Les pansements et leurs utilisations

Nous poursuivons une série d’articles sur la . Après avoir abordé, dans nos précédents numéros, l’anatomie de la peau, l’évolution cicatricielle et l’importance de la cicatrisation en milieu humide, penchons-nous sur les différents types de pansements et leurs utilisations.

Les pansements et leurs utilisationsDepuis les travaux du Dr Winter, l’importance de la cicatrisation en milieu humide a déja été démontrée. La clé de la cicatrisation réside donc en un subtil équilibre entre la plaie sèche et la plaie exsudative.

Pour arriver à maintenir un milieu humide favorable, les soignants ont des pansements à leur disposition.

L’objectif est de maintenir un environnement favorable sur la plaie afin que le fibroblaste puisse effectuer son travail de synthèse et favoriser la cicatrisation.

Les pansements de A à Z

Appartenant à la famille des dispositifs médicaux, il en existe de différentes classes, formes et tailles. Ils sont élaborés par les laboratoires qui investissent dans des budgets en recherche et développement afin de leur définir des propriétés spécifiques.

Un point très important : il n’existe pas de mauvais . Tous les pansements quelles que soient leurs marques ont une fonctionnalité. Quelles que soient leurs marques, ils sont complémentaires.

La classification des pansements est issue de la norme EN13726 chapitre 3 et leurs utilisations sont régies par la commission d’évaluation de la HAS. Cette dernière classe les pansements de la façon suivante :

Les alginates :

ces pansements sont composés majoritairement (> 50 %) d’alginates, avec ou sans carboxyméthylcellulose (CMC). Les alginates sont des polymères d’acides alginiques obtenus à partir d’algues, caractérisés par leurs capacités d’absorption et leurs propriétés hémostatiques. Ils existent sous forme de compresses ou de mèches.

Les fibres de carboxyméthylcellulose (CMC, dites aussi hydrofibres) :

ces pansements sont composés majoritairement (> 50 %) de fibres non tissées de carboxyméthylcellulose (CMC) pure. Ces fibres se transforment au contact des exsudats en gel cohésif, caractérisé par sa capacité d’absorption. Les CMC existent sous forme de compresses ou de mèches.

Les hydrocellulaires :

ces pansements à base de polymères absorbants (généralement de la mousse de polyuréthane) existent sous forme de plaques adhésives ou non, de formes anatomiques ou adaptées au remplissage des cavitaires.

Les hydrocolloïdes :

ces pansements à base de polymères absorbants ont des propriétés liées à la présence de carboxyméthylcellulose, ils existent sous forme de plaques adhésives, de poudres ou de pâtes.

Les hydrogels :

ces gels contiennent plus de 50 % d’eau. Ils sont principalement destinés à assurer l’humidification des plaies. Ils existent sous forme de plaques, de compresses imprégnées et de gels.

Les pansements vaselinés :

ils sont constitués d’une trame, imprégnée ou enduite de vaseline. Leur retrait est parfois douloureux, car ils adhèrent peu à peu à la plaie.

Les interfaces :

les pansements interfaces sont constitués d’une trame enduite de polymères de différents types, tels que du gel de silicone. Ils se distinguent des simples pansements gras par une adhérence faible, qui ne s’accroît pas tout au long de l’utilisation au contact direct de la plaie (absence de migration de la substance imprégnée ou enduite), afin de limiter le traumatisme et la douleur induits par le retrait du pansement.

Les pansements au charbon actif :

l’ajout de charbon actif a pour propriété d’absorber les molécules responsables des mauvaises odeurs des plaies. Ils existent sous forme de plaques et compresses.

Les pansements à l’argent :

constitués de différents supports (crèmes, compresses, plaques, etc.) auxquels a été ajouté de l’argent sous des formes physico-chimiques variées, leur visée est antibactérienne.

Les pansements à base d’acide hyaluronique :

ils contiennent de l’acide hyaluronique (constituant naturel du derme) à des concentrations variables. Ils existent sous diverses formes (crèmes, compresses, sprays, etc.).

