L’Ordre infirmier renforcé par une décision du Conseil d’Etat ?

Le Conseil d’Etat vient de débouter une à qui l’Ordre avait refusé l’inscription au tableau en raison de maltraitance envers des patients. L’ONI profite de cette décision pour affirmer sa légitimité. S’il devenait facultatif, "il ne pourrait plus jouer ce rôle de garant de la déontologie".

L’Ordre infirmier renforcé par une décision du Conseil d’Etat ?Mme B, déjà condamnée à dix-huit mois de prison avec sursis pour maltraitance envers six mineurs en tant qu’institutrice, a bien tenté de débuter une deuxième carrière professionnelle…en tant qu’infirmière. Après avoir passé son diplôme, elle a exercé en intérim dans des maisons de retraite.

A la demande de son employeur, elle demande alors son inscription au tableau, ce que l’Ordre refuse, d’autant que Mme B avait fait l’objet d’un signalement à l’ARS pour des actes de maltraitance envers une pensionnaire d’une Ehpad. Un refus que Mme B a attaqué au Conseil d’Etat, sans succès.

Le Conseil d’Etat a rendu un arrêt court mais cinglant, en se basant sur l'article L. 4311-16 du code de la santé publique : " Le conseil départemental de l'ordre des infirmiers refuse l'inscription au tableau de l'ordre si le demandeur ne remplit pas les conditions de compétence, de moralité et d'indépendance exigées pour l'exercice de la profession, s'il est frappé d'une interdiction temporaire ou définitive d'exercer la profession (…) Le conseil national de l'Ordre des infirmiers a pu légalement estimer que la requérante ne présentait pas, à la date de la décision attaquée, les garanties de moralité exigées ».

Du côté de l’Ordre, la traduction est claire : «  La décision du Conseil d’État confirme qu’il serait irresponsable d’autoriser certains professionnels à échapper au contrôle de l’Ordre en le rendant facultatif », précise Didier Borniche, président de l’ONI.

Un gendarme facultatif ?

 « Les cas problématiques sont rares. C’est une infime minorité mais il faut les stopper L’inscription au tableau est alors un barrage et une garantie pour les patients », affirme Karim Mameri, secrétaire général de l’Ordre. Plusieurs cas récents le démontrent comme celui de cet infirmier toxicomane radié de la fonction publique qui a continué à travailler en intérim dans des cliniques.

« D’ou l’importance des signalements, y compris quand les conseils de discipline paritaires des établissements publics prennent des décisions. Pour les infirmiers qui débutent, les employeurs demandent presque systématiquement l’inscription. C’est plus facile », ajoute Karim Mameri.

« Cette question se posait avant l’Ordre. Elle se posera aussi après. On se retrouvera avec quelques carences qu’il faudra combler. Le Code de la Santé publique prévoyait et prévoit toujours des règles professionnelles Avant la création de l’Ordre, aucune chambre disciplinaire n’avait été mise en place », souligne Philippe Tisserand, président de la FNI. C’est en fait la chambre disciplinaire de l’Ordre des Médecins qui statuait pour les infirmiers et masseurs-kinésithérapeutes. Parmi les pistes, si l’Ordre venait à disparaître : « le Haut Conseil des professions paramédicales pourrait jouer ce rôle, à condition de le faire évoluer vers plus d’autonomie et une capacité à s’autosaisir  », souligne-t-il.

Pour Philippe Tisserand, « il ne faut pas d’amateurisme en matière de discipline. Il faut que cela fonctionne comme une juridiction. Aujourd’hui, l’ n’a même plus de locaux dans certains départements, ni de moyens, cela n’est pas sérieux. Quand au Code de déontologie, il n’est toujours pas publié ».

L’ONI souffre en fait actuellement de deux maux : trop jeune pour avoir vraiment fait ses preuves et un passé déjà sulfureux lié à des débuts difficiles. Karim Mameri l’avoue : « il n’a pas été facile de redresser la barre mais nous dépassons les 130 000 inscrits et les comptes sont presque à l’équilibre. L’Ordre démontre qu’il joue un rôle essentiel y compris quand la qualité et la sécurité des soins sont en jeu. Les décisions respectent les droits de la défense et sont susceptibles d’appel »…jusqu’au Conseil d’Etat.

