FNI et Sniil déterrent la hache de guerre pré-electorale : coup bas et invectives

Alors que la date des élections aux unions régionales des professionnels de santé (URPS) des infirmiers libéraux, fixée au lundi 7 décembre, se rapproche, les accusations réciproques se multiplient. Ainsi le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil), dans un communiqué, reproche au président de la Fédération nationale des infirmiers (FNI), Philippe Tisserand, de ne plus exercer depuis fin 2012 tout en siégeant dans des instances conventionnelles.

Philippe Tisserand, président de la FNI

Philippe Tisserand, président de la FNI

Début août, la FNI a affirmé que le Sniil "trahit" la profession, lui reprochant son positionnement dans le cadre de la négociation avec la Fnehad d'un contrat-type contesté entre Ehpad et infirmiers libéraux.

Dans un communiqué daté du 20 août mercredi, le Sniil considère que Philippe Tisserand "négocie de façon illégale au nom des infirmières et infirmiers libéraux" et se demande "qui trahit la profession" ?

Philippe Tisserand rayé de la liste des électeurs à l'URPS

"Depuis le 31 décembre 2012, M. Tisserand n’exerce plus l’activité d’infirmier libéral, ne paye plus de cotisation à l’Urssaf et n’est plus conventionné auprès de la Caisse d’Assurance Maladie", affirme ce syndicat qui a découvert "la manoeuvre" à l’occasion de la vérification des listes électorales pour les prochaines élections aux Unions Régionales des Professionnels de Santé (URPS).

Philippe Tisserand a en effet été rayé de la liste des électeurs depuis le 18 août 2015 par la commission d’organisation électorale de l’ARS de Bourgogne qui organise ces élections avec l’ARS Franche-Comté dans le cadre de la réforme territoriale.

La caisse primaire d’assurance maladie de Haute-Saône (département dans lequel exerçait le président de la FNI) a, en effet, procédé à une vérification, suite à un recours du Sniil, selon Annick Touba, infirmière libérale et présidente, elle-même installée en tant qu'infirmière libérale à Missillac, en Loire-Atlantique, et candidate à sa reconduction à la présidence de l'URPS Pays-de-la-Loire.

En réponse, Philippe Tisserand fait valoir que présider la FNI "demande une disponibilité totale" et une présence soutenue à Paris, d'autant que "le ministère fixe des dates de réunion quelques jours à l'avance".

"En 2012, mes associés ne pouvaient plus se permettre d'avoir un associé régulièrement absent", ajoute le président du FNI qui est également vice-président de l'Union nationale des professionnels de santé libéraux (UNPS). Il assure avoir prévenu l'assurance maladie, l'Urssaf et sa caisse de retraite de cette situation et dénonce les "insinuations nauséabondes" du Sniil dans un communiqué daté du 20 août.

Les statuts de la FNI permettent à son président de ne pas exercer pendant son mandat. En revanche, l'ensemble des administrateurs fédéraux sont en exercice, précise-t-il.

Représenter les infirmiers sans exercer ?

Le Sniil invoque en outre l'article 7.3.1 de la convention des infirmiers libéraux, qui stipule qu'en commission paritaire nationale (CPN), "les représentants des syndicats signataires sont désignés parmi leurs adhérents" et que "seuls les infirmières et infirmiers conventionnés libéraux en exercice peuvent siéger dans cette instance".

En conséquence, le Sniil affirme que le président de la FNI ne pouvait donc plus représenter les infirmiers libéraux dans la vie conventionnelle, "autrement dit décider des tarifs et des conditions d'exercice".

"Ne faut-il pas faire évoluer l'article de la convention pour prévoir une dérogation?", suggère Philippe Tisserand qui a écrit le 19 août à la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) pour recueillir son avis sur sa situation.

Réponse  : les conventions nationales sont conclues entre la Caisse et une ou plusieurs des organisations syndicales nationales les plus représentatives des professions, ce qui est le cas de la FNI.

