Comprendre l’ECG (électrocardiogramme), un défi osé ?

Dans le précédent article nous vous présentions les fondamentaux de l’ECG. Passons à l’interprétation des lignes électrocardiographies. Après la lecture d’un ECG normal, nous aborderons les principaux troubles du rythme.


Cet exposé n’est pas exhaustif, il vous permet juste de vous initier et peut être de vous donner envie d’en savoir plus sur l’ECG.

Un ECG normal ?

Le premier élément à observer est la ligne isoélectrique ou ligne de base, (en rouge sur le schéma suivant). Elle correspond au tracé qui serait enregistré sur un ECG si le coeur n’avait aucune activité électrique.
Les ondes situées au-dessus de cette ligne isoélectrique sont dites « positives » (onde P, onde T), les ondes situées en dessous de cette ligne sont dites « négatives » (onde Q). Le segment ST est isoélectrique (élément très important à observer en cas de douleur thoracique et de suspicion d’IDM).

electrocardiogramme_frequence_normale

L’extrait ECG ci-dessus montre une fréquence normale (60/min), un rythme régulier (car les espaces entre les QRS sont identiques) et sinusal (car chaque onde P est suivi d’un QRS).

Trois questions sont incontournables :
• Quelle est la fréquence cardiaque ?
Une fréquence normale se situe entre 50 à 100/minute. En dessous de 50/min, nous parlons de bradycardie, au-dessus de 100/min, nous parlons de tachycardie.
• Est-ce que le rythme cardiaque est régulier ou irrégulier (arythmie) ?
Sur un ECG normal, l’espace entre 2 QRS est toujours le même quel que soit le moment de l’enregistrement (en vert sur le schéma suivant). Cette question est fondamentale pour détecter les arythmies.
• Est-ce que le rythme est sinusal (ou normal) ?
Chaque onde P doit être suivie d’un QRS. Cette question va permettre de repérer des troubles de la conduction entre les oreillettes et les ventricules.

L’extrait ECG ci-dessus montre une fréquence normale (60/ min), un rythme régulier (car les espaces entre les QRS sont identiques) et sinusal (car chaque onde P est suivi d’un QRS).

Pour rappel :
• L’onde P correspond à la contraction auriculaire, elle est toujours positive sauf en AVR
• L’espace PR correspond à la conduction auricule-ventriculaire (passage de l’influx électrique des oreillettes aux ventricules)
• Le QRS correspond à la contraction des ventricules et est généralement fin
• Le segment ST est toujours isoélectrique
• L’onde T correspond à la repolarisation ventriculaire, elle est souvent positive et de forme asymétrique

Les troubles du rythme

Ils désignent des battements du coeur trop lents (bradycardie), trop rapides (tachycardie) ou irréguliers (arythmie). Ils sont d’origines variées et non dénués de conséquences en absence de prise en charge rapide et efficace : des extrasystoles ventriculaires en passant par une tachycardie sinusale (suite à un effort physique par exemple) jusqu’à la fibrillation ventriculaire ().

Les extrasystoles 1
D’une manière générale, les extrasystoles sont des contractions prématurées issues d’un foyer ectopique qui peut être situé au niveau auriculaire, auriculo-ventriculaire ou ventriculaire.
Un foyer ectopique désigne une excitation cardiaque anormale.
Dans le cas des extrasystoles ventriculaires ou ESV (étoile rouge), cela correspond à la dépolarisation (contraction) spontanée d’un petit groupe de cellules situées au niveau des ventricules. Elles peuvent être uniques et isolées, nombreuses ou par salves avec un risque majeur de passage en fibrillation ventriculaire.
Sur l’ECG suivant, nous pouvons apercevoir 3 extrasystoles ventriculaires d’affi lé (triplet) non précédées d’une onde P.
electrocardiogramme_extrasystoles

La fibrillation auriculaire 2
La fibrillation auriculaire est la contraction irrégulière, anarchique et rapide (environ 300/mn) des oreillettes du cœur (flèches noires sur l’ECG). Cela s’explique par une hyperexcitabilité des oreillettes liée la présence de nombreux foyers ectopiques (étoiles rouges) au niveau des oreillettes qui déchargent en même temps. Les ventricules tentent de suivre ce rythme infernal des oreillettes et par conséquent se mettent à battre irrégulièrement. Cela s’appelle l’arythmie complète par fi brillation auriculaire (ACFA). Lorsque le rythme des ventricules est très rapide et irrégulier, cela s’appelle la Tachyarythmie Complète par Fibrillation Auriculaire (TACFA). Cela nécessite une prise en charge rapide car les oreillettes ne se contractent plus effi cacement et le sang stagne. Le risque majeur est la formation d’un thrombus, source d’un AVC ou d’une embolie pulmonaire. Un traitement par anticoagulant et antiaryhtmique, voire un choc électrique externe, doit être mis en place rapidement.
electricardiogramme_fibrillation_auriculaire

La tachycardie ventriculaire 3
Le rythme naît au niveau d’un foyer ventriculaire (FC supérieure à 120/min), qui est régulier, rapide avec des QRS larges (étoile rouge). Cela peut être plus ou moins bien toléré par le patient et il existe un risque majeur de passage en fibrillation ventriculaire (donc d’arrêt cardiaque). Un traitement médicamenteux doit être mis en place rapidement.
electrocardiogramme_tachycardie_ventriculaire

