Stages infirmiers dans les cliniques : c’est le blocage

| | mots clefs : , , 27 réactions

La Fédération de l'hospitalisation privée et le ministère des Affaires sociales et de la santé campent sur leurs positions. Dès samedi, les nouveaux stagiaires ne seront plus accueillis dans les cliniques privées.

Les étudiants de l'IFSI de Tours devant l'ARS

Les étudiants de l'IFSI de Tours devant l'ARS

Cétait le rendez-vous de la dernière chance.

La Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers () a rencontré le 26 février, pour la seconde fois en une semaine, le Ministère ainsi que la .

"Le couperet est tombé ! La FNESI s’est vu annoncer le maintien du boycott des étudiants en stage dans les établissements de la FHP" qui a adopté " une politique bien éloignée des valeurs des professionnels de la santé, au détriment des patients", indique la fédération étudiante.

Seul petit geste :  les étudiants déjà en stage ne seraient pas impactés par cette mesure.

"La partie engagée entre la FHP et le ministère a placé les étudiants infirmiers sur l’échiquier malgré eux. L’enjeu, qui à première vue concerne uniquement les stages, est en réalité bien plus important: ce n’est que le reflet de ce qui se passe dans les coulisses sur le plan politique", estime la FNESI qui renvoit les deux belligérants dos à dos, alors que des voix critiques commençaient à s'élever et à juger que la FHP se servait de la FNESI (bien malgrè elle).

Le public et le privé non lucratif poussent les murs

Pour pallier dans l'urgence, "c'est par l’intermédiaire des agences régionales de santé, que le ministère tente aujourd’hui de rediriger les étudiants sur le carreau vers d’autres lieux de stage. En voulant pousser les murs, ce sont les services de soins qui se verront surchargés, la qualité de l’encadrement qui se verra dégradée, encore une fois au détriment des patients", insiste la fédération étudiante.

Par ailleurs, la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés non lucratifs (FEHAP) a promis de se mobiliser contre cette situation.

La fédération du privé non lucratif annonce dans un communiqué qu'elle s'est "adressée directement à ses adhérents au niveau national pour leur demander de participer à l’effort de mobilisation, en les appelant à faire preuve d’une souplesse toute particulière dans l’accueil de stagiaires infirmiers au sein de leur structure".

En lien avec les ARS, les délégations régionales de la FEHAP "entament une démarche de recensement des places disponibles parmi les établissements dans leur région".

Mobilisation étudiante

La FNESI compte se réunir ce samedi 1er Mars lors d’un conseil d’administration convoqué en urgence afin de décider des actions fortes à mener.

Depuis quelques jours, les étudiants commencent à se mobiliser et à manifester. A Lyon, les étudiants infirmiers ont organisé  lundi 24 février  une chaîne devant la clinique privée Natecia. A Tours, ils ont manifesté devant la porte de l'ARS.

A Neufchâteau (Vosges), les étudiants se sont regroupés pour former le mot "Help" avec leurs corps.

Jeudi dernier, ceux d'Arras manifestaient devat leur Ifsi. En Côte d'Or, ils portent un ruban noir en guise de contestation. 

Cyrienne Clerc

 

 

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

27 réponses pour “Stages infirmiers dans les cliniques : c’est le blocage”

  1. eusebe dit :

    Quand il s’agit de gros sous, tous les coups sont permis. Il était aussi évident que la force de frappe ordinale aurait peu d’impact dans ce rapport de forces. Et qu’en est-il des autres étudiants, comme les EAS ? Les établissements privés se privent-ils de toutes ces petites mains ?
    Où va-t-on ?

  2. hugues dechilly dit :

    une fois les étudiants placés et recasés pour leurs stages il faut faire payer cette attitude honteuse aux patrons du privé … en refusant de leur renvoyer des ESI dans les prochains mois … comme çà ils verront la différence avant et après …

    • Sansebastien dit :

      …et aprés les étudiants t’appelleront pour que tu leur trouve un terrain de stage, c’est bien ça?

