Affaire Benyettou : la FHP fait un vibrant éloge des missions de l’Ordre

Suite à l'affaire du stage infirmier de Farid Benyettou, ex-mentor des frères Kouachi, la Fédération de l'hospitalisation privée souligne "un vide juridique" et la Fédération hospitalière de France (FHF) des "incohérences".

Affaire Benyettou : la FHP fait un vibrant éloge des missions de l'Ordre infirmierLa Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) demande, dans un communiqué, "au législateur de revoir les conditions d’accès à la profession d’infirmier. (...)  Il y a manifestement un vide législatif qui ne peut perdurer. Le métier de soignant n’est pas un métier comme les autres", reprenant ainsi les termes utilisés par l'Ordre infirmier.

"C’est une profession réglementée. Cette actualité illustre à quel point l’Ordre national des Infirmiers est important car il est le garant d’une mission sociale d’intérêt général au service de patients qui placent leur confiance en ces professionnels du soin  », déclare Lamine Gharbi, président de la FHP.

Dans les cliniques et hôpitaux privés, la FHP demande "de façon très claire que tout recrutement d’un ou une infirmière soit ainsi précédé de son inscription à l’Ordre national des infirmiers (ONI). Elle souhaite également que le code de déontologie de l’ONI Ordre national des infirmiers remis au ministère de la Santé puisse entrer en vigueur le plus vite possible."

 « Il y a peut-être des condamnations figurant au casier judiciaire qui peuvent être mineures et sans rapport avec l’exercice de la profession. D’autres qui sont rédhibitoires et posent assurément un grave problème éthique", poursuit la FHP.

"Qui mieux que l’Ordre peut être en mesure de vérifier les conditions d’intégrité et de moralité inhérentes à la profession d’infirmiers ? Cela nécessite que chaque infirmier soit inscrit à l’Ordre car ces conditions ne varient pas selon que l’on exerce au sein des secteurs public et privé ou en libéral », ajoute le président de la FHP.

Cyrienne Clerc (source FHP)

"Il y a des incohérences, il faut revoir les conditions d'accès, voire redemander obligatoirement un extrait de casier judiciaire à l'entrée en Ifsi", indique Frédéric Valletoux, président de la FHF, à ActuSoins, à l'occasion des voeux de nouvelle année de la FHF à la presse.

Il se prononçait ainsi sur la possibilité pour un étudiant infirmier de faire ses stages dans un hôpital public sans vérification du casier, alors que la même personne "qui fait en tant que stagiaire le même travail qu'un infirmier", ajoute-t-il, ne peux ensuite être recrutée.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

18 réponses pour “Affaire Benyettou : la FHP fait un vibrant éloge des missions de l’Ordre”

  1. solange granier dit :

    Non seulement cet ordre a été installé, à l’aide d’une subvention publique de 1,5 millions d’euros, avec plus de 86% de non votants en 2008, on avait pas le choix de voter NON. Il fallait obligatoirement voter pour des candidats ou ne pas voter. Mais en avril 2014 et en octobre 2014, plus de 80% des inscrites et supposées cotisantes continuent de s’abstenir obligeant l’ordre infirmier à regrouper ses troupes en inter régions afin de pourvoir (encore une fois sans succès) tous les sièges laissés vacants par ceux et celles qui, dégoûtées des présidences Leboeuf, Vasseur et Borniche, avaient démissionné. Les pro ordre ont mentis dès 2006 (et continuent) en annonçant que 92% des IDE étaient favorables à un ordre infirmier. Plus de 8 ans après, ces mêmes chiffres confortent les opposants qui poursuivent la lutte. Marisol Touraine, elle, continue à ne rien faire, ce qu’elle sait faire de mieux, sur ce sujet comme sur les autres sujets qui touchent à la santé des français.

  2. Un ordre élu avec 13% de votant, n’est pas un ordre légitime. C’est un déni de démocratie, s’il s’était agit d’une autre éléction, elle aurait était annulée.

  3. solange granier dit :

    Et quand monsieur Gharbi prend en otage des dizaines de milliers de futures infirmières en mars 2014 pour essayer de peser dans le marchandage financier entre le privé et le gouvernement, elle est où l’éthique ?
    Et quand le même monsieur Gharbi menace de mettre des dizaines de milliers de professionnelles infirmières en chômage technique, avant de se raviser car ayant beaucoup plus à perdre qu’à gagner, toujours pour des problèmes de pognon entre son tiroir caisse et celui de la Sécu, elle est où l’éthique ??

  4. Seb Gonzy dit :

    Très bonne position de la part de la FHP!!

  5. pas besoin d’ordre pour verifier un extrait de casier judiciaire ! Il suffit de fournir ce document à l’entrée de l’IFSI…..c’est pourtant simple !!!

