CHU de Toulouse : un nouveau scénario à la « France Télécom » ?

Avec huit suicides, l'été fut meurtrier pour les personnels hospitaliers de France. Pour comprendre les raisons professionnelles qui ont pu pousser ces soignants à de telles extrémités, ActuSoins est allé enquêter à Toulouse, où quatre professionnels se sont donné la mort. 

CHU de Toulouse : un nouveau scénario à la « France Télécom » ?Les bâtiments de l'hôpital Purpan scintillent sous le soleil de septembre. Le nouvel hôpital de psychiatrie a ouvert ses portes en 2013, le bâtiment Pierre Paul Riquet, qui héberge 600 lits, en avril 2014, et le bâtiment « urgences réanimation médecines », en 2015.

Investissements et contraintes budgétaires

En tout, un milliard d'euros a été investi par l'hôpital dans cette rénovation depuis 2013. «Les investissements réalisés pour ces nouveaux bâtiments ont été fait sur les fonds propres de l'hôpital, et par des emprunts, car l'Etat veut bien qu'il y ait des rénovations, pourvu qu'il n'y mette pas un euro. Le CHU ne peut plus emprunter auprès de la Caisse des dépôts, avec des taux d'intérêts entre 0 et 1%. La direction a contracté une trentaine de prêts auprès de Dexia, la BNP, la Société Générale, etc. pour des taux d'intérêt allant de 3 à 5%. En 2015, le CHU a remboursé 15 millions d'euros d'intérêts, et 18 millions en 2016 », explique Julien Terrié, secrétaire CGT du CHSCT central du CHU de Toulouse et manipulateur radio.

La ville rose accueille chaque année 10 à 15 000 nouveaux habitants, et l'hôpital doit s'adapter à cette démographie galopante. Pour autant, les créations de postes ne suivent pas.

Sous effectif structurel

Ce qu'il dépense d'une main, le CHU doit donc l'économiser de l'autre. Car s'il ne maintient pas un certain taux d'autofinancement, l'hôpital risque de voir son budget rejeté par l'agence régionale de santé (ARS), voire, si les déficits de l'établissement sont trop élevés, tomber sous la tutelle de l'Etat.

La direction du CHU procède donc à des restructurations, supprime des postes au passage, ce qui intensifie le travail. « Nous sommes en situation de sous-effectif permanent. A chaque restructuration, on nous explique qu'il faut rendre des postes ».

En neurochirurgie, il y avait dans le service, une pour six lits. Au moment du déménagement, il n'y en avait plus qu'une...pour dix. Soit un gain de productivité moyen de 30%. Et ce, sans que la direction ne procède à une évaluation des risques psychosociaux qui résultent de ces restructurations, alors que c'est obligatoire.

Les économies peuvent aussi se faire sur le nombre de jours moyens passés sur un lit par les patients, que la direction tente de réduire au maximum. Or chaque changement de patient, c'est autant de travail en plus pour les salariés : le nettoyage de la chambre à effectuer, de nouveaux examens à faire... "Par exemple, l'activité, à l'hôpital des enfants, a augmenté de 10%", explique le manipulateur radio.

Progressivement, les « pool » de remplaçants sont supprimés et on affecte leurs membres à des postes permanents. « Depuis l'été, l'hôpital n'a plus recours à l'intérim, trop cher », explique Pauline Salingue, éducatrice et déléguée au CHSCT. « Quand un collègue manque à l'appel, le réflexe, c'est de rappeler un autre collègue pour qu'il vienne le remplacer. D'une part, c'est interdit par la loi, cela peut être qualifié comme du harcèlement. D'autre part, cela déplace le problème. Comme on s'auto-remplace, on accumule des jours sur notre compte épargne temps ».

«Aujourd'hui, il y a de quoi financer 240 équivalents temps pleins sur les comptes épargne temps, et 230 en heures supplémentaires. L'hôpital, qui provisionne ces sommes, et à qui cela revient cher, nous intime de poser nos congés. Mais nous rappelle, lorsqu'on les pose, parce qu'il n'y a pas assez de collègues pour assurer le service ! C'est le serpent qui se mord la queue ! », poursuit l'éducatrice. Bilan : un stress plus important, et, souvent, une perte de sens de leur travail.

Lean Management

Et les économies sur le nombre de postes se poursuivent. « En 2016, il y a une expertise des comptes de l'hôpital. Or il s'avère que le déficit- de 29 millions d'euros- est bien plus important que les 14 millions que la direction avait évalué. Pour échapper à la tutelle, ils ont donc proposé au Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins un plan, baptisé A.V.E.N.I.R. Il prévoit, outre la privatisation du brancardage et du bionettoyage, de supprimer 200 postes et 60 lits d'ici 2018 », explique Julien Terrié. Ces 200 postes feraient partie des 22 000 emplois hospitaliers que le gouvernement souhaiterait supprimer d’ici 2018, selon le syndicaliste. 

