Espace Expert – laurane01

Profil de laurane01

Fonction : Infirmier Infirmière en soins généraux

Expérience – Compétences : Infirmière en USIC depuis 4ans. Référente étudiants

Sa contribution à ActuSoins Experts

Nombre de questions posées : 0

Nombre de réponses données : 12

Aucune question pour le moment

Réponse postée par : laurane01

Plus 1 Moins 1

Tube sec
Tube à hémostase (pour qu'il soit remplit)
Tube à iono (éviter de transférer l'héparine du tube ds celui à hémostase et pas besoin de bcp de sang pour le iono)
Tube à NFS
Tube à VS

A savoir : un temps de prélèvement trop long perturbe aussi bien le iono que l'hémostase.

Réponse postée par : laurane01

Plus 3 Moins 1

Nous avons un statut pas évident. En effet, on nous demande d'effectuer les prescriptions médicales en étant capable de voir si quelque chose ne nous parait pas correct. Et en même temps, nous ne devons pas remettre en cause le travail de nos supérieurs. Le fait est que nous sommes effectivement la dernière barrière avant l'erreur médicale, il est donc de notre devoir de soigner le patient mais aussi de le protéger !
Lorsqu'un doute survient, il est important de compter sur ses collègues pour avoir leur avis, et de se référer au prescripteur pour avoir la certitude que ce qui est prescrit est correct. Dans le cas où, la prescription est confirmée par son auteur mais qu'elle parait toujours suspecte, alors il est important de signaler dans les transmissions ciblées que nous avons demandé à plusieurs reprises et que cette prescription a été validée.

Réponse postée par : laurane01

Plus 5 Moins 10

Bonjour,

Je suis infirmière en cardiologie, les gaz du sang on en fait quelques uns. C'est d'ailleurs, en travaillant dans ce service que j'ai appris à maîtriser les GDS.
L'important est de prendre son temps. Bien repérer l'artère radiale entre l'index et le majeur, et tenter de visualiser le trajet de l'artère (surtout quand tu as un patient en arythmie). Lorsque tu es sur de ta position, tu piques à 45° biseau vers la main et vers le haut.
Il ne faut pas que tu recules devant ce soin. C'est en le faisant que tu vas maîtriser.
Je ne tente qu'une seule fois en général, c'est un soin suffisamment douloureux pour ne pas torturer d'avantage le patient.
Bon courage et ne perds pas confiance.

Réponse postée par : laurane01

Plus 4 Moins 0

La réponse de Phil me parait plutôt bien. Je travaille en USIC et c'est ce que nous avons. Sur le chariot nous avons une planche de massage également. Il te faut aussi le nécessaire à aspiration (en cas de fausse route ou d'intubation difficile), et le nécessaire à SNG.
Nos chariots ont été pensé par nos médecins urgentistes et nos réanimateurs.

Réponse postée par : laurane01

Plus 16 Moins 6

Le débit de la transfusion est à adapter au patient et au type de produit
- 45min pour les CGR
- 30min pour les plaquettes
- 15min pour le plasma
Il faut compter environ 15gttes/min selon la tolérance du patient et les pathologies associées (ins. cardiaque notament)

Réponse postée par : laurane01

Plus 4 Moins 1

Monique, je ne pense pas que ce genre de forum soit fait pour juger les pratiques de nos collègues, mais pour s'aider les uns et les autres. Je n'ai pas d'autres moyens de te répondre alors je suis désolé d'imposer ce commentaire aux autres. J'ai commencé ma réponse par "Le débit de la transfusion est à adapter au patient et au type de produit". Si certaines réponses ne te conviennent pas il te suffit de mettre un point négatif.