  6. SON Sort ?et Les Patients vont ils être soignés par n importe qui
    Même des terroristes ?
    Nous sommes en France pas “la bas “

    • denis29 dit :

      Etre soigné par une personne qui a été terroriste vous pose problème ? Parce que , bien sur, on ne peut pas changer , évoluer , comprendre ?(surtout quand on est basané ?)
      Pourtant , si Mr Benyettou est libre, c’est qu’il est innocent ou qu’il a purgé sa peine.
      Doit il aussi subir une double peine infligée , cette fois , par les “grands humanistes “de l’oni ?
      Leur “bonne moralité “les autorise t elle a juger cette personne ?
      Quand l’oni pleurniche qu’il est aussi Charlie , il me fait honte.
      Charlie vaut bien plus que ces personnages .
      Charlie était un tresor.
      Ceux qui trouvent honteux qu’un ex terroriste puisse soigner des gens ne sont assurément pas Charlie.
      J’ai parfois honte de faire partie de cette corporation minable

  7. Amox Silline dit :

    Il vaudrait mieux se preocuper d un ex terroriste infirmier. Quelle ethique pour la profession . Quel va etre son sort ?

  8. sancho dit :

    Bonjour,
    pourquoi vibrant ?
    Je ne sais pas, mais enfin la FHP prend position clairement.
    Il est complètement normal que cette prise de position, qui va dans sens de la loi de la république, affirme le rôle important d’une instance nationale professionnelle pour les infirmiers.
    Maintenant reste à réfléchir comment harmoniser les IFSI sur les autorisations de formations et sur quels critères se baser ? Du travail en perspective.
    Cordialement

    • eusebe dit :

      Instance nationale professionnelle qui a mobilisé 2,4 % du nombre total d’infirmiers pour le 2ème tour surprise des élections départementales d’octobre 2014 : difficile de faire pire comme représentation.

      Et pour ceux qui auraient oublié, les élections de 2008, financées en grande partie par de l’argent public (1,5 millions d’euros de subvention), avaient connu un taux de plus de 86 % d’abstention. Le président actuel ayant été vice-président de 2009 à 2011, rien n’a changé dans l’idéologie quoiqu’en disent les aficionados.

      Cette loi de la République ne doit pas être bien folichonne pour que 80 % des infirmières exercent dans l’illégalité depuis 5 ans et demi ; on subodore que l’argent dû par l’oni, et sur lequel les créanciers ne sont pas décidés de s’assoir, est l’unique raison du prolongement de la vie de la structure.

  9. Ou comment récupérer l info pour justifier l ordre …

  10. eusebe dit :

    L’ordre infirmier fait du lobbying auprès de l’hospitalisation privée mais est toujours massivement rejeté par les infirmiers eux-mêmes et la grande majorité des syndicats de salariés et de libéraux : ça va être chaud !

  11. L’ordre n’a pas fait de récupération politicienne de cette affaire puisque l’inscription n’est obligatoire qu’une fois le diplôme obtenu ; ce qui n’est pas encore le cas et ce n’est pas l’ordre qui attribue les diplômes. L’ordre n’a fait que pointer du doigt des incohérences, une certaine légèreté et un manque de responsabilité de certains. Ce qui s’est passé depuis février 2012 est du ressort de l’ifsi, de l’aphp ou des pouvoirs public de l’époque qui sont au courant depuis le début et ne s’en sont pas offusqués. Maintenant ce sont les propos de l’ap-hp qui obligent la fhp à réagir puisque l’ap-hp dit que s’il ne pourra pas exercer dans le public il pourra exercer dans d’autres lieux d’exercice tel que le privé… Aujourd’hui le malaise est partagé par tous : infirmiers, ordre, ifsi, aphp, fhp, ministères et personne ne possède la réponse individuellement et personne ne veux assumer seul la responsabilité, qui pour l’heure n’engage pas l’ordre puisqu’il n’est pas diplômé. Faut-il pour autant attendre qu’il soit diplômé et refuse de s’inscrire à l’ordre pour alerter ?

  12. Ben tien
    Ce serait pas plus simple de demander un casier judiciaire dans tous les IFSI?? On m’en a demandé un a l’entrée en IFSI CRF puis un a l’entrée en hôpital public Ca m’a pas choqué!
    Mais bel effort l’ordre! Belle récupération de l’actualité. C’est honteux

  13. Lucia Dupuis dit :

    Ou comment justifier l’inscription à l’ordre…. Pas sure que ce soit une réponse satisfaisante, moi qui pensait que c’était le rôle des employeurs et des formateurs d’assurer la fiabilité des recrutement…

  14. individuspasisole dit :