"Rassurez-vous, la FNI et son Président continueront de vous représenter (...) En tous cas, la FNI a décidé dès le lendemain de la publication du communiqué litigieux, de confier ce dossier à son avocat en vue de porter plainte contre le Sniil pour diffamation publique", indique le communiqué de la FNI. En période pré-électorale, tous les coups seraient-t-ils permis ? La réponse est oui !

Cyrienne Clerc

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

49 réponses pour “FNI et Sniil déterrent la hache de guerre pré-electorale : coup bas et invectives”

  1. Sansebastien dit :

    Bien! Je vois que ta religion est faite.
    Nous allons donc pas perdre notre temps derrière un clavier.

    Bon week end

  2. Master Thief dit :

    Dont voici la la “chef de file”, et son texte:

    http://annielehouerou.bzh/2015/04/16/amendement-517-que-jai-porte-dans-le-cadre-de-la-loi-sante/

    “Les infirmiers qui souhaitent poursuivre les actions de l’Ordre actuel ont toute latitude pour le faire sous forme d’organisation associative ou syndicale.”

    Ben valà !!

  3. Sansebastien dit :

    Rectificatif: c’était 33 députés dont le Président de l’Assemblée qui ne prend pas part au vote, donc 32 très exactement.

  4. Sansebastien dit :

    Oui je vois, 1 des 19 Députés sur 34, qui dans un hémicycle qui en contient normalement 577, a voté à 2h du matin dans la nuit du 9 au 10 avril la dissolution de l’ONI?
    C’est bien d’aller en terrain conquis!
    Depuis il y a eu de nouveaux éléments, et je peux même te prédire encore une nouvelle dissolution de l’Ordre avant une nouvelle résurrection, mais ça c’est une autre histoire que tu découvriras dans les mois qui viennent…
    Moi je n’insulte personne, par contre vouloir priver la profession infirmière et les assurés sociaux de notre pays d’une instance qui assure la reconnaissance de notre Diplôme et la sécurité des soins dispensés aux usagers, ça c’est une insulte.

    • Master Thief dit :

      Marrant, car lorsque les chiffres de participation sont encore plus minimes, cela n’offusque pas l’Ordre (type la pitoyable pétition pour son maintien qui n’atteint pas 1%, les élections pour le renouvellement des conseillers qui peinent à convaincre)…

      Quant à la sécurité des patients et la reconnaissance du diplôme (pas besoin d’y mettre une majuscule)….ce diplôme est un diplôme d’état, pas besoin du blanc seing de l’ONI pour le faire reconnaitre.On se débrouillait bien avant.

      La sécurité des soins ? L’ONI veillerait à cela, alors qu’il n’est même pas fichu de tenir à jour un fichier ADELI ?

      Et pour la déontologie et la sécurité des patients, je l’ai déjà dit: j’ai eu connaissance de conseillers ordinaux défendre et justifier des maltraitances sur patient, et tenter d’étouffer l’affaire, tout en produisant sciemment un faux en écriture.

      Dans ce cas là, effarés, les autres professionnels de santé posent toujours la même question à propos de cette histoire “comment l’intéressée peut-elle encore avoir le droit d’exercer”.?

      Cela choque tout le monde, sauf l’ONI….

      Alors, question déontologie et intérêt du patient, on repassera.

      De la com’, tout cela, du vent….

