Suppression du concours d’entrée en IFSI : des heureux et des mécontents

L'annonce de la suppression du concours d'entrée en IFSI, annoncée le 5 juillet 2018 par Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, et Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, satisfait ceux qui la réclamaient mais ne fait pas que des heureux. Les modalités d'admission, via la plateforme Parcoursup, sont actuellement en discussion.

La Fédération nationale des étudiants infirmiers (FNESI) et le Comité d'entente des formations infirmières et cadres (CEFIEC), qui ont participé aux travaux préparatoires de ce changement, le saluent. Pour Ludivine Gauthier, présidente de la FNESI, la suppression du concours et le transfert du processus d'admission en IFSI par la plateforme Parcoursup, constitue une « avancée pour les étudiants et leurs familles ». Elle considère que cela rétablit « l'égalité des chances » entre les candidats en réduisant considérablement les frais liés à l'inscription à plusieurs concours, ceux correspondant aux déplacements et au logement pendant les épreuves écrites et orales dans plusieurs écoles et le coût de l'inscription à des classes préparatoires, souvent privées.

Plus d'égalité

Le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) voit aussi dans cette « révolution » une nouvelle marche vers l'universitarisation et une reconnaissance des compétences des infirmiers mais il la considère aussi comme inquiétante. Le syndicat « exige » en effet que le processus d'admission comprenne toujours un oral (une demande non partagée par la FNESI). Selon lui, le SNPI, l'admission ne peut faire l'économie d'un entretien, comme il en existe pour d'autres formations concernées par Parcoursup. Ce « filtre humain » permet en effet, estime le syndicat, de « déceler certains comportements ou discours incompatibles avec la profession » et le contact avec des patients, mais aussi de « repérer des pépites dans le flot des candidats et leur donner une chance même si leur dossier peut être moyen ».

Une préoccupation partagée par la Coordination des étudiants et enseignants en santé. Yves Rival, son porte-parole, regrette que les professionnels et les étudiants n'aient pas été davantage consultés sur cette réforme, ce qui aurait conduit à l'écarter. Surtout, il craint fort que le passage de l'admission par Parcoursup ne conduise à une uniformisation des profils des étudiants en se basant davantage sur leur dossier scolaire que sur leur motivation et leur appétence pour le métier. « C'est ce qui s'est passé il y a deux ans pour les kinés, observe-t-il. La profession en pâtira à long terme, il y aura plus d'abandon du métier, voire des études. » Et le porte-parole de la coordination d'ajouter : « Ce métier est spécial. C'est un métier-passion. Si on veut tenir, il faut vibrer dès le départ. Etre infirmier ne s'improvise pas, l'IFSI n'est pas une voie de garage. » Un éventuel entretien permettra peut-être de résoudre cet écueil.

Mais Ludivine Gauthier se veut rassurante : « il y aura des modalités de classements des candidatures. Il est hors de question qu'on privilégie un bac plutôt qu'un autre ». En arrivant dans Parcoursup un an après sa mise en œuvre, « on ne fera pas les mêmes erreurs » observées cette année, pense-t-elle. Et le fait de mutualiser les dossiers par territoire universitaire devait rendre possible selon la présidente de la FNESI leur examen effectif par les jurys : « au lieu d'avoir 4000 dossiers par IFSI, on en aura par exemple 400 par territoire ». Cependant, les modalités d'admission ne sont pas encore définies...

Craintes des prépas privées

La commission Santé de la Fédération nationale de l'enseignement privé, s'insurge pour sa part contre la suppression du concours et et la « brutalité » de son annonce, effective sans délai... alors qu'il aurait eu l'assurance que le concours serait maintenu en 2019, indique Claude Lopez, responsable de la commission. Et que des milliers d'étudiants sont déjà inscrits dans leurs classes préparatoires, ont prévu leur logement pour la rentrée... Aussi, il estime que la suppression du concours -et donc, potentiellement des classes préparatoires- conduira à la fermeture de certaines écoles et, tout au moins, à la suppression de 930 à 950 postes d'enseignants et de personnels administratifs. Quelque 200 écoles privées proposent des préparations, qui regroupent quelques 8000 élèves. « Notre seul espoir, ajoute Claude Lopez, c'est qu'un contenu réel soit mis derrière concept de "valorisation" » évoqué par les ministres au sujet de la prochaine année de prépa.

Olivia Dujardin

Sur le même thème : 

IFSI : le concours d'entrée supprimé dès 2019

Suppression du concours d'entrée en IFSI : la sélection reste de mise

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

244 réponses pour “Suppression du concours d’entrée en IFSI : des heureux et des mécontents”

  1. Anonyme dit :

    La formation nous apprend la base pour etre infirmier et avoir une évaluation clinique. Mais se sont les patients, le terrain, vivre des alliances thérapeutiques, le travail en collaboration, le travail d équipe qui font de nous de vrai infirmier. La formation n est que la 1ere étape restons humble… gardons en tête surtout pourquoi on veut faire ce métier et pourquoi on continue à le faire…

  2. Anonyme dit :

    C’est pas le concours qui fait le soignant

  3. Anonyme dit :

    Mallaury Peter, donc nous on se fait douiller quoi mdrr

  4. Anonyme dit :

    Ade Line Mélo D-g Marie Ange Gomis !!!

  5. Anonyme dit :

    Je pense que le gouvernent est a côté de la plaque!! Je pense que les conditions d’accès aux ifsi avec ou sans concours n’est pas la priorité à traiter pour la profession. Il y a des problématiques de bien plus grande ampleur !!

    • Anonyme dit :

      Il y a bien d’autres problématiques nous sommes d’accord ! Mais chaque problématique n’est pas traités par les mêmes acteurs : Ceux qui traitent du sujet de la suppression du concours infirmiers et de l’intégration à l’université de son pas DU TOUT les personnes qualifiés pour traiter de la suppression de postes par exemple.

      Faut arrêter de polémiquer sur n’importe quoi H24 ! Oui il y énormes autres problèmes on est d’accord, mais on a la possibilité de changer des choses faisons le.

