Mal-être des étudiants en soins infirmiers : Le Cefiec préconise d’améliorer la formation des tuteurs et d’intégrer une démarche qualité

Suite à la parution d'une enquête publiée le 18 septembre par la Fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmiers, le Cefiec (Comité d'entente des formations infirmières et cadres) a exprimé son soutien aux étudiants en difficulté et préconise de faire évoluer les formations des tuteurs. 

 

Allouer des moyens et du temps à la formation des tuteurs de stage

Mal-être des étudiants en soins infirmiers : Le Cefiec préconise d'améliorer la formation des tuteurs et d'intégrer une démarche qualité

L'enquête de la Fnesi révèle que 40% des ESI déclarent consommer des psychotropes et plus de 30% déclarent faire des crises d'angoisse. Aussi, un étudiant sur 2 déclare qu'il/elle a vu sa santé physique et psychologique se dégrader au cours de sa formation.

"La finalité d'un institut de formation en Soins Infirmiers est d'accompagner l'étudiant durant ces trois années d'études pour lui permettre d'acquérir les compétences nécessaires pour l'exercice de son futur exercice et ainsi répondre aux besoins des usagers", explique le Cefiec dans un communiqué. 

En réaction aux résultats de l'enquête alarmante de la Fnesi, qui démontre que les étudiants, pour un grand nombre, se retrouvent dans des situations de détresse physique et psychologique, notamment lié à des problématiques d'encadrement sur les lieux de stage, le Cefiec a tenu à réaffirmer une préconisation, depuis longtemps portée. Il faudrait, selon le comité, "donner une véritable formation aux tuteurs de stage". 

"La formation clinique en stage nécessite la mise en oeuvre de modalités d'encadrement prévues dans la réglementation sous la forme de tutorat. Les instituts et établissements de santé, conscients de l'importance de cet accompagnement, ont pris l'initiative de former les tuteurs qui réalisent leur mission avec sérieux et professionnalisme. Cependant, ce tutorat réclame de dégager du temps et en conséquence des moyens nécessaires à l'encadrement de l'étudiant. Actuellement, ce temps n'est pas pris en compte", explique le Cefiec. 

Le Comité rappelle que depuis 2015, il préconise la mise en place d'une véritable formation de tuteurs, formalisée sur une période de 25 jours avec un cahier des charges national. "Seul dans cette démarche, la proposition n'a pas été retenue (en 2015, ndlr). Aujourd'hui, force est de constater que cette formation est un réel manque. En outre, cette formation a été réduite à quatre jours!", regrette le Cefiec. 

"Les tuteurs manquent inévitablement de moyens. Pire, il n'y a pas de temps dédié aux tuteurs pour le suivi et la formation des étudiants en soins infirmiers. Les tuteurs prennent sur leur temps personnel pour accompagner les étudiants".  

Intégrer une démarche qualité pour les instituts

Le deuxième axe proposé par le Cefiec est d'initier une véritable démarche qualité harmonisée.

Depuis 2009, les Instituts de formation paramédicaux doivent intégrer une démarche qualité visant la certification à l'instar des instituts de l'enseignement supérieur. Depuis, de nombreux instituts sont entrés dans une démarche qualité qui prend en compte l'évaluation des étudiants. Ils sont questionnés sur l'enseignement qui leur est dispensé et sur les stages. Cette démarche prend notamment en considération les étudiants sur les contenus pédagogiques et leur articulation ainsi que sur les moyens mis en oeuvre.

"Des enquêtes de satisfaction sont également réalisées à l''issue des stages. Le groupe de travail mis en place par la DGOS au printemps 2017 et auquel participe le Cefiec va dans ce sens et vise à créer un référentiel de certification en partenariat avec le Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (HCERES). Le Cefiec souhaite vivement que ce travail se concrétise".

A ce jour, rien n'a été  officiellement mis en place dans le cadre de l'évaluation de la formation. "Pour autant, les Instituts de Formation en Soins Infirmiers se sont inscrits de manière individuelle dans des process d'amélioration continue de la qualité en intégrant les étudiants dans la réflexion afin d'améliorer les pratiques au quotidien". 