  5. Sansebastien dit :

    Master Thief dit :
    “Je n’ai jamais parlé des membres de l’ONI qui sont en CPD…je parle des gens qui sont à l’ONI, puis URPS, puis syndicat IDEL, puis comité théodule…des gens qui enfilent les fonctions comme d’autres enfilent les perles,je me suis toujours demandé quand ils bossaient auprès des patients”.
    Et bien maintenant tu as la réponse…elle est dans cet article
    Quant au Député qui t’as dit:…”ils sont totalement nuuuuuls!”, je pense qu’en matière de nullité il est bien entouré et qu’il ferait mieux de regarder autour de lui le mardi ou le mercredi après midi s’il veut de bonnes références en matière de nullité qui s’engraissent sur le dos des citoyens…

    Pour mon petit Hugues, je vois que cela ne le gênerait pas de jeter en pâture aux chiens un confrère qui a le malheur de ne pas penser comme lui, ni d’être de son bord politique. Encore un bel exemple de démocratie que de faire dans la délation de la part de RESILIENCE dont il est l’autorité morale.
    Afin de ne pas nuire à un Christophe étranger à toute ces pelletés d’excréments, ni je me prénomme Christophe, ni je suis chez CI.
    Désolé…

    • solange granier dit :

      On aimerait bien vous croire mais on ne vous croit plus. Restez donc planqué derrière votre pseudo et ayez le courage des lâches ordinaux !
      Pour le reste je ne suis pas inscrite et je voterai en décembre pour la FNI en pensant – trop drôle – très fort à san sebastien.

    • eusebe dit :

      En parlant de délation, tu ferais mieux de faire la leçon à un de tes confrères aux mêmes idées que toi, un corbeau de l’Est aux divers pseudos multi-sexes : de ce côté là, il semble qu’à l’amicale ordinale, lieu de la réflexion éthique et déontologique, vous ayez une large avance…

      • Sansebastien dit :

        Je ne vois pas de quoi tu parles. J’espère que tu as passé de bonnes vacances et que tu prépares bien ta retraite prochaine.
        Confraternellement

        • eusebe dit :

          Tu sais très bien de quoi je parle : tes amis sont des délateurs qui, sous couvert de pseudos, transgressent allègrement les valeurs qu’ils prétendent défendre.
          Quant à ma retraite, je suis épaté de voir que tu es mieux renseigné que moi car, pour l’instant, il n’en est pas question : j’ai 57 ans, je suis titulaire de la FPH, et, comme ton gourou normand, je peux travailler jusqu’à 65 ans : donc, tu vois, tu racontes n’importe quoi, tu spécules sur de ragots colportés par tes amis corbeaux qui doivent certainement en savoir plus que moi sur ma personne, malgré que je sois loin de tout dans mon bled paumé de l’Indre.
          En attendant je ne suis toujours pas inscrit à ton ordre inutile et toujours aussi motivé pour le voir définitivement disparaitre.

    • Master Thief dit :

      Le hic, vois-tu c’est qu’outre insulter des représentants du peuple, c’est un des députés qui a voté pour la dissolution de l’ONI, et connaissant parfaitement son sujet, comme j’ai pu le constater, contrairement aux députés qui ont jadis voté la création de l’ONI sur la base de mensonges ou de demi-vérités.Les questions qui étaient posées sur les attributions à déléguer en cas de dissolution (recensement de la profession, garde-fous professionnels, etc…) étaient très pertinentes.

      Je conçois que cela fasse grincer des dents au sein de l’ONI, mais tu sais, dans les cadres d’ordres voisins, j’ai entendu la même chose concernant les cadres ONI…sauf que là c’était “ce sont des nullités” au lieu de “nuls”;

  6. solange granier dit :

    Christophe écrivait :

    “Sale rentrée pour PT, d’autant que pour les élections URPS seuls les IDEL inscrite au tableau de l’Ordre pourront voter! Ca va être dur ces élections pour la FNI. Trop drôle…”

    Trop drôle effectivement de voir l’arroseur arrosé ! Les IDEL non inscrites vont non seulement pouvoir voter mais en plus elles vont pouvoir attaquer en justice. Trop drôle décidément, trop drôle.

    L’ordre infirmier est confondu dans ses entourloupettes à vouloir donner des chiffres manifestement faux, la tutelle va avoir du mal à continuer à le soutenir mordicus.