    • Anonyme dit :

      Il y a bien d’autres problématiques nous sommes d’accord ! Mais chaque problématique n’est pas traités par les mêmes acteurs : Ceux qui traitent du sujet de la suppression du concours infirmiers et de l’intégration à l’université de son pas DU TOUT les personnes qualifiés pour traiter de la suppression de postes par exemple.

      Faut arrêter de polémiquer sur n’importe quoi H24 ! Oui il y énormes autres problèmes on est d’accord, mais on a la possibilité de changer des choses faisons le.

    • Anonyme dit :

      Mais je souhaite que cette réforme soit une réussite!!!! Je le souhaite sincèrement. Par contre il va falloir s’accrocher les nouveaux…car moi je suis issue de la nouvelle formation et nous sommes mal considéré sur le terrain ( on est moins bon il paraît) alors les nouveaux qui vont arriver sans concours et bien bon courage !! En ce qui concerne votre remarque sur le fait de polémiquer il me semble que je vous trouve bien impliqué dans la discussion pour faire des remarques. Et puis fb c’est la liberté d’expression et des opinions cepandant rien ne vous oblige de les lire . ? pour finir, j’aime profondément mon métier et je m’inquiète pour notre qualité de travail dans l’avenir, je crains que nous passions d’une formation proffessionnalisante indispensable pour notre travail a une formation universitaire en décalage avec la réalité des difficultés de la profession. Bonsoir!!

    • Anonyme dit :

      Chamayou Aurelie en effet ok entend beaucoup dire que la nouvelle réforme amené de moins bons infirmiers….. mais ce n’est pas le concours qui fait l infirmier mais la formation et la formation elle ne change pas donc pas de panique pour ces futurs diplômes 🙂

    • Anonyme dit :

      Je ne remet pas en cause la formation. Je suis issue de la nouvelle!! Je crains seulement que les mauvaises représentations déjà établies sur les nouveaux diplômés soient accentuées!

  6. Anonyme dit :

    Ca changera rien, ca sera tjs des formateurs qui n’ont pas mis les pieds à l’hosto depuis 20 ans qui feront les selections, nan?

  7. Anonyme dit :

    Pour ma part j’ai raté le concours d’entrée en France, direction la Belgique avec un entretien de motivations. Maintenant ils ont complété cet entretien.
    Le concours actuel est du grand n’importe quoi enrichant les sites de préparation.
    Reste à voir la méthode de sélection maintenant. Et cela est il valable pour les écoles privées ?

  8. Anonyme dit :

    Et on entend pas parler des concours pour les spécialisations IADE,IBODE,CADRE

  9. Anonyme dit :

    Et qu’en est il des reconversions professionnelles ? Sur quels “dossiers” vont ils se baser ? Des résultats de Bac d’il y a 15 ans ?!

  10. Anonyme dit :

    Il n’est peut être pas utile que tu fasses ta prepa ?! Camille

  11. Anonyme dit :

    Niveau licence
    Voilà la continuité de la demande
    On va à la catastrophe
    Infirmier c’est une vocation
    Et actuellement il
    Est préférable d’avoir vraiment envie!

  12. Anonyme dit :

    Bravo.
    Ce n’était quand même pas ça la priorité.
    A prendre des décisions sur notre profession et la problématique constante et en augmentation des soignants en souffrance. On nous colle une décision sur le concours…
    Merci et bravo, à point nommé.

  13. Anonyme dit :

    plusieurs bonnes nouvelles en une pour les futurs étudiants : déja ils vont économiser pas mal d’argent vu le cout abherrant de ces concours..quand vous en passez plusieurs ca fait une somme conséquente sans compter les frais de déplacement etc… Ensuite fini les tests psychotechniques complètement débiles et qui ne présageaient en rien des qualités soignantes. Enfin il faut faire passer les oraux non pas par des bureaucrates qui ne pratiquent plus (cadres ide) mais par un collège représentatif d’ide de terrain encore en exercice. En plus de l’oral un petit temps d’observation sur le terrain permettrait à bcp de se faire une idée bien plus precise du métiet et pourrait certainement éviter à certains de s’aventurer dans la profession pour abandonner ensuite dés les premiers stages.

  14. Anonyme dit :

    J’ai peut être pas tout compris de ce revirement. Mais je vois mon expérience. J’ai fais mes études à 31 ans. J’ai bénéficié de 600 e de revenus pour la troisième année. Étant sans famille ni économies j’en ai chié. Avec cette réforme j’ai l’impression que les reconversions sont pénalisées. Comment survivre? J’ai un prêt étudiant important alors que la loi allait dans mon sens. Maintenant ? Que ce passe t il ? Aurons nous que des jeunes en début de carrière perdus? Perdons nous la richesse de la reconversion apportant d’autres choses mais connaissant la vie professionnelle ? Je suis curieuse de voir l’évolution de cette réforme. Mai j’ai peur pour l’enrichissement de la profession et nos futur stagiaires indécis

  15. Anonyme dit :

    La cerise sur le gâteau .. bravo ça continue de plus belle

    • Anonyme dit :

      Oui ! Enfin les gens qui ont moins de moyens et qui pouvaient être de super infirmiers ne vont pas être recalés, faute de moyens financiers ! C’est top ! ♥️?