      • eusebe dit :

        On parle d’étudiants et de terrains de stage : ce dernier peut être les soins à domicile avec un infirmier libéral comme tuteur ; alors, Sansebastien, toi qui fait une fixation sur un syndicat en général et son porte-parole en particulier, tu dois certainement accompagner au quotidien des étudiants, tu dois être un expert en grille d’évaluation, et le portfolio n’a plus de secrets pour toi ; et bien sûr, ton ordre indispensable t’a financé des formations pour assurer sans faille ton rôle de tuteur.

        Et comme tu ressasses à tout instant les résultats des procès intentés par tes petits camarades, je te rappelle qu’au cours des 2 ans et demi de présidence de Dominique Le Bœuf, aucune procédure judiciaire n’a visé les opposants, qui, pour certains siégeaient à ses côtés…

        Et enfin, je t’informe, et c’est peut-être anecdotique, que quand j’ai parlé récemment de l’ordre à une étudiante, elle m’a demandé ce que c’était… Alors, en bon professionnel, je lui ai expliqué…

  3. Sansebastien dit :

    Cette situation est lamentable, tout comme la réforme des études qui a été menée d’une manière totalement stupide semble t’il.
    Le pire, c’est que cela aboutit à démotiver des étudiants.
    Quel va être la qualité de la formation en fin d’études? le pire est à craindre!
    Par contre en théorie, le cycle de Krebs n’a pas de secret pour nos futurs collègues…

    • onialapoubelle dit :

      Non, tu te trompes, comme , d’habitude. Le pire c’est que ces étudiants sont encore moins bien formés qu’auparavant. Et oui, la réforme aussi idiote que la création de l’Ordre infirmier y est pour beaucoup.

      • Sansebastien dit :

        L’Ordre n’y est pour rien, mais s’il avait été en fonction à ce moment, il y aurait eu beaucoup plus de concertation entre les représentant de la profession et les diffèrents décideurs de cette réforme qui se sont largement fourvoyés.
        Je te laisse continuer à vomir tes insultes sur l’Ordre et ceux qui pensent qu’il représente une avancée positive pour l’avenir de notre profession, mais il faut que je sorte la poubelle…

        • eusebe dit :

          Lave-toi bien les mains en rentrant…

        • hugues dechilly dit :

          2006 création de l ordre, 2008 installation de l ordre, 2009 nouvelle formation, 2014 monsieur Borniche gesticule pour rien car les patrons du privé ne l écoutent pas … tout est dit ….

          • Sansebastien dit :

            Salut Hugues,
            Pour toi qui aime bien rappeler les dates, ci dessous celles que nous donnait un collègue.
            Bonne journée.

            Pierrefrancois dit :
            20 février 2014 à 16 h 26 min J’aurais bien rajouter quelques dates :

            – 2012 : Dechilly débouté devant trois ou quatre tribunaux administratifs contre l’ordre
            – 2013 : Dechilly condamné pour injure publique
            – 2013 : Dechilly condamné pour diffamation publique
            – 2014 : Dechilly condamné pour diffamation publique en cour d’appel
            – et prévoyons déjà :
            – 2014 : Dechilly condamné pour loterie illégale

          • onialapoubelle dit :

