31e édition du prix Prescrire : la dignité comme fil rouge

Le 3 octobre, la rédaction de la revue Prescrire a remis son prix annuel aux trois ouvrages de santé les plus pertinents de l’année 2018, toujours dans l’optique d’une meilleure information délivrée aux professionnels de santé et au public.

31e édition du prix Prescrire : la dignité comme fil rouge

Premier ouvrage récompensé : celui de l’historien de Hervé Guillemain, « Schizophrènes au XXe siècle » (éd. Alma), dans lequel il montre que dès le XXe siècle, le diagnostic ne dépendait pas seulement de critères médicaux, mais aussi politiques, administratifs ou sociaux.

S’appuyant sur 500 dossiers de patients auxquels il a pu avoir accès, l’historien choisit de décentrer le propos au profit d’un intérêt marqué pour les trajectoires individuelles. Il dresse ainsi une histoire de la schizophrénie du point de vue des patients eux-mêmes, voix rarement entendues.

Il constate que les parcours de vie des « malades » se fracassent sur l’obsession sociale du « contrôle» de la maladie et de l’enfermement des patients. Le parcours d’Agata, originaire d’Europe de l’Est, internée en 1937 à 40 ans dans l’asile de Saint-Rémy, traduit le besoin de distinguer entre le « bon » et le « mauvais »patient, le curable et l’incurable, l’aigu et le léger… En y apportant une réponse déshumanisée et donc contre-productive.

Le second ouvrage primé est celui de Laureline Coulomb, sociologue, « Le soin des personnes sans domicile » (éd. Presss universitaire de Rennes). A travers cette enquête réalisée tant auprès des soignants que des personnes sans domicile, Laureline Coulomb interroge les représentations et les interactions à l’oeuvre entre ces deux populations. Elle met en avant les nombreux malentendus (approche du corps, de la santé et du temps) qui compliquent la communication.

Tandis que les personnes sans domicile développent une approche empirique de leur santé, les soignants apportent une vision technicisée. Et quand les personnels de soins estiment que les personnes vivant à la rue « refusent » les soins, ces derniers ne perçoivent pas toujours les efforts réalisés par les médecins.

Le troisième ouvrage primé est un petit livret de prévention publié par Bayard, intitulé « Stop aux violences sexuelles faites aux enfants ». A travers des mises en situation concrètes que risquent les enfants et exprimées sous la forme de mini-BD, les deux autrices, Delphine Saulière et Gwenaëlle Boulet, journalistes jeunesse, réalisent un travail éducatif à destination des enfants comme des éducateurs, parents ou professionnels de santé.

Face aux 200000 cas annuels de mineurs victimes de violences sexuelles en France, il est urgent de leur faire comprendre les situations anormales, mais aussi de leur donner des outils pour savoir comment réagir, rompre le silence destructeur, et partant de là, commencer le chemin de la reconstruction.

Pour son édition 2019, le prix Prescrire a récompensé, dans trois domaines très différents, des ouvrages engagés pour la dignité. Des patients, des malades, des citoyens.

Delphine Bauer

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
250 rq / 2,137 sec