Travail de nuit : l’Anses confirme les risques pour la santé

| 6 885 vues | | mots clefs : , , 139 réactions

Dans un rapport publié le 22 juin sur son site, l'Anses (Agence Nationale de Sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail) met en évidence des risques sanitaires avérés pour les travailleurs de nuit. 

NuitTroubles du sommeil, troubles métaboliques, troubles cardiovasculaires, troubles psychiques, risques probables cancérogènes...L'enquête menée par l'Anses confirme que de nombreux risques sanitaires sont liés au travail de nuit. 

En 2012, la population concernée par le travail de nuit, habituel ou occasionnel, représentait 3,5 millions de personnes, soit 15,4% des salariés. Le travail de nuit concerne différents secteurs d'activité. Dans le milieu hospitalier, il est mis en place pour assurer la continuité des services. 

"Les salariés qui travaillent de nuit sont généralement soumis à des facteurs de pénibilité physique plus nombreux, une pression temporelle plus forte (horaires, contraintes de rythmes, délais...), des tensions avec leurs collègues ou le public plus fréquentes. Toutefois, les caractéristiques organisationnelles et les conditions du travail de nuit peuvent varier, notamment d'un secteur d'activité à l'autre, pouvant diminuer les effets du travail de nuit sur les salariés" précise le rapport. 

Un probable risque cancérogène

Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a étudié l'impact de cette organisation sur le risque de cancer, l'amenant à ajouter le travail posté qui induit la perturbation des ryhtmes circadiens à la liste des agents "probablement cancérogènes". 

En France, la HAS (Haute Autorité de Santé) a également publié, en 2012, des recommandations de bonnes pratiques pour la surveillance des travailleurs postés et/ou de nuit. 


Dans ce contexte, l'Anses a évalué les risques sanitaires pour les professionnels. Concernant le cancer, l'expertise conclut à un "effet probable" du travail de nuit sur le risque de cancer. 

"Il existe notamment des éléments en faveur d'un excès de risque de cancer du sein associé au travail de nuit qui serait dû aux perturbations des cycles biologiques" explique le rapport. 

L'expertise souligne l'existence de mécanismes physiopathologiques qui peuvent expliquer les effets cancérogènes liés aux perturbations des rythmes biologiques. 

Outre ce risque, le rapport sur le travail de nuit met en évidence des effets sur la somnolence, la qualité du et la réduction du temps de sommeil total, mais aussi des effets sur la santé psychiques, sur les performances cognitives, l'obésité et la prise de poids, le diabète de type 2, les maladies coronariennes, l'hypertension artérielle et les accidents vasculaires cérébraux ischémiques. 

Les recommandations de l'Agence

"L'agence rappelle tout d'abord le principe premier de suppression des dangers auxquels sont exposés les travailleurs, dans le cadre des principes généraux de des risques posés par le code du travail" explique le rapport. 

L'agence préconise aussi "l'optimisation des modes d'organisation du travail de nuit, afin d'en minimiser les impacts sur la vie professionnelle et personnelle. En particulier, tout ce qui "réduit la désynchronisation et la dette de sommeil". Des recommandations organisationnelles précises, qui ne font pas toutes à ce jour, l'objet d'un consensus scientifique, doivent être étudiées dans les instances de dialogue social appropriées. 


Dans son rapport, l'agence recommande également de "réaliser un état des lieux des pratiques de terrain visant à protéger la santé des travailleurs de nuit (durée maximale quotidienne de travail, temps de pause, repos quotidien minimal, repos compensateur ou encore suivi médical...)"

Par ailleurs, le cadre réglementaire en vigueur devrait, selon l'Anses, "être adapté à la protection de la santé des travailleurs de nuit, et le cas échéant, en considérant la dimension européenne". 

Rédaction ActuSoins (source : Anses)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

139 réponses pour “Travail de nuit : l’Anses confirme les risques pour la santé”

  1. Débo Estla dit :

    Laura Ortiz Alias Sandra Soares

  2. leilou dit :

    Pourquoi ne prendre en compte que le travail de nuit dans la profession de soignant ??? et le port de charges lourdes ? et les risques liés à l’utilisation de produits chimiques et à la confrontations de liquides corporels ???

  3. Anick Branca dit :

    Vivement la retraite!!!

  4. Julie Boissel dit :

    Marie Lainé Mylene Folin Céline Vautour … Courage les filles!