La fibrillation ventriculaire 4
La fibrillation ventriculaire correspond à une décharge simultanée d’une multitude de foyers ectopiques au niveau des ventricules (étoiles rouges). Il en résulte une activité électrique complètement anarchique et désordonnée. Il n’y plus de contractions ventriculaires efficaces, le sang n’est plus éjecté dans la circulation générale : c’est une des causes d’arrêt cardio-respiratoire.
C’est une urgence absolue qui nécessite une réanimation rapide et efficace avec un massage cardiaque externe, une défibrillation précoce et une ventilation manuelle. Le traitement de la fibrillation ventriculaire est le choc électrique externe afin de resynchroniser toutes les cellules du myocarde.
electrocardiogramme_fibrillation_ventriculaire

Laurence Picard, anesthésiste
Pour retrouver la première partie de cet article : Comprendre l'ECG un défi osé ?
Nous aborderons la prochaine fois les troubles de la conduction et les modifications majeures du segment ST en cas d’angor ou d’infarctus du myocarde.

Ce dossier est paru dans le numéro 17 d'ActuSoins Actusoins magazine infirmier

 Pour recevoir chez vous (trimestriel), c'est ICI

Pour en savoir plus : lecture accélérée de l'ECG - Dale Dubin - Maloine.

Pour aller plus loin : les formations pour comprendre l'ECG Electrocardiogramme

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

34 réponses pour “Comprendre l’ECG (électrocardiogramme), un défi osé ?”

  1. Huet Bruno dit :

    Bonjour sancho
    je n’ai pas trouvé dans le rôle propre, ni dans les autres articles ” Activité 5 : Lecture des tracés relatifs au fonctionnement des organes (Simple ECG / ECG 12D /… )”
    Pouvez vous nous indiquer vos sources, merci

  2. Neb Telliav dit :

    Si nos connaissances, notre clinique, nos liens s’arrêtait à la formation initiale, notre métier serait bien terne.

    Savoir lire les grandes trames d’un ecg, accélère la prise en charge mais surtout rends notre métier INTERESSANT

  3. RK Mat dit :

    Et oui tout le monde ne peut pas être infirmier……

  4. sancho dit :

    L’interprétation d’un ECG relève d’une compétence médicale mais la lecture d’un tracé ECG avec le dépistage de signes anormaux manifestes fait partie des compétences infirmières. (Il y a une différence entre lecture et interprétation.
    Lecture :
    Trouble du rythme avec arythmie non sinusale et absence d’onde P précédent les complexe QRS => Compétence des infirmiers
    Interprétation :
    ACFA => Compétence médicale
    Article R4311-5 du CSP :
    – Recueil des observations de toute nature susceptible de concourir à la connaissance de l’état de santé de la personne.
    – Surveillances et maintien des fonctions vitales par des moyens non invasifs.
    Référentiel de formation :
    – compétence 1 :
    Analyse d’une situation clinique
    – Activité 1 : Surveillance clinique et paraclinique
    – Activité 4 : Surveillance des fonctions vitales
    – Activité 5 : Lecture des tracés relatifs au fonctionnement des organes (Simple ECG / ECG 12D /… )
    Cette lecture fait partie de notre rôle propre depuis 1993 et reconfirmé par la formation de 2009.
    Notre rôle propre n’inclut pas que les soins d’hygiène et de confort.
    Le role propre est l’essence même de notre profession : Le raisonnement clinique.

  5. Kar Mo Jo dit :

    C’est toujours enrichissant d’apprendre et de se perfectionner.Pour ma part , j’étais demandeuse d’en apprendre plus sur les troubles du rythme et j’ai eu la chance d’avoir un cardiologue qui prenait son temps pour m’expliquer .ET c’est clair que cela permet d’accélérer la PEC .J’ai adoré le service de soins intensifs cardio!!!!

  6. Le groupe officiel des blouses blanches afin d’échanger et partager des infos mais également nos expériences et compétences …
    https://www.facebook.com/groups/1495447840731862/

  7. Nicolas, ça peut peut-être t’intéresser

  8. Euh…sauf que lire un ECG n est pas un acte infirmier en formation initiale! Surveiller les signes cliniques d un infarctus oui…peut-être vecu comme moins croustillant …et pourtant!

  9. C’est ce type de cours que l’on devrait avoir en IFSI.

  10. çà me fait rire jaune ecg normal 4 pontages!

  11. ah bon !!! et sans toubib on fait quoi ??? mignon le coeur mais vous êtes déconnectés !!!!

    • sancho dit :

      “Et sans médecin on fait quoi ???” Notre travail d’infirmier !
      Quand je lis ce type de phrases, je suis hors de moi.
      Les infirmiers sont des professionnels autonomes et indépendants qui collaborent avec les autres professionnels de santé dont les médecins.
      Ces petites phrases sous entendent que les Infirmier sont des exécutants écervelés qui ne peuvent rien faire sans docteur en médecine.
      Par exemple :
      Devant un tracé ECG ressemblant à une FV => Vérification du pouls carotidien chez un adulte (Vérifions que l’ecg ne déconne pas) et si besoin on pratique des compressions thoraciques, puis un coup de DSA, puis on fait appeler le medecin.
      Recueil de données / Compression thoracique / DSA => Rôle propre infirmier
      Cf CSP R4311-5 : Recueil des informations (…) / Surveillance et maintien des fonctions vitales par des moyens non invasifs (…)

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
346 rq / 2,668 sec