Grève aux urgences de Lons-le-Saunier : le personnel réquisitionné en pleine nuit

Le conflit au service des urgences de l'hôpital de Lons-le-Saunier s'amplifie, avec la réquisition, depuis le 28 mai, d'une partie du personnel médical et paramédical pour faire face au manque d'effectif. 

Grève aux urgences de Lons-le-Saunier : le personnel réquisitionné en pleine nuit"Cette nuit, des personnels des urgences ont été sortis de leur sommeil et de leur lit à 1h du matin par la gendarmerie qui tambourinait à la porte sur ordre de M.le Préfet du Jura", qui leur a remis "une réquisition leur commandant de se rendre au travail à 7h, donc 5h plus tard", a expliqué l'intersyndicale Amuf-CGT-FO, dans un communiqué datant de la fin du mois de mai. 

Ces réquisitions font suite à la demande de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté, qui avait annoncé par voie de communiqué qu'une "organisation spécifique de prise en charge des urgences" soit "mise en place au CH de Lons-le-Saunier, pour faire face à l'indisponibilité de personnel médical dans un contexte de mouvement social". "Ainsi, ce service reste accessible 24 heures sur 24", avait justifié l'ARS.

La totalité du personnel du service des urgences est en grève à Lons-le-Sausnier. Le conflit a commencé début décembre 2018. En cause :  le projet de fermeture de la deuxième ligne de Smur du site. Il s'est amplifié depuis, avec des revendications relatives au manque d'effectifs et de moyens. 

Le personnel en état d'épuisement professionnel

"Une grande partie du personnel est en état d'épuisement professionnel, ce qui a motivé des congés maladie. On est dans une situation très tendue aux urgences, que les personnels n'arrivent plus à supporter", a indiqué le Dr Eric Loupiac, médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Sausnier, à l'agence de presse médicale APMnews. 

"Nos conditions de travail sont très compliquées. Je dirais même qu'elles se sont dégradées depuis un an et demi. Aujourd'hui, ce n'est plus tenable",  a de son côté témoigné un infirmier du service, dans un article du journal Le Progrès. 

Parmi le personnel médical et paramédical, environ 70% auraient été à un moment donné, ou seraient actuellement en arrêt maladie, indique par ailleurs APMnews, citant une source anonyme. 

L'intersyndicale de l'hôpital a demandé samedi l'ouverture de négociations avec l'ARS. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
228 rq / 1,536 sec