Un vaccin plus cher au Maroc qu’en France !

« Le prix est un obstacle majeur à la vaccination ». 800 000 enfants meurent chaque année dans le monde faute d’avoir été vaccinés contre le pneumocoque. MSF lance une pétition mondiale pour que les prix de ces injections recommandées par l’OMS baisse.

Un vaccin plus cher au Maroc qu’en France !

©Aurélie Baumel/MSF

Médecins sans frontière lance aujourd’hui une pétition mondiale  appelant les laboratoires pharmaceutiques Pfizer et GlaxoSmithKline à baisser le prix du vaccin contre le pneumocoque.

Via la Campagne d’accès aux médicaments essentiels, l’ONG mène en effet depuis une vingtaine d’années une action de surveillance et de lobbying axée sur la disponibilité des produits de santé dans les pays en développement.

Le coût de la vaccination pédiatrique complète, telle que recommandée par le calendrier établi par l’OMS, atteint aujourd’hui des sommets . En moins de 15 ans, elle a été multipliée par 68, en raison de l’ajout de nouveaux vaccins aux programmes, mais surtout à cause de leur prix.


« L’Alliance mondiale pour la vaccination (GAVI) a permis de travailler sur des tarifs négociés pour les plus pauvres, explique Pauline Lechevalier, pédiatre et référente vaccination pour MSF. Et de nouveaux vaccins ont pu être mis sur le marché, mais à des prix tellement élevés que lorsque Gavi retire son soutien parce que les pays ont atteint un certain niveau de développement, ils ne peuvent plus se les payer. »

Certes le déploiement de la vaccination à l’échelle de la planète rencontre d’autres difficultés : filières d’approvisionnement de qualité douteuse, indisponibilité des agents de santé, non respect de la chaîne du froid, etc. « Mais l’exemple de la rougeole a montré que le prix est un obstacle majeur, souligne Pauline Lechevalier. Quand ce vaccin a été rendu accessible nous sommes passés de 2,6 millions de morts dans les années 80 à 122 000 en 2012. »

Le cas inquiétant de la vaccination pédiatrique contre le pneumocoque

Le vaccin pédiatrique contre le pneumocoque (PCV) représente actuellement 45 % du coût de la vaccination totale. « Et la pneumonie tue environ 1 million d’enfants chaque année, observe la pédiatre. Parmi lesquels 800 000 décès sont dus au pneumocoque. C’est plus que la rougeole, le paludisme et le VIH réunis…» Et si le taux de couverture vaccinale contre cette bactérie atteint les 30 % c’est essentiellement parce qu’elle est développée dans les pays du nord.

Or les tarifs appliqués par l’industrie pharmaceutique sont prohibitifs et dépendent de négociations particulièrement opaques entre les pays acheteurs et les industriels. «  Actuellement, d’après l’enquête effectuée par la CAME, le tarif le plus bas que nous avons pu relever est de 21 $, poursuit Pauline Lechevalier. » Dans certains pays tels que le Maroc ou le Liban, le prix des trois injections dépasse même celui pratiqué en France…

L’objectif de la pétition lancée ce jour dans le cadre d’une campagne mondiale intitulée « A Fair shot/L’injuste prix » est donc de faire pression sur les deux laboratoires producteurs des vaccins pédiatriques contre le pneumocoque, afin qu’ils diminuent le prix des trois doses nécessaires à l’immunisation à 5 $ (dans les pays en développement et pour les organisations humanitaires).

Sandra Mignot

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Un vaccin plus cher au Maroc qu’en France !”

  1. Pré occupons nous déjà de la France !!

  2. à quand les médicaments à prix coutant

Réagir à cet article

retour haut de page
635 rq / 1,565 sec