            Oui mais tu aurais du ajouter que toutes ces condamnations sont le fruit des efforts de l’Ordre infirmier qui essaie, sans aucun succès, de faire taire les opposants les plus combattifs.
            Que l’Ordre infirmier continue de dépenser l’argent des infirmières cotisantes et adhérentes à l’ONI pour attaquer d’autres IDE avec une perte de plus de 5000 euros pour l’Ordre infirmier à chaque procédure engagée, Hugues Dechilly n’étant condamné qu’à des amendes qui vont dans le tiroir caisse de l’Etat et certainement pas de l’Ordre infirmier qui réclame à chaque fois, sans succès, soit 45000, soit 62000 à Résilience et à Hugues Dechilly..
            A Paris en mars 2013, l’Ordre est débouté de ses demandes contre Résilience au TGI, Hugues Dechilly est candamné à 1 euro et 50 euros avec sursis, l’Ordre perd plus de 5000 de frais dans la bataille ! A Aix, l’Ordre est débouté en appel de ses demandes contre Résilience et Hugues Dechilly est condamné à une amende, l’Ordre perd plus de 5000 euros (plus l’appel) de frais.
            Pour un Ordre en déficit de plus de 8 millions, on dépense sans compter l’argent des autres.
            Pour le reste, on attend, avec gourmandise, que la justice fasse son travail dans les procédures déposées contre l’Ordre pour escroquerie, contre X (mais orientée vers des pontes ordinaux) pour utilisation illégale et frauduleuse des fichiers de l’ONI et (sublimement bon quand on connaît le rôle que l’ONI se donne à poursuivre les diplômes illégaux) pour usurpation de la qualité professionnelle infirmière (la maman d’un autre ponte ordinal ayant essayé de se faire passer pour une IDE alors qu’elle est institutrice retraitée).

          • Sansebastien dit :

            “A Paris en mars 2013, l’Ordre est débouté de ses demandes contre Résilience au TGI, Hugues Dechilly est candamné à 1 euro et 50 euros avec sursis,”
            ” A Aix, l’Ordre est débouté en appel de ses demandes contre Résilience et Hugues Dechilly est condamné à une amende”
            On est bien d’accord que tu es condamné chaque fois, c’est même toi qui l’écrit, enfin “onialapoubelle”, c’est pareil, juste une question de pseudo…

  4. cannelle13 dit :

    Pourquoi tout ramener sysématiquement à l’ordre, ça devient lassant et ne fait rien avancer.
    Soyez constructifs svp, on ne s’élève pas en enfonçant les autres mais en se montrant meilleur!

    • onialapoubelle dit :

      Jusque là, l’Ordre caressait les étudiantes infirmières, futures cotisantes, histoire de les attirer dans la nasse ordinale. Spécialité connue de l’Oni qui rebondit sur tous les sujets pour faire pschitt ensuite. Dans la mesure où le syndicat Résilience a été mis en place pour coller l’Ordre aux fesses et démontrer la bêtise ordinale, ne soyez pas étonnées que partout où l’Ordre cause, nous démontions ses pauvres arguments. Maintenant, vous savez que l’Ordre n’a rien pu faire, malgré ses gesticulations, pour vous venir en aide en qualité d’étudiantes. Vous n’imaginez même pas la m…. dans laquelle il va vous engluer si vous vous laissez faire, une fois diplômées et donc professionnelles. Et en plus c’est payant !

      • Sansebastien dit :

        Salut onialapoubelle,Je n’ai pas eu le temps de répondre à tes accusations diffamatoires à mon encontre lorsdu dernier sujet sur l’Ordre.
        Devant de tels propos, tu témoignes de tout le respect que tu as pour tes collègues qui ont le malheur de ne pas penser comme toi.
        A quand les tribunaux d’exeption?
        Tu as le droit de défendre ton idéologie politique, mais tu n’as pas grand chose à proposer pour la profession, toi et tes quelques comparses de RESILIENCE, sinon le grand vide d’idées à part “dézinguer l’Ordre infirmier” et tous les Ordres comme tu l’as si bien écrit (tu veux un rappel?)
        En attendant, ci dessous le rappel de tes propos nauséabonds:

        onialapoubelle dit :
        24 février 2014 à 6 h 07 min Ben tu es IDEL dans le Sud de la France, tu es comme beaucoup d’IDEL membres de l’Ordre, supérieure à tes collègues, tu travailles dans les BdR, tu bosses 32 heures par jour et bientôt tu devras 750000 euros d’indus à la sécu ?
        Nos collègues jugerons…

        • onialapoubelle dit :

          Euh, non. c’est la justice qui jugera. Tes collègues juges de l’Ordre infirmier en chambre disciplinaire sont aussi bêtes que toi. Et c’est peu dire. Au fait je me suis trompée. C’est pas dans les BdR mais dans le 83.