Propriétés des pansements

Les propriétés générales des pansements répondent à des fonctions précises (Figure 1).

pansements propriétés générales

Figure 1 : Propriétés générales des pansements

pansement coefficient absorption

Figure 2 : Coefficient d’absorption des pansements

Au-delà de leurs propriétés générales, leurs capacités d’absorption ou d’hydratation diffèrent et leur confèrent des propriétés plus spécifiques. Deux variables conditionnent la propriété d’un pansement, son coefficient d’absorption Ka et son indice de relargage Kr :

Le coefficient d’absorption Ka est défini comme étant le pouvoir d’absorption d’un pansement. Il est évalué en g/100 cm2/24 h à une température de 37°. (Figure 2)

 

pansement indice de relargage

Figure 3 : Indice de relargage des pansements

L’indice de relargage Kr est défini comme étant la propriété d’un pansement à rejeter le liquide qu’il a absorbé lorsqu’il est soumis à une pression et une température de 37°. (Figure 3)

Plus l’indice de relargage est élevé, moins le pansement gardera les exsudats au sein de sa structure, ce qui dans certains cas peut induire des phénomènes de macération sur la plaie.

À l’inverse plus l’indice de relargage est faible, plus les exsudats seront piégés dans le pansement, ce qui peut induire dans certains cas des déshydratations massives des plaies.

Les modes d’absorption

Concernant les pansements absorbants, certains ont une absorption latéralisée et d’autres une absorption verticalisée.

pansement absorption latéralisée

Figure 4 : pansement d’absorption latéralisée

1) absorption latéralisée

Un pansement a une absorption latéralisée lorsque les exsudats circulent horizontalement au sein de sa matrice. (Figure 4)

Tous les hydrocellulaires ont une absorption latéralisée et ce quelles que soient leurs marques.

2) absorption verticalisée

pansement absorption verticalisée

Figure 5 : Pansement d’absorption verticalisée

Un pansement a une absorption verticalisée s’il est utilisé en multicouches. En effet seul le multicouches permet de faire circuler les exsudats vers le haut en les faisant passer de couches en couches (Figure 5). A contrario, tout pansement monocouche est automatiquement en absorption latéralisée.

Comment utiliser les pansements ?

Les soignants rencontrent souvent des difficultés. En effet, selon un sondage :

  • 57 % des soignants pensent faire du mésusage dans l’utilisation des pansements absorbants (1) ;
  • 68 % des soignants trouvent la classification des pansements modernes difficile à utiliser (2) ;
  • 64 % des soignants trouvent difficile l’utilisation des pansements absorbants (2) ;
  • 31 % des soignants mettent des pansements hydratants sur des plaies exsudatives (2).

Le pansement n’est qu’un outil à la disposition des soignants. Gardons bien à l’esprit que « le pansement est aux soignants ce que la truelle est au maçon… » : ce n’est pas la truelle qui monte le mur, c’est ce que le maçon en fait… Ce n’est pas le pansement qui fait cicatriser c’est ce que le soignant en fait.

L’utilisation des pansements modernes fait appel au bon sens. Nous avons vu précédemment que les pansements obéissent à des propriétés générales (Figure 1) et des propriétés spécifiques. Par conséquent, il est légitime pour le soignant de se positionner dans la prise en soins de ses plaies.

Du fait des propriétés générales et spécifiques des pansements, la première étape pour effectuer le bon choix consiste à se poser la question : « la plaie est elle sèche ou exsudative ? »

Si la plaie est sèche : l’objectif est de l’hydrater.

Si la plaie est exsudative : l’objectif est d’absorber les exsudats.

Cas de la plaie sèche

Pour hydrater la plaie, plusieurs familles de pansements peuvent être utilisés :

  • Les hydrocolloïdes
  • Les pansements tulles ou interfaces
  • Les pansements à l’acide hyaluronique
  • Les hydrogels (uniquement pour déterger la nécrose ou la fibrine sèche).

Cas de la plaie exsudative

L’objectif est d’absorber les exsudats (juste ce qu’il faut) sans dessécher la plaie.

