HAD Hospitalisation à Domicile : une prise en charge coordonnée au domicile du patient

Privilégier le maintien à domicile fait partie des objectifs institutionnels actuels. Les infirmières peuvent prendre part à cette prise en charge à domicile et pas uniquement à travers la pratique libérale. L’Hospitalisation à domicile (HAD) participe à ce maintien à domicile. En quoi consiste cette pratique ?

HAD Hospitalisation à Domicile : une prise en charge coordonnée au domicile du patientL’objectif de l’HAD est d’éviter une hospitalisation du patient au sein d’un établissement. « Cette forme d’hospitalisation permet d’assurer, au domicile du patient, des soins médicaux et paramédicaux de manière continue et coordonnée », explique Eric Ginesy, délégué national à la Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile (Fnehad).


Cette prise en charge s’adresse aux patients de toutes les catégories d’âges qu’ils soient atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives ou instables. Depuis 2007, il est possible pour l’équipe d’HAD d’intervenir en Etablissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (Ehpad) et depuis 2012 au sein des autres établissements sociaux et médico-sociaux.

« L’HAD présente plusieurs avantages pour le patient, souligne Alexandre Mokede, chargé des questions sanitaires à la Fédération hospitalière de France (FHF). Le fait de rester au domicile, de ne pas s’éloigner de son environnement proche, de réduire les risques d’infections associées aux soins dans un contexte hospitalier. Cependant, le risque peut être de faire porter sur les aidants familiaux une partie des soins de ″nursing″ normalement assurés par des professionnels dans les établissements hospitaliers. »

Pour le patient, l'HAD est prise en charge à 80 % par l'Assurance maladie comme toute hospitalisation sauf pour les personnes qui sont prises en charge à 100 % dans le cadre d’une affection de longue durée.

Le séjour en HAD est en principe à durée déterminée, mais elle est révisable selon la nature des soins et l'évolution de l’état de santé du patient. L'HAD intervient sur prescription médicale du médecin hospitalier avec l’accord du médecin traitant ou directement sur prescription de ce dernier.

Hospitalisation à domicile (HAD) : Pour quels types de soins ?

L'HAD permet ainsi de réaliser au domicile du patient des soins ponctuels, notamment en cas de maladies non stabilisées (chimiothérapie), des soins de réadaptation au domicile pour un retour anticipé après l'accouchement par exemple, de maladies cardiaques, de traitements orthopédiques ou encore de soins palliatifs. Les professionnels de l’HAD vont surtout intervenir « dès lors qu’il y a un besoin de coordination entre les professionnels de santé médicaux et sociaux », explique Eric Ginesy.

Et d’ajouter : « Cependant chaque HAD choisit ce qui lui est possible de faire en fonction de son territoire. »

Cette sphère d’intervention est néanmoins remise en cause par les syndicats d’infirmiers libéraux, qui reprochent aux HAD de « capter » des patients qui ne relèvent pas nécessairement de leurs compétences, et de ne pas réellement « assurer la coordination qu’elles sont censées faire ».

Hospitalisation à domicile (HAD) : Evaluation du patient

Avant toute admission en HAD, une évaluation de la situation du patient est réalisée par l'équipe soignante de l'établissement qui se rend au domicile pour s'assurer de la faisabilité de la prise en charge et fixer les conditions matérielles requises par le projet de soins.

Ainsi l'HAD va être envisagée si le patient est hospitalisé et que son médecin qui le suit à l'hôpital estime que les soins peuvent être poursuivis chez lui, si les conditions de domicile le permettent et enfin si le patient et sa famille sont d’accord.

Hospitalisation à domicile (HAD) : Composition de l’équipe

L’HAD est obligatoirement composée d’une équipe salariée avec un médecin coordonnateur, des infirmières de coordination et des aides-soignants. Le médecin coordinateur a un rôle en amont de la prise en charge puisque « sur la base de l’évaluation, il détermine avec le médecin hospitalier ou le médecin traitant, le projet thérapeutique, précise Eric Ginesy. C’est en fonction de ce projet qu’est défini le plan de soins et sa mise en œuvre. » Il a ensuite un rôle d’ajustement et de coordination.

« Le rôle de l’infirmière de coordination est d’évaluer la faisabilité de la prise en charge du patient et de coordonner l’ensemble des intervenants salariés mais aussi libéraux comme les psychologues, les diététiciens, les masseurs-kinésithérapeutes ou encore les infirmières », souligne Eric Ginesy.

« Les raisons de l’intervention de l’HAD sont la complexité ou l’intensité des soins à dispenser, la nécessaire médicalisation des soins, et la nécessité de faire intervenir une équipe pluridisciplinaire (Infirmier, médecin, psychologues) », rapporte Alexandre Mokede. Mais cela n’empêche pas les HAD de faire appel aux infirmiers libéraux. 

Ces interventions des infirmiers libéraux sont régies par des conventions passées avec les établissements. Les infirmiers libéraux vont être rémunérées sur la base de la nomenclature des actes (NGAP). « Ce qui se pratique, c’est une application à peu près classique de la NGAP et pour les cas où l’acte n’existe pas dans la NGAP, il faut compléter la rémunération avec des AIS ou des AMI », indique Eric Ginesy.

