Plaies diabétiques : ce qui ralentit la cicatrisation

Chez les patients atteints de diabète, une simple coupure ou égratignure peut conduire à des ulcères comme l’ulcère du pied, l’une des causes les plus fréquentes d’amputation des membres inférieurs, en raison des difficultés de .

Plaies diabétiques : ce qui ralentit la cicatrisation

©Wikimedia Commons

Des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie ont identifié une protéine FOXO1 qui normalement favorise la réparation des tissus mais qui, en cas de glycémie élevée, ralentit la cicatrisation.

Ces données suggèrent à nouveau que l’insuline ou des inhibiteurs de FOXO1 pourront stimuler la cicatrisation des plaies chez les patients diabétiques.

Les protéines FOXO1, en se liant à TGFB1, un gène qui code pour le facteur de croissance TGF-β1, induisent les kératinocytes à migrer dans la plaie pour créer une couche épithéliale. La présence élevée de sucre modifie la relation entre FOXO1 et le facteur de croissance TGF-β1 et les FOX01 n’ont plus d’impact.

(Source : Santélog et Journal of Cell Biology)

Paru dans ActuSoins n°17. Chaque trimestre, le magazine ActuSoins publie une revue de presse de l'actualité médicale et scientifique. Pour s'abonner, c'est ici

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Plaies diabétiques : ce qui ralentit la cicatrisation”

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
239 rq / 1,718 sec