Bronchiolite : les kinésithérapeutes défendent la kiné respiratoire ambulatoire

| | mots clefs : , 10 réactions

Le Collège de la masso-kinésithérapie a pris la défense de la pratique de la "kiné" respiratoire ambulatoire pour traiter la , en réaction aux critiques de la revue Prescrire.

Bronchiolite : les kinésithérapeutes défendent la kiné respiratoire ambulatoire"Aucune des études citées (par Prescrire) ne permet de porter un jugement sur l'efficacité ou non de la kinésithérapie respiratoire ambulatoire du nourrisson, ce qui disqualifie totalement les propos relatés par la revue Prescrire", écrit le collège dans un communiqué.

Dans son numéro paru au début du mois, cette revue médicale indépendante relevait que neuf études, réalisées sur 891 nourrissons hospitalisés pour des bronchiolites, n'avaient fait apparaître aucune différence sur la durée de la maladie (13 jours en moyenne) entre les enfants traités par "kiné" ou "sans kiné".

Dans une "précision" apportée le 12 décembre, la revue a atténué son propos, relevant notamment qu'aucune étude n'avait été réalisée sur la "kiné" à domicile.

Elle ajoutait que même si cette "kiné" ne lui paraissait pas justifiée, "les données de l'évaluation ne permettent pas d'exclure des bénéfices sur d'autres critères cliniques".

Dans son communiqué, le Collège de la masso-kinésithérapie, créé le mois dernier pour réunir toutes les composantes (associations et syndicats) de la profession, conteste également la sévérité des effets secondaires relatés par Prescrire.

Il relève notamment qu'aucune fracture de côte n'a été retrouvée dans une étude effectuée sur plus de 4.000 actes réalisés en France. Il reconnaît en revanche que des vomissements peuvent survenir, mais souligne que les de ville respectent scrupuleusement le délai de deux heures entre l'alimentation et la séance, ce qui n'est pas forcément le cas à l'hôpital où les enfants sont alimentés en continu.

"La kinésithérapie n'a jamais eu la prétention de soigner une maladie, d'éradiquer un virus ou une bactérie", ajoute le Collège, qui rappelle que le rôle des kinés consiste à prendre en charge des enfants présentant une obstruction des voies aériennes et intervenir sur l'encombrement.

L'ordre des kinésithérapeutes avait déjà dénoncé au début du mois la "partialité" de l'article de Prescrire et souligné "l'action bénéfique" de la kinésithérapie respiratoire sur les symptômes de la bronchiolite.

Rédaction ActuSoins, avec AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

10 réponses pour “Bronchiolite : les kinésithérapeutes défendent la kiné respiratoire ambulatoire”

  1. Zuleimann Latyr dit :

    désolé pour vous Agnès Bayle,ctte technique vous semble peut ètre barbare,mais l’essentiel reste le résultat,et là,il n’y a pas photo.J’ai apliqué cette méthode sur ma fille à l’àge de 2 mois,et elle n’a jamais plus connu de soucis.Elle en a trente aujourd’hui !!!!!!!!!!!!

  2. Claire dit :

    aprés la séance, du bonheur de voir ce bout de chou respirer correctement!!une preuve de la nécessité de cet acte!! et je ne suis pas kiné

  3. Agnes dit :

    À quel prix l’acte manuel? On se demande si c’est une séance de torture ou un soin… Sur les bébés!!!!!

  4. Mathieu dit :

    ah ces toubibs, ils manquent pas d’air (jeu de mots sans le vouloir)

  5. Guillaume dit :

    en tout cas pour mois ces jours ci la kine respi ça me fait trop du bien!

  6. Christine dit :

    ah bon ?? ils aiment pas ??? c’est bizarre ça !!!

  7. Wilfrid dit :

    Un bon médicament ne remplacera jamais un acte manuel !

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
193 rq / 3,034 sec