Accord à l’AP-HP : sauvegarde des emplois pour la CFDT, “trahison” pour les autres

La CFDT de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) a estimé lors d'une conférence de presse que l'accord signé sur l'organisation et le temps de travail permettrait de sauver une partie des emplois menacés par le plan d'économies, alors que plusieurs autres syndicats de l'institution crient à la trahison dans des communiqués.

©Cyrienne Clerc Manifestation le 21 mai dernier devant le siège de l'AP-HP, avenue Victoria

©Cyrienne Clerc
Manifestation le 21 mai dernier devant le siège de l'AP-HP, avenue Victoria

Cet accord, signé par la seule CFDT - comme l'accord de 2002 - qui  intervient après 11 séances de négociations, doit s'appliquer à compter du 1er janvier 2016.

"La CFDT n'était pas demandeur" de cette réforme mais estime avoir "évité un passage en force" du directeur général, Martin Hirsch au 1er janvier.  La loi HPST de 2009 autorise, en effet, les directeurs d’hôpitaux à décider unilatéralement du temps de travail et de repos des agents.

Pour la CFDT, l'accord obtenu devrait permettre de sauver environ 2 000 emplois alors que Martin Hirsch Martin Hirsch avait souligné la nécessité de maîtriser les postes de dépense, dont la masse salariale, pour respecter les prochains objectifs nationaux des dépenses d'assurance maladie (Ondam).

"Si on ne bouge pas les organisations du travail, maîtriser la masse salariale, ça veut dire supprimer de l'emploi", avait-il observé en évoquant 3 000 ou 4 000 suppressions d'emplois.

Un difficile rapport de force

Isabelle Chaumont-Huye, secrétaire générale de la CFDT, a observé qu'après les grandes manifestations organisées par l'intersyndicale en mai et en juin, "la mobilisation n'y était plus" à l'automne.

"Si à l'AP-HP, des forces syndicales se sentent prêtes à réintroduire le rapport de force" et à aller au-delà du socle obtenu par la CFDT, "nous les encourageons [...] et nous les applaudirons", a affirmé Abdel Abdoun, membre de la commission exécutive du syndicat.

Pour la CGT qui estime la CFDT "a trahi les dizaines de milliers d'agents grévistes en mai et juin pour le retrait du projet Hirsch" et n'a pas tenu compte de l'avis des agents et les autres syndicats opposés à l'accord (Sud-Santé, FO), recréer un rapport de force risque en fait d'être difficile.

Lors d'une réunion, ceux-ci ont cherché à "caler une riposte unitaire", précise Rose May Rousseau (CGT) qui se déclare "scandalisée par cette trahison et cette casse sociale". Une journée de mobilisation se profile, la date du 17 novembre étant évoquée.

"Cet accord reprend presque intégralement le texte initial que le directeur général avait présenté en mars aux organisations syndicales", indique un communiqué de l'intersyndicale (CGT, Sud, FO).

Maintien de la 1/2 heure de repas dans le temps de travail

La CFDT a "bataillé ferme" pour le maintien de la demi-heure de repas dans le temps de travail pour tous les personnels, a précisé Abdel Abdoun. Avec cet avantage, le temps de travail effectif hebdomadaire est donc en moyenne d'environ 35h30 et, si l'on tient compte d'une RTT toutes les trois semaines, il se réduit même en moyenne à moins de 33 heures, a-t-il remarqué.

Parmi les avancées obtenues, les représentants de la CFDT ont notamment évoqué la mise en place d'outils pour mesurer le temps supplémentaire effectif réalisé par les agents chaque jour, par exemple pour les transmissions, et actuellement non pris en compte.

Réduction du nombre de jours de RTT

Rappelons que les 36 000 agents travaillaient actuellement selon un schéma en 7h36 quotidien  pourront garder ce schéma avec 18 jours de RTT (au lieu de 20 actuellement) ou opter pour du 7h30 avec 15 jours de RTT et un forfait annuel de 18 heures supplémentaires. L’organisation du travail en 7h30 concernera par ailleurs les nouveaux recrutés, en fonction des organisations des services mais ils ne bénéficieront pas du forfait d'heures supplémentaires.