Ce référentiel HCERES devrait permettre, selon le Cefiec, "de rendre objectif la qualité des formations déclinées et correspondrait ainsi aux exigences de la formation supérieure et de qualité". 

Rédaction ActuSoins

Le Cefiec remet en question une partie des résultats de l'enquête menée par la Fnesi. Extrait d'un communiqué diffusé à la presse

"Le CEFIEC en contact avec 100% des étudiants en soins infirmiers prend très au sérieux le mal-être exprimé par certains étudiants à travers cette enquête menée par le syndicat (la Fnesi, ndlr). Pour autant, le CEFIEC représentant les 331 IFSI de France ne ressent pas chez les étudiants qu'il fréquente au quotidien une telle victimisation et détresse. Par ailleurs, il est à préciser que cette enquête a été menée auprès de 15% des étudiants en soins infirmiers. Il est très important également pour le CEFIEC de rappeler le travail réalisé par les tuteurs et maitres de stage qui assurent au quotidien leurs missions d'encadrement avec sérieux, engagement et professionnalisme, malgré toutes les contraintes du quotidien."

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

170 réponses pour “Mal-être des étudiants en soins infirmiers : Le Cefiec préconise d’améliorer la formation des tuteurs et d’intégrer une démarche qualité”

  1. c’est un casse tête ce port folio… long , compliqué , redondant…”c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs soupes..”revenons à de la simplicité et de l’efficacité …

  2. StéFanii Givaudan on a failli partir pour 25 jours

  3. Il y a t’il réellement besoin de formation pour encadrer…? Nous sommes tous formé de la même façon et former nos pairs fait partie de notre décret de compétence ! La seule chose qui manque à certain(e)s IDE c’est l’envie, la gentillesse la patience et jen passe ! Les étudiants sont des humains eux aussi ! Avec ce que jai supporté en stage je me suis juré de ne jamais faire ou laisser faire ça dans mon service ! Les étudiants viennent chez nous et en repartent ravis ! Alors pourquoi ailleurs non?! Franchement à un moment donné on Peut pas toujours remettre sur le tapis la charge de travail et blablabla on a tous la même !!

  4. Donner du temps aux tuteurs , nommer les tuteurs former et non les non former. Rémunérer comme cela devaient l’être les ceux ci.ce n’est pas donné à tous de faire le tutorat. Il faut aussi redonner un sens à ses études. On ne s’improvise pas IDE. Les instituts de formation doivent être plus investis.pour certains le niveau n’y est pas du tout et de toute façon ! !!pas grave!!!on arrive toujours à avoir le D.E…Déprimant pour les tuteurs.

  5. La notation des lieux de stage par les étudiants, comme cela ce fait avec les internes , permettrai aux établissements hospitaliers de voir où ils se situent et éventuellement d’apporter une amélioration, ou à défaut permettrai aux étudiants d’éviter ces lieux de stages . Je ne vois pas pourquoi, à l’heure actuelle où les patients peuvent noter leur lieu d’hospitalisation, les étudiants IFSI et AS ne peuvent pas faire de même.

  6. Pier Ett dit :

    Etre étudiant infirmier en France ? Lol faut être maso ! C’est une véritable catastrophe, un véritable scandale ! Quand à nous, patients… le plus tard possible !!!

  7. Y a pas au tuteur mais à l ensemble des personnes

  8. Depuis le temps que je le dis…
    Il faut former les tuteurs ! Et rien à voir avec le nouveau programme….Il faut Juste des professionnels sur le terrain, qui aiment transmettre, qui savent transmettre et qui ont le temps de transmettre !!!!

  9. pour permettre le bien être des étudiants il faudrait déjà qu’il existe un bien être des infirmiers… c’est le mal être d’une profession tout entière qui s’exprime à travers eux.

  10. Peter Chus dit :

    Former les IDE avec une formation digne de ce nom c’est bien…. mais cela ne servira à rien si l’Hôpital ne met pas les moyens en oeuvre pour permettre à ces tuteurs de d’assurer leurs missions d’encadrement.