    • Anonyme dit :

      Quand on a pas les moyens on les trouves, j’ai bossé en parallèle de ma prépa, (que j’aurais pu largement éviter car avec des bouquins on peut très bien y arriver tout seul) pour laquelle j’ai eu une aide financière, puis mon job d’étudiante m’a permis d’aller passer les concours ! Par contre j’ai eu 10,02 a un Bac ES avec un dossier pourri et je pense fortement que jamais mon dossier ne serait passé via parcoursup etant donné mon dossier et que je n’avais pas fais de stage etc….pourtant je suis aujourd’hui infirmière ! 🙂

    • Anonyme dit :

      Le dossier scolaire ne sera pas le seul pris en compte 🙂
      Et au lieu de devoir travailler pour payer tes concours, maintenant tu pourras faire du bénévolat avec les blouses Roses, par exemple. C’est une expérience qui booste un dossier mais surtout te permet de prendre conscience des réalités des métiers du soins 🙂

    • Anonyme dit :

      Quels éléments seront pris en compte du coup j’arrive pas à deviner ^^ il faudra quand même payer les frais pour se rendre à l’oral, puis il faudra pouvoir payer un appartement dans la ville de l’ifsi où tu as été accepté (ce qui était permis grace à pole emploi quand tu avais travaillé avant), et dans le cas où la personne habite chez ses parents, elle avait juste à payer un concours de 100e, environ, en quelques babysitting c’était réglé… je sais pas, je suis pas du tout contre ce changement mais je trouve que le point financier n’est pas tellement un point positif ^^

    • Anonyme dit :

      Il y aura tant ton dossier scolaire que ton engagement personnel (je pense que qqun qui est bénévole en EHPAD est bien à même de se faire une idée de soignant, bien plus que qqn qui passe des tests psychotechniques dans son coin), tes loisirs, ta motivation, ton parcours professionnel (si tu es en reconversion pro)… C’est encore en élaboration. Dans tous les cas, les quotas par IFSI ne seront pas changés.

      Qu’on ne me dise pas “les tests psychotechniques permettent de voir un niveau en maths” –> si tu as ton bac, tu sais faire une règle de trois. Et pour s’inscrire sur Parcour’sup, il faudra un bac (à moins d’être as ou AP) 🙂

      Qu’on ne me dise pas non plus “L’oral permet de sélectionner” quand, pour rentrer en IFSI, tu apprenais par coeur les attendus des examinateurs. Si c’était si fiable, je n’aurais pas eu 13 à l’oral de Rennes et 19 à l’oral de Rouen. Et pourtant j’étais la même personne, avec les même motivations 🙂
      Un psychiatre met plusieurs mois (voir années) à poser un diagnostic fiable. Comment peut-on donc sérieusement dire qu’en 30min, on saura si la personne est apte ou non à faire une formation d’inf ?

      De plus, te dire qu’en 30min, la personne est apte ou non, c’est nier qu’en 3ans elle va évoluer. Es-tu la même qu’à ton entrée en IFSI ? N’as tu pas progressé dans ton relationnel aux patients ? Et ca on ne pouvait pas le savoir à l’oral

      Et ca permet d’arrêter l’hypocrisie du concours.
      Il y avait 150 000 inscriptions à des concours. Mais une moyenne de 4-5 concours par personne.
      Ce qui fait 30 000 candidats à entrer en IFSI, au final.
      Et il y a 31 000 places en 1ere année d’IFSI, réparties sur tout le territoire français.
      Donc le concours était-il efficace, mais surtout, utile ?

      Un concours d’entrée qui juge si tu es apte ou non à intégrer un IFSI et être infirmier plus tard, c’est absurde. C’est comme si, avant même que tu commences les cours de conduite, on te fasse passer un concours pour savoir si oui ou non, APRES tes cours de conduite, tu seras capable d’être un bon conducteur 😉

    • Anonyme dit :

      Il y aura tant ton dossier scolaire que ton engagement personnel (je pense que qqun qui est bénévole en EHPAD est bien à même de se faire une idée de soignant, bien plus que qqn qui passe des tests psychotechniques dans son coin), tes loisirs, ta motivation, ton parcours professionnel (si tu es en reconversion pro)… C’est encore en élaboration. Dans tous les cas, les quotas par IFSI ne seront pas changés.

      Qu’on ne me dise pas “les tests psychotechniques permettent de voir un niveau en maths” –> si tu as ton bac, tu sais faire une règle de trois. Et pour s’inscrire sur Parcour’sup, il faudra un bac (à moins d’être as ou AP) 🙂

      Qu’on ne me dise pas non plus “L’oral permet de sélectionner” quand, pour rentrer en IFSI, tu apprenais par coeur les attendus des examinateurs. Si c’était si fiable, je n’aurais pas eu 13 à l’oral de Rennes et 19 à l’oral de Rouen. Et pourtant j’étais la même personne, avec les même motivations 🙂
      Un psychiatre met plusieurs mois (voir années) à poser un diagnostic fiable. Comment peut-on donc sérieusement dire qu’en 30min, on saura si la personne est apte ou non à faire une formation d’inf ?

      De plus, te dire qu’en 30min, la personne est apte ou non, c’est nier qu’en 3ans elle va évoluer. Es-tu la même qu’à ton entrée en IFSI ? N’as tu pas progressé dans ton relationnel aux patients ? Et ca on ne pouvait pas le savoir à l’oral

      Et ca permet d’arrêter l’hypocrisie du concours.
      Il y avait 150 000 inscriptions à des concours. Mais une moyenne de 4-5 concours par personne.
      Ce qui fait 30 000 candidats à entrer en IFSI, au final.
      Et il y a 31 000 places en 1ere année d’IFSI, réparties sur tout le territoire français.
      Donc le concours était-il efficace, mais surtout, utile ?

      Un concours d’entrée qui juge si tu es apte ou non à intégrer un IFSI et être infirmier plus tard, c’est absurde. C’est comme si, avant même que tu commences les cours de conduite, on te fasse passer un concours pour savoir si oui ou non, APRES tes cours de conduite, tu seras capable d’être un bon conducteur 😉

    • Anonyme dit :

      Mais du coup, les loisirs, la motivation, le parcours professionnel tout ça ils les exposeront lors d’un oral…qui pourra toujours être préparé a l’avance, moi aussi j’ai eu des notes hyper différente j’ai même eu une note éliminatoire a un oral alors que j’ai eu 15 a mes 4 autres oraux, j’entend que ca n’a pas de sens !
      Je te parlais purement simplement de l’argument financier qui était avancé, et pour le bénévolat, je suis pas certaine que tout le monde ai la possibilité de donner de son temps gratuitement (parce que du coup perso j’aurais pas fait du bénévolat l’année du bac malgré mon bon engagement personnel dans la profession) les prepa qui permettaient des stages c’était aussi gratuit pour les services etc, enfin un bénévole n’aura pas le droit d’approcher les patients plus que les stagiaires qui ne sont pas en ifsi, si ? ? je vois mal les établissements accepter que des gens, avec 0 expérience ni aucun pas fait dans la formation, approchent les patients du côté soignant, alors du côté de l’animation peut être, au niveau de tout ce qui est hors des soins comme les bibliothèque qui se déplacent etc etc, et souvent quand on parle avec des animatrice d’établissement (que ce soit en.ehpad ou en rééducation etc) elles n’ont pas la moindre idée de ce qu’il se passe du côté des soins ! En même temps ce n’est pas ce qu’on leur demande, ni leur rôle ^^