  5. Camille Brg dit :

    Aurélie Bournazel tu aurai du lire ça avant de nous abandonner

  6. Mamadou Soumare, Clément Hugues,Clément Hervieu: les gars vous vivez dangereusement semble t’il!?

  7. HElo Par Enelrahc Reiduahc

  8. Une visite médicale tous les 6 ans 10, 50 euros. Le personnel de nuit n’a pas la côte. Tout le monde s’en fout.

  9. Que nous soyons informés des risques ok, mais qu’on laisse tranquille ceux qui veulent bosser de nuit!!!.
    Pour avoir testé je confirme que les roulements jours/nuits sont plus difficiles. Et puis le mot veilleuse ca me gonfle car je ne veille pas je travaille et cavale la nuit!!!

  10. Colombe Lvt dit :

    Flore Msi au cas où tu le savais pas déjà

  11. J’ai fait 2 ans de nuit et j’ai fait un brun out… Mais toutes ces recommandations ne servent à rien nos supérieurs ne veulent que boucher des trous, notre santé ils s’en foutent, une fois le citron pressé , ils nous jettent.

  12. Christina Toi dit :

    Troubles du sommeil c’est déjà mon cas

  13. À envoyer à marisol Touraine,j’ai travaillé très longtemps de nuit,j’ai eu presque 20 ans de nuit 5 contrôle médecidu travail

  14. ils ont oublié l’adiction à la Despé …..

  15. Je confirme leTRAVAIL nuit gravement à la santé

  16. Bo Dong dit :

    Normalement le salaire est plus élevé pour ceux qui travaillent la nuit pour justement compenser les inconvénients mais t’as toujours une convention collective faite par ceux qui travaillent de jour pour empêcher de toucher les horaires de nuit.
    Bah oui il y a pas de loi pour ça ni de 49.3

  17. Claudine Touboul on est mal barré mais ça on le savait déjà.

  18. David Erlich dit :

    Et bien heureusement qu’ils ont fait cette étude parce on ne le savait pas

  19. Muriel Barral dit :

    Ah ouais ???? Et c’est pour cela qu’ils nous rémunèrent si cher, la nuit !!! Pffffff

  20. Bla bla bla et après personne ne se préoccupe de nos problèmes

  21. Claire Royer dit :

    T’as raison zaza !!on devrait nous remercies et nous payes beaucoup plus!!bisess!!

  22. Bah, vous connaissez notre réputation de nuit, on dort!!! C’est bien connu… Lors d’une réunion de service pdt laquelle on nous expliquait comment aller se dérouler la mise en place des 12h de nuit, j’ai invité la direction à venir passer un peu de temps avec nous, LA NUIT ! Ma remarque a été très mal perçue, on m’a rétorqué que les cadres et tout le reste, ne comptaient pas leurs heures et qu’ils connaissaient la définition du mot : pénibilité . Bref, c’est un dialogue de sourd…Pas étonnant que la durée de vie professionnelle d’une infirmière n’excède pas 10 ans. Désespérant !!!

    • Mdr!!!pénibilité…quand je vois qu’en allant à l’administration à 16h45 pour faire signer 1 papier pour la caf, il n’y avait déjà plus personne…???
      Non la définition du mot n’est pas la même pour tout le monde!?

  23. Et donc? Est ce qu il y a des mesures qui vont etre mises en place pour améliorer ça??

  24. Seb Ide dit :

    les trois 8 c est l horreur….courage aux collegues pluridisciplinaires!

  25. Coralie Rose dit :

    On est mal Priscilla Fillon!

  26. Tata Warie dit :

    En attendant il en faut bien , du personnel de nuit , alors qu’on laisse celles qui veulent travailler de nuit et non pas faire de roulements pour tout le monde , car ça c’est plus que pénible !!!!

  27. Bla-bla-bla tout ça !!! Pénibilité non reconnue!!! On y est, on y reste!!! Avec le sommeil perturbé (4 heures de sommeil en moyenne) il me serait impossible de tenir en jour….

  28. C’est pour tout ça que je vais arrêter le travail de nuit!

  29. Nath Thalie dit :

    Tu es mal barrée Val Ou ! Changes vite !

  30. Zaza Weber dit :

    AS de nuit depuis 23 ans….les troubles du sommeil…le poid…perte de memoire..ca commence ..ca fait peur..mais j adore la nuit je serais incapable de passer de jour..l ambiance avec tes collegues de nuit est differente..mais bon voila….

