Avancée dans le domaine du VIH : Le Truvada© efficace en prévention

Associée aux conseils habituels de protection, la prise de Truvada© avant et après un rapport sexuel réduit de 86 % le risque de contamination dans une population à hauts risques, selon l'essai Ipergay. Aides continue à réclamer une extension d'indication pour cet antirétroviral en France.

Avancée dans le domaine du VIH : Le Truvada© efficace en prévention

L'étude, pilotée par l'Agence nationale de recherche sur le sida avec l'association Aides a été présentée au congrès annuel sur les rétrovirus et les infections opportunistes qui se tient en ce moment à Seattle (États-Unis).

Elle montre que ce traitement préventif - l’association d’antirétroviraux ténofovir + emtricitabine en un seul comprimé (commercialisée sous le nom Truvada© par le laboratoire américain Gilead) est encore plus efficace que ce qui était espéré (entre 40 et 99 % sur le plan statistique).

Les deux seuls patients contaminés alors qu'ils étaient dans le groupe sous Truvada "l'ont été après 16 mois et après 20 mois, alors qu'ils ne prenaient plus le traitement", explique le Pr Jean-Michel Molina (Groupe hospitalier Saint-Joseph, Paris), coordinateur de l'étude, au Figaro. Quatorze personnes ont été contaminées dans le groupe placebo. Soit une très forte incidence, de 6,6 %.

"C'est un niveau de protection que l'on n'avait jamais imaginé, souligne le professeur  Il est très peu probable que l'on ait un jour un vaccin avec une efficacité de cet ordre-là", a-t-il ajouté.

Une stratégie pré-exposition

Cet antirétroviral est utilisé pour prévenir les contaminations, de manière intermittente, autour d'un rapport sexuel potentiellement contaminant (deux comprimés avant, puis un comprimé par 24 heures pendant la période d'activité sexuelle, et deux prises d'un comprimé espacées de 24 heures après le dernier rapport).

"Nous avons suivi 400 personnes sur une durée moyenne de 13 mois, et 88 % des participants sont allés jusqu'au bout de l'étude", a expliqué le Pr Molina.

Tous les participants - une population de gays plutôt consommateurs de produits psychoactifs, ayant une forte consommation de sexe -bénéficiaient d'un accompagnement renforcé avec, détaille le Pr Molina, "distributions de préservatifs, dépistage et traitement systématiques des infections sexuellement transmissibles, explications du traitement post-exposition".

"Cet essai va renouveler l'intérêt pour les stratégies pré-exposition (PrEP)", se félicite le Pr Molina. D'autant que la tolérance s'est révélée excellente, sans relâchement des comportements ni apparition de résistance au traitement.

L’utilisation de médicaments antirétroviraux comme moyen de prévention de la transmission du VIH (et non pour traiter cette infection) a d’abord été appliquée avec succès chez la femme séropositive en fin de grossesse afin d’éviter la contamination de l’enfant.

Un modèle global d'accompagnement

S’adressant à des hommes ayant des rapports homosexuels non protégés, la PrEp a fait l’objet d’une première étude, baptisée Iprex, évaluant l’efficacité préventive du traitement en continu par Truvada par rapport à un placebo. Publiés en novembre 2013, les résultats de cet essai faisaient état d’une réduction de 44% du risque d’infection

L'essai Ipergay, lui, testait une approche différente, celle d’une 'offre de santé sexuelle globale incluant la PrEp", comme la résume le Dr Bruno Spire, président de Aides.

"Il est important de ne pas relâcher les politiques de prévention qui ont fait leurs preuves : utilisation systématique du préservatif, dépistages réguliers du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles, et leur traitement", met en garde le Pr Jean-Michel Molina.

Reste à rendre ce médicament accessible aux populations vulnérables. Pour le moment, il ne peut pas, en France, être prescrit en prévention. "Cela fait plus de deux ans que nous demandons que le Truvada soit autorisé en France pour les personnes les plus à risque, souligne le président d'Aides, Bruno Spire, nous espérons que cet essai va convaincre les autorités de santé." 

L'Agence du médicament (ANSM) s'est réunie sur le sujet le 26 janvier et devrait organiser une seconde réunion à la mi-mars.

En décembre dernier, Marisol Touraine avait émis quelques réserves sur l’éventualité d’un élargissement de la prescription des antirétroviraux comme le Truvada à la prophylaxie pré-exposition (PrEP).

Rédaction ActuSoins, avec Le Figaro et Le Monde

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Avancée dans le domaine du VIH : Le Truvada© efficace en prévention”

  1. Agnes Garces dit :

    Oui en prévention AES associé a un autre, c sûre

  2. oui, je l’ai déjà distribué en traitement et si je me souviens bien y’a le prix derrière le flacon, de l’ordre de 500 euros. Je crois qu’il est aussi distribué en prévention aux urgence suite à un AES si le risque est jugé élevé. Par contre le principe de la prévention démontré dans l’étude avec la prise 24h avant le rapport sexuel non protégé puis tous les jours je comprends pas vraiment l’intérêt.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
239 rq / 1,873 sec