Laure Martin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

20 réponses pour “HAD Hospitalisation à Domicile : une prise en charge coordonnée au domicile du patient”

  1. C rigolo du personnel had à 35 h ?????? Jamais vu. Il y a beaucoup d incompréhension des deux côtés. Dommage ! Il y a des dysfonctionnements que ce soit en had ou idel mais il y a aussi beaucoup de bon que ce soit had ou idel. Chacun campe sur ses positions. … à chacun d apporter sa pierre à l édifice pour améliorer les choses si vous en avez envie. Bonne journée

  2. Jai l’impression que, pour beaucoup, vous avez une très mauvaise image de l’HAD alors qu’à la base, nous sommes la pour travailler ensemble,en collaboration. Ce nest pas de l’utopie, juste une manière de concevoir les choses. Jai vu des IDEL faire des choses aberrantes au domicile comme laver des pansements d’ulcères aux deux jambes avec seulement un verre d’eau, pour autant je ne considère pas que tous les IDEL sont incompetents. Donc peut être que tous les HAD ne le sont pas non plus…

  3. Oulala que de beaux avis sur l’had.. Si je peux me permettre je travaille dans le même Had que Claire et je fais partie du personnel non opérationnel qui coûte soi-disant si cher ( secrétaire..) ma tâche principale est la gestion des factures des libéraux.. Comble quand même pour des gens a qui on “vole ” des patients …:/ je tiens également à rappeler que vous ne perdez pas d’argent sur les actes que vous réalisés ce qui n’est pas le cas avec la sécu… Problème de commande de matos : comment faites vous pour faire rentrer un patient en fin de vie avec du matos du jour au lendemain sans matériel ? J’aimerais bien vs y voir .. Je pense surtout que le patient resterai plus lgt en structure .. Son souhait immédiat de retour à domicile ne serait même pas respecté

    aucune différence entre véhicule de service et de fonction aiee renseignez vous…
    Bref à bon entendeur .. Salut

  4. Du grand n’importe quoi !! Le matériel ? On voulait que je fasse une calci 0.4 avec des seringues de 10 Et de 20 cc!!!
    Un PSE de scopolamine sans la scopolamine !!!La coordination ? L’information à la famille ? 0 le personnel dit on va transmettre à la coordinatrice : aucun retour. Depuis le printemps, nous en sommes à 3 PEC pour soins palliatifs/HAD : aucun accompagnement de l’aidant, aucune information ni soutien au moment du décès. C’est qui s’y colle ? …

  5. Debby Goudy dit :

    Prise en charge tellement coordonnée qu’un de mes patients volé par l’HAD a décidé de s’en séparer et de nous garder à temps plein car trop de soignants d’interlocuteurs, pas de suivi dans la prise en charge, aucun dialogue av les libéraux qui interviennent sur le reste de la journée, matériel oublié d’être commandé,prescriptions non à jour, piluliers faux, c’est bourde sur bourde…on m’a même demandé de faire un lovenox 0,2 en ayant uniquement du 0,4, j’ai refusé disant que c’était impossible car seringue non graduée. La réponse a été ” faut la purger à peu près à moitié “. Mais bien sûr et quand il faudra monter les marches du tribunal ce sera à peu près aussi. De la medecine de guerre Du grand n’importe quoi . Le délire a duré 1 mois. C’est purement inutile , une perte de temps d’argent et une prise en charge déplorable

  6. Les Had ne sont intéressés que par les gros soins techniques qui rapportent
    Et quand ils ont fini le gros œuvre ils proposent un partenariat aux libéraux ….
    Ca me fait doucement rire
    Et apres faudrait qu on leur donne une médaille , ou qu on les plaignent … Alors que ces infirmiers la N ont aucun quartiers pour leur confrères …

  7. Gui Yaume dit :

    Sur le papier… Dans les faits liberaux et had, même tambouille incompréhensible…

  8. HAD= voitures de fonction, 35h hebdo, personnel inutile (psy, coordinateurs, etc..) secrétariat, personnel tournant, frais de structure, protocoles, perte de temps administrative, perte du libre choix du patient etc etc….comment voulez-vous que se soit rentable et efficace ??!
    dans quelques années on fera des protocoles d’études savantes pour se rendre compte que c’est couteux…et on reviendra en arrière…

    • Que de réflexions alors que vous semblez si peu informé! Sachez que je travaille en tant qu’ide en HAD et aucun véhicule de fonction mais un véhicule de service… Ce n’est pas du tout la même chose! De plus, les semaines de 35h… Belle utopie! Par contre vous semblez avoir oublier d’aborder la nette différence de revenus! Alors il serait bon de vous informer auprès de vos collègues qui exercent au sein de ces établissements avant d’avancer de tels propos…

    • Anne Blaise dit :

      Ns sommes peut être peu informés Ms ns subissons ces querelles au quotidien et voyons nos patients partir en HAD pr bonne excuse que seule l HAD a le droit de dispenser certains soins !!
      Qt au salaire ne Vs inquiétez pas car vu le nombre de patients que Vs ns prenez nos dividendes diminuent comme neige au soleil … Ms par contre pas les charges….petit détail que Vs ne subissez pas car charges calculées sur n-2….

    • Claire Piloustre véhicule de fonction ou de service ça revient au même : c’est le contribuable qui paye et pas vous ! Quand au revenu horaire une telle structure revient beaucoup plus cher c’est évident : médecin coordinateur, psy, secrétaire, frais de structure, aide soignant, ide. Une infirmière libérale = pas de congés payés, pas d’arrets maladie ni maternité, cout horaire imbattable. Cependant je ne nie pas l’utilité d’une telle structure mais pour un certain type de patient seulement.

  9. L’had chez nous a déposé le bilan…. Lol

  10. Anne Blaise dit :

    Oui c est bien un objectif de nos institutions!!! Ms les IDEL ont toujours su coordonner les soins entre les différents acteurs nécessaires
    Vs parlez de psychologue??? Jamais vu chez mes patients kidnappés …. par l HAD!!
    Arrêtez de prendre les IDEL pour des gens moins qualifiés !!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
272 rq / 1,834 sec