  11. ça fait 5 ans que je demande une formation approfondie sur le tutorat des étudiants. javais fait une formation de 3 jours au moment de la mise en place du nouveau programme et ça suffit me dit-on. pas besoin d’être formée d’avantage….. Entre ça et les pro qui se foutent du tutorat, qui se servent des étudiant comme de la main d’oeuvre…..n’oublions pas que les étudiants d’aujourd’hui nous soigneront demain.

  12. Anne Rambois dit :

    Et c’est ainsi que l’hôpital se déshumanise….

  13. Xi Hang Shu dit :

    Ils ne veulent pas reconnaître quoi à tant de logique ? Le manque de personnel affecté par patient n’est jamais débattu pourquoi ???????

  14. Xi Hang Shu dit :

    Ils ne veulent pas reconnaître quoi à tant de logique ? Le manque de personnel affecté par patient n’est jamais débattu pourquoi ???????

  15. Ce n’est pas une question de programme (d’ailleurs nouvelle et réforme ça veut dire la même chose selon Maître Capello) mais une question de personne !! Et les tords sont largement partagés: des encadrants, surchargés de travail et qui n’ont pas (ou plus) le temps (l’envie pour certains) d’encadrer correctement, c’est à dire, laisser faire, expliquer, réajuster … !! Et certains stagiaires à qui les IDE répètent de stage en stage, toujours les mêmes choses, qui ne font aucuns liens, qui veulent faire des soins sans en comprendre le pourquoi du comment (pourquoi pique t’on un bilan sang dans tel ordre ? Je ne sais pas j’ai appris comme ça, par coeur lol Comme si tous les labos utilisaient tous la même couleur de tubes). Des lacunes en pharmaco (quels sont les effets indésirables donc que surveille t’on ?), un manque de travail, de prise en main (et oui on est plus au lycée, c’est une formation professionnalisante), des démarches de soins sans queue ni tête … !! Moi perso, j’adore encadrer des étudiants, mais j’en ai un peu marre de le faire sur mon temps personnel, au détriment de ma famille, parce que le ministère ne c’est pas dit que cela était chronophage en temps donc marre de bosser bénévolement surtout pour certains qui ne bossent pas (je le fait encore pour d’autres qui donnent envies).

  16. La nouvelle réforme du DE n’a rien arrangé!!!!! La formation des étudiants se fait majoritairement en stage, par des équipes qui sont en souffrance!!!!! Plus de démarches de soins, de MSP, où sont les encadrants des IFSI???? Il n’y a plus de progression logique dans la formation; comment peut on commencer en 1er stage par de la réa ou un service d’urgences???

  17. Soit tous les élèves ne sont pas faciles et ne supportent peut-être pas les réflexions mais il y a une façon de parler aux gens trop d IDE ont oublié que ils sont passés par là alors mettons chacun de l’ eau dans notre vin et avançons pour les patients et nous même

  18. Je travaille au Luxembourg depuis 25 ans
    Nous avons beaucoup de jeunes infirmières qui viennent de France et qui sont complètement traumatisé par leur formation
    Le personnel devrait se remettre en question et surtout les cadres
    On se demande quel soins sont donnés au patients quand on voit le peu d’humanité envers les étudiants qui sont traités comme de la merde

    • Pier Ett dit :

      Je me suis fait la même réflexion ! En France, le traitement infligé aux étudiants infirmiers sont un pur scandale !!! Aucune différence entre les bons et les mauvais pourvu qu’ils plaisent et restent dans l’ombre, voir inexistants.. de quoi prier pour rester le plus longtemps possible en bonne santé !!!

  19. Les cadres, les as, les ide … maintenant les étudiants … les Francais s’écoutent un peu trop

  20. Ça fait des décennies que ça dure.. non mais !!! Il était temps d’en prendre conscience !

  21. Marie Cgt dit :

    En voilà une bonne idée !
    IDE en EHPAD parfois je me demande vraiment à quoi sert le formateur… pas d’encadrement, peu de soins encadrés avec l’élève et son formateur, la plus part du temps seulement un entretien est fait avec une démarche clinique.

