Marseille : le personnel de l’AP-HM choqué après une fusillade

| | mots clefs : , 1 réaction

Plusieurs coups de feu ont été tirés le 23 novembre au matin devant le Pavillon Etoile des urgences lors d’une altercation entre deux bandes rivales. Un CHSCT se tient ce lundi.

Marseille : le personnel de l'AP-HM choqué après une fusilladeC’est lors d’une altercation entre deux bandes de jeunes, vers 6 heures hier matin, qu’un individu a surgi devant le pavillon des urgences de l'hôpital Nord faisant feu avec une arme de poing, a indiqué la direction, soulignant qu’il n’y avait pas eu de blessé et que seuls « trois impacts » étaient visibles sur l’une des portes de l’entrée du bâtiment Etoile.

Deux groupes se sont d’abord affrontés devant l’établissement avant que n’interviennent quelques minutes plus tard deux vigiles de l’hôpital pour calmer les protagonistes et qu’un individu cagoulé ne surgisse avec une arme, faisant feu à plusieurs reprises.

Le personnel en état de choc

« Le ton est monté, deux vigiles sont intervenus, mais ont eu juste le temps de se réfugier au PC sécurité avant les coups de feu »a indiqué Marc Katramados, représentant du syndicat FO de l’hôpital. 

Le syndicaliste a annoncé qu’il demandait à la direction de l’hôpital « de convoquer un CHSCT dès lundi matin », envisageant que les salariés fassent valoir « leur droit de retrait », certains personnels ayant été très choqués par ces faits violents, a-t-il affirmé.

« Il est inconcevable que le personnel soit pris pour cible », ajoute le représentant FO de l’hôpital Nord.

"Les deux vigiles ont été placés immédiatement en cellule médico-psychologique. Ils ont frôlé la mort et sont en état de choc, comme le reste du personnel, qui craint désormais à tout moment qu'un drame arrive, poursuit Marc Katramados. Chacun va devoir assumer ses responsabilités, à commencer par la direction. On nous apprend le maniement des seringues et des stéthoscopes, pas celui des calibres. Il faut que ça cesse."

Les limites du plan de prévention de la violence

Cet évènement met en lumière l’efficacité mais aussi les limites du plan de prévention, lancé en 2013, face à ce type de violence.

Le 18 août 2013, un infirmier des urgences de la Conception, un établissement de l', avait été blessé d'un coup de couteau.

Quelques jours plus tôt, dans la nuit du 12 au 13 août dernier, un homme, blessé par balles dans une tentative de règlement de comptes, avait menacé le personnel de l'hôpital nord avec une arme.

Gilles Halami à la direction de l’hôpital Nord de Marseille  annonce qu’une analyse complète de la situation aura lieu avec tous les signataires de la convention de lutte contre la violence hospitalière (Agence régionale de santé, Préfecture de Police, les services du Procureur de la République, la mairie de Marseille).

Une réunion extraordinaire d’un CHSCT permettant de réfléchir sur les suites à donner doit avoir lieu aujourd’hui en présence des personnels de sécurité de l’hôpital Nord.

Rédaction ActuSoins avec La Marseillaise, La Provence

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Marseille : le personnel de l’AP-HM choqué après une fusillade”

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
235 rq / 2,767 sec