Infirmières, infirmiers : Pourquoi ils choisissent le libéral

Les infirmiers sont de plus en plus nombreux à exercer en secteur libéral. Insatisfaits de leur condition d’exercice à l’hôpital, ils trouvent dans cette forme d’activité une nouvelle motivation.

 

De plus en plus d'infirmiers libéraux

Infirmières, infirmiers : Pourquoi ils choisissent le libéralIls étaient 40 000 dans les années 90, un peu plus de 50 000 au tournant du siècle et près de 80 000 aujourd’hui. Les infirmière libérales ont le vent en poupe et le taux d’installation des infirmières libérales reste très élevé.

Pourquoi sont-ils de plus en plus nombreux à abandonner leur statut de salarié et opter pour l’exercice libéral ? « En tout cas pas simplement l’argent comme tout le monde, hors du milieu, semble le penser même si c’est à prendre en compte » précise Alban, infirmier libéral installé depuis trois ans maintenant.

C’est plutôt la volonté de s’affranchir de la hiérarchie et de voler de ses propres ailes qui l’a motivé.

« Bien sûr que l’argent n’a pas grand-chose à voir dans l’affaire ! La vraie raison, c’est le malaise à l’hôpital. Les infirmiers n’y trouvent plus leur place en tant que soignant. Ils sont victimes d’une gestion hospitalière de type entreprise où l’on multiplie les postes d’évaluateurs, d’organisateurs, de qualiticiens au détriment des postes infirmiers » s’écrie Philippe Tisserand, Président de la Fédération Nationale des Infirmiers.

De fait, dans les services hospitaliers l’ambiance et plus que morose et le sentiment de dévalorisation bien présent. Beaucoup se plaignent d’être accablés par les tâches annexes, administratives notamment. « Ma vie c’est pas faire des bons de radio, de prise de sang, de réparation des volets etc… »  s’exclame Audrey qui sera prochainement en remplacement dans un cabinet d'infirmières libérales en ville.

Une activité plus valorisante en libéral

L’exercice libéral permet de s’affranchir de ses contraintes (quoique d’autres comme la comptabilité les remplacent) et offre aussi d’autres avantages appréciables.

À l’heure où les DRH veulent des soignants multitâches pouvant être balancés d’un service à l’autre en fonction des besoins, les infirmiers libéraux ont la possibilité de faire leur planning sur plusieurs mois. Ils ont aussi plus de latitude pour organiser leur vie professionnelle en fonction de leurs contraintes familiales, à condition de travailler en association et d’avoir sous le coude un ou deux remplaçants de confiance.

Il ne faut pas se leurrer l’aspect pécuniaire a aussi son importance, une infirmière libérale qui a une clientèle bien établie gagne au moins 3000 euros par mois et parfois bien plus selon les actes qu’elle effectue.

Mais effectivement cet aspect ne prime pas dans le choix de la majorité des infirmiers qui quittent le salariat. « La reconnaissance c’est aussi très important, en ville et encore plus à la campagne, les infirmiers libéraux sont respectés. Ils entrent chez les gens, la relation n’est plus du tout la même, elle est choisie. De plus ils travaillent dans un secteur concurrentiel ce qui est une source de motivation supplémentaire » rajoute Philippe Tisserand.

Un confort alors l’exercice libéral ? Il semble bien que oui puisqu’en moyenne, chaque année, seuls 1,4 % des infirmiers libéraux quittent l’exercice libéral pour un autre mode d’exercice, contre le double (2,8 %) des infirmiers salariés selon les chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES).

Les carrières des libéraux sont aussi plus longues : 30 ans en moyenne à l’hôpital public, 33 ans dans le privé et 35 ans en libéral, toujours selon la DREES. D’autres facteurs, comme la préparation de la retraite ou la nécessité de trouver un remplaçant, expliquent cet état de fait mais si les libéraux restent si longtemps en activité c’est également parce qu’ils s’y sentent bien.

Le flux d’infirmiers s’échappant de l’hôpital semble adopter une trajectoire durablement orientée à la hausse. Des mesures urgentes s’imposent pour retenir les salariés dans les établissements de soins : amélioration des conditions de travail, hausse des salaires. Certaines professions prennent la rue pour manifester et revendiquer, les infirmiers y vont pour se réaliser professionnellement.

