Les Français de moins en moins nombreux à vouloir se faire vacciner contre la grippe

| | mots clefs : , 2 réactions

Seulement 28% des Français prévoient de se faire vacciner contre la saisonnière cet hiver, soit 6% de moins que les intentions de l'an dernier, selon un sondage IFOP publié mercredi.

vaccination grippe infirmièreA l'opposé, 49% des Français interrogés indiquent qu'ils ne se feront "certainement pas vacciner", contre 33% l'an dernier, tandis que 23% indiquent qu'il ne se feront "probablement pas" vacciner cette année, selon ce sondage réalisé pour PHR, un groupement de pharmaciens.

La publication du sondage coïncide avec le lancement de la campagne annuelle de contre la grippe saisonnière par les autorités sanitaires.

Il montre notamment un net recul de l'intention de vaccination chez les 65 ans et plus, qui sont les principales cibles de la campagne de vaccination: alors qu'ils étaient 75% à vouloir se faire vacciner dans le sondage IFOP réalisé l'an dernier à la même époque, ils ne sont plus que 58% cette année.

Parmi les raisons invoquées pour refuser la vaccination contre la grippe, 56% des personnes interrogées indiquent qu'elles "ne voient pas l'utilité" de cet acte médical et 23% jugent les vaccins contre la grippe "trop risqués".


Alors que les hommes se déclaraient nettement plus enclins que les femmes à se faire vacciner l'an dernier (42% contre 27%), ils ne sont plus que 35% cette année contre 23% chez les femmes.

(Le sondage IFOP a été réalisé en octobre 2013  auprès d'un échantillon de 1.000 personnes, représentatif de la société Française âgée de 18 ans et plus, interrogées par questionnaire auto-administré en ligne- méthode des quotas).

Rédaction ActuSoins, avec AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Les Français de moins en moins nombreux à vouloir se faire vacciner contre la grippe”

  1. cath dit :

    La littérature scientifique traitant de l’efficacité du VAG peut laisser sceptique, surtout après H1N1. Les 2 derniers cas de syndrome grippal vus en EHPAD étaient tous deux vaccinés contre la grippe..
    http://www.minerva-ebm.be/fr/review.asp?id=120
    http://www.minerva-ebm.be/fr/review.asp?id=120
    [ Une mise à jour récente d’une synthèse Cochrane (3), principalement basée sur des RCTs chez des adultes sains, mentionne la survenue de symptômes de grippe chez 4% des non vaccinés et chez 1% des vaccinés en cas de bonne concordance entre les souches vaccinales et le type de virus circulant. Cet effet correspond à une Réduction Absolue de Risque (RAR) de 3% (IC à 95% de 2% à 5%). En cas de concordance insuffisante vaccin/type viral circulant, la RAR descend à 1% et n’est plus significative. La vaccination a un effet limité sur les jours d’incapacité de travail et aucun effet sur les hospitalisations et complications telles que la pneumonie. Pas de preuve non plus d’une prévention de la transmission de l’influenza. Les chercheurs de la Cochrane Collaboration mentionnent aussi que les études sponsorisées par les firmes sont plus souvent citées et publiées dans des revues à impact important et avec des résultats plus favorables que les études financées par des fonds publics.
    (..)
    Ces recommandations datent de 2006 et nécessitent donc une mise à jour mais il faut souligner le manque de données robustes quant à l’efficacité de la vaccination anti-influenza chez les personnes de 50 à 65 ans en bonne santé (6), chez celles qui sont âgées de plus de 65 ans (7), chez les travailleurs des soins de santé (8) et chez les femmes enceintes (9).

    Conclusion
    Cette synthèse de la Cochrane Collaboration confirme notre précédente conclusion de ne pas vacciner systématiquement contre l’influenza tous les adultes âgés de moins de 65 ans en bonne santé. En cas de concordance souches vaccinales/type de virus circulant, une efficacité en termes de prévention des symptômes de maladie est limitée (réduction absolue de 3%) ainsi que la réduction de l’absentéisme. Aucun bénéfice n’est observé pour les critères hospitalisation, complications ou prévention de la transmission. ]

  2. eusebe dit :

    On entend, ici ou là, des choses assez controversées à propos de ce vaccin et de sa réelle efficacité : alors qui croire sinon sa propre expérience ? Personnellement, je le fais depuis de nombreuses années et je ne suis jamais malade, alors je continuerai, encore cette année, au moins.

Réagir à cet article

retour haut de page
644 rq / 1,535 sec