  16. Anonyme dit :

    Julia Lenormand Julie Gaudin Marine Lautier Madmoiselle Steffy c’est pas à nous que ça serait arrivé ça

  17. Anonyme dit :

    Sous-effectifs chonique à l’hôpital, en clinique ou en ehpad, infirmières rappelées sur leur temps de repos, cadences infernales etc… la réponse:
    Supprimer le concours d’entrée à l’IFSI…
    Voilà ce qui s’appel avoir un sens aigu des priorités…

    • Anonyme dit :

      Oh oui alors ça va grandement nous aider! Tout comme rajouter des IDE dans les EHPAD la nuit alors que c’est le jour qu’il nous faut du personnel!!!! Dans quel monde on vit???!!!!

    • Anonyme dit :

      Nel Cmt puisque tu en parles il y a un loup, en effet qui dit Ide la nuit en ehpad dit soins infirmiers aussi la nuit (perf IV, SAP etc…) sachant que les résidents sont souvent nombreux et que l’IDE serait mutualisée sur plusieurs établissements…
      Tu sens l’arnaque venir ou quoi ?

    • Anonyme dit :

      Je suis bien d’accord que ces problèmes d’effectifs sont un énorme soucis…
      Mais ce n’est pas le sujet ici et surtout pas les mêmes entités qui s’en occupe donc ce n’est pas un mauvais sens des priorités 🙂

    • Anonyme dit :

      Ilan Pavia time will tell… pour le moment les mesures intelligentes prises par ce gouvernement depuis un an ne sont pas légion…

    • Anonyme dit :

      En Belgique il y a des ide de nuit dans les mrs ! Je l’ai fait pendant 5 ans ! Et j’avais du taff pouhhhhhh ! Lol
      Bcp de perfs, plus d’urgences que je n’aurais cru avoir en maison de retraite … tous les bilan sanguin à faire, les aérosols, et la préparation des médocs … en plus de 3 tours de changes de la préparation du petit dej pour les résidents etc

    • Anonyme dit :

      Il y a bien d’autres problématiques nous sommes d’accord ! Mais chaque problématique n’est pas traités par les mêmes acteurs : Ceux qui traitent du sujet de la suppression du concours infirmiers et de l’intégration à l’université de son pas DU TOUT les personnes qualifiés pour traiter de la suppression de postes par exemple.

      Faut arrêter de polémiquer sur n’importe quoi H24 ! Oui il y énormes autres problèmes on est d’accord, mais on a la possibilité de changer des choses faisons le.

    • Anonyme dit :

      Il y a bien d’autres problématiques nous sommes d’accord ! Mais chaque problématique n’est pas traités par les mêmes acteurs : Ceux qui traitent du sujet de la suppression du concours infirmiers et de l’intégration à l’université de son pas DU TOUT les personnes qualifiés pour traiter de la suppression de postes par exemple.

      Faut arrêter de polémiquer sur n’importe quoi H24 ! Oui il y énormes autres problèmes on est d’accord, mais on a la possibilité de changer des choses faisons le.

    • Anonyme dit :

      Ilan Pavia donc évoquer les conditions de travail pénibles ne permettant pas d’assurer une bonne qualité de prise en charge des patients ou des résidents c’est polémiquer ???
      Peut-être as tu raison… nous devrions suivre ton exemple, cesser d’ouvrir nos gueules, rentrer gentiment dans le rang… après tout il y aura toujours des patients ou des résidents alors quelques-uns de moins….

    • Anonyme dit :

      Du coup, vous devez être très fâchée contre certaines organisations pro qui perdent du temps à s’opposer à la fin du concours plutôt que de lutter contre les vrais problèmes ?

    • Anonyme dit :

      Be Fab impressionnant de voir comment vous détournez des propos 🙂

      Je n’ai pas dit que évoquer d’autres problématiques de notre système de santé c’était polémique, par contre dire que ce n’est une priorité le concours infirmiers alors qu’on sait tous très bien que ce ne sont pas les mêmes personnes qui s’occupes de ces 2 sujets différents et qu’il n’est donc pas question de priorité pour moi oui c’est polémiquer.

      Et encore une fois, à quel moment j’ai dis dans mon message qu’il fallait cesser d’ouvrir nos geules comme vous dites ? 🙂
      Non j’ai juste dis que la nous avons la possibilité de changer les choses pour les étudiants infirmiers qui seront vos futurs collègues, de supprimé une inégalité, un concours qui n’avait rien à avoir avec la profession. Alors pourquoi ne pas encourager ce changement ?
      Pour le reste je serais le “premier” à geuler sur toutes les problématiques de notre système de santé bien sur 🙂

  18. Anonyme dit :

    L’avantage quand on lit les commentaires ici c’est que:
    1- on n’a pas besoin d’une De Lorean pour voyager dans le passé, grâce aux collègues on y vit!

    2- À lire des conneries pareilles on se fend la poire quand même, et en ces jours pas toujours roses, ça fait du bien à la santé mentale!

    Surtout changez rien! Oh wait, c’est ce que vous faites!

    P.S.: On me dit dans l’oreillette que la réforme de 2009 et la suppression du concours font partie d’un vaste complot visant uniquement à tuer des patients et la profession pour qu’on soit remplacés par des robots reptiles venus du futur!