« A ce sous-effectif structurel, il faut ajouter l'arrivée d’équipes, aux ressources humaines ou à la logistique, venant du privé, et adeptes du  "lean management". Avant, ils ont été manager chez Danone, Carrefour, Pimkie... Leur but, c'est de faire la chasse aux temps morts», analyse Julien Terrié.

En avril, la réaction d'une de ces jeunes managers avait ému les personnels hospitaliers. « Si elle ne sait pas gérer son stress, elle n'a qu'à faire caissière en Casino », avait-elle murmuré en réunion de CHSCT après qu'une salariée ait fait part de sa souffrance au travail. Entendu également par Julien Terrié au service des projets structurants : « je suis un tank, j’avance, je ne me soucie pas des conséquences ».

« On nous demande de faire du soin individuel, au plus près des patients, mais parallèlement, on nous enlève le temps des entretiens infirmiers, du temps pour l'accompagnement des parents, car c'est du temps mort », explique Annette, puéricultrice en réanimation pédiatrique.

Chostine, était cadre modèle à la logistique jusqu'à ce qu'on la rétrograde. « J'avais ouvert ma bouche, parce qu'au service logistique, nous n'étions plus que 3, au lieu de 6 pour répartir les poches de sang et le matériel sur les divers hôpitaux : c'était dangereux. Peu à peu, j'ai été écartée de l'encadrement ». 

«On m'a inventé une faute professionnelle pour me chasser. Quand la cadre m'a annoncé que j'allais redevenir chauffeur, alors que j'ai des restrictions médicales liées à un problème de tendon d’Achille, et que j'allais perdre au passage 300 euros de revenus, je suis tombée en dépression », explique Chostine.

Les premiers qui trinquent sont les salariés bénéficiant de "restrictions médicales", souvent plus fragiles. Au CHU, 600 postes sont aménagés, conséquence d'un travail qui ronge parfois la santé physique et/ou mentale. Deux personnes ayant attenté à leur vie à Toulouse étaient dans ce cas de figure. 

Les salariés sont convaincus de la nécessité d'adapter les à la charge de travail, d'établir des diagnostiques de risques psychosociaux préalablement aux restructurations, et de donner des moyens financiers supplémentaires pour l'hôpital.

Elsa Sabado

 

Le contexte

Le 13 juin, un infirmier mettait fin à ses jours dans les murs du CHU de Toulouse, en s'injectant une solution contenant du curare. Un collègue de Purpan, un autre site toulousain, suivait le 20 juin. Le 21 juin, c'était au tour d'une étudiante de l'IFSI de Toulouse. Le 24 juin, une autre infirmière, au Havre, cette fois-ci, se donnait la mort par pendaison. Le 1er juillet, une aide-soignante de l'hôpital des enfants de Toulouse rallongeait la liste. Le 5 juillet, c'était un cadre de santé de Saint-Calais, près du Mans. Puis, à Reims, deux infirmières  le 23 juillet et le 13 août. Bilan : huit suicides en trois mois dans les CHU de l'Hexagone.

A plusieurs reprises, les soignants ont clairement indiqué le lien entre leur passage à l'acte et leurs , soit en se donnant la mort sur leur lieu de travail, soit en laissant des lettres explicites.

Pour d'autres, l'enquête est encore en cours. 

 

Le CHU de Toulouse "endeuillé et touché"

Le CHU, "endeuillé et touché" a de son côté, communiqué par voie de presse : Outre l'enquête administrative ouverte après le premier suicide, l'établissement s'est engagé à relancer une grande enquête "baromètre social", confiée à un cabinet spécialisé extérieur, pour "donner toutes les garanties en termes de confidentialité et interroger les personnels sur différentes thématiques : conditions de travail, organisation, dialogue social, climat de travail et relations avec la hiérarchie". 

Le CHU précise aussi qu'un accompagnement individuel est réalisé depuis plusieurs années pour "les agents en souffrance au travail" en lien avec le service de santé au travail. "Des actions collectives et pédagogiques concourent aussi  à la prévention des risques psychosociaux

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

28 réponses pour “CHU de Toulouse : un nouveau scénario à la « France Télécom » ?”

