Ariège : la solution de la téléconsultation assistée par un infirmier

En Ariège, une équipe pluridisciplinaire de soins primaires, dont cinq infirmiers libéraux, a planché sur un projet de téléconsultation assistée pour garantir la continuité d'accès aux soins. La mise en œuvre de cette solution, représentative d'un territoire de santé et transférable, passe par une acculturation des pairs.

cinq infirmiers libéraux (IDEL) de la Communauté professionnelle territoriale de santé Ariège Pyrénées (CPTS)

Les cinq infirmiers libéraux ont planché sur un projet de téléconsultation assistée pour garantir la continuité d'accès aux soins.© DR

« Mettre en lumière le rôle autonome de l'infirmier, insuffisamment connu, valoriser son rôle dans le recueil des données cliniques. » Et innover via les nouvelles technologies, pour garantir la pérennité du système de santé...

Ce principe sous-tend tout le travail mené depuis 2022 par cinq infirmiers libéraux (IDEL) de la Communauté professionnelle territoriale de santé Ariège Pyrénées (CPTS), dont l'accès aux soins est une des missions. « Deux collègues ont été confrontées à l'absence du seul médecin installé sur leur secteur », explique Christelle Repond, infirmière libérale porteuse du projet « télésoins ».

Lire aussi, sur ActuSoins.com : Télésoin : une nouvelle pratique et de nouveaux enjeux pour les infirmiers

Solution locale

« Les actes de télémédecine se sont imposés à elles comme la solution pour pallier les conséquences d'une rupture d'accès aux soins », précise-t-elle. Le ''groupe des 5'' s'est orienté aussitôt vers une solution locale qui regrouperait les intervenants naturels autour du patient.

Une condition sine qua non pour créer du lien entre professionnels du territoire et une dynamique d'équipe. Avec un outil sécurisé pour assurer les téléconsultations médecin généraliste – infirmier, et une télé-expertise permettant à l'infirmier de relever des signes cliniques, de les transmettre au médecin, ou de lui demander un avis.

« Nous sommes tous formés en éducation thérapeutique du patient, ou en approfondissement du raisonnement clinique infirmier », précise Christelle Repond. « Notre rôle de soignants infirmiers autonomes ne se réduit pas à des actes de soins sur prescription. »

Parmi les cinq IDEL représentatifs de ce territoire de santé, deux exercent en montagne, deux en milieu rural et Christelle Répond, en milieu urbain. Avec les difficultés d'une population vieillissante, des problèmes de mobilités, des temps de trajet augmentés, une démographie médicale basse des secteurs voisins qui ne peuvent être un relais.

Lire aussi, sur ActuSoins.com : Accompagner les téléconsultations : une autre facette du métier d’infirmier

Le tri dans les outils

« Il existe une multitude de plateformes de télémédecine et de messageries instantanées, l'important était d'avoir un seul outil », fait observer Nelly Placide Infirmière libérale clinicienne.

La CPTS Ariège Pyrénées a opté pour Conex Santé qu'elle met à disposition des professionnels du secteur. « Nous ne voulions pas fonctionner avec des unités que nous ne connaissions pas, comme peuvent en proposer les plateforme de télé santé », ajoute Laurent Chaubet, Infirmier clinicien. « Nous voulons maintenir un parcours de soin coordonné localement. » Pour des soins programmés ou non.

Et avec un outil numérique qui s'adapte aux professionnels et non l'inverse. « On l'utilise déjà de médecin à médecin pour avis, ce qui évite d'envoyer un patient dans six mois à Toulouse », appuie le docteur Jérôme Vézinet, généraliste partie prenante de la CPTS, qui garde la main, dans cet exercice coordonné. « C'est très pratique en termes d'organisation, contrairement à un coup de fil qui peut m'interrompre en consultation. » Et les échanges sont tracés.

Une nouvelle étape – essentielle - du travail collaboratif mené depuis plus d'un an, est en cours : faire connaître l'outil numérique et le parcours coordonné, aux soignants d'un territoire tout compte fait, assez grand. « C'est un des freins principaux, il y a toute une acculturation à faire, penser ce changement d'outil comme un gain de temps, aussi  », indique Christelle Repond. « Depuis mars 2023, les actes de télémédecine sont rémunérés par la CPAM, pour les infirmiers  », rappelle aussi Laurent Chaubet.

Court-métrage pédagogique

L'équipe a imaginé « Parcours de soins 2.0 »**, un court-métrage pour sensibiliser, faire de la pédagogie sur l'articulation de la télémédecine dans leur pratique et sur le parcours de soin coordonné et sécurisé, auprès des confrères et professionnels de leur territoire.

Ce support vidéo, à l'initiative de la CPTS, avec lequel elle peut se déplacer au plus près des confrères pour présenter le projet, l'équipe en a elle-même élaboré le scénario.

Chacun, IDEL comme médecin, y jouant son propre rôle. « La télé-expertise précède la possibilité d'une téléconsultation assistée, c'est le médecin qui, au regard du contexte, décide de sa nécessité », rappelle Christelle Repond. « Nous pourrons créer des liens le moment venu avec les kinésithérapeutes, pharmaciens et sage-femme qui utilisent aussi la télémédecine. »

Autre objectif : montrer la ''transférabilité'' de l'organisation mise en scène, pour toute équipe volontaire quel que soit le lieu géographique. « L'Ariège est un très bon exemple ! », résument ces professionnels.

Myriem Lahidely

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Infos

* L'équipe pluridisciplinaire en soins primaires a réuni des IDEL représentatifs de la CPTS Ariège Pyrénées, des médecins généralistes, la coordinatrice de la CPTS et l'équipe support de développement de la solution numérique (ARS, CPAM, Communauté de communes de la Haute Ariège, URPS IDEL Occitanie).

**A voir sur la chaîne youtube de la CPTS Ariège Pyrénées

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
371 rq / 3,750 sec