Vaccin contre la gastro-entérite : des recommandations après deux décès de nourrissons

Un article du "Canard enchaîné" du 1er avril annonçant que deux bébés sont décédés en 2012 et 2014 après avoir été vaccinés contre la gastro-entérite relance les inquiétudes. L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) appelle à la vigilance.

Vaccin contre la gastro-entérite : des recommandations après deux décès de nourrissons

Dans un centre de santé parisien

Deux bébés de plus de six mois sont décédés, en 2012 et en 2014, après avoir été vaccinés contre la gastro-entérite.

Le Parisien indique qu'un des décès a eu lieu quelques jours après l'injection du Rotarix, du laboratoire GSK, et l'autre s'est produit après l'administration du vaccin Rotateq de Sanofi Pasteur MSD.

Selon un rapport "confidentiel" du Comité technique de pharmacovigilance cité par Le Canard enchaîné, sur "quelque 491 000 nourrissons" vaccinés entre 2006, date de lancement du vaccin, et fin 2014, "508 effets indésirables ont été observés, dont 47 'cas d'invagination'", deux ayant mené au décès des nourrissons.

L'ANSM a fait part de « sa préoccupation, face à un événement indésirable rare », suite à ces révélations.

Réévaluation de la politique vaccinale

Le nombre important de complications pourrait conduire à une réévaluation de la politique vaccinale face à la gastro-entérite du nourrisson alors que le vaccin est recommandé pour tous les nourrissons de plus de six mois.

L'Agence nationale de sécurité du médicament a saisi à cet effet, mardi, le Haut Conseil de santé publique, organisme en charge de la politique vaccinale qui a "prévu de réexaminer dans les prochains jours ses recommandations".

Même si ce nombre d'effets secondaires est préoccupant, l'ANSM le relativise en le mettant en parallèle avec le million de doses injectées en France depuis neuf ans. Les vaccins Rotarix et Rotateq sont commercialisés en France depuis 2006.

Des lettres d'information ont été envoyées par l'ANSM aux médecins pour leur rappeler des consignes de vigilance à donner aux parents. Il faut consulter son médecin si, dans le mois suivant la vaccination, le bébé présente l'un ou les symptômes suivants : "douleurs abdominales, pleurs répétés et inhabituels, vomissements, présence de sang dans les selles, ballonnements abdominaux ou fièvre élevée".

Il appartient aux médecins de décider "au cas par cas" si le vaccin pour bébés contre des gastros est "utile", a déclaré le 1er avril la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Conflits d'intérêts ?

Parmi les questions posées par Le Canard enchaîné : des soupçons de possibles conflits d'intérêts. Le journal satirique note que sur 17 membres du Comité technique des vaccinations, 12 "ont travaillé sur des études ou lors de congrès avec les labos".

La décision de remboursement - qui devrait être négative après ces décès - devait d'ailleurs tomber dans les prochains jours pour les deux vaccins dont les prix de ces vaccins sont élevés : 140 euros pour le Rotarix de GSK et 180 euros pour le RotaTeq de Sanofi Pasteur MSD. Avec 800 000 naissances par an, le Canard Enchaîné parle d'un "jackpot".

De manière plus générale, l'information tardive de l'ANSM relance le débat sur la vaccination, alors que les vaccins sont victimes d'une désaffection du public et que le caractère obligatoire du vaccin fait l'objet de discussions.

Cyrienne Clerc avec Le Canard Enchaîné, France TV et Le Parisien et 20 Minutes

Plus de la moitié de l’année est déjà écoulée, et il vous reste peut-être des crédits pour vos formations DPC ou FIF-PL à utiliser avant qu’ils ne soient définitivement perdus.
Quelles formations IDEL sont pertinentes à suivre en cette rentrée 2021 ? Nous vous proposons d’en découvrir 6.
Prado IC & BPCO
Soins infirmiers et surveillance des patients porteurs de stomies
Prise en charge du patient diabétique
Installer et gérer son cabinet libéral
La maladie rénale chronique et la dialyse péritonéale
Oncologie, Prise en charge infirmière des patients sous traitements anti-cancéreux

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour “Vaccin contre la gastro-entérite : des recommandations après deux décès de nourrissons”

  1. ça fait des années qu’on entend le même discours et pourtant rein ne change

  2. cath dit :

    Et si la Canard n’avait pas fait sortir le lapin, l’ANSM n’aurait rien décidé ni communiqué, et le remboursement de ces vaccins aurait sans doute été obtenu..
    Merci au journalisme d’investigation de s’occuper de la Santé, qui en a bien besoin !

  3. Taz Gazz dit :

    et encore un qui confirme…

Réagir à cet article

retour haut de page
287 rq / 2,477 sec