  1. philS dit :

    salut,
    pensez vous vraiment que l’ars, nos députés, notre ministre de la santé, nos politiques ont
    des inquiétudes sur la santé des usagés et des agents, moi pas!
    les deux derniers présidents successifs ont dit qu’il ne voulaient plus de fonctionnaires et
    plus de services publiques ( et oui la démocratie ultra libérale fait son œuvre), donc il
    mettent cela en pratique dans leur politique, la t2a (mettre les hôpitaux et bientôt les ehpads
    en concurrence avec le privé, les investissements sans dotation de l’état (comment les
    écoles, collèges, lycées, universités feraient ?), les nouvelles régions regroupées qui tueront
    la santé publique de proximité et feront des agents juste des pions que l’on déplacera au
    grès des manques à combler (3 refus et au revoir le fonctionnaire pour les plus résistants…)…
    que va-t-il se passer quand le personnel, à bout de force, mais toujours présent à œuvrer
    pour le service rendu à l’usagé va dérailler (suicide, arrêt maladie, perte de solidarité
    dans les équipes…) j’ai bien peur que nos dirigeants stigmatisent sur les erreurs médicales
    (en plus des problèmes financiers) et deviner LA SOLUTION… rien de mieux que faire rentrer
    le privé dans les murs flambant neufs du service publique. (elle est pas belle la vie)
    à l’heure actuelle toutes ces perspectives se déroulent sur des temps de plus en plus courts
    qu’elles sautent aux yeux. (à quand la réouverture des dispensaires pour les malades ne
    dégainant pas assez vite leur carte bleus)

    la solution que j’ai choisi est de me solidariser avec mes collègues et devenir représentant
    du personnel avec mon syndicat pour mener le combat pour une santé équitable, pour le
    maintient d’un vrai service publique où tous les agents ont leur place à œuvrer dans les
    meilleurs conditions possible pour eux et obligatoirement pour les usagés.
    je n’attends rien des politiques, c’est sur le terrain qu’il faut se battre et au plus près de
    nos concitoyens.

  2. Shame on you… Il serait grand temps. . D en prendre conscience. ..

  3. ils veulent encore supprimer du personnel ; et bien nous allons finir par devoir nous soigner seuls , que des crevards ces politiques

  4. Une honte… Mais faut pas se leurrer, tout le monde s’en fiche, les directions, l’État, la société qui n’y est pas confronté de près ou de loin… Tellement plus facile de fermer les yeux!!

  5. Justine Rasset Nadège Degliame Marina Bridgess Julie Snchl Laurie Querard

  6. Sylv31 dit :

    On pourra parlé de tous les problèmes que l on connaît tous dans le secteur et d autant plus sur le CHU Purpan, nous sommes géré par des énarques qui sont uniquement les rois des chiffres et differents camemberts. Ce sont des financiers qui se nourrissent des objectifs qu on leur fixe et qu ils atteignent sans état d âme. Pourquoi donc ? Car ils sont dans leur bureau et non au contact des patients, soignants, du terrain. En reunion, Ils vous diront qu ils le connaissent, mais c est faux et ils le savent parfaitement ! Ils se servent des cadres, médecins, soignants pour leur faire remonter les infos car eux sont incapables de gérer sur le terrain et n en ont pas envie de plus !!!! Des politiques ! !!!! Voilà ce que sont ces gens là ! !! Des politiques qui gagnent leurs monstrueux salaires sur la politique !!!! Mettre mot de leur fonction ? C est très simple :
    – atteindre l objectif que l on me fixe. Si tel est le cas… une prime indécente !!! à la vue de la situation financière du CHU. Allez au pire, ils prennent un grade de plus qui fera que leur plan de carrière progresse comme jamais aucun personnel travailleur de terrain. C est une mafia tout simplement ! !!! Ni plus, ni moins. Un système à l effigie du reste des grands dirigeants de grosses sociétés ou d hommes politiques qui est pourrie jusqu’à l os. Vous pouvez continuer à râler cela ne changera rien !!!! Allez un exemple ? Un directeur de pôle par exemple….. pôle urgences, pôle logistique, pôle matériel. …ect….. tous minimum un salaire de 3500 euros par mois et un logement de fonction. Car il est bien connu qu avec 3500 balles par mois tu ne peux pas te payer de loyer…… par contre nous avec 1500, 1600, 1700 euros on peut ! Une logique implacable ! Des economies tu en veux commence par supprimer ca ! Des dessous de table, cadeaux avec les entreprises partenaires, même des salariés qui vont travailler chez ces directeurs au black !!!! des exemples il y en a pleinsss…. bref….

