Sang : besoins en hausse, dons en baisse

Les besoins en produits sanguins ne font que croître mais le nombre de donneurs, qui représentent seulement 4% de la population, est en légère baisse en 2010 par rapport à 2009, selon l'Etablissement français du sang (EFS).

Sang : besoins en hausse, dons en baisseChaque année, un million de malades en France peuvent être soignés grâce aux dons de sang, soit 500 000 par et 500 000 grâce aux médicaments dérivés du sang, a rappelé l'EFS mardi à l'occasion de la présentation de la 8ème Journée mondiale des donneurs de sang, le 14 juin.

Mais les besoins sont en hausse constante, du fait du vieillissement de la population, des nouveaux usages thérapeutiques, "notamment les traitements d'appoint des chimiothérapies", et aussi de la croissance de l'usage des médicaments dérivés du sang, a souligné devant la presse le Pr Gérard Tobelem, président de l'EFS.

De ce fait, il faudrait 10% de plus de en 2011 pour assurer la production de médicaments dérivés du sang, a-t-il souligné. L'EFS produit à ce jour à peu près un million de litres de plasma par an.

Mais si le plasma venait à manquer, faute de sang donné bénévolement et de produit substitutif, "on pourrait être à la merci des marchands du sang et des cours mondiaux du plasma", a indiqué le Pr Tobelem.


Certes, la France est encore loin dans la pratique des limites qu'elle s'est fixées aussi bien pour la fréquence du don de plasma (toutes les deux semaines) que pour les quantités prélevées à chaque fois (750ml). Pour les quantités, la montée en puissance est progressive.

Mais il faudrait aussi fidéliser les donneurs et en trouver de nouveaux. Pour les attirer, l'EFS - qui a le monopole de la tranhsfusion sanguine en France - ouvre peu à peu des "maisons du don" au coeur des grandes villes : Lille, Saint-Denis de la Réunion, Rouen... Deux "maisons du don" devraient ouvrir à Paris en 2012.

La journée mondiale du sang permet en outre d'assurer 3 ou 4 jours de stocks, à la veille de l'été où les dons sont toujours en baisse. Le seuil critique, a rappelé le Pr Tobelem, est de six jours de stocks.

AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
649 rq / 1,549 sec