  19. Anonyme dit :

    Certes le concours n’était pas forcément adapté mais ça permettais à des lycéens moyens de pouvoir entré dans les études et ce sont tout de même de très bon infirmiers ! Sur dossier il y aura encore des laissé pour compte

  20. Anonyme dit :

    Et pour les AS ça va se passer comment ??

  21. Anonyme dit :

    Et quand n est il pour les As qui souhaitent accéder à la formation ?

  22. Anonyme dit :

    Il y a déjà tellement de lacunes depuis la réforme avec les nouveaux diplômés, je crains le pire avec une entrée sans concours… décidément la profession infirmière ne va pas en s’améliorant…

    • Anonyme dit :

      Et oui cetait mieux avant ….Pfff ce discours …sauf que oui on est pas des as de la technique en sortant du DE …Mais on nous apprend à ne plus être de simples exécutantes…Mais à réfléchir….donc stop avec la reforme

    • Anonyme dit :

      Eva Miguel de simples exécutantes!!!!!!! Diplôme de 2001 et je ne suis pas un simple exécutant, j’ai un cerveau et les médecins qui nous faisaient cours nous préparaient à ne pas être de simples exécutants!!!!!!!! Et quand on accueille des étudiantes, combien d’entre nous constatent des lacunes théoriques et de logique en plus des lacunes techniques!!!!!! Si vous pensez s que je suis un simple exécutant et qui a moins de connaissances que vous et votre diplôme « universitaire »( laissez moi rire…jaune), je vous invite à venir avec moi mais je pense que vous changerez rapidement d’avis…. Non mais sérieux, de simples exécutantes, on croit rêver!!!!!

    • Anonyme dit :

      Quand j’entends des « universitaires » en fin de formation me dire que la flecaïne est un antibiotique, la digoxine un antihypertenseur ou l’antidote des anti vitamines K c’est la vitamine C!!!( et je vous jure que tout est vrai, j’en passe et des meilleures), je me demande si les compétences théoriques « universitaires » sont si élevées que cela car des horreurs pareilles on en entend à longueur d’année !!!!

    • Anonyme dit :

      Eva Miguel c’est un peu facile de demander qu’on arrête de critiquer la réforme de la formation alors que vous vous permettez de critiquer les personnes ayant eu l’ancienne formation comme étant de simples exécutants ! C’est sûr que si des étudiants ou de jeunes diplômés prennent de haut les autres avec ce genre de discours, ça ne peut que créer des tensions. Donc faut balayer devant sa porte avant tou

    • Anonyme dit :

      Attention ! Il y a une ribambelle de néo-diplômés qui arrivent ce mois-ci sur le marché du travail ! Tous plus nuls les uns que les autres vu qu’ils ont pas été formé avec les MSP !! Bouuuh !! Interdisez leur de travailler ! Réveillez vous enfin, il faut réagir et retourner aux bonnes vieilles méthodes !

      Ces discours protectionnistes et immobilistes font passer les infirmiers pour des veaux. J’ai honte.

    • Anonyme dit :

      et bien a toi de bien encadrer tes étudiants pour qu’ils ressortent de leur stage en ayant moins de lacunes qu’à l’arrivée et peut-être que le tuteur du stage suivant ne se dira pas la même chose que toi! Avec ce discours à deux balles “nul le nouveau diplôme” tu n’aides personne et tu catégorise les nouveaux étudiants comme ayant des lacunes dès leur arrivée… Il est clair que là on peut aussi dire avec tout ce qu’on voit que l’ancien diplôme manque clairement de formation en terme d’empathie, d’encadrement des étudiants et que les nouveaux sont mal formés parce que les anciens ne savent pas former! ça fait pas plaisir hein?

      les jeunes n’ont pas le choix entre l’ancien ou le nouveau diplôme donc ne leur jette pas la pierre et souvient toi de ton niveau de connaissances en sortie de diplôme et aujourd’hui après 17 ans d’expérience et demande toi si tu apprends plus pendant 3 ans d’ifsi ou pendant tes 3 premiers mois d’exercice pro! les étudiants sont victimes du manque d’encadrement durant leur stage, et bien souvent ce manque provient d’ide de ” l’ancienne formation”

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin ah oui quand même !!!!j’espère que ce n’est pas récurrent car ça fait peur ,ça donne pas envie de se faire soigner à l’avenir,moi sur le terrain j’ai vu des nenettes qui savaient tout..en 2ème année !!lol

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin j’ai vu aussi des futur diplômes en 2006 passe en msp faire des.antibio et en voulant diluer avec de l’eau du robinet, ne pas vouloir poser une perf avec de la bêta alcolique car il ne voit plus les veines, et j’en passe comme coupe l’alarme d’un scop alors que le patient vient de passer en asystolie en sspi sans regarder et partir bref on peut trouver des incapables dans toutes les formations

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin vrai, de grosses lacunes en pharmaco…qua.d je pense quon etudiait les classe ments par “tableaux”, ca nous gavait ca me sert encore..

    • Anonyme dit :

      Non mais c’est bien connu des infirmières débiles et incompétentes y’en a que depuis la réforme ?

    • Anonyme dit :

      Au fur et a mesure des années avec l’expérience et le recul je vois le changement … beaucoup de lacune chez les étudiants qui viennent en stage sans AUCUN pré requis … les objectifs n’en parlons meme pas si je ne les demande pas tout le long du stage ya walou … bilan de mi stage n’en parlons meme pas ! Quand tu prends de ton temps pour montrer les gestes en technique et pas a l’arrache tu es considerer comme mechante ou severe … dc moi avec ou sans concours c la meme 50% de tire-au-flanc 50% de bosseurs … et je prie chaque de rester en bonne sante longtemps car les jeunes diplômés je m’en foutiste yen a de plus en plus !

    • Anonyme dit :

      Changez un peu de disque au lieu de faire de votre cas particulier ( soite où vs exercez une réalité) cela fait déjà 10 ans que le nouveau DE est effectifs et des bon infirmiers il y en a

    • Anonyme dit :

      Cedric Lamenisot tu en as vu 1 sur combien faire une ineptie pareille????

