IBODE : enfin entendus ?

A l'occasion des leurs journées nationales d'étude et de perfectionnement (JNEP), les IBODE ont pu faire le point sur leurs revendications. Lors d'un forum participatif, Pilar Verdoncq, une représentante du ministère de la santé et Brigitte Ludwig, présidente de l'Unaibode, ont notamment répondu à leurs interrogations concernant la masterisation. 

IBODE infirmière de bloc opératoire : enfin entendus ?"On approche du master. On sent vraiment qu'il y a une avancée par rapport à cela" se réjouit Brigitte Ludwig, présidente de l'Unaibode, suite au forum des JNEP, qui a accueilli cette année Pilar Verdoncq, une représentante du ministère de la santé.


Depuis la grande conférence de santé en février dernier, des représentants Ibode avaient déjà été reçus au ministère. Ils ont été de nouveau été rassuré hier, quant à la masterisation de leur formation.

"Il faut d'abord que la méthodologie entre les ministères, les universités et les régions se mette en place, et ensuite on aura la priorité" affirme Brigitte Ludwig. D'ailleurs, pour la présidente de l'Unaibode, qui salue l'orientation du gouvernement "l'éloignement des formations paramédicales de l'université (...) n'est plus concevable aujourd'hui".

Pour l'heure, le ministère n'a pas encore proposé de calendrier et les travaux vont être longs car ils associent de nombreux acteurs : les ministères de la santé et de l'enseignement supérieur, l'université, les régions et la profession infirmière. Mais Brigitte Ludwig a bon espoir. "Les échanges avec le ministère sont très constructifs" estime-t-elle.

 Pour une application de la VAE

Pilar Verdoncq et l'Unaibode ont également rassuré les Ibode sur la VAE. "Certaines infirmières ont commencé des cursus de VAE IBODE, car c'est une possibilité qui leur est offerte depuis 2014" rappelle Brigitte Ludwig.

"Néanmoins, lorsqu'après étude du dossier, il s'avère qu'elles doivent valider certaines compétences pour obtenir la validation complète, cela devient compliqué, car la formation ne s'articule toujours pas autour de compétences. En attendant la réingénierie de la formation, nous allons trouver des solutions. Nous avons d'ailleurs rendez-vous en Juin avec la DGOS pour travailler sur ce sujet" explique Brigitte Ludwig.

Depuis l' instauration de la VAE IBODE en 2014, 387 des dossiers déposés ont été déclarés recevables. Sur les 35 déjà passés devant un jury,  6 ont obtenu une validation complète (ce qui leur permet de recevoir le diplôme d'Ibode à condition de suivre en plus la formation aux actes exclusifs), 23 une validation partielle, et 6 aucune validation.

Une profession en re-construction

Les actes délégués en exclusivité par les chirurgiens aux infirmiers de bloc opératoires diplômés d'Etat sont soumis à une formation de 49 heures, intégrée à la formation initiale pour les nouveaux diplômés.

Les anciens diplômés, eux,  doivent suivre un enseignement complémentaire. "Tout le monde sera formé avant 2020" rassure Brigitte Ludwig, répondant aux inquiétudes des Ibode qui ne voient pas venir cette formation.

"Il y a un an, si cette reconnaissance était accueillie par nous tous comme une première victoire, il nous importait que soit effective leur mise en oeuvre dans le temps" explique Brigitte Ludwig.

"Cette mise en oeuvre se poursuit avec beaucoup d'envie et de dynamisme de tous les acteurs. Nos compétences sont valorisées, reconnues et indispensables dans les blocs".

Brigitte Ludwig a également expliqué par ailleurs que les inscriptions dans les écoles d'Ibode étaient en hausse depuis la reconnaissance de compétences exclusives pour la profession.

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “IBODE : enfin entendus ?”

  1. IBODE MOSELLE dit :

    Et à quand une résonnance financière de nos compétence ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
514 rq / 3,533 sec