Claire Dubois

.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

63 réponses pour “L’Ordre infirmier renforcé par une décision du Conseil d’Etat ?”

  1. syndicat RESILIENCE dit :

    RESILIENCE syndicat infirmier contre l’ordre fera le point, en début de semaine prochaine, par le biais d’un communiqué de presse sur les dossiers en cours, ceux à venir … le combat contre l’honni oni continue plus que jamais … et pendant qu’on y est, vous pouvez toujours soutenir financièrement la cause contre l’ordre infirmier en envoyant vos dons libellés à : RESILIENCE – 13 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

  2. ide54_78 dit :

    Quand M. MAMERI dit les comptes sont presque à l’équilibre, sur quels chiffres se base-t-il ??
    est-ce qu’un pro-oredre peut me l’expliquer ?
    J’ai cru comprendre que M. SanSebatien en était. Pourriez-vous éclairez ma lanterne ?

  3. Sansebastien dit :

    Que serions nous sans vous!
    Et que seriez vous sans l’ONI!
    Créhugue!!!

  4. syndicat RESILIENCE dit :

    il nous faut inlassablement continuer à informer les parlementaires, nos collègues et les autres acteurs du dossier sur les agissements de l’oni et de ses sbires qui ne reculeront devant rien pour essayer de se maintenir …

  5. patrice dit :

    Déjà, ce qui n’est pas normal, c’est qu’on l’ait autorisé à faire la formation infirmière. Comme quoi, il n’y a aucun sérieux dans le recrutement des étudiants. Les ifsi ne remplissent pas leur devoir, on le voit tous les jours.

  6. syndicat RESILIENCE dit :

    à

    Monsieur le Président de la République,

    Strasbourg, le 09 avril 2013.

    Monsieur le Président,

    la République exemplaire que vous prôniez il y a seulement une année, celle la même que vous appelez de vos vœux aujourd’hui va mal. Elle est très malade.

    Chaque jour apporte son lot de mauvaises et nauséabondes nouvelles qui plombent – un peu plus encore – l’ambiance générale et le moral de nos concitoyens qui n’en peuvent plus.

    Comme chantait l’autre Maxime: « on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille … », comme écrivait monsieur de Voltaire : « protégez moi de mes amis, mes ennemis je m’en occupe ». Qu’il est difficile, monsieur le Président, en ces temps, de pouvoir faire confiance, y compris à ses proches !

    Vos détracteurs, à la mémoire très, très courte, continuent de vous affliger et de vous attribuer, certes parfois à raison, la paternité de cette situation délétère au plus haut point. Demain, vous serez ainsi rendu responsable du manque de soleil et de la neige abondante qui est encore tombée la semaine passée, en Normandie.

    Les français, eux, se vengent en votant pour les extrêmes (qui s’installent durablement) à près de 50 % lors des élections partielles, comme il y a peu dans l’Oise, il y a fort à penser qu’ils en feront autant aux prochaines élections générales, la courbe persistante et les derniers chiffres, eux, ne mentent pas !

    La très récente désaffection des Alsaciens qui se sont très peu déplacés pour aller voter dimanche dernier en est aussi une conséquence plus que navrante mais, malheureusement, très réaliste et un nouveau mauvais coup porté à notre vieille Démocratie.

    En ces temps de crise (pas pour tout le monde !), en ces temps de profond discrédit de la classe politicienne, en ces temps de défiance justifiée et très aggravée des français à l’encontre de leurs élus, il est des sujets pourtant récurrents qui – eux aussi – reviennent régulièrement, aussi régulièrement que le sont les marronniers, qui fleurissent de manière saisonnière, à la une de nos journaux et autres magazines.

    Monsieur le Président, la République est ainsi animée de quelques plus de 65 millions de français, dont – excusez du peu – plus de 560 000 infirmières en (trop) pleine activité, infirmiers qui sont autant de relais incontournables de l’opinion publique, professionnels de la Santé qui sondent – au propre comme au figuré – intimement la population pour la connaître très bien, au quotidien.

    Une de nos adhérentes, infirmière de son état, vous a adressé une lettre badine, en apparence, il y a quelques jours (voir copie jointe). Elle espère une réponse, nous aussi.