Il est important de choisir le bon pansement car tous les pansements n’ont pas le même coefficient d’absorption (figure 3) ni le même indice de relargage (figure 4).

Plusieurs types de pansements peuvent être utilisés en fonction de la quantité d’exsudat produite par la plaie :

  • Les hydrocellulaires pour les petits exsudats
  • Les hydrofibres et polymères de CMC pour les plaies très exsudatives
  • Les alginates pour les plaies hémorragiques.

CE QU‘IL FAUT RETENIR

Une plaie peut être sèche ou exsudative. Dans le premier cas, le choix se portera sur un pansement pour hydrater, dans le second, pour absorber. L’objectif est de maintenir un milieu humide favorable à la cicatrisation.

L’utilisation d’un pansement absorbant doit tenir compte de son coefficient d’absorption (Ka) et de son indice de relargage (Kr).

Les pansements absorbants peuvent avoir une absorption latéralisée ou verticalisée (uniquement en multicouches)

 

 

RÉFÉRENCES

Norme EN13726 chapitre 3
Articles pour pansements (Titre 1er, chapitre 3, section 1 de la liste des Produits et prestations mentionnés à l’article L. 165-1 du Code de la sécurité sociale).
décret n° 2004-1419 du 23 décembre 2004 relatif à la prise en charge des produits et prestations mentionnés à l’article L. 165-1 du Code de la sécurité sociale
arrêté du 12 juillet 2005 (au journal officiel du 28 juillet 2005).
auto-saisine de la CEPP en date du 7 février 2007 concernant notamment les descriptions génériques articles pour pansements.
Commission d’Évaluation des Produits et Prestations recommande de modifier les conditions d’inscription des articles pour pansements, conformément au projet de nomenclature
Commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et technologies de santé (CNEDiMTS) de la Haute Autorité de Santé (HAS). Suite de ce rapport, la nomenclature des pansements remboursables a été modifiée (arrêté du 16 juillet 2010, paru au J.O. du 7 août 2010).

123 cica Application (gratuite) intuitive dans l'utilisation des pansements

 Application (gratuite) intuitive dans l'utilisation des pansements

Application (gratuite) intuitive dans l'utilisation des pansements

HARTMANN
CONVATEC

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

74 réponses pour “Les pansements et leurs utilisations”

  1. Mac Thom il ont fait plusieurs article sur les pansements qui pourront peu être t’intéresser ou intéresser tes collègues 🙂

  2. Joana Rodrigues Lauren Christien Océane Maloum Marine Gbt

  3. Excellent article si ce n’est le pouvoir d’absorption des Alginates qui n’est pas celui évoqué sur le tableau ou alors inversé avec les fibres de CarboxylMethylCellulose qui reste à ce jour bien plus absorbante que l’alginate

    Dommage de ne pas évoquer les Psmt supra absorbant à base de polyacrylate qui pour des plaies très exsudatives marche très bien (mextra, resposorb silicone….)

    MERCI pour ce partage

    • i-cica dit :

      Merci de votre remarque.

      Concernant l’absorption entre les alginates et les hydrofibres, il est important de se référer à la norme EN 13726-2. En effet celle-ci identifie les alginates et les hydrofibres de la façon suivante :

      « Les pansements alginates sont des pansements composés de plus de 50 % d’alginates, associés ou non à de la carboxyméthylcellulose (CMC). Les alginates sont des polymères d’acides alginiques obtenus à partir d’algues. Ils sont caractérisés par leur capacité d’absorption et leurs propriétés hémostatiques. Ils se présentent sous forme de compresses ou de mèches.

       Les compresses d’alginate doivent présenter des propriétés d’absorption mesurées selon la norme EN 13726-1 (chapitre 3.2), supérieures ou égales à 16 g/100 cm²/30 min. »

      « Les pansements en fibres de carboxyméthylcellulose sont des pansements composés de plus de 50 % de fibres non tissées de carboxyméthylcellulose (CMC) pure. Ils se présentent sous forme de compresses ou de mèches. Ces fibres se transforment au contact des exsudats en gel cohésif.
       
