Loi de santé : les infirmiers et les paramédicaux mis à l’écart des négociations

| | mots clefs : , 53 réactions

Des infirmiers (FNI et ONSIL), de masseurs-kinésithérapeutes, d'orthophonistes, de sages-femmes, d'orthoptistes, de podologues... s'insurgent contre l'absence des paramédicaux au sein des quatre groupes de travail prévus par Marisol Touraine pour faire évoluer la future .

Loi de santé : les infirmiers et les paramédicaux mis à l'écart des négociations"Les professionnels de santé non médecins prennent acte du seul mode de dialogue social choisi par la ministre de la santé : le mépris ! (...) les professionnels de santé non médecins sont ignorés voire méprisés à tous les niveaux du dialogue social. Aucune invitation n'a été faite aux syndicats représentatifs des professions de santé non médecins", affirme le communiqué commun.

"Ces professionnels, qui représentent la large majorité des acteurs de santé de premier recours, qui dispensent au quotidien des soins de proximité auprès de leurs patients, qui accomplissent des missions de santé publique, sont exclus des rencontres" alors que les sujets au coeur du débat "les concernent en premier chef : le tiers payant, l'organisation des soins de proximité dans les territoires, l'évolution des compétences médicales, les pratiques avancées et le lien hôpital-ville notamment", soulignent-t-ils.

"Le monde de la santé ne se résume pas uniquement à l’hôpital et aux médecins"

Pour les signataires, ce comportement "n'est malheureusement pas un épiphénomène" car les paramédicaux n'ont pas participé aux réunions préparatoires "du Plan des Maladies Neurodégénératives", n'ont pas été invités lors de "la négociation de soins de proximité" ou lors de la mise en place des "expérimentations des nouveaux modes de rémunération...,"

Ils soulignent également "l'absence d'invitation des professions de santé non médecins aux traditionnels "vœux" de la ministre de la Santé !"

"Madame la ministre, l'ensemble des professions de santé non médecins représente aujourd'hui la large majorité de ceux qui prennent en charge les patients et qui exercent leur art avec responsabilité sur tout le territoire et à tous les niveaux du système de soins. Madame la ministre, Nous sommes des acteurs incontournables du dialogue social, faut-il encore le rappeler et nous vous avons fait connaître nos propositions sur l'ensemble de ces sujets. Le monde de la santé ne se résume pas uniquement à l’hôpital et aux médecins", concluent-ils.

Rédaction ActuSoins

Réponse de Marisol Touraine :

Le ministère de la Santé indique que les organisations représentant les professionnels de santé autres que les médecins seront bien consultées sur les sujets qui les intéressent. "Il revient aux personnalités pilotes de chacun des groupes de travail de prendre contact avec elles", précise l'avenue de Ségur.

Dans son courrier aux syndicats médicaux annonçant l'ouverture de la concertation dont l'agence Hospimedia a eu copie, les paramédicaux "sont cités uniquement dans le paragraphe consacré au groupe de travail qui doit réfléchir à l'évolution des compétences médicales".

La ministre rappelle, précise Hospimedia que son objectif est de "décloisonner les parcours des patients". Le groupe doit en premier lieu réexaminer les "articles du projet de loi portant sur l'évolution des compétences et, en particulier, l'ouverture des compétences du pharmacien d'officine à l'administration de vaccins et la reconnaissance de pratiques avancées des professions paramédicales".

