Coronavirus : le nombre de cas confirmés passe à 38 en France

Le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a annoncé hier soir lors d'une conférence de presse,  que le nombre de cas d'infections par le coronavirus Sars-CoV-2 recensés en France était passé à 38, soit plus du double de ce qui avait été comptabilisé la veille. 

Coronavirus : le nombre de cas confirmés passe à 38 en FranceParmi l'ensemble de ces cas, 12 sont guéris, 2 sont décédés et 24 sont actuellement hospitalisés. 

C'est l'investigation active autour des deux cas de l'Oise (dont un qui est décédé) qui a permis de détecter 12 de ces autres cas. Ces personnes ont été hospitalisées sur plusieurs sites hospitaliers : Nantes, Lille, Bégin (Val-de-Marne), Compiègne et Tenon (Paris). Le cas zéro n'a toujours pas été identifié. 

L'enquête autour du cas hospitalisé à Annecy (un jeune homme qui rentrait de Lombardie en Italie) a permis d'identifier regroupement de cas : épouse, fille et ami.

mes debuts idel

La détection active du coronavirus face à une pneumonie sévère ou syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) a permis d'identifier 3 cas. Deux d'entre eux sont des "personnes relativement âgées", actuellement hospitalisées en réanimation à Brest et à Dijon. C'est un voyage en Egypte qui a été à l'origine de ces cas, et le reste du groupe - une vingtaine de personnes - va être contacté. Le 3e cas est actuellement hospitalisé en réanimation à Lyon. 

Les 3 cas restants sont des cas isolés. Deux sont hospitalisés à l'hôpital Bichat (AP-HP) dont un qui revenait d'Italie, et un 3e est hospitalisé à Montpellier, également après un voyage en Italie.

138 établissements de santé mobilisés

138 établissements de santé "sont prêts, à cette heure, à accueillir des malades dans tous les départements de France", a expliqué Olivier Véran. 

15 millions de masque déstockés vont parvenir dès aujourd'hui dans les établissements de santé, puis dans les prochains jours, progressivement, aux professionnels de santé en ville par l'intermédiaire des pharmacies d'officine, "afin de protéger les soignants et leurs patients". 

Rédaction ActuSoins (Avec APM)

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
320 rq / 1,864 sec