  22. Vir Tuel dit :

    Ce n’est pas une meilleure formation qu’il faut, mais des moyens humains, pour mener à bien l’accompagnement des élèves! !

  23. il vaut mieux en rire qu’en pleurer mais tout de même……..pffffffff

  24. Ils préconisent beaucoup mais après c’est tout

  25. “Il préconise” …….??
    Voilà voilà

  26. Il faudrait surtout donner du temps aux tuteurs pour encadrer les élèves ou du moins comptabiliser le temps en plus qu’ils leurs alloue, et ne pas compter les élèves dans les effectifs du service

  27. Perso j’adore former mes élèves. Mais les formateurs on ne les voit jamais

  28. Tout le monde n’est pas pédagogue je l’accorde….. certains élèves sont des perles, d’autres des boulets qui refusent les réflexions (qui sont constructives la plupart du temps), ne savent pas se remettre en question, enchaînent des “oui mais …” insupportables. Les professionnels de terrain sont sous pression et il est difficile de leur attribuer la responsabilité pleine et entière d’encadrer de façon correcte et concrète les élèves. Cette nouvelle formation est incompréhensible et donne des futurs professionnels qui ont beaucoup de mal à débuter dans le métier. La réflexion doit être plus haut que des simples reproches aux professionnels “défaillants”. La réalité du terrain est bien difficile à accepter …..

  29. Karine Mathoulin!!! Ah ah ah! L’AP-HM a fait un autre choix…

  30. Faudrait surtout rémunérer le temps avec une prime de tutorat !!!!!!

  31. Je pense qu évidemment ce n’est pas donné à tout le monde d être pédagogue et surtout d aimer enseigner !cependant je pense que certains de nos pairs devraient se rappeller qu ils ou elles ont été élèves et avoir de la bienveillance envers eux

  32. Gui Yaume dit :

    Fascinant…meme causes, meme combats mais pas les meme générations…

  33. Dans les premières années des Tutorats il était question de payer les tuteurs….jamais vu la couleur d’un centime

  34. Lydie Seibel dit :

    Formation ok mais aucun supplément salarial pour ce travail en plus?

  35. Cyriel Brd dit :

    Faut qu’ils apprennent à se remettre en question aussi les étudiants.
    J’ai remarqué depuis quelques années que beaucoup n’acceptent aps ls reproches, n’en ont rien à faire des As et pensent être infirmiers quand ils enchaînent 3 pansements.
    J’ai même une élève qui m’a reproché de lui faire trop de reproches et qu’elle n’à jamais supporté les reproches.
    C’est sur que se tromper dans des AVK ou se tromper de patient pour élus pansements et me reprocher de vérifier ce qu’elle me dit sur la journée d’hier sur l’ordi ce n’est pas normal…

  36. Oui les étudiants vont mal mais en même temps les équipes paramédicales vont encore + mal. On nous demande d’encadrer toujours + mais on a deja pas le temps de s’occuper dignement de nos patients … puis faut voir les étudiants de maintenant, pour certains tout leur est dû, ils savent deja tout, ne supportent pas qu’on dise quoi que ce soit, ils ne font pas de démarches pas de planifications, et certains ne viennent meme pas finir leur stage une fois le bilan et la notation faits (situation vécue Avec une 3eme année en juin dernier). Faudrait penser à soigner les maux dans les équipes des différents services et structures également

  37. Je ne comprends pas,ils sont étudiants, et déjà qu ils n ont pas fait 3 années, ils se plaignent d épuisement, de burn out, de harcèlement et d incompétence des cadres!!!!!!!! C est quoi ça ! Il est claire qu on est tous passé par là, on commençait à 6h et on terminait à 14h et on faisait 14h /22h. Et on mettait la main à la pâte pour aider soi les aide soignante ou soi les infirmières. On n hésitait pas de poser des questions, on faisait des démarches de soins, on faisait des bilans mi stage. Et tout se passait bien. Honteux!