Pour Rose-May Rousseau (CGT) , "l'organisation en 7h36 va ainsi devenir l'exception et le 7h30 va être rapidement généralisé" . La CGT, Sud Santé et FO refusaient cette organisation qui, outre le fait qu'elle entraîne une réduction des jours de RTT, aura pour conséquence de compliquer le temps des transmissions.

Côté RTT, les gains pour l’AP-HP sont donc substantiels. Les 2 journées de RTT extraréglementaires obtenues en 2002 sont supprimées, ainsi que la journée de RTT accordée aux mères de famille. Le sort des journées dites « médailles », accordées à l’ancienneté, est incertain. La CFDT estime que cela représente une économie de 1000 postes.

Par ailleurs, 11 000 agents verront leur schéma en 7h50 supprimé. L'accord n'aura pas d'impact pour les autres agents, notamment ceux travaillant en 10 heures ou en 12 heures.

S'agissant de la généralisation de la "grande équipe" (alternance possible entre des horaires du matin ou de l'après-midi, entre 7h et 21h), qui concerne déjà la moitié des agents, la CFDT indique avoir obtenu que les plannings soient établis au moins trois mois à l'avance. Un travail doit aussi être engagé pour donner plus de cohérence aux plannings des médecins par rapport à ceux des soignants. 

Rédaction ActuSoins (avec APM)

Les points dénoncés par l'intersyndicale :

  • la suppression des équipes fixes du matin et de l’après-midi,
  • la mise en place de 9 schémas horaires (article 6)
  • la possibilité de schémas horaires différents sur la base d’un projet de service (article 6).
  • l’extinction progressive des 7h36
  • les nouveaux embauchés uniquement en 7h30 ou 7 heures
  • La suppression des 7h50, soit 6 jours RTT de moins pour 12 000 agents

Pour aller plus loin :

Offres d'emploi pour infirmière, IADE, IBODE, Cadres de Santé, Médecin, professionnels de santé sur toute la France et la Suisse

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

13 réponses pour “Accord à l’AP-HP : sauvegarde des emplois pour la CFDT, “trahison” pour les autres”

  1. IDE_polo06 dit :

    l’esclavage a été abolie dans la plupart des pays qui en faisait leur richesse …., on pourrait y revenir avec votre haute réflexion et analyse aussi chère madame Norma si pour vous la norme c’est ce processus qui est à suivre.

    • Norma Colle dit :

      Le processus qui est à suivre est :
      “IDE de France et tous soignants de France bougez-vous les fesses au lieu d’attendre que le processus vienne seul ou que des syndicats se bougent pour les soignants”!
      Mais là c’est de la pure utopie…………je crois bien même qu’une nouvelle race de poules avec des dents pourrait naître avant qu’une “révolution” soignante voit le jour !!!!

  2. Norma Colle dit :

    Sans vouloir défendre la CFDT à tout prix …..

    Savez-vous que depuis 1982 date à laquelle la semaine de travail était passée de 40h à 39 h par semaine bon nombre d’hôpitaux avait “avalé” les 30 minutes de repas à tous leurs employés ? Vu de ce bout de la lorgnette celà signifie que tous les employés de l’APHP bénéficient depuis 1982 d’un avantage non négligeable et qui a été jusqu’àlors probablement défendu bec et ongles par les syndicats. Cet avantage était-il toujours négociable en 2015 soit plus de 20 ans après que la majorité des hospitaliers français l’ait perdu?

    • Norma Colle dit :

      que dis-je 20 ans .non il s’agit de plus de 30 ans!