    En réalité cette opération foireuse ne pouvait plus mal tomber. Juste avant la reprise des débats au Sénat. Trop drôle.

  7. solange granier dit :

    Révélées par Résilience depuis ce matin, confirmées par Onsil depuis ce midi, les dernières turpitudes entre cumulards des responsabilités ordinales et syndicales risquent fort de leur coûter bonbon. On apprend ainsi que sous le couvert du secret de polichinelle, les listes des IDEL (y compris non inscrites) ont été comparées entre Ordre infirmier, Adeli et Cnam.
    Méli mélo pas très judicieux mais tellement ressemblant à ces apprentis sorciers du droit en chambre disciplinaire qui leur vaut une lettre/plainte à la CNIL, une plainte au procureur de la République, une plainte à IGAS (qui selon certaines sources aurait couvert le tout). Tout çà pour rien, puisque vu le % différentiel entre la réalité des inscrits et les chiffres donnés par cet Ordre infirmier décidément maudit, les écarts sont tellement importants que la ministre a décidé de … ne rien faire. Pour le coup, madame Touba qui fanfaronnait sur son site devrait logiquement déposer des recours ainsi que les autres professions dont les inscrits aux URPS devaient tous être membres de leurs ordre respectifs, à commencer par les kinés, au titre de égalité de droit, confraternité, liberté de vote (toutes les IDEL cotisent aux URPS via URSSAF).
    Bref, un beau m…. en perspective pour, encore une fois, avoir voulu mettre de côté le droit et les règles en vigueur pour satisfaire des egos surdimensionnés. A suivre mais on va bien rigoler. A vrai dire depuis le 25/08, on en pleure tous les jours 🙂

  8. oni-non-merci dit :

    Que ce soit Christophe, alias “sansebastien” ( on aurait préféré comme pseudo “sansordre” c’eut été du meilleur effet. Mais il faut de tout pour faire un monde, même du pire car le meilleur, les ordinaux ne connaissent pas. Imbus de leur prérogatives il n’ont pour la plupart même pas lu le CSP ( Code de la Santé Publique ), et encore moins des connaissances de base des lois les plus élémentaires. A telle enseigne que les décisions prises par les tribunaux d’exception ( les chambres disciplinaires ) des CROI ou CDOI sont quasiment toutes retoquées au National grâce au Magistrat que la Loi a mandaté. Les ordinés peuvent se prévaloir des Illuminatis, mais ne sont certainement pas des lumières; ça se saurait. L’Assemblée Nationale a dissous votre Ordre en avril. Les effets bénéfiques commencent à s’en faire ressentir, à telle enseigne que dans plusieurs régions, le conventionnement des IDEL n’est plus assujetti à l’inscription ordinale. J’ai plusieurs dossiers en main qui le prouvent. Et ce n’est que Justice.

    • Master Thief dit :

      Et dans plusieurs autres coins l’assurance maladie assure que l’ONI est rétabli dans prérogatives, match nul, balle au centre.

      • oni-non-merci dit :

        … pour combien de temps ….?

        • Master Thief dit :

          Le temps qu’il y ait asphyxie financière.

          Ce qui ne sera d’ailleurs pas dit si l’ONI recrute chez les nouveaux diplômés.

          Mais vu qu’1 IDEL = 2 salariés du point de vue cotisation, le salut viendrait plus d’un refus massif des IDEL de mettre la main à la poche.

          De l’aveu du député rencontré, même dans le camp des supposés opposants, l’ONI ne compte pas que des adversaires, car je lui parlais à l’origine d’un clivage politique.

          Que l’ONI soit soutenu à droite, aucun doute possible, mais le député m’affirmait que son propre camp (la gauche) comptait aussi pas mal de défenseurs de l’ONI, la plupart victimes des opérations de com’ de l’ordre.