    Monsieur le Président, la confiance des français vous fait défaut, et même si on ne gouverne pas qu’avec elle, la chance vous manque et l’environnement international défaillant s’installe et s’impose progressivement, mais là aussi très sûrement, en France.

    Comme disait encore l’autre : « quand çà ne veut pas, ben çà ne veut pas ».

    Monsieur le Président, il est pourtant une chose bien réelle qui peut permettre de redonner un peu d’espoir aux électeurs qui ne vous feront pas de cadeau, soyez en certain, aux prochaines élections : le respect de la parole donnée.

    Ainsi dans l’opposition, la quasi totalité de la classe dirigeante aujourd’hui aux affaires – preuves à l’appui – s’était engagée sans ambages en faveur de la suppression des ordres paramédicaux. Aujourd’hui, il n’en est toujours rien et ces ordres paramédicaux qui nous pourrissent la vie professionnelle, au quotidien, déjà pas facile, existent encore et toujours.

    Des kinés, des pédicures et autres infirmiers sont menacés, sont harcelés, sont – pour certains – traduits devant des tribunaux ordinaux de pacotille où le Droit fait place à l’amateurisme désastreux, pour d’autres encore, devant les tribunaux du Peuple où il semble bien que, dernièrement, la Justice leur donne raison contre les ordres qui font désordre.

    Lorsque nous abordons ce sujet avec des élus et autres professionnels de la politique, on nous répond que les caisses sont vides et que la France à d’autres chats à fouetter …

    Monsieur le Président, la suppression de ces ordres ne coûterait aucun euro à l’État puisque ces ordre font doublon, particulièrement l’ordre infirmier, avec les ARS, notamment dans la gestion du fichier ADELI.

    Monsieur le Président, premier corps de métier en France de par le nombre de ses membres en exercice, la profession infirmière se doit, elle aussi, d’être reconnue dans ses demandes : après plus de six années de fonctionnement chaotique et d’un désastre financier, l’ordre infirmier ne sert définitivement à rien, plus de 80% de la profession n’est toujours pas inscrite au tableau et ne le sera pas, plus de 90% des infirmières ne cotisent pas à l’ordre et elles continueront de ne pas payer cette taxe professionnelle déguisée, alors que – comme pour beaucoup de français – les fins de mois sont de plus en plus difficiles à supporter.

    Monsieur le Président, les plus de 560 000 infirmiers, électeurs et contribuables attendent ainsi, en exerçant au quotidien dans l’illégalité de fait, payés pour bon nombre d’entre eux par l’État chaque mois, que vous preniez la mesure de leurs attentes. L’abrogation de l’ordre infirmier en est une.

    Nous nous sommes engagés clairement, il y a une année, en faveur d’un changement promis mais qui ne vient pourtant pas. Ce rejet des gouvernements précédents qui ont beaucoup fait pour casser la Santé, et l’hôpital public au profit de la seule finance, et, qui ont malmené – comme jamais auparavant – les infirmières et les autres soignants devient progressivement mais plus que sûrement, un rejet de votre politique dont nous avons de plus en plus de difficultés à en discerner l’originalité.

    Monsieur le Président, encore une fois, une dernière fois (?), nous vous réaffirmons notre soutien et notre solidarité dans ces moments difficiles, pour tous, à commencer par les plus démunis dont le nombre ne cesse, lui aussi, de progresser, ces mêmes toujours plus faibles qui viennent chaque jour à l’hôpital chercher le réconfort que notre société n’est plus à même de leur fournir. Nous avons, nous aussi, des idées à partager, pour progresser.

    Nous vous adressons, monsieur le Président de la République, nos salutations infirmières respectueuses et engagées, citoyennes et déterminées, et nous renouvelons, ici, notre demande d’audience, elle aussi récurrente.

    Hugues Dechilly,
    secrétaire général

    infirmier diplômé d’État
    en exercice illégal
    depuis le 21 décembre 2006.

    RESILIENCE – 20 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

  7. onialapoubelle dit :

    RESILIENCE syndicat infirmier contre l’ordre demande instamment aux parlementaires de tenir leurs promesses en matière d’abrogation des ordres paramédicaux et particulièrement en ce qui concerne l’ordre infirmier. Pour ce faire, il convient de faire savoir à madame Cathrine Lemorton, présidente de la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale que nous sommes plus que jamais déterminés à en finir avec l’oni …

    pour envoyer vos messages contre l’ordre infirmier : clemorton@assemblee-nationale.fr

  8. eusebe dit :

    Un ordinal bon teint, quand il ne se pose pas en victime (d’insultes, par exemple), il menace (de diffamation, encore par exemple, très à la mode dans les milieux ordinaux).