      Ces pansements sont caractérisés par leur capacité d’absorption.
       
      Ces pansements doivent avoir les propriétés d’absorption mesurées selon la norme EN 13726-1 (chapitre 3.2) et supérieures ou égales à 9 g/100 cm² / 30min »

      Les alginates absorbent effectivement plus que les hydrofibres mais la grande différence entre les deux se distingue sur leur coefficient de relargage où à ce niveau c’est l’inverse.

    • Dc au final ……? S’il relargue ? Lequel absorbe le plus……
      Moi j’ai ma petite idée
      L’alginate absorbe 10 a 15x son poids
      La fibre Cmc absorbe 30x son poids

      Relarguage ou Pas ….l’hydrofibre reste la plus absorbante des 2

      Je pense que le choix doit initialement ce faire en fonction du type de tissu que nous avons face à nous en lien avec
      L’objectif du Psmt
      L’alginate sera utilisé sur une plaie fibrineuse avec son pouvoir BactérioStatique et Hémorragique Avec son pouvoir hémostatique ( je précise qu’ils n’ont pas tous le même pourcentage de calcium et c’est la ou c’est le plus important quand on s’en sert sur des plaie qui ont tendance à saigner ou hémorragique… le Ca+ joue sur l’hemostase….)

      L’alginate a tendance à plus ce déliter ( les fibres) en cas d’exsudat +++ même s’il y a eu de gros progrès à ce niveau la

      Sur fibrine ou hémorragie utiliser de l’alginate
      Sur du bourgeon utiliser la fibre de Cmc..
      on a beau dire…. la fibre de Cmc n’a pas le pouvoir de détersion que l’alginate a ….c’est une évidence

      • i-cica dit :

        Votre remarque est interessante.
        Dire qu’un pansement absorbe 10x, 15x 30x son poids n’a pas de référence scientifique en soit. Aucune classification officielle n’en fait référence. La classification des pansements absorbants repose sur une unité bien définie quantitativement qui s’exprime en gramme d’exsudat par 100cm2 de pansement absorbant sur une durée de 24h.
        Suivant cette norme EN 13726-2 il s’avère que les alginates absorbent plus que les hydrofibres.

    • Et quid des alginates pur???
      Vs parlez des alginates de calcium associés à la Cmc mais ceux qui sont pur????
      Pouvoir absorbant ??????
      C’est ce qui est le plus intéressant
      Comparer une fibre Cmc a un alginate avec de la Cmc … Pas Gd intérêt
      Mais l’alginate pur et la fibre ?
      Qué disent les scientifiques ???

    • Gé Gé dit :

      Les pansements hyper absorbants sont très interressants mais attension à leur fixation sur la peau… car be recois enormément de patients dont les hyperabsorbants sont plaqués contre leur sacrum (escarres volumineux, hyper exsudatifs chez patients para ou tetras) et dont l’état cutanné au pourtour était rempli de phlictène car le mefix a ete trop tendu… ou alors des escarres qui se créent a caise du gonflement et donc quand le pansement se charge il appuis sur la peau

    • Gé Gé tt a fait .. Ils sont relativement intéressant en cas de lymphoedeme a mon sens associés à une compression si le terrain le permet …
      Pas besoin de fixation ..

  4. Chloé ça peut te servir ça aussi moi j’avais du tout répertorié moi même au fur et a mesure que je les croisais mais la t’en a pas mal j’ai pas lu en détail donc je sais pas si y a tout mais ça pourra te servir 😉

  5. Celine Dionisio je pense a toi en lisant ça

  6. Eliane Mutel dit :

    alors demande à ton père ce qu’il fait de sa truelle

  7. Caro Kotoy Rachel Cocca ya moyen que ça vous intéresse

  8. oui le pansement au bon moment et au bon endroit !!!