          Ces opérations de com’ se jouent d’ailleurs très souvent sur le côté “nous sommes les garants de la déontologie et là pour protéger les patients”, ce qui m’a d’ailleurs conduit à prendre rdv avec ces représentants du peuple (député et sénateur) afin, au travers de mon témoignage édifiant, leur montrer comment l’Ordre protège les patients et défend la dite déontologie…

  9. hugues dechilly dit :

    @ Sansebastien : tout le monde sait très bien que tu es syndiqué non pas chez Touba mais chez Marcel et que ton prénom est Christophe, nous on ne cache pas derrière des pseudos pour dire ce que nous avons à dire …

  10. Sansebastien dit :

    J’entends bien ta colère, et elle est légitime.
    Par contre tu caricatures les confrères de l’ONI et des syndicats.
    Il existe, même si ce n’est pas la majorité peut être, des personnes de qualités qui ne recherchent pas forcément leur petit intérêt personnel ou quelques moyens d’échapper à un triste sort d’exercice infirmier dont leur égo n’est pas satisfait…
    Pour ton information puisque tu l’évoques, les membres de l’ONI présents en CPD le sont à titre consultatif et ne sont défrayés ni par la CPAM ni par l’Ordre. C’est donc sur leur temps et leur deniers personnels qu’ils le font, il y a donc inexactitude dans ce que tu avances.
    Enfin le rôle de l’Ordre n’est pas d’intervenir dans ce qui concerne l’exercice libéral mais de s’assurer des qualités morales et professionnelles des membres de notre profession ainsi que du respect des articles 4312 et suivant du Code de la Santé Publique que je t’invites à consulter si ce n’et déjà fait.
    Il en va de la sécurité des soins dispensés au patients ainsi que de la confraternité entre nous, et si tu es libéral, tu dois savoir combien celle ci a été malmenée ces dernières années.
    Maintenant, si tu penses réellement “tous pourris”, nos syndicats accueillent “bras ouverts” toutes les bonnes volontés qui sont disposées à consacrer un peu de temps et de leur énergie à notre exercice professionnel. Les Yaca, Faukon peuvent à ce moment là porter des jugements sur les uns et les autres, mais pas en regardant confortablement installés sur la rive ceux qui rament pour faire avancer la chaloupe! et cela vaut aussi pour l’ONI dont les prochaines élections auront lieu en 2017, tu peux donc te proposer.
    Et enfin pour ne pas rester hors sujet, je ne suis pas fier de l’image que donne nos représentants syndicaux dans leur guéguerre fratricide qui ne fait que nuire à leur image. Quant à ce qui arrive au président de la FNI, je me suis déjà exprimé et trouve lamentable qu’un Président de syndicat puisse ne plus être en exercice depuis des années et représenter les Libéraux.
    J’aimerais bien savoir de quoi il vit, mais je suis sûr que c’est plus rémunérateur que la majorité des IDELs en exercice.
    PS: je suis syndiqué, et pas au SNIIL…

    • Master Thief dit :

      Je n’ai jamais parlé des membres de l’ONI qui sont en CPD…je parle des gens qui sont à l’ONI, puis URPS, puis syndicat IDEL, puis comité théodule…des gens qui enfilent les fonctions comme d’autres enfilent les perles,je me suis toujours demandé quand ils bossaient auprès des patients.

      Quant à s’assurer des qualités morales et professionnelles des membres de notre profession…laisse-moi rire.Pour le CSP, idem…j’ai eu connaissance de conseillers ordinaux qui non seulement couvraient des maltraitances sur patient, mais pis, les justifiaient pleinement…des mêmes conseillers, parangons de vertu, qui postdataient des PV de réunion de conciliation pour faire croire qu’ils étaient dans les clous…faux en écriture publique, si c’en est un, c’est 225 000 euros d’amende et quinze ans de taule…

      Quant à avoir à faire aux syndicats pour les yaka et fokon, je laisse cela à d’autres.