Joël Ignasse

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

50 réponses pour “Infirmières, infirmiers : Pourquoi ils choisissent le libéral”

  1. MERVEILLE dit :

    au fait 3000euros net par mois c’est 15 jours à 400?500 ?600 euros par jour de chiffre d’affaire,il faut enlever 52% de charges plus les impots…..bien sur! c’est du délire,les IDE QUI GAGNENT beaucoup de fric c’est 20,23 jours bossés et parfois des soins cotés pas faits,expédiés…..parlons de ce qui honore notre belle profession.

  2. KIKI dit :

    Carrière de 35 ans en libéral, d’accord, mais on n’a pas le choix car il faut parler de la retraite. Comparez celle d’une infirmière à l’hôpital et celle d’une libérale !

  3. berms dit :

    Faut pas se voiler la face La rémunération fait partie du coté attrayant du libéral.
    Mais paradoxalement ce facteur intervient plus au moment du “retour” que du “départ”
    Une ide qui veut quitter le libéral pour retourner à l’hosto/clinique salarié quoi va devoir accepter une baisse significative de niveau de vie et ça c’est pas si facile que ça voir des fois pas possible du tout (crédits)
    Passer de son 4×4 à une clio 😉 je rigole … quoique…

  4. leclercq dit :

    peut on cumuler un emploi ds la fonction publique à mitemps et faire du liberal ?

  5. Sophie dit :

    12 ans de libéral et j espère ne jamais retourner en structure . Autonomie , gestion du temps à ma guise et bien sur en accord avec mes 2 collègues . C est vrai qu il faut une bonne entente comme en structure d ailleurs . C est beaucoup de travail c est vrai mais pas bâclé comme l a dit une Ide un peu plus haut et comme partout si on est consciencieux le travail est fait correctement à condition de savoir refuser certains soins si on n est pas capable d assumer et dans ce cas de ” bâcler ” . Quant aux papiers si on les fait régulièrement et qu on est rigoureux et organisé , on n y passe pas des heures d autant que depuis les lecteurs de carte vitale c est quand meme bien simplifié . J ai 2 enfants de 14 et 11 ans mais j ai commencé le libéral l ainé avait 2 ans et mon mari faisait les trois 8 et nous avons toujours bien géré avec la nounou puis l école ( pas de famille proche ) et j ai profité d eux aussi . Aujourd hui encore j ai du temps pour m occuper d eux . Bref le tout est de trouver l équilibre !!!!

  6. Paul dit :

    Pour compléter cet article il faudrait aussi parler de la difficulté à être entrepreneur individuel. Les infirmiers ne sont pas formés à la gestion du cabinet. Ainsi nombre d’infirmiers libéraux connaissent les affres des redressements et liquidations judiciaires. C’est aussi un versant escarpé et périlleux de l’exercice libéral.

  7. hbot dit :

    moi j’ai un diplôme d’infirmier psy un diplôme d’état d’infirmier un diplôme de cadre je travaille depuis 39 ans et en bas de ma feuille de paye je gagne 2700 euro net!!!!!!!!!!!

  8. Viviane dit :

    il y a des jours ou je me dit ni l’un ni l’autre!!

  9. Viviane dit :

    il y a des jours ou je me dit ni l’un ni l’autre!!

  10. Viviane dit :

    il y a des jours ou je me dit ni l’un ni l’autre!!

  11. Pnagra dit :

    Personnellement, après des années à “subir” l’hôpital, je me suis inscrit à une réunion d’information Inflib.com pour en savoir plus sur le libéral avec une collègue de travail, puis on a commencé et je ne regrette pas !!!

  12. Christelle dit :

    liberale depuis 10ans je peux vous dire qu’il n’y a pas de des avantages!!!! Beaucoup d’heure dehors mais aussi devant ton ordi, des congés de maternité tres courts et tres mal remunérés, des vacances qui tombent à l’eau parce que ton remplaçant te plante, des remplacement à la dernière minute pour maladie et faut pas avoir de soucis de santé parce que galère financière……on a pas de hierarchie certe mais on est plus enchainé a son boulot qu’en structure hospitalière….et le retour en arrière est difficile parce que charges très elevées…….je ne regrette pas mais je ne le referais pas si c’était à refaire…….

