Les directeurs des soins n’ont pas été conviés non plus au Ségur de la santé

Plusieurs directeurs des soins, « choqués » de ne pas avoir été représentés dans les groupes nationaux du Ségur de la santé, ont rédigé un manifeste rappelant leur rôle et leur place dans l’organisation des soins.

Les directeurs des soins n’ont pas été conviés non plus au Ségur de la santéInitié fin mai de façon indépendante par quelques directeurs des soins (DS) de la région PACA, le manifeste a déjà recueilli 250 signatures (sur 750 directeurs de soins exerçant en France) et les signatures continuent à arriver. 

« Depuis 10 ans, nous avons toujours et trop souvent été oubliés, voire niés lors des réformes hospitalières et chaque gouvernance a abouti à un assèchement de nos fonctions », expliquent les signataires.

« Nous refusons de revivre cela après la crise sanitaire et les décisions de modifications de gouvernance suite au Ségur ».

Acteurs ignorés

 Les DS regrettent notamment de n’être « ni cités, ni même évoqués » depuis la crise sanitaire « et même avant ».


« Pourtant, dans le système hospitalier, que ce soit en gestion ou formation des professionnels paramédicaux, que ce soit en crise ou en fonctionnement normal, nous avons démontré notre place incontournable, notamment en matière d’organisation des soins, de respect de la qualité des soins, de formation et de développement des compétences professionnelles de l’ensemble des paramédicaux », indiquent-ils.

Activités multiples

Anticipation, préparation, réajustement des organisations des soins, formation, encadrement : pendant la crise, les DS ont dû « composer en organisant rapidement les prises en charge adaptées, répartissant les effectifs tout en tenant compte simultanément des compétences nécessaires et de la charge en soins conséquente », rappellent-ils.

« Nous avons dû assurer la mobilisation de personnels inquiets, à juste titre, des manques récurrents d’EPI, de matériels et de produits en forte tension. Nous avons dû aussi coordonner les personnels mobilisés, dans le respect des propositions et des compétences de chacun, proposer au sein des cellules de crise et dans les unités le bon dimensionnement de dispositifs économes en ressources matérielles et humaines pour les préserver dans la durée, en gardant en réserve des professionnels et en leur accordant les repos indispensables. »

Dans le manifeste, destiné à être envoyé au ministère et aux tutelles, les DS listent aussi leurs actions en termes de formation des étudiants pendant la crise : pédagogie « à distance dans l’urgence », redistribution des périodes de stages et de formation, prise en compte des situations socio-économiques personnelles, etc.

Ils détaillent aussi leurs missions transversales. « Nous avons dû répondre aux sollicitations des partenaires (garde d’enfants, appui aux équipes, appui dans les Ehpad). Nous avons collaboré entre collègues des ARS, des établissements de soins et des instituts de formation afin de maintenir la formation des futurs professionnels, qui viendront relayer, cet été, les équipes sollicitées et épuisées ».

Les DS expliquent par ailleurs s’être rendus « totalement disponibles » auprès des directeurs dans « une dynamique collective maintenue mais très éprouvante » et sans craindre leur santé.

Revalorisation

 Les DS sont toujours « dans l’attente » des textes qui « améliorent » leur statut, rappellent-ils. Il s’agit de « rattraper le retard pris depuis plus de 15 ans par un alignement des grilles indiciaires et du régime indemnitaire » sur celui des adjoints des équipes de direction.

« Nous attendons aussi ceux qui reconfigurent le rôle et les missions des commissions de soins infirmiers de rééducation et médico-techniques (CSIRMT) et qui devrait à minima être le pendant paramédical des Commissions médicales d’établissement. »

« Dans tous les pays européens, les directions de soins gèrent les paramédicaux en toute autonomie et offrent un réel service aux patients. Il n’y a qu’en France, où nous restons les éternels oubliés », estiment-ils.

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Les directeurs des soins n’ont pas été conviés non plus au Ségur de la santé”

  1. eco dit :

    c’est bien qu’ils ne soient pas consultés car ils font partie de la bureaucratie
    il faut réformer le service infirmier supprimer le grade de cadre supérieur de santé et ne garder que des cadres de santé qui seront différenciés selon lors objectifs et leurs missions
    le service infirmier est un catastrophique lieu permanent de réunions

    Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
268 rq / 1,333 sec