      J’ai, quant à moi, préféré rencontrer un député ayant demandé dissolution de l’ONI et un sénateur afin de leur expliquer l’étrange conception de la déontologie présentée par les conseillers.Leur intérêt pour mon histoire a été très vif, et je te passe les commentaires du député sur les gens de l’ONI…”ils sont totalement nuuuuuls!”, ce qui m’a fait rire.Tu vois, j’ai fait quelque chose pour la profession !!

      Quant à la FNI….combien de présidents de syndicats, en France, ne travaillent plus ?
      Pourquoi parler de Tisserand tout à coup alors que CI avait fait de même…bon, c’est vrai, CI avait une liste commune avec le SNIIL en 2010….

      Tout ceci c’est de la cour de récréation…des syndicats IDEL qui laissent crever la profession.

  11. solange granier dit :

    sansebastien dit “Au moins à l’ONI, les libéraux élus sont pour la plupart bénévoles et ils sont joignables sur simple coup de téléphone par toutes les infirmières inscrites, pour les problèmes qu’elles rencontrent dans leur exercice au quotidien.”

    Alors que les bureaux ordinaux sont fermés jusque le 7 septembre et ce depuis 3 semaines !
    Sauf quand il est question de faire tourner les chambres disciplinaires : http://www.sudouest.fr/2015/08/28/des-infirmiers-mis-a-l-amendedes-collectifs-2107982-2833.php

  12. Sansebastien dit :

    Quelque chose me dit que Mon Bon ” Master Thief” s’inquiète pour son avenir au sein des URPS…

    Au fait , en dehors de réunions concernant les élections à venir, vous faites quoi pour les infirmières libérales qui vous payent grassement sans le savoir à travers le prélèvement inclus dans la cotisation ”URSSAF”?
    Au moins à l’ONI, les libéraux élus sont pour la plupart bénévoles et ils sont joignables sur simple coup de téléphone par toutes les infirmières inscrites, pour les problèmes qu’elles rencontrent dans leur exercice au quotidien.
    Bonnes réunions!

    • Master Thief dit :

      Ben ton “quelque chose” te dit mal,,,l’URPS, c’est comme l’ONI, à peu près aussi utile qu’une brosse à dents pour une gallinacée.

      Quant aux “braves responsables ONi”, des bénévoles la main sur le téléphone..arrête un peu ton apologie outrancière…

      Ces braves cadres ONI sont des multi-casquettes qu’on retrouve ailleurs (syndicats IDEL, commissions paritaires sécu), et bien plus là pour étouffer leurs magouilles que défendre l’intérêt de la profession et protéger les malades.Quand ils ne couvrent pas carrément les malversations de leurs pairs, voire les leurs.

      Des gens avides de pouvoir, aux compétences juridiques nulles….s’ils voulaient défendre la profession, ils devraient déjà démissionner, tant ils sont médiocres.Pour ne pas dire malhonnêtes.En tout cas, indignes de représenter la profession.Bon, après il y a eu, surtout depuis la dernière élection automnale, de nouvelles têtes, et je pense qu’il y a des idéalistes dans le tas….mais qui déchantent vite lorsqu’ils voient les pratiques illégales qui ont lieu au sein de l’organisation…

      Toutes ces places sont occupées pour se protéger au cas où, quand ce n’est pas pouyr éliminer la concurrence.Et qui sont ces cadres ONI ? Ben bien souvent des représentants SNIIL ou, avant , FNI.

      Tojours les mêmes têtes, partout….la querelle FNI/SNIIL, c’est exactement identique: des gens qui ont siégé à l’ONI et qui travestissent sous des pamphlets enflammés de banales querelles de personnes.

      Des petits arrangements entre copains…

  13. Master Thief dit :

    Tiens je bégayes ?

    Par contre, je trouve injuste le reproche fait à des cadres de l’ONI d’avoir pris l’avion présidentiel.