  38. Je ne comprends pas,ils sont étudiants, et déjà qu ils n ont pas fait 3 années, ils se plaignent d épuisement, de burn out, de harcèlement et d incompétence des cadres!!!!!!!! C est quoi ça ! Il est claire qu on est tous passé par là, on commençait à 6h et on terminait à 14h et on faisait 14h /22h. Et on mettait la main à la pâte pour aider soi les aide soignante ou soi les infirmières. On n hésitait pas de poser des questions, on faisait des démarches de soins, on faisait des bilans mi stage. Et tout se passait bien. Honteux!

  39. Béren Gère dit :

    Elora Bierren petite pensée pour tu sais qui

  40. Totalement vrai . Les formateurs restent enfermés dans leur bureau b. De toutes façons ,la majorité d’entre eux est devenue formateur pour les horaires cool et non pour faire passer leur savoir que d’ailleurs ils n’ont pas en majorité . Les plus expérimentés des infirmiers en savent bien plus que ces enseignants

    • Et bien je vous invite quand vous voulez dans mon IFSI pour quelques semaines. Vous verrez si le travail de formateur est si cool que cela. Pour étayer mes propos je prends l’exemple d’un collègue cadre qui est arrivé il y a un an d’un service de soins. Lui aussi (moi aussi d’ailleurs à l’époque) avait les mêmes représentations que vous du métier de formateur. A présent, il a complètement changé d’avis. Beaucoup de missions à gérer, entre le suivi d’étudiants de A à Z, les dossiers administratifs, les enseignements, la construction des évaluations, les corrections, les suivis en stage, la construction du projet pédagogique, le lien avec les services…etc… Quand on ignore, on se tait. Nous sommes beaucoup à avoir choisi la pédagogie par goût de la transmission et pour votre gouverne, je (nous) suis (sommes) plus proche des 45H semaines que des 35.

    • Et bien je vous invite quand vous voulez dans mon IFSI pour quelques semaines. Vous verrez si le travail de formateur est si cool que cela. Pour étayer mes propos je prends l’exemple d’un collègue cadre qui est arrivé il y a un an d’un service de soins. Lui aussi (moi aussi d’ailleurs à l’époque) avait les mêmes représentations que vous du métier de formateur. A présent, il a complètement changé d’avis. Beaucoup de missions à gérer, entre le suivi d’étudiants de A à Z, les dossiers administratifs, les enseignements, la construction des évaluations, les corrections, les suivis en stage, la construction du projet pédagogique, le lien avec les services…etc… Quand on ignore, on se tait. Nous sommes beaucoup à avoir choisi la pédagogie par goût de la transmission et pour votre gouverne, je (nous) suis (sommes) plus proche des 45H semaines que des 35.

    • Je savais être provocateur . Je sais qu’il existe des formateurs motivés .mais en presque 40 années de vie hospitalière, j’ai vu leur profil évoluer . .. Cela fait des années que je n’ai pas vu un formateur dans un service . Ils sont devenus comme les cadres de santé, collés à leur chaise de bureau et à leur ordinateur . Je suis certainement très partial ,mais je suis totalement opposé à l’orientation universitaire donnée à notre DE. Je suis profondément attaché au compagnonnage qui n’existe plus .

    • Je savais être provocateur . Je sais qu’il existe des formateurs motivés .mais en presque 40 années de vie hospitalière, j’ai vu leur profil évoluer . .. Cela fait des années que je n’ai pas vu un formateur dans un service . Ils sont devenus comme les cadres de santé, collés à leur chaise de bureau et à leur ordinateur . Je suis certainement très partial ,mais je suis totalement opposé à l’orientation universitaire donnée à notre DE. Je suis profondément attaché au compagnonnage qui n’existe plus .

    • François Fave je ne suis pas forcément pour non plus. Sachez qu’en 2009, à mon arrivée en IFSI, j’ai fait partie du groupe de formateurs chargés de mettre en place le nouveau programme, un vrai casse tête, tout à construire, avec des circulaires qui changeaient tous les 6 mois, ordres et contre ordres du ministère… Mais il ne faut pas non plus diaboliser cette réforme, elle offre de formidables opportunités pour celles et ceux qui souhaitent poursuivre leurs études. Quand au compagnonnage, je suis pour, à 100% et cela n’est pas incompatible ! Je suis beaucoup sur le terrain, j’aime ça, j’aime échanger avec les soignants et construire avec eux des dispositifs de formation pour nos étudiants. Ne nous combattons pas, travaillons ensemble !