    Bonjour à vous,

    Tout d’abord je tiens à dire que je ne tenais à partager mes expériences lors des concours d’entrée en IFSI. Voilà deux ans que je cherche à me reconvertir dans cette belle profession.
    L’année 2014 j’ai passé 8 concours d’entrée.
    Sur les huit concours j’ai été admissible à 2 oraux.
    Ou j’ai échouer en grande partie à cause du stress.
    Pourtant j’ai par le passé travailler avec du public et j’ai donc acquis un sens du relationnel convenable je pense.
    Seulement les concours sont des machines à engraisser le système.
    Je m’explique. Nous payons pour chaque concours des frais d’inscriptions d’environs 100 euros en moyenne. Ce qui est très cher pour beaucoup notamment pour moi ancien employé à mi-temps.
    Par la suite nous passons deux épreuves écrites:
    -une épreuve de culture générale sous la forme d’une dissertation et de question de texte digne du CAPES .Pour preuves vous jetterez un œil aux question du CAPESA documentation ou l’on demande la problématique , un résumé indicatif (ce qui correspond aux idée principales d’un texte) et un résumé informatif. Pour ce qui est de la dissertation sa notation est arbitraire et dépend essentiellement du correcteur souvent employé en CDD précaire pour effectuer ces corrections et ne disposant souvent que de 5 minutes par copie (http://www.ladepeche.fr/article/2013/05/07/1621272-concours-infirmiers-les-examens-corriges-par-des-interimaires.html).
    -une épreuve de test psychotechnique additionné de calcul mathématique digne du concours d’entée à météo france.

    Puis, une épreuve orale composé de deux partie. Un exposé de vos motivations et une question sur un terme sanitaire. Ceci devant un jury de trois personne dont un professionnel de santé extérieur à l’IFSI, un formateur de l’IFSI et une psychologue.Avec des critères de notation inconnus ce qui est d’ailleurs parfaitement illégal en France. Pour preuve essayer de trouver un rapport de jury!

    Ces concours d’entrée sont quelques peu opaques car il n’existe en effet aucunes corrections publiées nulles part ce qui n’est pas légal du tout. Tous les autres concours aux grandes écoles et administratif publie leur rapports de jury et leurs corrections.
    Mais pour ce qui est juste de l’oral, il faut dire plusieurs chose.
    D’étrange pseudo-science rentre en jeu comme la synergologie (marque déposé!) qui alimente de nombreux débat universitaire (Voir Pascal Lardellier professeur en Science de l’information et de la communication).
    Car oui il ne faut pas être malade le jour de l’oral ou pire avoir mal au dos. Ceci va se traduire sur votre posture et être interprété négativement par le pratiquant de la pseudo-science qu’est la synergologie. Donc Ostéopathe Kinésithérapeute avant votre oral.
    Le jury est souvent épuisé après plusieurs heures et son jugement se dégrade.
    Et si le candidat est un bon menteur (ce qui est loin d’être mon cas) et qu’il a additionné myorelaxant (ce qui permet d’effacer vos micro-expression du visage) et mensonge en béton alors il réussira son oral.
    Des candidats lauréats qui ne méritaient pas de l’être j’en ai rencontré et côtoyé lors d’une année de préparation. Des lauréats que j’ai entendus dire qu’il était impensable pour eux de soigner certaines catégories de populations (notamment les roms et les toxicomanes) , mentir sur leurs motivations de façon à réussir à tous prix et faire preuve d’ostracisme envers les autres.
    Car être honnête et humaniste ne permet pas de réussir les concours d’entrée aujourd’hui. Il faudrait que cela change et que les futurs élèves le soit!

    Pierre

    • Morphinik dit :

      Bonjour,

      J’ai bien lu votre commentaire et ai été interpelé par plusieurs points.

      Vous parlez de la difficulté de la méthodologie de rédaction pour les épreuves ecrites. L’accès au concours nécessite un niveau baccalauréat, les séries generales préparent tres largement à cette méthodologie. Je conçois en revanche que les sujets ne sont pas toujours liés au thème sanitaire et social. Quant aux tests psychotechniques, j’ai eu comme vous des difficultés car je trouvais ça hermetique et vide de sens, mais c’est le lot de pratiquement tous les concours aujourd’hui.

      Puis lorsque vous parlez de l’oral et d’une pseudo sience, je vous ai perdu. Même si certains oraux sont dignes d’une mise en scène theatrale, ils reposent sur des évaluations concretes de la motivation de l’étudiant, sa stabilité psychologique et sa capacité a aller jusqu’au bout des trois ans d’études. Quant à la question de la posture et du “mal de dos”, cette profession met à très rude epreuve votre dos, comment permettre à quelqu’un de rentrer dans un profession comme celle la si des le début il a des problèmes a ce niveau la sachant qu’il y a déjà environ 30% des infirmiers et infirmières qui sont ou ont été en arrêt pour cette raison ?

      Concernant les dites corrections, comme dans tout concours, si vous en formuler la demande par écrit, vous pouvez avoir accès à votre copie corrigés.

      Vous semblez avoir beaucoup d’énergie pour chercher le problème, je pense que vous l’utilisez pour la mauvaise raison. Si vous êtes motivé et compétant pour cette profession, continuez et vous réussirez. Le stress n’empêche pas forcément de réussir un examen. J’ai eu 16 à l’oral alors qu’il me pétrifiait. Les concours et particulièrement les oraux vous jugent a un moment T et dépendent beaucoup du jury qui vous observe. Préparez votre oral, mettez vous en condition.

      Bonne journée et bon courage.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
307 rq / 5,354 sec