Réponse postée par : laurane01

Plus 8 Moins 2

Bonjour !
Il est vrai qu'il est recommandé aux étudiants de manipuler les robinets sur KTP (sur rampes ou tubulures 3voies) avec des compresses. Mais ce n'est pas toujours facile et si la maitrise avec compresses n'est pas impec, il y a plus de risques de fautes d'aseptie que de le faire avec des mains correctement lavées + SHA mais sans compresses, en tenant la tubulure à distance du robinet.
Par contre pour ce qui est des KTC, il est nécessaire d'avoir compresses + antiseptique (différent selon lieu d'exercice, béta, chlorex, alcool).
Chaque professionnel de santé à appris de manière différente, je dirai que le principal est la sécurité du patient et qu'il est nécessaire d'utiliser la méthode que l'on maitrise le mieux.
Bon courage à tous.

Réponse postée par : laurane01

Plus 15 Moins 0

La réponse de Christian est très intéressante. Si cela peut t'aider, tu as du voir dans tes cours sur l'hémostase que celle ci se fait par étapes.
- Hémostase primaire : temps vasculaire et plaquettaire (vasoconstriction reflexe avec diminution du flux sanguin et adhésion des plaquettes à la paroi du vaisseau)
- Hémostase secondaire : Mise en activation des différents facteurs de coagulation (vit K, facteurs Xa, facteur V, facteur II, ...).
- La fibrinolyse
Comme l'a dit Christian, les anti-agrégant vont agir en premiers, ils vont éviter l'adhésion des plaquettes à la paroi.
Pour ce qui est des héparines et AVK, ils vont agir dans la seconde étape et vont permettre d'inhiber la mise en oeuvre des différents facteurs.
Ceci n'est qu'un résumé du processus de l'hémostase, qui est un vaste et complexe sujet.
Bon courage à toi.

Réponse postée par : laurane01

Plus 4 Moins 0

Bonjour,
J'ai assisté à une formation sur la responsabilité juridique des soignants il y a 1 mois. La juriste qui nous a fait cette formation nous a dit qu'une assurance professionnelle n'était pas nécessaire lorsque l'on travaille en milieu hospitalier. En cas de problème, l'hôpital te couvrira sur le plan administratif. En fait, l'hôpital paiera les indemnités liées au dommage causé à la victime mais pourra se retourner contre toi et te sanctionner (blâme, ...). Par contre, en cas de poursuite pénale tu devra te débrouiller seul (l'hôpital te fournira éventuellement un avocat mais pas obligatoirement).
Si la faute est commise alors que tu sors du cadre de ta mission, alors l'établissement de santé ne pourra pas être poursuivi mais seulement toi.
L'assurance professionnelle n'est donc pas obligatoire mais rien ne t'empêche d'en contracter une si cela te paraît nécessaire. Par contre, une sage-femme exerçant en milieu hospitalier est obligée de prendre une assurance professionnelle.
En espérant que ma réponse soit suffisamment claire et pourra t'aider.

Réponse postée par : laurane01

Plus 0 Moins 0

Pour compléter :
https://www.actusoins.com/9776/responsabilite-civile-des-professionnels-de-sante-une-future-cotisation-obligatoire.html

Réponse postée par : laurane01

Plus 0 Moins 0

Salut !
Chez nous les flacons en verres sont mis dans les cartons DASRI mais on y met QUE le verre.
Pour ce qui est des autres DASRI ils sont mis dans les sacs DASRI.

Réponse postée par : laurane01

Plus 2 Moins 1

Ok avec la réponse de Silink, chaque SAU à son organisation. Chez nous (ainsi que la où j'ai fait mes études) : "gérer l’accueil du patient se présentant en évaluant ce pourquoi il vient, faire son entrée administrative, installer le patient en fonction de sa pathologie, lui faire des premiers soins parfois, faire des dextros, des quick tetanos test", est du ressort de l'IAO (infirmier d’accueil et d'orientation). Il est certain que le rôle d'un(e)AS dans un SAU est très différent d'un(e)AS d'un service de soins classique. Bon courage à vous.

271 rq / 4,139 sec