Le système de santé français dans la moyenne européenne

| | mots clefs : 3 réactions

Pour la première fois, le HCSP compare l’état de santé des Français et l’efficacité de notre système de santé par rapport à nos voisins européens. Il met en lumière les atouts et proposent des améliorations.

Le système de santé français dans la moyenne européenne« Ni seuls au monde ni les plus privilégiés. En matière de santé, la France est aujourd’hui un pays « moyen », parfois meilleur que certains autres mais pas toujours. »

C’est par ces mots que Roger Salomon, président du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) conclue l’éditorial qui introduit le rapport La santé en France et en Europe : convergences et contrastes, premier du genre à être réalisé par le HCSP.

Conçu comme « une boussole indispensable » pour ceux qui ont des responsabilités en matière de santé publique, il est surtout utile pour comprendre les atouts de notre système de santé mais aussi ses lacunes. Il n’est pas question de se satisfaire de nos bonnes positions sur certains critères mais plutôt de mettre en lumière ce qui peut être amélioré.

Etat de santé des français

Les points positifs

-       L’espérance de vie des Françaises est la plus élevée d’Europe, avec 85,3 ans à la naissance. Celle des hommes atteint 77,8 ans, ce qui nous situe à la 8ème place européenne.

-       La natalité française est dans le trio de tête, avec 12,7 naissances par an pour 1000 habitants.

-       La mortalité sur la route ne cesse de baisser depuis 1980, plaçant la France au 2ème rang des pays dont les routes sont les plus sûres.    À relativiser puisque le nombre de blesser légers est par ailleurs sous-estimé par rapport à l’Allemagne ou le Royaume-Uni.

-       Le taux de mortalité par maladies cardiovasculaires est le plus bas d’Europe.

À améliorer

-       La mortalité périnatale est la plus importante d’Europe, avec 13,9 morts fœtales et néonatales pour 1 000 naissances en 2009. Un résultat qui s’expliquerait notamment par une politique active de dépistage des anomalies congénitales et la pratique d’IMG tardives.

-       La consommation d’alcool, de tabac et de drogues reste très élevée, la France se situant au 4ème rang européen.

-       La mortalité par suicide, la mortalité prématurée (avant 65 ans) et le taux d’accidents du travail sont importants.

-       L’incidence des cancers est particulièrement élevée, ce que les auteurs interprètent par une excellente qualité de dépistage couplée à une relative faiblesse en matière de prévention.

Notre système de soins

Les points positifs

-       La durée moyenne d’hospitalisation est relativement faible par rapport aux autres pays européens, notamment grâce au développement de l’ambulatoire dans les services de cancérologie ou de chirurgie de la cataracte par exemple. Le ratio d’hospitalisations de jour sur les séjours en hospitalisation complète est un des plus élevés de l’UE.

-       La France se situe dans la moyenne haute de l’Union en termes de nombre de lits d’hôpitaux par habitants. Mais la tendance est à la baisse comme partout ailleurs.

 À améliorer

-       Le taux d’équipement en imagerie médicale reste faible, même s’il s’est amélioré ces dernières d’années. Les délais d’attente pour un IRM ou un scanner restent encore très élevés par rapport à la moyenne européenne.

-       Avec 11,2 % de son PIB alloué à la santé en 2008, la France est le pays de européen aux dépenses de santé les plus élevées.

-       La consommation de médicaments est globalement la plus élevée en France.

Ce rapport a été réalisé à partir des indicateurs de santé ECHI (European Community Health Indicators) définis par la Commission européenne pour unifier les données statistiques à l’échelle communautaire. Ils proviennent de diverses bases de données internationales (OMS, Eurostat…) et d’agences spécialisées sur certaines thématiques (cancers, drogues et toxicomanies…) Ils doivent cependant être considérés avec précaution car toutes les données ne sont pas encore harmonisées entre les 27 pays membres. 

Pour aller plus loin :

"La santé en France et en Europe : convergences et contrastes", rapport du Haut Conseil de la santé publique (.pdf)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour “Le système de santé français dans la moyenne européenne”

  1. Emilie Gillet dit :

    Ne regardez pas la bouteille à moitié vide !

    – N’oubliez pas que la France est la meilleure élève européenne concernant les maladies cardiovasculaires, un domaine s’il en est où la prévention, notamment alimentaire, joue un rôle considérable !!

    – Par ailleurs, concernant le cancer, oui l’incidence est très élevée, mais quid de l’influence d’une politique de dépistage très avancée (les auteurs s’interrogent sur ce point d’ailleurs) ? Par ailleurs, je précise aussi que le rapport du HCSP signale que la France a l’un des meilleurs taux de survie à 5 ans au cancer. Donc beaucoup de malades, oui, mais plutôt bien soignés !

    Je ne nie pas les “défauts” de notre système de soins, mais il est crucial de les mettre en perspective si on veut faire évoluer les choses !

  2. coco dit :

    ouais c est moyen moyen tout ca de plus en plus de cancer l alimentation,la pollution,fin voila on tombe vite malade,manque effectif. et avec ça les soins sont couteux donc si ça continue tout ça vas s effondré c est vraiment pas marrant

  3. Hervé dit :

    “Y a mieux, mais y a pire”, semble dire l’article et à travers lui le HCSP… avec le système de santé le plus coûteux, une incidence des cancers parmi les plus élevés, et une mortalité prématurée élevée, il semble qu’on soit parmi les mauvais élèves de l’Europe. Et la prévention, notamment alimentaire dans tout ça ??? 0 pointé pour la France.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
196 rq / 1,395 sec