          • Sansebastien dit :

            Le cas dont tu parles (750000 euros), c’est pas dans le 83 mais dans le 06. La CPAM des Alpes Maritimes est pour le moins négligente de ne s’être aperçu de rien pendant des années, mais c’est un autre sujet.
            Par contre excuse moi, ce n’est pas toi mais ton ami eusebe qui écrivait ce qui suit:
            ” Sansebastien dit :
            5 février 2014 à 18 h 55 min Pour »dézinguer » l’Ordre des mèdecins, c’est pas ici!

            eusebe dit :
            5 février 2014 à 19 h 30 min ODM et ONI, même combat !

            Mais cela ne change pas grand chose puisque c’est la doctrine de RESILIENCE que vous partagez d’ailleurs avec la CGT, syndicat au combien profitable à notre exercice professionnel…

            Je te remercie pour tes insultes à répétition, elles valorisent ton combat et montre le vrai visage de ton syndicat.

        • onialapoubelle dit :

          Et tes collègues te diront que l’on ne peut pas diffamer un pseudo qui, par définition, n’a pas d’identité reconnue. Et c’est bien pour cela que toi et tes amis vous cachez lâchement.

        • eusebe dit :

          Tu as l’air traumatisé par la cgt, la gauche, enfin tout ce qui n’est pas réactionnaire et anti-progressiste, tu ne devrais pas lire ce qui est écrit sur ce genre de forum, tu te fais du mal…

          • hugues dechilly dit :

            te casses pas la nénette, Eusèbe, notre ami se perd dans ses pensées ordinales … c est tellement le foutoire qu il en devient zozo …

          • Sansebastien dit :

            C’est vrai qu’avec la CGT l’on va droit dans le progrés!
            Au moins, on voit bien qui sont vos idoles chez RESILIENCE, je ne suis pas sûr que vos convictions politiques soient partagées par la majorité de la profession infirmière.
            Cordialement

    • hugues dechilly dit :

      bah si l ordre cessait de tout ramener à lui, on serait certainement moins dans la mouise …

  5. syndicat RESILIENCE dit :

    communiqué RESILIENCE : étudiants en soins infirmiers
    pris en otage, le bal des cocus (BIS),

    comme suite au communiqué RESILIENCE du 11 février 2014, voir copie jointe,

    comme suite à la mise à exécution des menaces de la FEHAP, privant des dizaines de milliers d étudiants en soins infirmiers de stages à compter du 01 mars 2014,

    constatant la navrante et impuissante inutilité ordinale infirmière du président Borniche qui se voulait être l arbitre entre les belligérants,

    RESILIENCE demande à monsieur Gérard Vincent, Délégué Général de la FHF, de mettre – dans les meilleurs délais – son offre de stages, dans le secteur public, à disposition des dits étudiants,

    RESILIENCE demande à madame la Ministre de la Santé de faire en sorte que les subventions/dotations/compensations allouées au secteur privé, au titre de sa participation au service public de Santé, soient immédiatement suspendues,

    RESILIENCE demande – par ailleurs – à ce que soit revue la durée des stages infirmiers de 10 semaines pour les ramener à 6 semaines au maximum et ainsi pouvoir offrir aux étudiants concernés une diversification de leur expérience avant d entrer en exercice professionnel,

    RESILIENCE – 20 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

  6. Mae Va dit :

    De tout coeur avec vous, contente de n’avoir pas vécu ça “à mon époque”!

    • hugues dechilly dit :

      qu elle époque ? 🙂 nous on a connu le diplôme unique, la guéguerre entre psy et généraux, la guéguerre entre généraux et psy, la modification à trois reprises du programme entre 1992 et 1995 …
      et là s était (déjà) entre IDE/IDEL …
      et on en est pas mort …

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
263 rq / 2,920 sec