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin ne faites pas de 2 cas une généralité vous ne connaissez pas tous les Ide de la nouvelle réforme

    • Anonyme dit :

      Guillaume La’Glaz je ne suis pas protectionniste. Universitarisez les études je suis d’accord à 100%!!!!! Le problème c’est que cela a été fait au détriment des stages et comme je le dis plus haut, je ne vois pas de différences flagrantes avec notre formation. Il aurait fallu allonger la formation mais cela aurait entraîné une reconnaissance statutaire et salariale donc on a bricolé un truc hybride . Quitte à vouloir augmenter le niveau, fallait y aller franco!!!!Par contre niveau melon à priori ça a bien gonflé depuis le temps!!!!!

    • Anonyme dit :

      Manou Ab-mz une majorité de cas particuliers ça commence à tendre vers un cas général non? On forme encore de bons infirmiers et il y a des brêles qui sont sorties aussi il y a 20 ans, le problème c’est que le pourcentage de bons s’amoindrit…..

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin on en voit bcp trop malheureusement !!

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin tout à fait d’accord !! Ils ont bien saisi l’aspect universitaire de la chose mais j’ai récemment eu un élève en fin de première année qui n’avait fait que des stages en ehpad. Son discours : “j’ai le sentiment de ne pas avoir commencé la formation vivement les stages au ch” etc…Moi qui lui demande si il peut me donner les spécificités et les caractéristiques de l’ide en ehpad => il en a été bien incapable!!! Grrrrr? il n’a rien compris j’ai abandonné la. Pour autant il y en a des choses à apprendre en ehpad dans tous les domaines !! Moins de techniques c sur mais c autre chose…

    • Anonyme dit :

      Madoshi Rosy Sylar Nee-san moi perso J’ai bossé avec des Ide de ce que vous appelez ancienne réforme qui ont plus que des lacunes .. c’est agaçant que vous jugiez toute une population d’infirmiers formé depuis 10 ans sous la nouvelle réforme ( Ça en fait pas mal ) parce que dans votre lieu de travail vous avez bosser avec quelques Ide qui ne s’en sortait pas .. et puis n’est ce pas avec de l’expérience que l’on apprend ?? Comparaison n’ai pas raison .. faite une recherche plus tôt sur les résultats niveau qualité d’infirmier entre les anciens et les nouveaux.. sur notre territoire ensuite la jugez.. et pas sur votre petit panel de collègues nouveau DE

    • Anonyme dit :

      Manou Ab-mz g dis 50 – 50 avec les nouveaux etudiants … je ne me vante pas d’etre une ide parfaite mais rigoureuse ! J’aime la rigueur et je suis perfectionniste au travail peut etre un peu trop mais c mon ecole qui a voulu ça … comme me disais ma formatrice on n’est pas une 1/2 infirmière ! Donc je ne porte aucun jugement c juste un constat au bout de 8 ans de metier … quand on voit un eleve faire une faute d’hygiene et que tu lui expliques que c pas bon ce qu’il fait et qu’il soutien par a + b son erreur … quelle reaction avoir ? Et la plupart je dis pas tous ont cette attitude ! Ils connaissent tout mais ne savent rien … moi jusqu’à a la fin j’apprend dans ce metier

    • Anonyme dit :

      Manou Ab-mz deja ça fait pas 10 ans la nouvelle reforme vu que je suis diplômée de 2010 et je suis de l’ancienne réforme

    • Anonyme dit :

      Manou Ab-mz je n’ai pas donné 2 mais 3 exemple déjà quand on veut débattre il faut être précis tout comme quand on veut être infirmière…. des exemples comme cela j’en ai à foison mais le problème c’est qu’il n’y a pas que moi!!!! Je n’ai jamais dit que c’était une généralité et je n’ai jamais dit que tous les « anciens étaient des bons », voir mes propos plus bas. Je dis que le pourcentage de « brêles « augmentent en flèche…

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin des bons a rien il y en a il y en avait et il y en aura encore, avec ou sans réforme…

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin votre discours est juste le cliché de pas mal d’ancien ide, que cela ne tienne, à ma connaissance, y’a 0 études sur le soit disant baisse de niveau des nouveaux ide ayant un impact sur la mortalité auprès du patient. Donc les arguments bidon dans ce genre, vaut mieux les garder pour soi et ça vous rend pas crédible du tout. Et confondez pas votre pseudo empirisme, qui vous amene a des generalites ridicules, avec la realite, ça devient inquiétant.

    • Anonyme dit :

      Le concours ne sert à RIEN et n’aide en RIEN à la pratique du métier d’IDE!

    • Anonyme dit :

      En même temps le référentiel a 10 ans. Ça fait un paquet d’IDEs incompétents si on vous écoute !!! Pour ma part diplômée avec celui d’avant… il y en avait aussi pas mal !!! Il faut vivre avec son temps et arrêter de toujours ressasser. En tout cas ils savent sûrement mieux analyser les situations cliniques que nous à notre sortie, Ils sont bien plus réflexifs et bien plus costauds dans les soins relationnels que nous… La frustration de certains professionnels de terrain est toute autant destructrice que la pseudo incompétence des formateurs.
      L’universitarisation de la formation est une chance pour la profession et ça commence par l’égalité des chances à l’entrée à l’IFSI.

    • Anonyme dit :

      Christophe Romain je suis tout à fait d’accord avec vous .C est tellement simple de critiquer.
      Le changement dérange beaucoup!!!!!il faut évoluer avec son temps !!!!

    • Anonyme dit :

      Ahë-lik Brh’oux je confirme de mon point de vue d’interne, en médecine on n’est pas toujours gâtés niveau encadrement non plus mais les plus grosses humiliations d’étudiants auxquelles j’ai eu le malheur d’assister c’étaient vis-à-vis d’étudiants IDE. Ce n’est peut-être pas la règle mais certains formateurs manquent clairement de bienveillance… A leur décharge, si on embauchait un nombre correct d’IDE ils auraient plus de disponibilité pour leurs étudiants :/

    • Anonyme dit :

      Marie Beauvain Ça me fera toujours rire les gens qui critiquent le nouveau référenciel; qui plus est, la majorité des personnes qui le critique n’en connaissent même pas le contenu. Les Ides de l’ancien référenciel ne sont pas un gage de perfection, de compétence et de performance. Je me demande même comment certains ont fait pour être diplômés? ! ! ! Les différents problèmes de notre profession ne viennent pas essentiellement d’une histoire de référenciel. Les problèmes sont ailleurs. Le problème c’est que beaucoup de personnes se voilent la face.