    • François Fave je ne suis pas forcément pour non plus. Sachez qu’en 2009, à mon arrivée en IFSI, j’ai fait partie du groupe de formateurs chargés de mettre en place le nouveau programme, un vrai casse tête, tout à construire, avec des circulaires qui changeaient tous les 6 mois, ordres et contre ordres du ministère… Mais il ne faut pas non plus diaboliser cette réforme, elle offre de formidables opportunités pour celles et ceux qui souhaitent poursuivre leurs études. Quand au compagnonnage, je suis pour, à 100% et cela n’est pas incompatible ! Je suis beaucoup sur le terrain, j’aime ça, j’aime échanger avec les soignants et construire avec eux des dispositifs de formation pour nos étudiants. Ne nous combattons pas, travaillons ensemble !

    • Je prends de plus en plus mes distances . Je prends ma retraite l’an prochain . 62 ans…eh oui, je serai un des premiers ! Après 40ans de services très actifs chirurgie générale et oncologique urgences, SMUR…

    • Je prends de plus en plus mes distances . Je prends ma retraite l’an prochain . 62 ans…eh oui, je serai un des premiers ! Après 40ans de services très actifs chirurgie générale et oncologique urgences, SMUR…

    • François Fave tout à fait d’accord .les formateurs ne passent pratiquement plus dans les services . C’est l’IDE qui doit tout prendre en charge et comme elle a de plus en plus de travail l’élève doit suivre et comprendre vite

  41. intégrer une démarche qualité ! punaise c’est bien une idée de cefiec ça ! il faudra un groupe qui va réfléchir, réunionnite, qui va proposer, faire des essais, des adaptation, et puis après on fera des réunions de bilans de rex(quel terme pourri..)
    On gros, on va ouvrir l’usine à gaz ! pourquoi faire simple quand on peut compliquer les choses !

  42. Il y a des équipes formidables aussi qui font que chaque jour de stage est enrichissant sur le plan professionnel et personnel ! J’ai eu la chance de faire un stage de rattrapage dans un lieu comme ça ! Et il a rattrapé bien plus qu’un mauvais bilan ! Cette équipe m’a valorisé, m’a fait progresser et m’a redonné la confiance que j’avais perdu au fil des précédents stages. Je me pose beaucoup de questions sur l’infirmière que je serai si je saurai être bientraitante avec les étudiants parce que je remarque que souvent ces dragons pensent bien faire et être de bons encadrants…preuve en est ici encore ! Il n’est pas normal d’avoir la boule au ventre le matin avant d’aller en stage.

  43. Je pense que c’est pas une formation qu’il faut, c’est des moyens. Soit ils mettent une infirmière tutrice, qui s’occupe de çà à temps plein de l’étudiant, une personne motivée et à qui on donne les moyens… Soit que les IFSI prennent en charge le suivi en stage, comme çà se fait en Belgique. Et qu’ils revoient aussi les recrutements par pitié, car il y a des peaux de vache, mais alors des étudiants désinvestis, merci bien! Et certains qui devraient comprendre aussi qu’en stage on n’est pas là pour les materner et accepter les remarques. Il y a aussi de çà, et pour moi c’est aussi du savoir-vivre. Perso j’adore encadrer les étudiants, mais j’en ai eu qui avaient de vrais soucis de savoir-être. Cà doit aller dans les deux sens.

  44. J’ai la formation tuteur de stage. 3 jours. Pour décrypter le nouveau référentiel des compétences. Une petite idée pour nous accompagner dans le tutorat : embauchez !

  45. Aur Élie dit :

    Formation oui mais surtout donner du temps donc des effectifs….

