VIH : première consultation pour une prophylaxie préventive

| | mots clefs : , , , 1 réaction

Une consultation dédiée au Truvada en prévention ouvre ses portes au sein de l’hôpital Saint-Louis (Paris), le Pr Jean-Michel Molina propose une offre pionnière en France.

VIH : première consultation pour une prophylaxie préventive

Actualisation (Jim.frDepuis l'ouverture de cette consultation, la commission nationale d’évaluation du rapport bénéfice/risque des produits de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a rendu un avis favorable à la mise en place d’une recommandation temporaire d’utilisation (TRU) pour le Truvada à titre préventif chez certains sujets particulièrement exposés au .

Marisol Touraine, de son côté, a annoncé, le 23 novembre, qu’elle était "favorable à la publication d’une recommandation temporaire d’utilisation du Truvada". Plus étonnant : « le traitement sera pris en charge à 100 % au début de l’année 2016 » a ajouté la ministre de la Santé. En faisant un tel choix, le ministre de la Santé déroge à une des règles de la prise en charge des traitements, qui exclut généralement les produits à visée préventive (comme le préservatif).

Le Truvada (emtricitabine/ténofovir disoproxil fumarate) n’est pas encore officiellement autorisé en prévention du VIH.

Cependant la première consultation le proposant aux personnes à haut risque d’infection a ouvert ses portes ce 10 novembre à l’hôpital Saint-Louis (Paris), un des premiers centres à avoir intégré l’essai clinique Ipergay, qui évaluait l’intérêt des antirétroviraux en prévention.

A la tête de cette initiative pionnière en France, le Pr Jean-Michel Molina. A ses côtés, l’association AIDES assurera l’accompagnement des patients. "On va donner un cadre, et le milieu associatif va permettre un accompagnement communautaire", explique le Pr. Molina.

Un premier pas vers un développement en PrEP

"On est très sollicités depuis un certain temps, confie-t-il. Déjà parce que les hommes qui n’avaient pas pu entrer dans l’essai Ipergay étaient intéressés. Mais il faut aussi souligner qu’on avait des cas d’utilisation sauvage de la PrEP (prophylaxie pré-exposition, ndlr), avec des problèmes de dosage notamment. La consultation va permettre de cadrer tout cela, et de fournir des informations."

"L’ouverture de cette consultation est une étape décisive vers la fin d’une aberration en santé publique, affirme l'association Aides dans un communiqué, alors que toutes les données scientifiques démontrent la haute efficacité de la PrEP pour lutter contre la transmission du VIH, et qu’une demande de Recommandation temporaire d’utilisation (RTU) a été déposée par AIDES il y a plus de deux ans".

En février, l’essai français "Ipergay" avait livré des résultats définitifs extrêmement encourageants. Selon cette étude, le Truvada diminue le risque d'être contaminé par le VIH de 86% lorsqu'il est pris juste avant le rapport, le jour de la prise de risque, puis vingt-quatre heures après.

Du fait des résultats spectaculaires de cette étude réalisée en double aveugle sur 400 hommes homosexuels ayant déclaré des conduites à risque, les médecins avaient décidé en octobre 2014 de mettre tous les participants sous Truvada, le temps que l'essai se termine.

6000 nouvelles contaminations par an

"Tous les ans, on a 6 000 nouvelles contaminations. La moitié d’entre elles surviennent en région parisienne", rappelle le Pr Molina. L’ouverture d’une consultation à Paris fait d’autant plus sens.

Pour l’heure, les patients doivent financer eux-mêmes le médicament du laboratoire Gilead. L’association Aides, partenaire de la consultation, dénonce d’ores et déjà son coût très élevé (500 euros la boîte de 30 comprimés).

Le ministère des Affaires sociales et de la Santé doit également se prononcer sur un éventuel remboursement du Truvada dans cette nouvelle indication et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) doit encore rédiger un protocole de recommandations temporaires d'utilisation (RTU).

Rédaction ActuSoins avec Pourquoidocteur.fr, Le Quotidien du Médecin et L'Obs

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “VIH : première consultation pour une prophylaxie préventive”

  1. Master Thief dit :

    Prophylaxie préventive ?

    Il n’y a pas un pléonasme, là ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
182 rq / 2,212 sec