      Sinon je lis:
      “ou opter pour du 7h30 avec 15 jours de RTT et un forfait annuel de 18 heures supplémentaires. ”

      Au final l’APHP conserverait tout de même des avantages que les autres hospitaliers n’ont pas: beaucoup d’hôpitaux(la majorité??) ont 15 jours de RTT pour des journées de 7h30 et rien de plus…….

      Comment voulez-vous que les syndicats puissent réellement s’opposer à ce qui se fait déjà en France dans tous les autres hôpitaux ?
      A ceux qui jettent l’opprobe sur les syndicats je dirai “essayez d’aller défendre des acquis qui sont partout ailleurs abolis depuis des lustres voire n’ont jamais existé”?

    • IDE_polo06 dit :

      est-ce le fond du problème les 30′ de repas ? divisé pour mieux régner vous en faite l’exemple et la cfdt, comme à chaque fois, fait tomber la lutte par des accords misérables qui trahit les salariés qui ont encore la foi pour la ciollectivité et la force de lutter contre les coups bas ! Honte à ceux qui militent pour la regression sociale, le recul de la classe ouvrière qui est la richesse même du pays et des avancées collective de tout ordre

      • Norma Colle dit :

        aucune intention de militer pour la régression sociale ou de militer pour “diviser pour mieux régner”: ce qui écrit plus haut est “ras le bol de ceux qui “tapent” sur les syndicats (tous syndicats confondus) et qui sous-entendent que ces derniers ne font rien pour défendre les travailleurs…..A ceux-là je leur dis “montrez vos talents et engagez-vous dans les actions avant de critiquer et de casser du syndicat”…….Critiquer c’est facile ,agir c’est plus dur……..Voilà pourquoi tous les IDE de France se font couillonner car majoritairement ces derniers sont immobiles et ne savent pas se bouger les fesses!

        • IDE_polo06 dit :

          Chère Norma, je pense ne pas avoir compris votre réflexion d’où mes réactions hostiles à vos interventions. En lecture de votre message du 1er novembre je ne peux qu’applaudir. C’est au quotidien que nous pouvons que constater la régression des conditions de travail d’une part et en parallèle la non reconnaissance de notre maillon de chaine dans la prise en charge des patients avec leur problème de santé. C’est au quotidien que l’on peut voir la souffrance des soignants qui se sentent de plus en plus maltraitant et maltraités (le contraire de ce que nous sommes venus chercher dans notre profession). Les syndicats n’ont pas de poids sans nous quand il s’agit de lutter. Ils ont la force que l’on veut bien leur donner. Leur force c’est la base: NOUS !! alors plutôt que d’attendre tout d’eux (tirer les marrons du feu), Faisons nous respecter et avançons en fédérant nos forces, en oubliant les clivages de tout ordre pour être solidaire plutôt que de nous désunir et faire la part belle à la maltraitance institutionnelle.
          Allons vers les syndicats et bougeons avec eux. Avançons des idées car si l’on pense qu’ils s’encroutent un peu trop, on peut penser aussi que c’est de notre faute !!

  3. IDE_polo06 dit :

    Sauver des emplois alors qu’il y a une pénurie de soignants dans les services. Mais, de quels emplois parle t-elle cette conféderation ???? CFDT ou CFDP ??

  4. La CFDT, le syndicat des cadres et des patrons à encore frappé

  5. IDE_polo06 dit :

    Vous savez quoi ? la CFDT est une adepte des accords de dernièrement minute et à la botte des politiques. Elle a fait la même chose pour démenteler la convention collective 71 des CLCC (seule signataire contre tous les autres syndicats et de plus, tenez vous bien ct le syndicat le plus minoritaire des centre de lutte contre le cancer (clcc)).

  6. Toujours ds la m ligne de conduite : la trahison, l’organisation au service du patron..

  7. Niko Bro dit :

    La CFDT qui se pose en “sauveur” en cautionnant le démantèlement des acquis. (Vomissement)

  8. Oui, trahison!!!! Mais qu’à moitié car comment être étonné ?….

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
239 rq / 1,538 sec