Couverture vaccinale de la population : faut-il élargir les droits des infirmiers ?

Alors que le champ de la vaccination antigrippale par les infirmiers en rôle autonome vient d'être sensiblement élargi par arrêté, le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) en réclame davantage. 

Couverture vaccinale de la population : faut-il élargir les droits des infirmiers ?"Bridés par l'administration"... Les mots, envoyés par communiqué du SNPI, se veulent explicites. Ils font suite à l'arrêté publié le 14 novembre dernier, "fixant la liste des personnes pouvant bénéficier de l'injection du vaccin antigrippal saisonnier pratiquée par un infirmier ou une infirmière". 

L'arrêté en question stipule que "les personnes âgées de 65 ans (et plus)" ainsi que "les personnes adultes pour lesquelles la vaccination antigrippale est recommandée dans le calendrier des vaccinations en vigueur, à l'exception des femmes enceintes", peuvent bénéficier de l'injection du vaccin antigrippal saisonnier par un infirmier ou une infirmière, dans le cadre d'un rôle autonome (sans prescription, et hors primo-vaccination). 

L'élargissement concerne donc les adultes pour lesquels la vaccination est recommandée dans le calendrier des vaccinations. Notons que depuis 2008, les infirmiers vaccinent déjà sans prescription médicale préalable, les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes atteintes de certaines pathologies chroniques. Notons aussi que sur prescription, ils sont habilités à pratiquer les injections destinées aux vaccinations, pour tous types de population.

Un champ nettement insuffisant, selon le SNPI, qui réclame un élargissement des possibilités de vaccination hors prescription à l'entourage des patients notamment. "Le décret limite cette vaccination directe par l'infirmière, sans nouvelle prescription médicale, d'une part à la grippe, et d'autre part aux personnes âgées et aux personnes fragiles avec des pathologies chroniques, explique le syndicat. Si nous sommes compétents pour les plus fragiles, il est totalement incohérent de nous l'interdire pour des adultes en bonne santé!". 

Des mesures qui passent mal

L'arrêté intervient dans un contexte de défiance des infirmiers libéraux, face à plusieurs mesures de santé publique prises pour garantir une meilleure couverture vaccinale de la population. Dernière en date : l'expérimentation dans deux régions de la vaccination anti-grippale par des pharmaciens. Les infirmiers y voient une concurrence déloyale, mais aussi un déni de leurs compétences. 

En 2016, déjà la loi de modernisation de notre système de santé divisait. En effet, les parlementaires accordaient aux sages-femmes le droit de vacciner, pour, entre autres, améliorer la couverture vaccinale dans l'entourage des nourrissons. 

Ce que regrettent les organisations infirmières en général, c'est que pour élargir la couverture vaccinale, le gouvernement ait préféré attribuer des droits aux autres professionnels de santé plutôt que d'élargir les droits des infirmiers. "Nous n'avons même pas le droit de revacciner de nous-même l'entourage du patient, ce qui réduit d'autant la portée de la vaccination", insiste Thierry Amouroux, secrétaire général du SNPI CFE-CGC. Cela "représente une négation des compétences infirmières, par une administration frileuse face au lobby médical", estime-t-il. 

M.S

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

9 réponses pour “Couverture vaccinale de la population : faut-il élargir les droits des infirmiers ?”

  1. Omar Hdo dit :

    ??? Tu veux travailler gratis ???? Qu ils sont cons ces ide !!!

  2. Nicolas_Sanchez dit :

    Bonjour,

    Pour ma part, je ne partage pas une interprétation aussi restrictive de l’arrêté du 14/11/2017.

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=0D4E6476C08656F2B56BE4ABCC04A455.tplgfr37s_3?cidTexte=JORFTEXT000036032983&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000036032651

    En effet, dans son article 2, ce texte stipule deux grandes catégories de personnes pouvant être vaccinées par les infirmiers, sans prescription médicale, hors primo-vaccination.

    – Les personnes âgées de 65 ans et plus (avec ou sans comorbidité)
    – Les personnes adultes (hors femmes enceintes) dont la vaccination est recommandée dans le calendrier vaccinal en vigueur.

    Quelles sont les personnes adultes concernées par les recommandations 2017 de la vaccination antigrippale :

    http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinations_2017.pdf

    – Les personnes âgées de 65 ans et plus (avec ou sans comorbidité)
    – Toute personne adulte quelque soit son âge, atteint des pathologies suivantes (Asthme / BPCO / …)
    – Toute personne adulte quelque soit son âge et leur pathologie avec un IMC > 40 kg/m2
    – Toute personne adulte séjournant dans un établissement de soins de suite ou dans un établissement médico-social d’hébergement.
    – Toute personne adulte présente dans l’entourage d’un nourrisson de – de 6 moins présentant des facteurs de risques (Prématurés / pathologie pulmonaires / …)
    – Toute personne adulte étant professionnelle de santé ou tout professionnel en contact régulier et prolongé » avec des personnes à risque de grippe
    – Toute personne adulte étant personnel navigant (avion ou bateau) et les guides de voyage

    Le nouvel arrêté élargit notablement les possibilités vaccinales pour les infirmiers.

    Néanmoins, la possibilité de la prescription du vaccin ainsi que les restrictions incluses dans ce texte doivent être confrontées à des fondements scientifiques pour ne pas rester sur des limitations partisanes.

    Cordialement,

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
287 rq / 2,910 sec