus développés dans les établissements publics, sont de moins en moins réalisés en HAD. "En effet, depuis 2011, la Haute Autorité de Santé (HAS) publie des recommandations de bonnes pratiques afin de mieux répartir les contours de cette activité. Ainsi les retours précoces à domicile après accouchement, qui relèvent plutôt d'autres types d'établissements, ont peu à peu été supprimés du champ de l'HAD", explique la Drees. 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

117 réponses pour “Le plein essor de l’Hospitalisation à Domicile”

  1. Dans mon secteur le HAD prend des patient que nous avons en charge, alors que nous faisons les toilettes les alimentations parentérale avec astreinte de nuit…
    Mais le problème c’est qu on je revoie plus les patients, aucune collaboration avec nous.
    Ils font bien leurs job mais n apporte rien de plus si ce n est que tout est fournis aux familles (les changes,’tous le matériels. …)
    Lorsqu on croisent les familles cils nous disent: “ols font pareil que vous, rien de plus), si ce n est que parfois ils peuvent venir en binôme.
    On a demander si on pouvaient travailler ensemble on nous a dit non c’est vous ou nous.
    Dommage….

  2. Très souvent Il m’appele et je refuse de bosser pour eux SYSTÉMATIQUEMENT !! Si il me donne des patients ok
    sinon
    NIET!!!!!!!!
    Si on étaient toutes sur la meme longueur d’onde

  3. Alexis Georges vous « sentez »(pour ne pas utiliser un mot qui pourrez vous offenser) la bonne ide coordinatrice salariée ?
    Il y une chose aussi dont les had manquent c’est l’humain.
    Pour les had de ma ville de jeunes diplômés intéressés par la technique et en manque d’empathie par manque de temps et d’expérience.
    C’est ce que me renvoi famille et patient après une had.
    Et le turn over.

    • Ce que je fait ne vous regarde pas.
      Et concernant votre retour, c est bien dommage que l had de votre secteur vous renvoi cette image. Celui de mon secteur en revanche est tout le contraire. Il y a une vraie collaboration ainsi qu une vraie comprehension des difficultes terrain meme s il faut avouer que la distance ne leur permet pas la meme empathie qu un idel forcement.

    • Ah oui autre chose
      Délai de mon had pour payer mes soins:minimum 3 mois!
      Jamais nous ne rétrocédons à une remplaçante au bout de 3 mois,ni ne payons nos charges au bout de 3 mois.
      Alors que nous avons des cliniques qui n’ont pas d’had,et qui organisent les prise en charges avec des prestataires et les libéraux en faisant un meilleur boulot et chacun s’y retrouve.

  4. Je me refuse à bosser pour eux!l’esclavagisme a été aboli !

  5. Les had coûtent les Yeux de la tête et sont une manipulation de l état pour resalarier à bas prix les ides libérales!!!
    Défendons notre profession!!!!!

  6. Chitina Hope dit :

    Je pense que chacun a sa place HAD comme IDEL.

  7. Je pense que les caisses devraient contrôler les indications has beaucoup sont injustifiées

  8. Wilmotte Gus dit :

    Je pense que si nous travaillons dans le seul objectif d une prise en charge de qualité pour le patient tout le monde a sa place de la vie quotidienne en passant par les ssiad ssiad had ide lib….

  9. Nad Le Bras dit :

    A Paris aussi, l’had s’est considérablement développée; ils prennent tous les soins,et mes patients au lit de l’hôpital , avec des cotations délirantes ( largement à leur avantage, et pourquoi?), et du matériel à disposition sur évalué ; tout cela aux frais du contribuable; vous l’aurez compris, c’est un business,je ne suis pas prête de travailler avec eux!

  10. A l’instant coup de fil pour une Pec conjointe homme sorti depuis 15j(100% en Had même soins)

    Pour distribution des médocs constantes pesée et surveillance œdème
    Ais 3 proposé

    Quand j’ai expliqué que pour moi c’est du 100% libéral et que j’étais étonnée de leur critères d’inclusion, j’ai eu droit à j’en parle à l’idec et vous tiens au courant

  11. Et toujours pas de service minimum exigé, certains n’ont pas d’aide soignant, pas de kiné, ne parlons même pas de l’ergo, ce serait juste un “salariat intérimaire” de libéraux (interdit par la loi). Pas étonnant que ça se développe, pourquoi se priver de faire de l’argent facile!

  12. LA mort des IDEL????
    Non Mais arrêtez on va pleurer sur leur sort !!!!!
    Vous vous déplacez la nuit les idel Pour vos patients ???
    Ç Est quoi cette guerre ???
    Du travail Pour TOUT LE monde !