    • Anonyme dit :

      Faut tourner la page maintenant. Vous avez des statistiques peut être ? Plus de décès ? D’erreurs médicamenteuses ? C’est juste une question de professionnalisme et d’investissement pas de diplôme !

    • Anonyme dit :

      Mickael Penin grave en début 3ème elle ne savait pas ce qu’était un avk!! pfff on tombe de plus en plus bas!!

    • Anonyme dit :

      J’ai aussi connu des IDE qui sont aussi des incapables, nuls, malveillants, maltraitants, voir même dangereux. Ils sont de tout âges et de toutes les formations. Mais ils savent très bien cracher sur le dos des étudiants infirmiers, pas de soucis 😉

      Arrêtez donc de taper sur les étudiants et les dernières réformes. Vous passez seulement pour de vieux aigris incapables de faire avancer la profession et sa formation autrement qu’en crachant votre bêtise crasse sur les réseaux sociaux.

    • Anonyme dit :

      Eva Miguel on nous apprenait ça aussi avant..lol

    • Anonyme dit :

      Madoshi Rosy Sylar Nee-san vous constatez sur une échelle de combien d’infirmiers ???? Avez vous exercé dans toute la France ??? Rien qu en ile de France moi petite aide soignante que je suis et aimant la rigueur comme vous, exerçant depuis 7 ans ( hôpitaux clinique maison de retraite etc…) Je vous assure madame que j’ai travaillé et travaille encore aujourd’hui avec les DE dit de la nouvelle réforme qui sont excellent!!! Vous parlez de votre formation nous n’en disconvennons pas .. ce qui est gênant c’est le fait que vous généralisé même avec votre soit disant 50 50 .. des pauvres IDE en vous basant sur les IDE avec lesquels vous avez exercé depuis votre carrière ! On forme combien d’infirmière en France métropolitaine et outre mer ??? Vous les connaissez tous ??? Vous en connaissez même la moitié ??? Vous avez étudiez ou fait une recherche exposé pour savoir si les nouveaux DE qui sont plus si nouveaux d’ailleurs sont tous si nul ??? Vous êtes une bonne Ide C’EST géniale mais si je peux me permettre soyez plus tempérer dans votre jugement sur nos confrères à tous .. Et puis vous et moi savions que la qualité d un infirmiers dépend de bcp de chose et se juge sur pas mal de critère .. donc bon .. notre métier c’est d exercé en équipe et se compléter aussi je vous fait pas la morale hein.. Mais la où je travaille il y’a des infirmières qui ont des lacunes dans certains domaines et bien elles sont suppléllées par un ou une autre .. bref .. accuser sans cesse les DE de la nouvelle réforme ne vous apporteras rien ce n’ai des appropris et un manque d’objectivité envers eux sur le terrain quand on sait que vous devez former des nouveaux.. Moi quand je lis des critiques similaires aux votre et bien moi qui souhaite évoluer je me dis pour vu que je ne tombe pas sur une DE en terrain de stage qui a déjà des appropris et un jugement sur les nouveaux arrivants . C’est lassant et flippant . Bien à vous quand même.

    • Anonyme dit :

      Marine Fch elles n’ont aucuns statistiques c’est sa qui me fait flipper dans le jugement des ide ici contre leurs confrères … elles généralise des ide en se basant sur leurs expériences pro.. Je comprend aussi pourquoi certaines EIde sont mal formé franchement quand t’as déjà des préjugé sur un programme le pauvre étudiant à la moindre erreur tu le jugeras d’emblée de cons.. or je suis la 1 ère à témoigné en tant que As que la où je travaille depuis 6ans ans les IDE nouvelles réformes sont tout autant performants que les dits anciens .. Et mon établissement n’ai pas une exception ..

    • Anonyme dit :

      Manou Ab-mz Tout à fait. C’est facile de juger un référenciel, encore faut il que les Ides de l’ancien référenciel forment leur successeurs convenablement. J’ai souvent entendu des Ides dirent: ” ne pas vouloir s’embêter avec un étudiant dans les pattes”. Critiquer un référentiel sans en connaître le contenu, qu’es ce que c’est facile. Mais comme on dit, la critique est aisée, l’art difficile.

    • Anonyme dit :

      Christine Formentin je trouve que le fait de supprimer le concours ne permets pas de laisser la chance a tous ceux qui ont l’envie de cette profession , car enlever le concours et prendre sur dossier celles et ceux qui peuvent avoir des difficultés scolaires ne seront pas forcément pris alors que cela ne font pas d’eux de mauvais professionnelle. a voir comment ils selectionne. De plus je suis daccord avec beaucoup d’entre vous il faut tourner la page, en tant que futur diplomée je suis daccord que le nouveau referentielle est différents mais bon nombre de fois entendons nous ” pas envie d’encadrer ” ou alors des IDE préférant te laisser faire le minimum car ” des soins trop technique trop dangereux ” si on nous laisse pas la chance avec nos connaissances et en apprenant la technique c’est sur que les nouveaux IDE deviennent pourri

    • Anonyme dit :

      Lucie Cachot c est la frustration de certain professionnel de terrain qui est destructrice .
      Je suis d accord avec toi il faut laisser la chance à tout le monde.

    • Anonyme dit :

      On avait aussi des lacunes en sortant de l’ifsi avec l’ancien diplôme et c’est normal on ne peut pas tout voir et tout apprendre en 3 ans c’est impossible… la quantité et surtout la qualité des connaissances acquises en 3 ans dépendent de l’ifsi et des formateurs aussi ?