  7. Magali Ma Du dit :

    Mon hôpital se meurt … et personne ne réagit …ne jamais oublier que la réputation d’un hôpital passe par la qualité des soins , soins prodigués par du personnel , personnel qualifié travaillant avec son cœur, pour l’amour du métier ,pour l’amour des gens et non du pognon …que l’on soit ash,as,ide,manip radio ,brancardier , coursier , médecin … Les patients et les usagers ( en général ) félicitent les équipes pour leurs soins et non les administratifs pour leur gestion du budget … Dommage que ces 2 entités est tant de mal á s’entendre et á s’unir …

  8. Triste constat… l’économie et le rendement avant l’humain…..

  9. Monsieur le Directeur des Hôpitaux de Toulouse, vous venez de créér un mouroir !! Vouloir bâtir des bâtiments flambant neuf avec pas de sous en poche, c’est un peu se moquer du monde tout de même… Non ? Et maintenant ? Qui trinque ? Le personnel hospitalier et les malades par voie de conséquence. Les soignants sont le moteur même de l’hôpital et permettent d’assurer la qualité des soins. Sauf qu’avec des soignants à bout de souffle, tirraillés de partout, on ne risque pas d’aller bien loin en matière de qualité, Monsieur le Directeur, vous ne pensez pas ? Et ne parlons pas de sécurité….
    J’ appréhende vraiment cette reprise,(je suis en maternité) surtout en sachant que 4 décès de soignant liés aux conditions de travail eu lieu cet été dans mon hôpital. MON hôpital…
    La gériatrie, dernière roue du carrosse est d’autant plus touchée par les restrictions budgétaires… De plus en plus, on demande à mes collègues de remplacer au pied levé dans tel ou tel service. On t’appelle sur tes repos, sur tes congés. Parfois, tu prends ton poste et au bout d’une heure, on t’appelle et tu dois tout lâcher pour aller bosser ailleurs parce qu’il n’y a pas d’infirmière pour prendre la relève. Et donc, tu laisses ta collègue prendre en charge toute seule la totalité des patients pendant que toi, tu dois te rendre dans un service où tu n’as jamais mis les pieds et ou, bien sûr, tu ne connais aucun malade… Et parfois, c’est arrivé, une aide soignante se retrouve la nuit toute seule à tourner dans 3 étages don 3×40 patients alors qu’habituellement elles sont une par étage. Et se n’est pas des simples patients qui ont toute leur mobilité et leur conscience. Ils sont grabataires, déments et parfois violents, agréssifs avec des soins lourds, des decompensations, des perfusions…
    Il faut bien sûr accepter d’être un pion avec le sourire, ne rien dire. Surtout pas, sinon tu sais que tu vas avoir la pression de tes supérieurs qui vont te faire culpabiliser jusqu’à ce que tu craques. (Et je ne parle même pas des week end, des fêtes et des anniversaires manqués parce qu’on t’as téléphoné pour aller bosser…)
    Ben oui, Madame, être infirmière ou être mère, il faut choisir, mais pensez à ces pauvres malades qui ont besoin de vous, votre enfant peut attendre votre retour (à 22 h) pour ouvrir ses cadeaux, non ? (Réponse d’une cadre à une collègue qui avait refusé un remplacement le jour de l’anniversaire de son fils, alors qu’elle avait posé le jour depuis plusieurs mois…)
    Bref… à partir de ce mois-ci nous allons avoir une baisse considérable d’effectif dans le service et personne ne se demande si on va tenir bon… Alors je vous le demande, Monsieur le Directeur, est ce que votre conscience vous laisse dormir tranquille tout en sachant que vous avez déjà la responsabilité de 4 décès sur le dos ?

  10. Honteux cela pour faire des économies il y a aussi des suicides dans d’autres branches mais ont en parle pas

  11. Ma Thieu dit :

    Pour un autre système de santé, il nous faut une autre politique #jlm2017

  12. Le harcèlement est dans les hôpitaux et ils essayent de faire pression pour que personnel et …. fassent machine arrière car ils ont peur d’être étiquetés comme harceleur

  13. Fréd Août dit :

    Des économies de bout de chandelle pour financer les postes des armées mexicaines de “manager” qui sont venus envahir les hôpitaux et les cliniques…..

  14. Le produit de petites économies diverses et variées pour boucher le trou, très discutable et à géométrie variable, de la sécu en creusant des tombes…

  15. Ailleurs aussi les professionnels se suicident … sauf que les directions gèrent mieux leur image et étouffent la chose …

  16. mclove dit :

    Et ce scénario est identique dans 80%des établissements tout cela car le mode de financement des établissements de santé est mort grâce à la volonté des hommes politiques qui n”osent pas dire la vérité à la population et à ce merveilleux tableau il faut rajouter les agressions dont sont victimes les soignants

  17. ha on n’en parle beaucoup de ce CHU il on un directeur qui s’en fou royalement pas étonant que il pette les plomb

  18. comment faire des économies!!! 🙁 🙁 🙁

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
221 rq / 1,650 sec