Les travaux pourront ensuite porter sur la problématique de la coordination entre professions de santé et spécialités médicales. (source Hospimedia)

Les organisations signataires : FFMKR : Paguessorhaye Daniel, Président de la Fédération Française des Masseurs - Kinésithérapeutes Rééducateurs ; FNI : Tisserand Philippe, Président de la Fédération Nationale des Infirmiers ; FNO : Dehêtre Anne, Présidente de la Fédération nationale des Orthophonistes ; FNP : Coimbra Serge, Président de la Fédération Nationale des Podologues ; ONSIL : Maylié Elisabeth, Présidente Organisation Nationale des Syndicats d'infirmiers Libéraux ; ONSSF : Gerber Montaigu Christelle, Vice-présidente de l’Organisation Nationale Syndicale des Sages - Femmes ; S.N.A.O : Milstayn Laurent, Président du Syndicat National Autonome des Orthoptistes ; UNSAF : Godinho Luis, Président du Syndicat national des Audioprothésistes ; UNSMKL : Stéphane Michel, Président Union National du Syndicat National des Masseurs Kinésithérapeutes Libéraux.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

53 réponses pour “Loi de santé : les infirmiers et les paramédicaux mis à l’écart des négociations”

  1. Bon, nous voilà devant la triste réalité !! Les IDE sont quantité négligeable et on les cite quand ils pourront suppléer aux actes médicaux peu gratifiants: qualifiés du pompeux”pratiques avancées ”
    Étonnez vous du turn OVER dans les hôpitaux

  2. Comme d’habitude! C’est toujours le corps médical qui est consulté! Ils ne se rendent pas compte que si les soignants n’étaient pas là les structures de soins ne tourneraient point! !!!ça m’énerve! !!!!!

  3. Emma Nuelle dit :

    C’est pas autorisé les baffes? Juste pour la réveiller…

  4. Décloisonner les parcours de soins en cloisonnant les acteurs de soins…

  5. Mari sol on veut des collègues et des sous…le reste on en parlera plus tard !

  6. Quelle cruche celle là… si on finissait tous par faire grève elle comprendrai peut être car sans nous l’hôpital ne tourne pas!!!!

  7. Marie Barbe dit :

    Comme d’hab , on les payent grassement pour pondre des lois sans savoir comment ça se passe sur le terrain ( forcément ils n’ont jamais travaillé ou alors il y a longtemps) et les patients et les soignants ramassent , et en plus faut qu’on la ferme .

  8. Et les manips radio ne sont même pas mentionnés la !!

  9. Sansebastien dit :

    Voter à droite, voter à gauche, cela ne modifie en rien la considération que l’on porte à notre profession en France.
    Pendant ce temps, les infirmières Québequoises qui sont représentées par un Ordre puissant de part son nombre d’adhèrents viennent d’obtenir un droit de prescription élargi sur certains médicaments et en auront une revalorisation en retour.
    Bien sûr, à travers cet Ordre, elles sont partie prenante de toutes les négociations qui concernent la profession.
    A méditer
    Bonne année à toutes et tous

  10. baribaloooo dit :

    Je voterai en conséquence !!!!!
    Vous, infirmiers, le ferez-vous??????? ou continuerez-vous de courber la tête (pourtant “vide”)????

  11. infirmier masque dit :

    Pour interpeller la ministre par mail et inonder son secrétariat / presse :

    cab-ass-presse@sante.gouv.fr

  12. infirmier masque dit :

    Dernière citation publiée sur le site facebook Lesinfirmières Encolère :

    ” Honte aux politiques qui continuent de se gaver avec nos impôts, tout en nous laissant crever au boulot, pour mieux nous faire crever avant la retraite ! “.

  13. infirmier masque dit :

    Extrait de la dernière lettre adressée par Résilience président de la République :

    “Monsieur le Président, vous ne pouvez plus renvoyer nos courriers vers la ministre de la Santé qui ne prend même plus la peine de nous répondre, ignorant les professions de la Santé, et notamment les infirmières, comme jamais un ministre de la République n’avait osé le faire jusqu’à présent.
    N’est-il pas vrai que lors de la composition du premier Gouvernement de Manuel Valls, la Santé était orpheline, faute de la nomination d’une tutelle digne de ce nom ?”