    Au début, celui qui œuvre régulièrement sur ce site, pouvait parfois nous faire sourire par sa bêtise, mais maintenant, il devient véritablement lourd et pénible : il est vraiment temps qu’on en finisse avec cet ordre ridicule et que l’élite en question s’occupe autrement (à sortir les poubelles, une fois de plus par exemple, il aime ça).

  9. onialapoubelle dit :

    Le syndicat infirmier RESILIENCE souhaite la bienvenue aux dizaines de nouveaux adhérents l’ayant rejoint depuis le 01 janvier 2013, c’est toujours autant que l’ordre infirmier n’encaissera pas … 🙂

  10. onialapoubelle dit :

    RESILIENCE syndicat infirmier a encore alourdit le score en défaveur de l’oni, n’en déplaise, et même si les infos en faveur de RESILIENCE contre l’ordre infirmier ne sont pas diffusées sur certains sites et / ou forum infirmiers, le résultat est – lui – sans appel …

  11. onialapoubelle dit :

    Comme l’ordre qui se donne ” pour mission première et essentielle de garantir la sécurité des soins et des patients ”

    RESILIENCE syndicat infirmier a aussi pour objectif, inscrit dans ses statuts (art 5) : “la défense des intérêts matériels et/ou moraux, individuels ou collectifs des infirmiers ou infirmières, cadres ou spécialisés, confrontées à l’obligation d’adhérer à l’ordre infirmier pour pouvoir continuer à exercer la profession d’infirmière sur le territoire national français, qu’ils soient salariés du public, du privé ou en exercice libéral à l’exception des infirmiers relavant du statut militaire” …

    Compte tenu de la récente décision du Conseil d’État en faveur de la non obligation pour les cadres de santé d’adhérer et de cotiser à l’ordre kiné (facilement transposable à l’ordre IDE) RESILIENCE syndicat infirmier invite les cadres et les cadres sup ayant été contraints d’adhérer et de cotiser à l’oni, à demander leur radiation dans les meilleurs délais …

  12. onialapoubelle dit :

    Selon plusieurs informations, plusieurs plaintes seraient en cours contre l’ordre infirmier ??

  13. onialapoubelle dit :

    La seule abrogation qui vaille et qui est efficace à 100% est l’abrogation financière par l’arrêt de cotisations en faveur de l’oni, toujours plus soutenu iniquement et honteusement par sa banque contre la volonté d’une forte majorité d’IDE de le voir disparaître …

    Les politiques ayant beaucoup de mal à tenir leurs promesses quand ils ne puisent pas – eux mêmes – dans la caisse, nous obtiendrons – nous mêmes – gain de cause, en asséchant l’ordre infirmier financièrement …

    Et oui, l’ordre infirmier continue de couler, il va s’en rendre compte pas plus tard que la semaine prochaine … 🙂

    http://www.syndico.exprimetoi.net le site @ de RESILIENCE syndicat infirmier

  14. onialapoubelle dit :

    RESILIENCE syndicat infirmier contre l’ordre invite les infirmières et les infirmiers qui sont menacés et contraints par l’oni, à se mettre en rapport avec lui, afin de voir – ensemble – la meilleure réponse – y compris juridique – à opposer à l’ordre infirmier qui se maintient contre la volonté de plus de 490 000 IDE sur plus de 560 000 en exercice …

    • Sansebastien dit :

      Je ne sais pas d’où vous tenez ces chiffres???
      Vous oseriez les répètez “les yeux dans les yeux”!

      • denis29 dit :

        Vous savez regarder dans les yeux , vous ? Vous avez pas encore fumé de la francisque des fois ?

      • denis29 dit :

        Ah , ça y est ,je sais causer au niveau de sanseb’!!!

      • eusebe dit :

        Tu seras confronté aux chiffres quand auront lieu les simulacres d’élections, on va, encore une fois, bien se marrer…

        Mais pour organiser ces “grands moments”, il faudra de l’argent : à propos, as-tu payé ton dû à la bred ?