  46. Cha Cha dit :

    Travaillant dans un service d’urgences, j’ai souvent l’occasion d’avoir des étudiants infirmiers. Certes je m’investis à fond dans cet encadrement que ce soit au niveau pratique mais aussi théorique… Mais un encadrement de qualité prends du temps et donc monopolise une infirmière à temps complet. De plus si les moniteurs d’ifsi devraient venir voir les étudiants travailler en stage afin d’évaluer leur degré de connaissance et soient présents en cas de difficultés avec l’étudiant et non pas pour qq minutes si tout va bien…
    Certes c’est un échange de connaissances qui extrêmement enrichissant pour l’étudiant comme pour les soignants mais en collaboration avec les ifsi.

  47. Didier Borde dit :

    Peut-être, mais juste peut-être faut il donner les moyens aux services de Soins d’accueillir et d’encadrer les étudiants et élèves… Aujourd’hui, dans bcp de Services, les soignants n’ont plus/pas le temps nécessaire à leur propre activité, alors encadrer un élève !!!???
    J’dis ça, ….

  48. Mal être des étudiants en stage… Ça vient peut-être de la formation de 2009 sans queue ni tête…

  49. Et les formateurs?on ne les voit jamais en stage!

  50. Moi il n’y a aucun soucis bien au contraire … par contre on en parle de la charge de travail et du suivi de la formation … ils se penchent sur des pbms a la con … moins de travail plus de temps pour un eleve … beaucoup de travail encadrement bâclé. .. je dis ça je dis rien

  51. Malgré la formation et je l ai faite
    Il y a un sacré ramassis de connasses qui la font
    Et elles restent des conasses

  52. Se serais bien.pas seulement leurs apprendre à se servir du portfolio mais aussi leur rappeler qu un élève est la pour apprendre. Donc dans la bienveillance pas le jugement !

  53. Il faudrait tout simplement interdire à certains soignants d’encadrer aussi … expérience personnelle en stage de troisième année : on me laisse un secteur de 10 patients, je suis seule, l’infirmière est la plus part du temps dans la salle de pause, j’ai plein de questions elle n’est bien sûr pas la. C’est ses collègues qui font mon encadrement à sa place. Tout ca pour qu’à chaque fin de journée je me fasse pratiquement insulter pour mon “incompétence”. Au final elle ne m’a pratiquement jamais encadrer et m’a mis non acquis sur mon bilan de stage. Même après avoir prévenu l’école et le cadre rien n’a changé… Troisième année invalidée et obliger de refaire un stage l’été.

  54. Ça y est … ça m énerve
    Posez vous les bonnes questions …
    Commencer par la base
    Une vraie reconnaissance de la profession par le Salaire !
    De vrais plannings avec du personnel “en nombre ” pas du flux tendu comme un string
    Tout le monde a conscience qu il n est plus possible de prendre d étudiant vu la charge de travail sans avoir le risque qu ils deviennent personnels d appoints sans compter une pédagogie survolée
    c est un vrai casse tête pour les Ifsi de trouver des terrains de stage … toutes les portes se ferment …
    je suis IDEL , nous “essayons ” d être un terrain de stage favorable pour nos étudiants locaux … en acceptant cet encadrement quelque part pour l amour de notre job …
    dsl je suis en colère mais ces phrases de “réunionnite ”
    “Donner une véritable formation aux tuteurs de stage ” m excédent !!!!

    En résumé… bien noir …je vous le concède
    Tout se casse la gueule au niveau de la santé et c est de la faute de nos collègues … qui sont deja au bout du bout …
    Allo quoi ….

  55. Clô Bérg dit :

    L’encadrement des stagiaires fait partie des missions des soignants…cf décret de compétences Ide….Transmettre ce que l’on sait déjà faire…est-ce si compliqué ? Par contre…effectivement donner aux soignants les moyens d’encadrer correctement les étudiants est plus que nécessaire car cela prend du temps….si l’on veut être efficient…!! Et je suis d’accord en partie avec Lucas Hu …on ne s’improvise pas formateurs…!! C’est tout un art dans tous les sens du terme….