  23. Anonyme dit :

    C’était déjà pas évident de sélectionner en 20 min d’oral mais nous pouvions déjà recaler certains “cas” avec la présence d’un psychologue. Ce ne sera plus le cas su dossier. Tout est à construire par les IFSI pour monter les grilles car aucune directive donnée. En même temps ça nous laisse de l’autonomie

    • Anonyme dit :

      Je trouve qu avec la nouvelle formation le niveau a bien baissé … ca me fait un peu peur … on risque de se retrouver avec des personnes mal aiguillé par leurs résultats … je n ai pas tt lu … je ne crois pas que cette réforme soit la PLus urgence en se qui concerne la profession ou les études…

    • Anonyme dit :

      Laure-chrystelle Treguer pourtant ils apprennent + de choses que nous et ils ont + d’évaluations. La réflexivité est davantage développé et adaptabilité à différentes situations. Maintenant il est vrai qu’ils rencontrent moins de situations diverses car moins de lieux de stage.

    • Anonyme dit :

      Vanessa Ménec Marin je trouve que malgré cela bcp n’arrive pas à faire de lien entre se qu’ils apprennent et se qu’ils voient…c’est flagrant….le coté positif ( qd ca se passe bien) c’est qu’en 10 sem tu as le temps d’approfondir la spé …qui peux vite se transformer en galere qd ça se passe moins bien…On manque de temps certains jours pour les encadrer correctement et c’est bien dommage qu’ils aient enlevé les tutrices des pôles..on voit des étudiants arriver en 3eme année ?…pour lesquels il est impossible de valider le stage….la meconnaissance du remplissage du portfolio ( ou le manque de temps de faire un rapport) et la non evaluation formelle laisse passer qq etudiants ds les mailles du filet…bref…on en discutera de vive voix en aout… si tu veux!! (ou en mp)!

    • Anonyme dit :

      Laure-chrystelle Treguer oui ils ont du mal à faire des liens c’est vrai.

  24. Anonyme dit :

    Hé ben !!
    La porte ouverte aux incompétents et aux tarés..!
    Il ne va pas faire bon se faire soigner d’ici 3 ans !!
    Aux abris!

  25. Anonyme dit :

    déjà qu’avec la réforme de 2009, le niveau des étudiants était affligeant, alors là je crois qu’on va toucher le fond de la fosse des Mariannes…

  26. Anonyme dit :

    Ce concours en l’état n’avait aucun sens.

    L’oral lui est nécessaire pour tailler dans ne vif et voir si l’étudiant a les compétences ou pas pour faire ce travail.

    Mais le concours lui, de mon point de vu, ne sert qu’à éliminer des candidats, pas à évaluer si ceux ci seraient de bons infirmiers ou pas.

    N’oubliez pas qu’il y a pas mal de pays où les concours n’existent pas et où pourtant le niveau n’est pas mauvais !

  27. Anonyme dit :

    C’était sûrement pas le sujet le plus urgent à traiter pour la profession je crois !!!!!

    • Anonyme dit :

      C’est un sujet comme un autre. Il a le mérite d’être traité au moins. On avance déjà un peu plus vers une meilleure reconnaissance du métier – qui passe par celle de la formation. Une formation qui laisse une sélection aussi archaïque qu’un concours de calcul mental et d’écriture mérite certainement moins d’égard qu’une formation sélective sur dossier qui entre dans le moule de l’université.

    • Anonyme dit :

      Si la formation nous apportait une quelconque reconnaissance du métier ça se saurait depuis longtemps……
      La formation n’a pas été remaniée pour du mieux en plus!

    • Anonyme dit :

      Carinette Nenette qu’est ce que vous en savez à cette heure si que cela n’a pas été réformé pour ” Du Mieux” je ne sais pas moi intéressez vous aux autres états ou le système est déjà le même et voyez si cela en fait un moin nombre de soignant et des soignants de mauvaises qualité juste transatlantique voyez les soignants belges suisses anglais …

    • Anonyme dit :

      Carinette Nenette quand à sujet prioritaire quoi qu’on fasse comme effort pour cette profession cela ne sera jamais assez de toute façon.. un tel dira toujours que ce n’estpas assez.. même si je reconnais que il faut des moyens pour la santé en soit quoi qu’il en soit .

    • Anonyme dit :

      Carinette Nenette C’est bizarre mais il me semble que la reconnaissance de la formation en License a fait gagner quelques euros sur la fiche de paie des infirmiers.. Aussi il me semble que la reconnaissance de la formation a permis la création du master de sciences cliniques infirmieres. Quid de l’ancienne formation quand on voit la qualité des commentaires ici.. C’est en faisant mieux reconnaître la formation, qu’on valorise le diplôme et qu’on valorise ainsi tout le métier. Essayez donc de ne pas le dévaloriser par vos propos.

    • Anonyme dit :

      Alors c’est pas très clair ce que vous dites mais quand je disait que la formation n’a pas été réformée pour du mieux je parlais du nouveau programme dont j’ai moi même bénéficié et qui n’est pas le mieux que l’on puisse offrir aux étudiants.
      Je donne mon opinion je n’oblige personne à la partager alors avant de critiquer mes propos tâchez au moins de les comprendre car visiblement ça n est pas le cas !!

    • Anonyme dit :

      La reconnaissance c’est “quelques euros” pour vous ? Pas pour moi, je ne parle pas d’argent mais de moyens pour travailler correctement et ‘offrir les meilleurs soins à nos patients!!!!
      Si quelqu’un dévalorise la profession ici ça n’est pas moi….
      J’ai eu quand même le droit de penser que tout n est pas pensé au mieux pour les étudiants, les soignants et les patients sans devaloriser quoi que ce soit.
      Après si vous avez envie de faire croire que tout est rose et que la suppression d’un concours va valoriser toute une profession, libre à vous mais c’est tellement simpliste comme raisonnement !

  28. Anonyme dit :

    La porte ouverte à n’importe quoi ça encore !!!

  29. Anonyme dit :

    Blague !!!! Laura Héléna Coulloch Rossi Carmen Carmen

  30. Anonyme dit :

    Niveler vers le bas…ou comment mépriser une profession…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
452 rq / 2,563 sec