  13. Veronique dit :

    Après 11 ans de libéral, je suis revenue à l’hôpital. Je gagne 4 fois moins mais je n’en pouvais plus physiquement (mal au dos permanent) , marre de conduire, marre de faire des toilettes, marre de faire la paperasse les jours de repos, marre de travailler tous les jours pendant 1 mois et demi l’été, sans voir les enfants entre le centre de loisirs et la baby sitter du soir, marre de gerer les ordonnances de médicaments, de jongler avec la tournée du labo pour les prises de sang tout en respectant les rdv habituels, marre de devoir justifier à des familles hargneuses qu’on ne peut pas faire toutes les toilettes avant neuf heures, marre de ne pas trouver de remplacantes, etc.

  14. Marie-louise dit :

    peut-être, peut-être pas !tout dépend de l’idée que l’on se fait du soin au patient et si on est un professionnel rôle propre, alors oui on s’éclate, on s’épanouit mais ce boulot devient vite sous payé car rôle propre non facturable…..vie de famille privilégiée si on veut, mais ne compter pas faire fortune à moins de bâcler son boulot ! bisous à tous

  15. Aurélie dit :

    liberal depuis 4 ans pas encore d’enfant mais c en prevision a moyen terme. je ne pense pas retourner a l’hopital car le fait de faire du domicile permet un contact different ac les patients malgres des horaires parfois difficile mais j’ai l’impression de voir plus mon mari que quand je faisais les 3 postes. Seul regret de cet article il fait croire que nous gagnons tres bien notre vie mais je vous rassure au taux horaire nous ne gagnons pas plus ou legerment plus qu’a l’hopital. nous n’avons pas de salaire fixe et notre revenu depend des soins que l’on a……. maintenant on est plus libre qu’a l’hopital mais plus seule aussi.. c un monde different mais tout aussi interessant.

  16. aurel dit :

    bonjour
    3000 euros par mois !!! c’est pas le cas de tant de personne que ca a moins d’etre seule !!!! et de plus on ne fait absolument pas le meme nombre d’heure qu’a l’hopital alors au taux horaire ne revez pas on gagne moins que les ide salariés

  17. Adam dit :

    Tu sais Mathieu, ce que tu dis n’est pas totalement faux, maintenant le phénomène existe aussi à l’hôpital chez les IDE, IADE, IBODE, ASD et même médecins, certains ont plusieurs emplois et passent leur vie à l’hosto. Donc bon. Sinon je comprends les libéraux : autonomie et tranquilité, ce que tu ne trouves pas (plus ?) à l’hôpital.

  18. Mathieu dit :

    Pas facile de travailler isolé, l’équipe ça a ses avantages et ses inconvénients, personnellement moi je pourrais pas bosser en libéral pour cette raison. Faut aimer la solitude dans le travail. Après je n’adhère pas du toute avec celles qui font du chiffre, il devrait y avoir un plafond, 5000 euros par mois certes mais à quel prix pour les patients…

  19. ridfa69 dit :

    moi c’est surtout les modification regulieres de mon planning parfois du jour au lendemain qui m’a décidé

  20. Angelique dit :

    Comme Pierrette
    Et moi Perso j ai débuté le libéral avec un bb de 4 mois et après un début difficile car allaitement encore la nuit je m en sortais mieux qu avec les 3 postes

  21. Pseudo dit :

    ELLES LE FONT SURTOUT POUR LE FRIC

    • sandrillon dit :

      @pseudo:je rejoins la réponse d’aurel, à savoir le taux horaire en libéral est moins élevé qu’en salariat, donc non,on ne fait pas ça pour l’argent.J’exerce en libéral depuis 4 ans et c’est pas toujours rose…les charges sont très élevées et ne cessent d’augmenter, et en cas de maladie, on est très mal assuré.Quant aux congès, j’en prends bp moins que lorsque j’étais à l’hôpital.Ce qui m’a fait quitter l’hôpital, c’est la détérioration des conditions de travail et le côté pesant de la hiérarchie, mais je me rend compte qu’en libéral on a un autre côté très pesant:l’Assurance Maladie qui nous demande toujours plus de paperasse..!!

    • sansebastien13 dit :

      Quelle élégance et quel respect pour la profession d’infirmière!
      Et je rajouterais, quelle preuve d’intelligence pour avoir une vision aussi restreinte des choses en mettant tous les libéraux dans le même sac.
      Je doute que vous soyez titulaire d’un DE d’infirmier(e) ce qui expliquerai votre stupidité.

