Fin de vie en réanimation : les recommandations

La Société de Réanimation en Langue Française (SRLF) a publié une actualisation de ses recommandations concernant la limitation et l'arrêt des soins en réanimation adulte.

Fin de vie en réanimation : les recommandationsL'évaluation des pratiques et de nouvelles disposition législatives et réglementaires ont rendues nécessaire l'actualisation de ces recommandations, dont la précédente version datait de 2002.

En 2003, de décès largement médiatisé de Vincent Humbert amenait le législateur à faire évoluer les textes existants. La loi du 22 avril 2005, communément appellée "loi Leonetti" a ainsi largement participé à l'essor du concept de LATA (Limitation et Arrêt des Thérapeutiques Actives), en rappelant notamment le droit aux soins palliatifs et en consacrant la notion "d'obstination déraisonnable", définie comme "la démarche d’instauration ou de poursuite d’une stratégie à visée curative inutile et non justifiée au regard du pronostic en termes de survie ou de qualité de vie."

Obstination qui doit désormais être considérée comme une atteinte aux droits fondamentaux d’une personne vulnérable et, fait majeur, devient condamnable.

Même si le texte rappelle que "la loi laisse la possibilité au médecin en charge du malade de prendre une décision qui ne soit pas partagée avec la personne de confiance, les proches ou les membres de l’équipe paramédicale.", il met en avant une nécessaire collaboration avec l'ensemble de l'équipe médicale et paramédicale, incluant les étudiants en médecine et en soins infirmiers dans le processus de décision.

"Ce qu’il importe d’atteindre, c’est l’absence d’opposition nette ou de doute sérieux émis par un ou plusieurs des participants." Dans tous les cas, "L’existence, au sein du service, d’un espace d’échanges réguliers entre équipes médicale et paramédicale est indispensable." Même si la démarche éthique de la décision reste complexe, et s'appuie nécessairement sur "une part non négligeable de subjectivité et d'incertitude relative."

"l’objectif doit être de permettre le confort du patient tout en évitant de prolonger une agonie difficilement ressentie par l’ensemble des intervenants."

Le texte pose un principe fondamental: "La décision de limitation ou d’arrêt des traitements n’est en aucun cas un arrêt des soins ou un abandon de soins. Elle entre dans le cadre d’une réorientation de la stratégie de soins vers une stratégie palliative."

Pour ce faire, plusieurs conduites à tenir détaillées sont proposées, concernant notamment la sédation (dans quelles indications? quels produits?) les notions de limitation ou d'arrêt de la ventilation artificielle (extubation? débranchement du respirateur?).

Avec un rappel fondamental: "toute injection de produits avec intentionnalité de décès,comme l’injection de curares, de sédatifs en bolus à hautes doses chez un patient non ventilé ou l’injection de chlorure de potassium, est un acte d’euthanasie. Elle n’est jamais justifiable et est juridiquement qualifiable d’homicide volontaire."

En annexe, la SRLF fournit une grille d'aide "à la réflexion collégiale concernant le niveau d’engagement thérapeutique" et une fiche de décision de limitation ou d’arrêt des traitements extrèmement précis, permettant une traçabilité optimale de toutes les décisions prises, comme l'abstention de réanimation cardio-pulmonaire en cas d'arrêt cardiaque, la mise en œuvre ou non de vasopresseurs, l'abstention de toute transfusion...

Les enquêtes de terrain continuent de mettre en évidence une absence de concertation pluri disciplinaire dans certains centres. Pour tous les soignants, quelle que soit leur fonction, ce document, clair et didactique peut facilement servir de base pour engager une réflexion réellement pluri-disciplinaire au sein de réanimations parfois peu enclines à ce type de démarche.

Recommandation SRLF (pdf)

Pour aller plus loin:

Ressenti des familles après un arrêt de soins (enquête réalisée par des IDE de réanimation)

Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP)

Thomas DUVERNOY

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

5 réponses pour “Fin de vie en réanimation : les recommandations”

  1. hugues dechilly dit :

    il n’y a pas qu’en réanimation que les gens meurent …

    dans les services de réanimation, les personnels formés et les matériels sont autrement mieux adaptés à ces prises en charge difficiles de fin de vie et pour accompagner les patients,

    qui n’a pas découvert – au petit matin – un papy ou une mamie décédé(e) seule dans la nuit dans une maison de retraite ou un service conventionnel ?

    qui n’a jamais eu à faire le choix de s’occuper des autres patients et de laisser de côté – pour ne pas dire abandonner – un mourrant faute de temps pour – simplement lui tenir la main – l’aider, une dernière fois ?

    qui ne s’est jamais entendu dire “on verra çà demain” au bout du fil quand on appelle un médecin en pleine nuit pour demander des consignes, faute là aussi, d’une prise en charge adaptée ?

    • Bob dit :

      Certes on ne meurt pas qu’en réa.

      Mais bon. Curariser une vieille, c’est juste une prise en charge de merde. Point.

      La fin de vie du sujet âgé aux porte on PEUT LA GÉRER avec la loi actuelle. ça n’a rien à voir avec un tétraplégique qui veut mourir.

      • hugues dechilly dit :

        je suis tout à fait d’accord, ce n’est certainement pas la meilleure manière de faire, surtout pour abréger des souffrances …

        maintenant il faut – aussi – se poser la question du pourquoi une dénonciation ce jour là alors que ces pratiques étaient connues et donc approuvées/tolérées depuis un temps certain …

        enfin l’hypocrisie avec laquelle est traitée ce sujet douloureux et tabou par les politiques et le législateur est minable …

    • soniatoutsimplement dit :

      oui mais justement ce papy ou cette mamie a eu la chance de décéder sans qu’il y ait acharnement

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
241 rq / 1,899 sec