  9. Lucie Perrier dit :

    Clémence et Anaïs! C’était un peu ça ma formation. Juste (comme dit dans les comm précédents) c’est l’inverse entre les alginates et les hydrofibres. A lire! 😀

    • C’est vrai que c’est à nous de trouver le bon pansement pr la plaie 😉

    • ActuSoins dit :

      Merci de votre remarque.
      Concernant l’absorption entre les alginates et les hydrofibres, il est important de se référer à la norme EN 13726-2. En effet celle-ci identifie les alginates et les hydrofibres de la façon suivante :
      « Les pansements alginates sont des pansements composés de plus de 50 % d’alginates, associés ou non à de la carboxyméthylcellulose (CMC). Les alginates sont des polymères d’acides alginiques obtenus à partir d’algues. Ils sont caractérisés par leur capacité d’absorption et leurs propriétés hémostatiques. Ils se présentent sous forme de compresses ou de mèches.
      Les compresses d’alginate doivent présenter des propriétés d’absorption mesurées selon la norme EN 13726-1 (chapitre 3.2), supérieures ou égales à 16 g/100 cm²/30 min. »
      « Les pansements en fibres de carboxyméthylcellulose sont des pansements composés de plus de 50 % de fibres non tissées de carboxyméthylcellulose (CMC) pure. Ils se présentent sous forme de compresses ou de mèches. Ces fibres se transforment au contact des exsudats en gel cohésif.

      Ces pansements sont caractérisés par leur capacité d’absorption.

      Ces pansements doivent avoir les propriétés d’absorption mesurées selon la norme EN 13726-1 (chapitre 3.2) et supérieures ou égales à 9 g/100 cm² / 30min »
      Les alginates absorbent effectivement plus que les hydrofibres mais la grande différence entre les deux se distingue sur leur coefficient de relargage où à ce niveau c’est l’inverse.

  10. Une fois de plus, on en oublie l’essentiel ! Ce n’est pas le pansement qui fait cicatriser une plaie chronique, mais la prise en charge globale! Vous pouvez mettre n’importe quel super pansement sur un UDJ veineux, s’il n’y a pas de compression, pas de cicatrisation. Sur une escarre, si pas de décharge et de prise en charge de la dénutrition, pas de cicatrisation. Etc…

  11. Céline Vtl dit :

    Sammy Feghoul pour celui qui est fan des pansements

  12. Aymeric Mar dit :

    Margaux tiens ça pourrait t’aider pour ton stage !

  13. Marion Albertini et Anne Tur article très intéressant.

  14. Noemi Metzger dit :

    Audrey Lubna Alfaransia Haser
    Virginie Bowe
    Nirina Thal
    Estelle Grün Kempf

  15. Virginie Bowe dit :

    Ben voilà, je pense que TOUT est dit !

  16. Hélène Gamard a mettre sur le chariot de pansements !!

  17. Gé Gé dit :

    Super article!!!
    Il y a malheureusement énormément de mauvais usages des pansements… c’est en les utilisant et en se formant au mieux que l’on comprend mieux!!!!
    Il existe des DU sur les cicatrisations des plaies brulures et nécroses qui permettent de mieux comprendre ces prises en charge! Ce que je retiens de mon DU de paris 7 du pr Revol c’est que l’on peut cicatriser avec une simple feuille de bananier… il faut juste comprendre le principe des plaies sèches qu’il fait hydrater et des plais exsudagi es qu’il fait contrôler les exsidats… mais si le patient a un mauvais état général ou des problèmes de santé non traités on n’arrivera jamais à faire cicatriser… “panser c’est avant tout penser…”

  18. Maryline Buisson, Magali Marion, Elsa Vincent, Corinne Cichocki, c’est pas mal je trouve

  19. Audrey Bourgade Laura Walerowicz Annabelle Alonso Anaïs Lalagüe Alexandra Raymond Justine Feuillerat

  20. On en parlait justement hier Pham Marie

  21. Caroline Gacquerre Rebecca Dingreville super article !!!

  22. Laurie Roland dit :

    Maritchu Curutchet Aurore Brunello Apolline Duffour
    Marlene Peres
    Laetitia Muradore
    Justine Roland

  23. Claire Zanotti regarde sa peut t’aider

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
389 rq / 4,646 sec