        • Sansebastien dit :

          Je dis simplement, et sans m’exiter, que vos chiffres sont FAUX.
          Donc, soit vous mentez, soit vous inventez, d”accord?

          • denis29 dit :

            Vous dites que les chiffres sont faux , mais vous dites tant de choses sans fondement…

          • eusebe dit :

            Un pro-ordre du sud qui prétend qu’un opposant ment, c’est l’hôpital qui se moque de la charité.

          • onialapoubelle dit :

            Mes chiffres sont ceux de l’Ordre des infirmières, alors espèce de frontal qui ne sait pas compter :

            – l’ordre revendique 130 000 inscrits dont on sait pertinemment qu’au moins la moitié sont inscrits sous la menace et le chantage d’un déconventionnement par les cpam

            – la moitié de 130 000 = 65 000 qui y seraient donc inscrits volontairement (ce qui reste en core à prouver)

            – 560 000 moins 65 000 ça fait 490 000 ou 485 000 comme tu veux

            Alors, gros naze, quand ton Ordre continu à prélever les cotisations annuelles pour 10 mois au lieu de 12 sans même en avertir ceux qui continuent à être prélevés d’office ???

          • Sansebastien dit :

            onialapoubelle écrit:” gros naze”
            Sansebastien ne dialogue pas avec un grossier
            personnage.
            J’ai du respect pour mes consoeurs et confrères moi, y compris ceux qui n’ont pas mes opinions.

          • denis29 dit :

            Ah , sansebastien ne dialogue pas avec les grossiers personnages , sansebastien a du respect pour ses confreres et consoeurs y compris ceux qui n’ont pas ses opinions !!! Vous avez l’art de vous foutre de nous, vous n’avez aucun respect ni aucun sens du dialogue , vous vous immiscez dans des discussions sans traiter du sujet mais dénier à l’autre le droit à s’exprimer .
            Pour finir ,votre attitude finit par provoquer l’usage de mots un peu…”forts”.
            Mais ne vous en prenez qu’à vous.

  15. Anonyme dit :

    @Dominique Sampo Un IFSI n’a pas à demander un extrait de casier judiciaire. Il le sera éventuellement par l’employeur, en particulier dans les fonctions publiques. Pour le reste, comme à notre habitude, nous vérifions chaque information. Voici l’arrêt du Conseil d’Etat : http://arianeinternet.conseil-etat.fr/arianeinternet/getdoc.asp?id=196887&fonds=DCE&item=2

    • denis29 dit :

      Mais qui va donc se permettre de juger quelqu’un sur un casier judiciaire ? L’ordre ? Lui qui fonctionne dans l’illégalité…lui qui harcèle (le harcèlement tombe sous le coup de la loi)…lui qui ment, qui menace qui triche?
      Le casier judiciaire non vierge n’est pas une preuve de dangerosité ou d’immoralité.
      Et même vierge ,il n’est pas une preuve de moralité , n’est ce pas l’oni ?
      Et ,franchement , donner un extrait de casier à ces personnages…beurk.

      • Sansebastien dit :

        tu as encore fumé!
        de la Cévenole?

        • denis29 dit :

          Vous m’emmerdez , sanseb .
          Votre façon de détourner ce qui est dit en attaques personnelles n’est pas seulement conne mais puante.
          Vous n’êtes ni crédible ni rigolo.
          Juste merdeux.

          • Sansebastien dit :

            Ce n’est pas une attaque personnelle, juste un peu d’intuition…

          • wacken dit :

            oui … décidément ce Monsieur n’est ni amusant ni sympathique … et dire qu’il se pose en rassembleur et en représentant de notre profession ….
            Définitivement , une fois de plus , je ne veux pas de ce genre de personnage sur mon dos , et je ne veux pas d’ordre !

