Métiers en tension : le gouvernement expérimente les viviers de recrutement

Le ministère du travail de l’emploi et de l’insertion vient de présenter la phase 2 de son plan de réduction des tensions de recrutement existant dans 23 métiers, dont ceux d’aides-soignants et d’infirmiers. Il demande la mise en place des viviers de recrutement dans les agences Pôle emploi.

Métiers en tension : le gouvernement expérimente les viviers de recrutement

© ShutterStock

Les agences Pôle emploi vont être invitées à constituer un groupe de 100 à 150 candidats disponibles immédiatement afin de répondre aux tensions existant dans ces métiers.

Ces candidats devront « être intéressés pour occuper un emploi dans l’un de ces secteurs », être « disponibles immédiatement », et avoir « les compétences indispensables à l’exercice du métier ou en capacité de les exercer moyennant une adaptation rapide (formations préalables à l’embauche) », indique le ministère dans un dossier de presse.

À ce stade, cette approche se décline pour 23 métiers parmi ceux qui sont les plus en difficultés de recrutement : aides-soignants, infirmiers, accompagnants éducatifs et sociaux (AES), conducteurs routiers, serveurs, commis de cuisine, cuisiniers, personnels d’étage, etc. Elle sera complétée bassin d’emploi par bassin d’emploi en fonction de l’état des tensions de recrutement.

Un renforcement du contrôle de la recherche d’emploi des demandeurs, surtout dans ces métiers, est également prévu. «500 000 contrôles seront réalisés en 2023 », annonce le ministère du travail.

La première phase du plan avait été lancée il y a un an et avait mobilisé « une panoplie très complète d’outils » relatifs à des formations au plus près des besoins des entreprises, à des méthodes de recrutement par simulation et à des périodes d’immersion. 

Qualité de vie au travail

« La mobilisation du Service public de l’emploi et la multiplication des formations ne peuvent pas être les seuls leviers », estime néanmoins le ministère.

La qualité de vie au travail étant aussi « un facteur fondamental d'attractivité et de maintien en emploi des salariés », « une série de plans sectoriels a été ou continuera à être déployée au cours des prochains mois avec les branches professionnelles ».

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Actusoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
356 rq / 4,419 sec