Covid-19 : plus de 3000 infirmiers de réanimation en plus seraient nécessaires pour faire face à une deuxième vague

Les conseils nationaux professionnels de médecine intensive-réanimation (CNP-MIR) et d'anesthésie-réanimation médecine opératoire (CNP-ARMPO) ont adressé lundi au ministre de la santé 10 propositions visant à mieux préparer une éventuelle 2e vague de Covid-19, dont la nécessité de recruter, dès la rentrée, et donc former, plus de 3000 infirmiers de réanimation. 

Covid-19 : plus de 3000 infirmiers de réanimation en plus seraient nécessaires pour faire face à une deuxième vagueIls préconisent d'abord l'ouverture de tous les lits de réanimation actuellement fermés faute de personnel soignant, qu'ils estiment à environ 550 lits sur 600. Cela "permettra d'augmenter de façon pérenne et simple le capacitaire de lits de réanimation à 5600 lits, proche des 6200 lits existant en 2009". 

Un renforcement du pool des infirmiers de réanimation doit aussi intervenir "avec une montée en charge dès le mois de septembre, afin de passer d'un ratio soignant de 1 IDE/2,5 lits de réanimation à 1 IDE/2 lits de réanimation". 

Pour cela il faut recruter 3000 à 3500 IDE "qui bénéficieront d'une formation selon le référentiel des compétences des IDE de réanimation" produit par les sociétés de réanimation et d'anesthésie-réanimation (SRLF/Sfar). 

Ils proposent également le renforcement des personnels infirmiers en surveillance continue, à raison de 1 IDE/4 lits. 


Dans chaque établissement de santé, les personnels infirmiers compétents en réanimation doivent être recensés, et des formations complémentaires pour les personnels travaillant hors réanimation doivent être proposées, indiquent les CNP. 

Rédaction ActuSoins (avec APMnews)

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Covid-19 : plus de 3000 infirmiers de réanimation en plus seraient nécessaires pour faire face à une deuxième vague”

  1. Vitoux tatiana dit :

    Bonjour ne faudrait il pas envisager la création d’une réserve ide de réa. Par exemple j’ai travaillé presque 15ans en réa pédiatrique, je suis en disponibilité depuis 5ans. Mais mon expérience reste acquise, je travaille dans un établissement privé. Pendant la première vague, j’aurais aimé pouvoir être volontaire pour les réa mais les dispositions prises par mon employeur pour le volontariat en zone covid étaient d’envoyer les salariés dans des établissements du groupe. Mon idée de réserve ide de réa se ferait sur la base du volontariat et l’inscription serait proposée à tout.e ide quittant en service de réa. Cela induirait aussi la mise en place de facilité de détachement quelque soit le type d’employeur.

    Répondre modéré

Réagir à cet article

retour haut de page
269 rq / 2,036 sec