  31. Chantal Homs dit :

    Pour Murielle Homs et Myriam Martinez

  32. Lomy Tuslo dit :

    Suivie médical régulier… Pas vu de medecin du travail depuis 2013 !!! Ça va c’est régulier ><

  33. Et certain EHPAD que je connais bien dans le Val d’Oise qui ne veut que des agents en 12h pour gagner tjs en personnel donc en enveloppe budgétaire , alors qu’il est désormais reconnu par les chercheurs que les postes en 12 h sont néfastes et dangereux pour les agents pour terminer le jour , la nuit , les matins , soirs , nuits ils s’en foutent . Ils auront moins de retraites à payer puisqu’on sera 6 pieds ss terre !!!!!

  34. Ju Lieta dit :

    Regine Kervarec Ophélie Grave

  35. Marie Chagot dit :

    Justine Alcaras Déborah Echardour Amélie Leblanc Passez de jour avec moi

  36. Et tous ça pour 1euro en plus de l’heure.

  37. Franck Penin dit :

    Et nous n avons même pas le droit au compte pénibilité mis en place par l état ,15 ans de nuit et j y reste car quand même il y a moins de con et de pression après un peut plus de reconnaissance je ne suis pas contre .

  38. Bon en bref, on risque de finir obèses avec des dettes de sommeil á ne plus savoir quoi en faire tout ca en sombrant éventuellement dans une « douce  » folie avec un cancer etcccc…… Bref je vais peut être repasser de jour …..ou pas…..

  39. Elodie Teo dit :

    De nuit depuis 2013 en chir / soins intensifs et ayant bossé depuis 2010 jour nuit en interim, je n’ai eu qu’une visite medicale en 2012 🙂 mais tout vas bien! Lorsque j’ai demandé a repasser de jour, que j’ai dit a ma supérieure que je ne supportais plus les nuits, on a donné le poste a une fille de jour sans même me donner une reponse. Tout ça c’est encore du blabla loin de la réalité

  40. Nåd INe Vanessa Fontaine Sabriina Biina

  41. Cora Peg dit :

    Recommander c’est bien mais ca ne sert a rien puisque tout le monde s’en fiche…obliger a appliquer les recommandations serait un minimum mais bon vu que les personnes haut-placées ne bossent pas de nuit on peut toujours rêver…

  42. Oui on le sait …. mais qu on arrête de nous parler de veilleuses…parce que chez nous c est marathon toutes les nuits !

    • Aude Reinhart dit :

      +1 quand on voit la lubie des gens de jour « ouais mais la nuit c’est quand même plus cool ».. Et bien, j’ai envie de répondre: « viens bosser avec nous, voir ce que ça dit, notamment en plan hivernal (pédiatrie), et on en reparle… »..
      Quant au reste, bosser en strict minimum d’effectif quitte à jouer avec la sécurité des patients et des soignants donc, pour « rentabiliser » et non plus soigner, je me demande même à quitter le public après 5 ans de diplôme seulement…

    • Pierre Sandra dit :

      Oui c’est le marathon. On nous en demande toujours de +en+. Et si tu sais plus quoi faire ben il y a les locaux à nettoyer. Ben voyons! De peur qu’on « dorme » la nuit !

  43. moi qui voulais travailler de nuit vu que je dort mal!!!!mince

  44. Il faudrait acquérir des points supplémentaires pour prétendre à une retraite plus tôt.. Mais bon cela relève de l’utopie !

  45. Et pour 10.50 euros par nuit ………..

  46. Je suis de nuit, je connais les risques.. J’en souffre !.. Et Dc ??!

  47. De toute façon il faut bien des gens qui travaillent de nuit, à quoi bon nous rappeler les risques…

    • Mathieu Guyon dit :

      Ameliorer la prévention des risques? Faire pression sur le gouvernement pour augmenter la reconnaissance de la pénibilité?

    • Oui certes mais lorsque je vois qu’il mette ‘augmenter les temps de pause, mettre plus de personnels. Sur le terrain ce n’est pas possible ils trouvent toujours des excuses et ils veulent qu’on en fasse plus pour obtenir ce que l’on veut !!

    • Prévenir est mieux que guérir! personnellement j’en ai eu l’expérience je suis tombé gravement malade je n’ai pas eu de soutien pour autant de ma hierarchie qui ne s est pas poser plus de questions… le gouvernement doit agir et soutenir les soignants de nuit

  48. Anaïs Bgn dit :

    Loukia Scherbatsky, tu vas me tuer

  49. Il est vrai qu’il est intéressant de mener des enquêtes, pour nous avertir des risques (que l’on connaît déjà), mais que fait le gouvernement pour prévenir ses risques ..!? Un métier trop souvent sous estimé et surtout dévalorisé.

Réagir à cet article

retour haut de page
1053 rq / 3,886 sec