    Pour une fois qu’ils prenaient de l’altitude, c’est mesquin.

    Vous êtes méchants.

  14. solange granier dit :

    Peut être pourrions nous rappeler les complicités dont monsieur Borniche bénéficie au plus haut niveau de la tutelle qui lui permet de voyager dans un l’airbus présidentiel de monsieur Hollande, qui lui ont permis par décret signé de monsieur Fillon de prolonger l’ordre de deux ans, qui lui ont permis de continuer à faire payer les dettes de l’ordre à la BRED/BPCE avec la bienveillance de monsieur Pérol (ancien secrétaire général de l’Elysée) devenu banquier. Elle est belle cette indépendance de la profession voulue par soit disant 92% des infirmières.
    Maintenant si monsieur Tisserand est à ce poste comme madame Touba l’est au sien, c’est bien parce qu’ils y ont été élus ! Donc faut pas venir pleurer si vous ne savez pas choisir les têtes pensantes de votre avenir professionnel, les libéraux ! Je serai même d’accord pour que l’ordre infirmier devienne obligatoire juste pour les libéraux, comme sansebastien. Après tout, les libéraux sont à l’origine de la création de cet ordre maudit. Et puis dans quelques semaines on en parlera au passé décomposé.

  15. eusebe dit :

    Le récent retraité de la FPH, prétendu leader de la profession, va donc bien évidemment user de toute sa force et de tout son aura pour élever l’image de l’ensemble des infirmières et des infirmiers ?

    Dans nos rêves, ou plutôt dans nos pires cauchemars…

  16. Sansebastien dit :

    Elle est pas belle la vie!
    Etre infirmier, représenter les infirmiers libéraux, gagner copieusement sa vie sans exercer sa profession!
    Bravo, nous sommes bien lotis avec de tels phénomènes.
    “ne faut il pas faire évoluer l’article de la convention pour prévoir une dérogation?” s’interroge “Bouche en Cœur”, un tel amateurisme laisse pantois et ne peut que nous interpeler sur les complicités dont peut bénéficier ce personnage au plus haut niveau de nos organismes de tutelle depuis ces dernière années.
    Sale rentrée pour PT, d’autant que pour les élections URPS seuls les IDEL inscrite au tableau de l’Ordre pourront voter! Ca va être dur ces élections pour la FNI. Trop drôle…

    • Master Thief dit :

      Au fait, que font les représentants de ton ONI ?Sont ce des gens qui exercent ?

      Et pourquoi le SNIIL s’insurge alors qu’il y a eu des précédents?Ce ne serait pas un règlement de comptes pré-électoral dans lequel tu te compromets?

      Allez un petit insert:

      la Cnamts est très claire : les conventions nationales sont conclues entre l’Union nationale des caisses d’assurance maladie et une ou plusieurs des organisations syndicales nationales les plus représentatives des professions (art. L162-9 du code de la sécurité sociale) et la FNI est « reconnue comme l’un des syndicats nationaux les plus représentatifs de la profession d’infirmière ». Conclusion : Philippe Tisserand « avait toute légitimité pour signer l’avenant n°4 à la Convention ».

      Le 20 août, la FNI a fait savoir qu’elle comptait porter plainte contre le Sniil pour diffamation publique.”

      Ah mon bon Sébastien tu ne de l’accoutumance aux flèches que le nom…

  17. solange granier dit :

    Vous ouvrez la boite de Pandore ; quid du président ONI, retraité ? Quid du sieur Amouroux détaché depuis plus de 10 ans ?

  18. lamentable et c’est censé représenter la profession

  19. dachs dit :

    Sœur (Sainte) Anne ne vois-tu pas l’unité de la profession infirmière venir ?

  20. Pire qu’une récréation à l’école maternelle

  21. dégonflez vos égos et bossez pour la profession c’est la raison première de vos mandats

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
493 rq / 2,437 sec