  13. Ne généralisez pas l’HAD dans tous les départements cela ne fonctionnent pas pareil . En Vendee ce sont les IDEL qui sont appelés par l’HAD et bossent pour eux . Donc l’HAD ne piquent pas la place des IDEL mais nous rémunèrent pour faire les soins. Je fais parti d’un cabinet qui travaille avec eux. Après, critiquer l’HAD c’est facile mais quand les IDEL ne veulent pas faire d’astreinte de nuit. Et bien l’ HAD est contraint de trouver d’autres IDE pour assurer les soins. Donc parfois oui, nous récupérons des patients qui étaient suivi par d’autres IDEL mais ne voulant pas faire d’astreinte c’est la seule solution. L’HAD est la seule solution pour certains patients nécessitant des soins lourds et ne voulant pas resté à l’hôpital. Travaillons ensemble plutôt que de se faire la guerre dans l’intérêt des patients.

    • Depuis 27 ans de libéral j’ai toujours pris les pec de À à Z 7j/7 et H 24 !!

    • Je n’ai pas dis que toutes les IDEL ne le font pas puisque je fais parti d’un cabinet où les IDE l’ont toujours fait je dis juste que dans la ville où je travaille certaines IDEL ne font pas d’astreinte de nuit donc l’HAD se tourne vers des cabinets infirmiers qui en font. Rien ne sert de répondre aussi brutalement. Et je comprends aussi très bien que certaines IDEL ne puissent pas faire d’astreintes. Je voulais juste dire qu’il faut travailler avec ce type de structure plutôt que de se faire la guerre.

  14. Ang Elle dit :

    Et si les HAD n’étaient pas là pour faire les toilettes vous les feriez vous les toilettes ? Combien d’IDELs ne les font pas ? Et comment feraient les patients qui ont du 2kcal en alimentation à délivrance hospitalière seulement ? Ils doivent rester hospitalisés ? Et quand les IDELs ne veulent pas prendre d’astreinte de nuit ? Je travaille en HAD, pour notre part la dégressivité des actes n’est pas pratiquée avec nos collègues IDELs… marre de cette gueguerre stupide et inutile entre HAD et libéraux ! Alors qu’on ferait mieux de travailler ensemble face à des politiques qui nous tuent chaque jour enfin bon !

  15. Sylvie Hbs dit :

    L’objectif est surtout de tuer l’hôpital public, l’had est qd mm moins chère qu’une hospit, elle répond aussi parfois à des souhaits de patients de mourir chez eux dans les cas extrêmes. C’est là un immense progrès car notre société rejettant la mort qui fait partie de la vie des familles comme bon nombre d’EPADH, font souvent le choix de l’hospitalisation en fin de vie. Tt à fait acceptable pour une famille qui ne se sent pas capable d’assumer cet accompagnement jusqu’au bout mais honteux de la part des établissements. Après cela dépend aussi du service de Had, il y en a des bons et des moins bons. L’état n’en a rien à foutre que cela enlève du travail aux libéraux ! Et d’ailleurs, tous les libéraux font-ils réellement et parfaitement cet accompagnement ?

  16. je ne comprends pas l’intérêt financier pour la sécu de passer par les HAD!! j’ai eu à prendre en charge des pansements complexes d’ulcères de jambe en EHPAD pour une patiente HAD. on m’a demandé combien je voulais être rémunérée. on m’a donné des 6 AMI par jambe+ la MCi+ déplacement + des visites de coordination et d’accueil bien payées, des intervention supplémentaires payées lorsque la dame a tout arraché… matériel à gogo, une IDE référente qui gérait toute la logistique et faisait la coordiation, je n’avais qu’à passer faire les pansements! j’ai gagné le double que ce que m’aurait payé la sécu en direct et j’aurai du tout organiser, prescrire ce qui me manquait etc… là, j’ai gagné bien plus qu’avec mon AMI4 + AMI 4/2 + MCI +D. et l’HAD a bien du se garder une part!!! il ont encaissé une partie pour eux! Combien ça a du coûter à la sécu????

  17. Annick Harb dit :

    Et surtout beaucoup moins humain pour l avoir utilisé avec un de mes proches

  18. Pourtant le coût est très élevé, bonjour les économies de la sécu, alors que nous idel avons le même diplôme et mêmes compétences et beaucoup moins chères

  19. L’HAD est en train de faire mourir les IDEL ! Détournement de patientèle, ubérisation de nos compétences, sous traitance de notre savoir faire…..Quid du ratio prix HAD contre prix du libéral ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
379 rq / 3,970 sec