GHT Armor : les étudiants aides-soignants formés à la téléconsultation et à la télérégulation

Depuis deux ans, les étudiants aides-soignants de cinq Instituts de formation du Groupement hospitalier de territoire (GHT) Armor, sont formés à la téléconsultation en lien avec une Infirmière en pratique avancée ainsi qu’à la télérégulation. Un choix pédagogique qui vise à répondre aux besoins et à la mobilisation de la profession dans ces missions.  

© Pixel-Shot / ShutterStock

Sensibilisé de longue date au numérique en santé et plus particulièrement à la téléconsultation, Franck Cohen, cadre supérieur de santé, infirmier anesthésiste, ingénieur formation, a décidé, lorsqu’il est devenu coordonnateur pédagogique territorial des Instituts de formation aides-soignants (IFAS) du GHT Armor, d’instaurer une journée de formation au numérique en santé.

Conforté dans sa démarche par une consœur Infirmière en pratique avancée (IPA), qui lui a fait part de l’apport des aides-soignants dans l’identification des troubles du comportement, notamment chez les résidents en Ehpad, il a élaboré avec elle, une formatrice et une stagiaire en Master 1 Organisation et gestion des centres de formation, un programme dédié, sous forme de simulation.

Le scénario

Dans le cadre de cette simulation, qui fait écho à la réalité vécue par les structures hospitalières du GHT, avec la répartition des professionnels et des ressources entre établissements, les étudiants aides-soignants endossent le rôle de requérants d’une téléconsultation, afin de signaler une altération du comportement d’un résident d’Ehpad à une IPA exerçant dans autre établissement du GHT.

« On présume que si l’aide-soignant est seul, il peut de lui-même contacter l’IPA et s’il est avec un infirmier, ce dernier l’encourage à prendre attache auprès de l’IPA et à activer la téléconsultation », raconte Franck Cohen. Au cours de la téléconsultation, il doit décrire la situation à l’IPA afin de connaître la conduite à tenir vis-à-vis du résident et obtenir des conseils de surveillance.

Parmi les objectifs de cette formation : apprendre aux étudiants aides-soignants à savoir prioriser l’information dans la construction du bilan à transmettre, et à parler du résident devant lui. « La posture professionnelle est très importante, rappelle Franck Cohen. De même que l’étudiant apprend à structurer une transmission auprès d’un professionnel infirmier et à s’acculturer au dispositif de téléconsultation. » A l’issue de la téléconsultation, il dispose d’un temps de débriefing avec l’IPA.  

Cette simulation, qui détient la certification Qualiopi, permet aux élèves des Ifas de Saint-Brieuc, Guingamp, Paimpol, Tréguier et Lannion de recevoir une attestation « afin de valoriser l’enseignement spécifique lié à notre projet pédagogique », indique Franck Cohen. Le coordonnateur pédagogique est également en train de construire l’ingénierie d’une formation continue sur les mêmes bases en raison de l’intérêt manifeste des centres hospitaliers du GHT pour ce dispositif.

Simulation à la télérégulation

Pour encourager à cette pratique et proposer cette formation, Franck Cohen s’est appuyé sur l’arrêté de formation des aides-soignants du 10 juin 2021, qui a fait évoluer les compétences cliniques et paracliniques de la profession, et sur le texte promulgué le 10 novembre 2022 sur la formation socle au numérique en santé. « Certes, à l’origine, il ne concernait pas les aides-soignants mais un arrêté du 9 juin 2023* impose deux heures de formation au numérique en santé à la profession à partir de la rentrée de septembre 2025, avec de la téléconsultation et de la télérégulation », fait-il savoir.

Les Ifas du GHT sont donc précurseurs. D’ailleurs, les étudiants aides-soignants bénéficient également, au cours de cette journée dédiée au numérique, d’une formation à la télérégulation, par téléphone. « Souvent la nuit, dans les Ehpad, il n’y a pas de présence infirmière, et les aides-soignants peuvent rencontrer des difficultés à mobiliser correctement le Samu pour le traitement d’une demande de soins non programmés, constate Franck Cohen. Nous leur dispensons donc une formation pour qu'ils puissent se familiariser à la façon de transmettre une demande à l’assistant de régulation médicale du Centre 15. »

Au cours de cette simulation par téléphone, ils apprennent la méthode SAED pour « Situation, antécédents, évaluation, demande », afin de transmettre les signes cliniques et paracliniques nécessaires à l’analyse de la situation. À l’issue de l’échange, ils disposent également d’un temps de débriefing avec l’assistant de régulation médicale.

Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

*Arrêté du 9 juin 2023 portant diverses modifications relatives aux modalités de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux et aux formations conduisant aux diplômes d'Etat d'aide-soignant et d'auxiliaire de puériculture

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000047664664

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
365 rq / 12,761 sec