    • MERVEILLE dit :

      10 ans d’hopital,16ans de libéral,beaucoup de vérités,il faut savoir ce que l’on veut le libéral c’est beaucoup d’heures hors de chez nous,une amplitude horaire importante,des collégues peu sérieuses qui vous remplacent si elles gagnent 400euros brut….retraite à 65ans des grosses difficultés en cas de maladie,de grossesse(pathologique),il faut avoir une excellente santé physique et mentale,s’entourer de collégues motivées,qui ont le sens des responsabilités,on travaille sur prescription mais il faut parfois prendre des décisions,les vacances pas trop,nous avons l’obligation d’assurer la continuité des soins,sans compter la paperasse,je suis syndiquée et je suis aterrée de voir la méconnaissance de la nomemclature,de la convention “les nouvelles recrues veulent gagner plus qu’à l’hopital,ok allez y c’est sur la longueur qu’il faut tenir.vous rentrez un bon chiffre d’affaire,calculez à l’heure et vous allez vous faire peur,sans compterl’URSSAF qui vous poursuit 2ans aprés ralentissement ou cessation d’activitée.Il faut arréter de réver les infirmiers BOSSENT partout,cessons de nous laisser mettre dos à dos!!!!

    • la fouaise dit :

      quel courage,quelle haine dans ce post!!!

  22. pierrette dit :

    21 ans que je suis libérale et je ne changerai pour rienaumonde,pourtant c’est vrai bcp de paperasses , mais bon quand on bosse une smaine sur deux on va pas se plaindre lol

  23. Dlk dit :

    Simple AVS, je peux vous dire qu’aprés avoir bossé en structure, je n’y retournerai pour rien au monde, le domicile me va trés bien!!! et en effet, la relation patient/personnel n’est pas la même on gére mieux, c’est là qu’on est utiles et qu’on apprend le plus!!! les ‘IDE m’ont appris bcp et c’est grâce a ce temps passé avec elles au domicile des patients que je serai bientôt AS

  24. Jerome dit :

    Attention a l’exces d’enthousiasme sur le liberal…bcp d’IDE qui prennent des dispos pour tenter le liberal reviennent à l’hopital a la fin…la realité du milieu liberal n’est pas toute rose !

  25. Francoise dit :

    non liberale en association c est etre a son compte au sien d une scp avec d autres collegues et crois moi c est mieux pour la vie de tous les jours , personnellement j avais creee avec mon mari kine u n cab avec 6 infirmieres liberales mais surtout il faut une bonne structure juridique pour eviter les soucis car nous tournions sur les memes patients mais quelle liberte maintenant je suis en retraite depuis un an et je ne regrette pas du tout ce choix de vie mais bon les affinites differentes entre collegues quelques fois font pousser des coups de gueule il faut beaucoup de diplomatie pour travailler a plusieurs surtout quand tel ou tel patient ce plaint d une collegue il faut faire tres attention et ne pas medire sur ses collegues car tout est deforme et renvoye avec souvent mechancete de la part de certain patient allez courage c est quand meme super simpa

  26. Marie-pierre dit :

    Diplomée depuis 1an et demi, jepense de plus en plus a faire des que je le pourrais du Liberal… Les conditions à l’hopital deviennent de plus en plus catastrophiques et pour le patient et pour le soignant. Je pense essayer d’ici peu de faire des remplacements au départ avant de rééllement se lancer.

  27. Jessica dit :

    Je pense de plus en plus à m’installer en libéral, mais pas seule. Les conditiions de travail à l’hôpital m’écoeure. Le soin qu’on y pratique tout autant. Je n’ai pas le sentiment d’accorder assez de temps aux patients, pas faute de le vouloir mais faute de le pouvoir. Pr terminer, le salaire perçu est risible.

  28. Marnia dit :

    libérale en association ? C’est du libéral ? Du libéral littéralement c’est être à son compte ? Non ? Travailler en asso c’est pas du libéral mais être employée comme infirmière à domicile comme certaines aide soin qui font du soins à domicile, elles sont seules mais ne sont pas en libérale mais bien salariée d’une association. Je comprends pas à moins que vous ayez réellement un statu de libéral tout en travaillant en partenariat avec une asso c’est ça ?

  29. Laetitia dit :

    Moi je me suis installée en libérale il y a 3 ans, en association, et je ne regrette absolument rien
    Une liberté et une reconnaissance que je n ai jamais connu à l hôpital, un salaire très convenable, des horaires aménagées à notre convenance, bref que du bonheur

  30. Marianne dit :

    peut être même pour aller visiter les personnes en situation de handicap les accompagner dans les gestes de la vie quotidienne ect….je dis OUI!!!!!!!!!!!!!!