  56. Nelly Michel dit :

    Du blabla tout ca!!! Arrêtez un peu d’incriminer les soignants…

  57. Lucas Hu dit :

    en effet il est urgent de le faire tout comme il est urgent de revoir la partie pratique de la formation en IFSI ainsi que le niveau de certains cadres formateurs dont on ne teste pas le niveau de connaissances avant leur prise de poste en qualité de formateur (le concours étant basé sur d autres choses)… à bon entendeur salut… et bien le bonjour au CEFIEC…

    • Qui dit ça ?? Sur quels élément vous basez vous ?

    • Lucas Hu dit :

      sur les faits et les esi qui passent entre nos mains… je ne suis pas le seul à le constater ça ne te fait surement pas plaisir mais c est comme ça

    • Lucas Hu dit :

      on teste les formateurs au plan des connaissances physiologiques et physiopathologiques par exemple ?

    • Lucas Hu nous avons été soignants, cadres de santé en service avant d’être formateurs. Nous sommes référents de domaines que nous maîtrisons, et nous nous réactualisons théoriquement et en gardant un lien avec les services… à bon entendeur…

    • Lucas Hu nous avons été soignants, cadres de santé en service avant d’être formateurs. Nous sommes référents de domaines que nous maîtrisons, et nous nous réactualisons théoriquement et en gardant un lien avec les services… à bon entendeur…

    • Sabine Isabelle Poulain Beaumont la bonne blague ? Ne pas faire de ton cas une généralité. Vous réactualisez théoriquement et en gardant un lien avec les services, ça c’est dans la théorie mais dans les faits ?? On passe notre temps à appeler les IFSI parce que personne ne vient plus voir les stagiaires, mêmes ceux qui manifestement posent problèmes, allé comprendre quelque chose. J’avais toujours un formateur à venir me voir sur tous mes lieux de stages et pourtant tout se passait toujours bien (et ça ne date pas d’y il a 20 ans) et aujourd’hui, on ne voit quasiment jamais personne, à se demander ce que vous faites de vos journées !! Nous on chaume pas une minute. A bon entendeur aussi … !!

    • Lucas Hu dit :

      Sabine Isabelle Poulain Beaumont : mais bien sûr hé bien démontrez le… chui pratiquement certain que vous êtes incapables de m expliquer la circulation sanguine et le fonctionnement des hormones… c est pas parce que vous avez été cadres de services que vous serez bons formateurs… que de bêtises… les esi nouvelles générations arrivent en 3e année sans avoir parfois acquis les bases… vous ne vous posez jamais de question ????? quant au lien avec les services c est fini j en vois plus aucun sur les terrains de stages moi… à l époque où on parle d Advanced Practice Nursing et d Evidence Based Nursing faudrait déjà commencer par trier les formateurs et tester leur niveau théorique, biomédical et scientifique car quand tu vois certaines parler ça fait peur… à bon entendeur… de 2 faudra élever le niveau en IFSI et revoir la formation pratique des esi car ils sont perdus… alors les conseils du CEFIEC entre nous…….

    • Lucas Hu dit :

      Sabine Isabelle Poulain Beaumont : mais bien sûr hé bien démontrez le… chui pratiquement certain que vous êtes incapables de m expliquer la circulation sanguine et le fonctionnement des hormones… c est pas parce que vous avez été cadres de services que vous serez bons formateurs… que de bêtises… les esi nouvelles générations arrivent en 3e année sans avoir parfois acquis les bases… vous ne vous posez jamais de question ????? quant au lien avec les services c est fini j en vois plus aucun sur les terrains de stages moi… à l époque où on parle d Advanced Practice Nursing et d Evidence Based Nursing faudrait déjà commencer par trier les formateurs et tester leur niveau théorique, biomédical et scientifique car quand tu vois certaines parler ça fait peur… à bon entendeur… de 2 faudra élever le niveau en IFSI et revoir la formation pratique des esi car ils sont perdus… alors les conseils du CEFIEC entre nous…….

  58. et d’améliorer la qualité de travail des tuteurs ! on en parle??

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
375 rq / 1,931 sec