Traçabilité de l’hygiène des mains : des soignants évalués avec les radiofréquences

Le service des maladies infectieuses de l’hôpital Nord de Marseille a testé ces 3 dernières années un dispositif de traçabilité de l’ des mains des infirmiers et soignants. Objectif : étudier les pratiques soignantes pour mieux enrayer les infections nosocomiales.

Traçabilité de l’hygiène des mains : des infirmiers évalués avec les radiofréquences

©Ephygie-Hand

Actualisation le 1 février 2015 : grâce à ce dispositif, l' a réalisé une étude pendant cinq mois sur 42 soignants et 132 patients répartis dans sept chambres. Résultats : 21,4% des soignants se lavent les mains uniquement après le contact avec les patients et seuls 22,6% d'entre eux le font avant de toucher un malade.

Une puce électronique introduite dans les chaussures des soignants, une antenne positionnée au sol qui reconnaît la puce et donc l’identité de ces derniers, un distributeur de solution hydro-alcoolique connecté, des signaux informatiques envoyés à chaque passage pour savoir si le protocole d’hygiène a bien été respecté : voici comment fonctionne MediHandTrace®, un outil basé sur la technologie RFID (identification par radiofréquence), dans le service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Nord de Marseille.

À chaque passage d’un médecin, d’un infirmier, d’un aide-soignant ou même d’un agent des services hospitaliers, les informations sont recueillies puis analysées.

« Un des problèmes majeurs de santé publique est la transmission dans l’hôpital d’infections nosocomiales. La meilleure des préventions de ces infections est le , en particulier avec des solutions hydro-alcooliques. Des distributeurs individuels de ces solutions hydro-alcooliques ont été mis en place à l'Assistance Publique Hôpitaux de Marseille depuis des années, mais il n'existait pas de système permettant d'évaluer l'utilisation correcte de ces distributeurs » explique le Pr Brouqui, chef du service.

 Les résultats

Après trois années d’expérimentation, d’abord dans une chambre, puis dans sept chambres du service, ce système d’enregistrement continu des pratiques a aussi permis une meilleure compréhension des facteurs liés à la non observance des protocoles de lavages des mains. Des résultats précis seront rendus d’ici la fin du premier trimestre 2015.

« Cet outil permet de savoir si le personnel se lave bien les mains. Il a été mis en place pour remplacer entre autres les audits de l’OMS. Un autre dispositif qui permettra d’augmenter le lavage des mains va à son tour être testé » explique le Pr Brouqui.

Le MediHandTrace®, a été associé à un autre outil – le Patient Smart Reader, un système de scannettes de codes-barres – qui permet d’enregistrer un soin prodigué dans une chambre donnée et pour un patient donné. « Cela permet une traçabilité directe au lit du patient » explique le chef de service.

 Traçabilité ou surveillance du travail des soignants?

« L’unique but de ces systèmes est l’amélioration de l’efficacité et de la qualité des soins prodigués. Ils ne sont là, ni pour surveiller les actes, ni pour juger un travail individuel, mais plutôt pour inciter les soignants à suivre des procédures rigoureuses », explique le Pr Brouqui. Pourtant, plus qu’observés, les soignants pourraient vite se sentir jugés dans leurs pratiques.

« Ce n’est pas qu’il ne faut pas se remettre en question. L’analyse de nos propres pratiques professionnelles fait pleinement partie de notre métier. Néanmoins, je trouve que si ce genre d’outil est généralisé, cela risque de mettre sous tension certains soignants. Quelle sera la prochaine étape ? Le chronométrage des soins pour savoir qui est le plus performant ? Peut-être qu’il serait plus judicieux de ne pas identifier les soignants, mais simplement d’étudier leurs pratiques », s’interroge une d’un service voisin.

« Au début, en effet, d’après une étude anthropologique que nous avons menée en parallèle du protocole, les soignants étaient un peu perplexes, voire moqueurs avec ce système. Ils sentaient que celui-ci était bien pour la recherche mais que cela n’allait pas changer leur quotidien. Au fur et à mesure de la mise en place, il y a eu une très bonne acceptabilité des soignants », nuance le Pr Brouqui , qui insiste sur le fait que le système est basé sur le volontariat et que personne n’est obligé de porter les chaussures connectées.

« Tout le monde a joué le jeu », ajoute-t-il. Si le débat sur l’analyse du travail des uns et des autres dans le but d’améliorer les pratiques de soins semble sans fin, le MediHandTrace®, lui, serait bien mis sur le marché en 2015. Si les financements sont trouvés.

Malika Surbled

arton12848-ae195A relire : Le ministère de la santé réitère un concours qui s'adresse notamment aux hospitaliers, aux libéraux, aux organisations d'usagers et de professionnels de santé, visant à promouvoir l'hygiène des mains, dans le cadre de la prochaine édition de la journée "Mission mains propres" qui se déroulera le 5 mai.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

17 réponses pour “Traçabilité de l’hygiène des mains : des soignants évalués avec les radiofréquences”

  1. Manou Mms dit :

    C est n importe quoi. A quand le bracelet electronique…..
    Pour ma part je me lave les mains autant de fois que necessaire mais leur merde d aniosgel ou autre je ne m en sert plus . Du coup plus de crevasses qui saignent et me font courir le risque d une infection

  2. Rika Mat dit :

    La friction est devenue un automatisme pour nous mais n’est ça pas dangereux? Je me le demande

  3. Perso je sais pas combien de fois je me lave les mains dans une journée de boulot,mais entre çà et le SHA bonjour l eczéma!! Mais l hygiène avant tout 😉

  4. mais si les mains ne sont pas souillées, c un peu normal, puisque normalement on doit faire un friction, pas laver les mains

  5. noordpolder dit :

    Dans mon Ehpad ,le personnel IDE doit se servir de tablette et scanette ,pour les AS et ASH pour enregistrer TOUS les soins l …mais par manque de temps ……on scanne tout une fois dans la journée (quand on peur)!!!!!!!!!!!.date ,heure des soins ..tout y est … sauf ,en plus ,que ça tombe souvent en panne ………..!!!.il nous a été dit que cela n’était pas de la surveillance mais permettrait d’évaluer les ” besoins “en soignants et de proposer des embauches ….??? ah ,bon ??
    Et pourquoi pas des rollers connectés et une puce implantée dans le cerveau ou autre part …

  6. Dans mon service on se retrouve a 2 ide et2 as pour 12 heures alors que avant 4 ide 4 as pour 14 heures on se tapes je précise le même boulot multiplier x 4 alors oui nous faisons attention a l hygiène mais oui ont fait aussi un travail de merde on le dénonce tous les jours faites suivre

  7. On se fout vraiment de notre gueule système non fait pour nous surveiller mon heu….

  8. Clé Ment dit :

    On a pas intérêt a prendre les pompes d’un collegue !

  9. On ferait bien de nous donner les moyens de travailler CORRECTEMENT !!!! Plutôt que de nous pister comme des cons !!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
271 rq / 1,735 sec