          • Sansebastien dit :

            Quoi que vous pensiez de moi denis29, je reste dans le respect du droit et rien d’autre.
            Je dis qu’il y a allégations mensongères lorsque l’on écrit qu’une infirmière exerce avec un faux Diplôme sans en apporter la preuve et diffamation envers cette infirmière si on l’accuse de la sorte sans en apporter la preuve non plus.
            Je trouve cela grave et choquant que l’on puisse se permettre d’écrire n’importe quoi, c’est tout.
            Aprés voyez en moi un collabo, un frontiste, un adorateur de la francsisque ou je ne sait quoi encore, je m’en flagelle l’oeil avec des pattes de rat…

          • denis29 dit :

            Tiens ,vous me vouvoyez à présent ? Bon, ça n’empeche que vous n’etes pas dans le respect du droit en accusant les gens de fumer de la “cevenole” , mais dans la diffamation.
            Vous n’etes JAMAIS dans le dialogue, puisque vous prenez ceux qui s’opposent à l’idée d’un ordre pour ds moins que rien.
            Vous pratiquez des methodes d’invalidation de la parole de l’autre qui sont indignes.
            Pour le reste, je me fous totalement de vous dès lors que vous ne venez pas m’emmerder et que je n’ai pas à vous cotoyer. Et vous nous imaginez rassemblés dans un ordre ? Pour défendre quelles valeurs communes ? Je n’en vois guère.

          • denis29 dit :

            Haha ,”Alors nos échanges, n’étant plus confraternels,ils s’arrête là…”dites vous ! mais il n’y a jamais rien eu de confraternel dans vos diatribes , juste une propension à dégommer l’autre
            quant à cesser là nos échanges , je me permettrai de vous interpeller si j’en ai envie. Et d’une façon non confraternelle puisque c’est votre choix , quoi que vous pretendiez.
            C’est vrai que vous êtes lourdeau mais là , votre ton solennel , la main sur le coeur , c’est vraiment rigolo ,pour une fois.

        • denis29 dit :

          Et bien faites attention à votre intuition car elle vous conduit sur des chemins bourbeux
          Et ,quoi que vous en disiez , pavés d’attaques personnelles fleurant bon le collabo.(dénigrement , “allégations mensongeres, diffamation , on vous sent capable de tout)
          Et encore une fois , jamais dans le débat.

          • Sansebastien dit :

            denis29 écrit “Pour défendre quelles valeurs communes ? Je n’en vois guère.”

            Alors nos échanges, n’étant plus confraternels,ils s’arrête là…
            Déchaînez vous avec vos nouveaux amis, et annoncer nous encore “la fin de l’Ordre infirmier” comme cela est fait tous les 6 mois depuis 5 ans…lol

  16. ide54_78 dit :

    une action de l’ordre depuis ses derniers travaux ès poils…Bravo !
    pdt ce temps des tas de soignants se prennenet le choux au bloulot, le vrai !

  17. cedr1c dit :

    Mameri qui dit que les comptes sont presque à l’éqiilibre. Malgré les cotisations forcées, l’absence d’élections, l’ordre continue de s’endetter.
    La facultativité de l’inscription va leur faire très mal, et soulagera les infirmiers

    • Sansebastien dit :

      Bonjour Cedr,
      Tu as déjà oublié?
      “Ordre Infirmier : L’amendement Bur rejeté à l’Assemblée”
      Tout est dans une rubrique au dessus…
      Bon week end.

      • cedr1c dit :

        Tu as vu le changement de ministre depuis, ses déclarations, la rencontre avec les syndicats, les recentes réponses aux questions écrites?
        Tu baisses dans l’argumentaire, en sortant des infos d’il y a 2 ans…

    • syndicat RESILIENCE dit :

      “des comptes à l’équilibre” avec 14 000 000 euros de dettes diverses et plus de 84 000 000 euros de cotisations impayées que l’oni revendique toujours et qu’il n’aura jamais : voilà une notion assez particulière, mais somme toute assez ordinale, de l’équilibre …

      ce même oni qui continue à prélever sur les comptes bancaires des cotisations annuelles pour … 10 mois 😉

      ce même oni encore et toujours qui organise des élections ordinales à l’envers, là aussi, de manière assez particulière …

  18. ridfa69 dit :

    ordre ridicule
    gouvernement ridicule
    ils vont bien ensemble

  19. eusebe dit :