  31. Marianne dit :

    franchement si nous avions l’autorisation en tant qu’aide soignante je le ferai !!!!!en plus de mon boulot!!!!!!!!!!!!!car la vie est très chère!!!

  32. Amelie dit :

    je suis en liberal depuis 1 an en tant que remplacante dans un cabinet; je travaille seulement les soirs ( environ 15h30 20h30) et 3 semaines de suite; je resterais toujours remplacante dans ce cabinet( ce qui m arrange car pas de paperasse en rentrant vu que ma collegue me prend 10% ) j’ai un bebe de 5 mois ( donc tout mes matins et debut daprem avec lui + je le vois avant le dodo du soir!) j’ adore le liberal car personne sur notre dos, on s organise comme on veut, la relation avec les patients completement differentes au domicile! pour résumé : LE REVE

  33. Anne-sophie dit :

    à céline boudy il est vrai que le libéral avec des enfants en bas âge c’est chaud !! j’ai donné. je pense qu’effectivement un peu plus grands et autonomes c’est plus simple pour tout le monde et ça génère moins de stress

  34. Celine dit :

    J’adorerais faire du libéral mais c’est saturé dans ma ville et j’ai peur que ce ne soit pas très compatible avec des enfants en bas âge, peut être dans quelques années…

  35. Anne-sophie dit :

    j’ai fais 7 ans de libéral, et je suis revenue dans le milieu hospitalier Je n’en pouvais plus des horaires de folies, des paperasses à longueur de temps, les charges à payer et donc l’obligation de bosser à fond pour payer ces charges..et puis le plus important c’est que maintenant je vois mes enfants et je profite d’eux. Je crois que chacun y vois son compte dans cette histoire, il est vrai que l’on a une certaine liberté en libéral mais moi je m’y sentais très seule et l’impression de voir toujours les même personnes et de faire les mêmes soins

  36. Ce dit :

    Moi je suis à l’hôpital et cela me plaît une équipe qui a des ressources, des projets pour coordonner et améliorer la prise en charge des patients. Un service public où l’on accueille tous les patients de la région… des techniques qui évoluent… une richesse de savoir et de possibilités: cela me convient complètement.

  37. Laurence dit :

    Qd les grandes instances réfléchiront sur leur façon de “manager” à la ” France Telecom”, il y aura peut être moins d’ IDE qui fuiront le milieu hospitalier, le personnel est là pour soigner les patients, mais le personnel est maltraité!!! Alors qu’il est prouvé qu’un personnel bien traité sera un personnel performant dans son travail… Et il se passe tout le contraire, alors!!!!!! En tout cas moi ça fait un an que je fais du remplacement en libéral et je ne regrette pas, les gens me le rendent bien…

  38. Coralie dit :

    l’hopital ou libéral ya pas photos je choisit libéral moin de préssion et plus de liberté et beaucoup de contacte avec les patients.

  39. Céline dit :

    Je suis en libéral depuis sept 2009 . Sans aucune envie de rebosser à l’hôpital où on doit toujours faire plus avec de moins en moins de moyens et toujours aussi peu de reconnaissance. Là je travaille comme je veux et en plus en association avec une amie. Chacune sait comment fonctionne l’autre; et que lorsqu’on reprend le boulot on n aura rien à rattraper. Bref tout roule ..

  40. Ced dit :

    plus de hierarchie incompétente sur le dos, autre relation avec le patient, onn se sent un peu plus considéré….. sur, il y a des avantages mais aussi des inconvénients……. ca ne peut convenir a tt le monde….je m y suis mis il y a peu de temps et je me sens libre !

  41. Sandrine dit :

    perso, je reste salariée justement à cause de toute la paperasse à gérer quand on est libérale, et, habitant en ville,je ne me vois pas passer la moitié de mon temps en voiture!

  42. Marnia dit :

    mon fichu crédit. Trop peur de me lancer en libéral. Il y en a trop dans la ville où je suis. C’est risqué

  43. Marie dit :

    J’ai franchi le pas il y a deux ans et demi et aucun regret…. je sortais d’un service Urgences Smur et en avais marre… Aujourd’hui, j’organise ma journée , je rentre chez moi le midi et j’apprécie … la différence est qu’il ya encore du boulot à faire quand on est rentré mais bon.. c’est un choix !

  44. Sylvia dit :

    Est ce que a tout hasard vous savez qd les as pourront s installer en libérale?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
359 rq / 1,820 sec