  14. Et ça s’étonne après que le travail de collaboration n’est pas au point…

  15. Je ne souhaite pas de mal aux gens en général, mais quand cette dame sera malade et qu’elle aura besoin d’une infirmière elle se rendra peut être compte que certains corps médicaux sont aussi sinon plus importants que les médecins, et je parle en connaissance de cause. Ne vous laisser pas faire, une grande partie du peuple est avec vous. Bon courage et merci pour tout ce que vous pouvez apporter aux malades.

  16. lisettegourcuff dit :

    Notez que ce communiqué n’est signé que par 2 syndicats d’infirmiers libéraux. Ce ne sont donc pas toutes les organisations infirmières qui communiquent pour se plaindre.
    Ce qui est frappant c’est que le discours Caliméro marche toujours chez les infirmiers. Ils courent même ! Il suffit de dire qu’on n’est pas écoutés, méprisés pour que les infirmiers embrayent.
    Et si on sortait de cette culture de victime ?

  17. Petit conseil : puisqu’elle ne veut pas vous entendre, faites la grève du son ! Exécutez vos missions dans le plus grand silence ! Peut être qu’une manière d’agir de la sorte, éveillerai l’intérêt des médias ?

  18. merci l’ordre des infirmiers qui n’est meme pas capable de défendre les infirmier Pour moi un ordre c’est défendre la profession et les valeurs infirmière ainsi que promouvoir ses compétences. Mise en grève et innonder le minsitères de courrier puis sans réponse de leurs parts direction manifestation

  19. Tous dans la rue pour crier notre mécontentement. Pour mettre en avant notre profession. Se faire entendre.
    Nous nous plaignons mais n’agissons pas. Donnons nous tous la main pour notre profession.

  20. infirmier masque dit :

    Mais que fait l’ordre infirmier d’habitude si prompte à réagir sur les dépêches des agences de presse ?
    Monsieur Borniche avait soit disant l’écoute du président de la république après avoir été reçu à l’Elysée fin décembre et avoir porté les valises présidentielles lors du voyage officiel au Canada !
    On voit le résultat !
    A par racketter les IDE pour encaisser les cotisations.

  21. Ça fait tjs plaisir d etre meprise par son ministere de tutelle….

  22. Marie Barbe dit :

    comme d’hab ; ils décident n’importe quoi et nous on rame !!!!!

  23. Très juste me pas être là pour réceptionner l’assignation, qui je vous le rappelle doit être remise en main propre, et ne pas répondre ni à la sonnette ni au téléphone ! Moi dans les.conditions actuelles je ne fait plus grève

  24. il faut se rassembler et se mettre en greve , on est plus puissant que les médecins mais on est divisé donc voilà

  25. Ste Aragones dit :

    Il faut se mettre en grève une bonne fois pour toute et oublier la réquisition !!!! Le jour où on fait ça, on nous entendra enfin !!!

  26. Diane Diane dit :

    Se mettre en grève et être réquisitionnée dans la seconde . Fou comme on a du poids … On est fichue avant meme d avoir commencé.
    Je sais c est moche de penser comme ça , mais j ai déjà expérimenté la grève plusieurs fois même sans AUCUN résultat a part le droit de poser des CA sur les jours non travaillés

  27. j’ai une proposition, mais il faudrait que l’ ActuSoins fasse le rélai… si on était au moins quelques milliers pour écrire au ministère de la santé le même courrier d’indignation?

  28. en même temps on se laisse faire, alors pourquoi ils se gêneraient…

  29. mclove dit :

    ils n’y a bien que vous pour être encore étonnés

  30. Toujours laissés pour compte…. Mais sans nous, les paramédicaux, l’hôpital, la santé, ne sont rien !!! Quand vont ils le comprendre….

  31. quand on voit ce que veut dire PACES… les paramed ne font ils pas aussi des etudes de sante ?…
    quand on voit l appellation “etudiant hospitalier” reservee a un seul type d etudiant ?!?
    du chemin est à faire…

  32. Céline Cha dit :

    Le jour ou les IDE se mettront en grève peut être que le gouvernement nous écoutera ….

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
268 rq / 1,798 sec