    C’est aussi une attitude bizarre que d’aller demander son inscription alors qu’on a des casseroles aux fesses : il n’y a vraiment pas de quoi en faire un haut fait d’armes pour l’ordre ; les ayatollahs ordinaux seraient mieux inspirés de publier leur bilan comptable 2012-2013, de nous faire partager l’avancement de leurs travaux sur l’observatoire des violences ou bien de nous rendre compte des actions intentées contre un syndicat d’infirmiers opposants.
    L’ordre a surtout besoins d’inscrits qui cotisent afin de rembourser l’énorme dette contractée à leur banque : n’ayons aucune illusion, si l’ordre voulait notre bien, ça se saurait…

  20. Dominique dit :

    Une photocopie du casier judiciaire n est il pas demandé à l entrée pour l ifsi?? Quel est l incompétent qui a permis à cette personne de se retrouvée au sein d une ifsi. L article d actu soins est il vraiment sérieux??

  21. mandragore dit :

    Et qu’est ce que l’ordre fait pour cette infirmière marseillaise qui n’a pas le diplôme mais qui bénéficie d’un n° d’ordre ?

    Infirmière qui non contente d’exercer sans diplôme utilise des procédés commerciaux que la loi réprouve ?

    C’est marrant l’ordre est vachement moins bavard sur ce cas …

  22. Marie dit :

    si l’IFSI avait fait son travail , il n’aurait pas laissé entrer à l’école d’inf une personne avec une condamnation , quant à l’ordre c’est une autre chose …

  23. mclove dit :

    ah l’ordre infirmier bosse ça c’est un scoop !!! que de pognon pour 1 petit grain de sable produit mais que font ‘ils quand on voit la réforme des études , que font ils sur les conditions de travail , que fontils pour toutes ces infirmières à qui on demande soit des glissements de tâches (pour remplacer des médecins sans salaire ,ni reconnaissance )qui risque leur diplôment tous les jours .Celles à qui on demande de “l’abattage de soins” sans s’occuper du malade , mais plutôt de combien il rapporte , un superbe paradoxe un patient porteur d’escarres rapporte plus à l’hôpital (merci la T2A) , doit on donc ne plus faire deprévention , quelle est la position de l’ONI sur ce point?

  24. Leon dit :

    çà me fait peur ! que de nos jours des gens puissent créer un ordre quand ils ont la chance de l’appeler coordination , syndicat ; mais non , la volonté de puissance transformée en volonté de pouvoir et le retour sous entendu à la nature d’individu faineant , individualiste , hétérophobe !

  25. Leon dit :

    çà me fait peur ! que de nos jours des gens puissent créer un ordre quand ils ont la chance de l’appeler coordination , syndicat ; mais non , la volonté de puissance transformée en volonté de pouvoir et le retour sous entendu à la nature d’individu faineant , individualiste , hétérophobe !

  26. eusebe dit :

    D’un cas particulier extrêmement marginal, l’ordre en fait une généralité pour justifier sa pitoyable existence : quoi d’autre ?
    Quand Monsieur Mameri parle de comptes presque à l’équilibre, comme d’habitude, aucun chiffre ne vient appuyer ses dires : cette affirmation est donc tout à fait gratuite et fausse jusqu’à preuve du contraire…
    Quant au rôle essentiel, c’est d’ennuyer les professionnels;
    L’inscription facultative est en marche, la disparition de l’ordre infirmier suivra !!

  27. Anonyme dit :

    J’ai l’image de quelqu’un qui vient de faire une chute et qui remet ses cheveux en arrière genre ” je reste digne”. L’ONI est massivement rejeté pourquoi se rajouter une nouvelle institution soit une nouvelle couche au mille feuille représentatif de la profession? On a besoin d’un garant en déontologie qui pourrait empêcher un exercice dangereux, ok. Pourquoi pas le haut conseil aux professions paramedicales plutôt qu’une nouvelle organisation avec les coûts de fonctionnement etc..?

  28. Anonyme dit :

    J’ai l’image de quelqu’un qui vient de faire une chute et qui remet ses cheveux en arrière genre ” je reste digne”. L’ONI est massivement rejeté pourquoi se rajouter une nouvelle institution soit une nouvelle couche au mille feuille représentatif de la profession? On a besoin d’un garant en déontologie qui pourrait empêcher un exercice dangereux, ok. Pourquoi pas le haut conseil aux professions paramedicales plutôt qu’une nouvelle organisation avec les coûts de fonctionnement etc..?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
306 rq / 3,542 sec