Formation continue en psychiatrie : Une nécessité ?

Avec une formation initiale parfois jugée insuffisante et un tutorat tombant souvent à l’eau faute de budget, les infirmiers DE qui s’orientent vers la santé mentale se sentent souvent démunis en termes de connaissance et de pratique.

 

Infirmier Formation continue en psychiatrie : Une nécessité ?Une histoire pleine de rebondissements

Tout commence en 1992, avec la suppression du diplôme d’infirmier de secteur psychiatrique.


Trois années de formation professionnelle spécifique sont remplacées par trois années d’études en soins généraux, avec seulement quelques enseignements et quelques stages en psychiatrie. Un parcours unique aboutissant à un diplôme unique : le D.E.

Les infirmiers de secteur psychiatrique, alors dépourvus de leur reconnaissance, se sentent exclus et surtout incompris. « Nous étions traités d’incompétents par les nouveaux à qui l’on inculquait qu’ils savaient tout sur tout » explique Dominique Giffard, infirmier de secteur psychiatrique et créateur du site "psychiatrie infirmière".

Puis, une dizaine d’années plus tard, après de nombreuses revendications, les jeunes DE ou les infirmiers novices en psychiatrie ont de nouveau à se former pour exercer. Dès 2003, une formation de consolidation et d’intégration des savoirs pour l’exercice infirmier en psychiatrie est mise en place. Tous les nouveaux venus en santé mentale sont inscrits obligatoirement à ces séances de stages théoriques.

Puis, un tutorat est instauré en 2006. « Une grosse somme d’argent public a été débloquée dans l’urgence pour que ces IDE soient encadrés, comme pour rattraper les erreurs du passé », souligne Dominique Giffard. « Cela a re-créé du lien entre le personnel et favorisé la transmission des savoirs. Malheureusement, après plusieurs années de mise en place, on se rend compte que certains centres de soins se sont trouvés dans l’impossibilité de le mettre en application, faute de budget ou de personnel», remarque-t-il.

De plus en plus de formations proposées et facultatives

En complément de la consolidation des savoirs, de formations courtes intra-hospitalières et du tutorat, il existe des formations qualifiantes type attestation ou Diplôme Universitaire pour les infirmiers qui souhaitent continuer à se former. Elles s’étalent sur quelques jours ou sur quelques mois et sont en général financées par le biais d’un DIF ou d’un plan formation.

Les infirmiers peuvent ainsi suivre un D.U de Soins en santé mentale à l’université Paris-Est, un D.U de psychothérapie institutionnelle à Paris Diderot ou à Lille, un D.E.S.U (Diplôme d’Etudes Supérieures d’Université) d’exercice des fonctions d’infirmier en psychiatrie et en santé mentale à l’université Paris 8-Vincennes.

Ces diplômes universitaires proposent la poursuite d’une réflexion dans le domaine de la psychiatrie. Par exemple, le D.U d’approfondissement clinique et psychopathologique de l’université Paris Diderot pour 2012/2013, se déroulera sur 320 heures, à raison de 3 jours par mois pendant 18 mois.

L’enseignement proposé se compose de cours magistraux, de conférences, d’ateliers pratiques et de groupes de réflexion. L’obtention de ce D.U. est conditionnée par un contrôle des connaissances à la mi-session sous forme écrite, la participation régulière aux enseignements ainsi que la soutenance d’un mémoire.

Malika Surbled

Pour aller plus loin :

Pour aller plus loin : les formations en santé mentale de nos partenaires

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

25 réponses pour “Formation continue en psychiatrie : Une nécessité ?”

  1. rikko02 dit :

    Ce n’est pas une déclaration de guerre mon champ de compétences étant la psychiatrie et une obédience psychanalytique et je ne m’offusquerai si une IDE était plus compétente en soins techniques en service de chirurgie ou de cardiologie mais dire que IDE équivaut au meme cursus que mon diplome ISP alors danlili tu as du mettre des prothéses pour gonfler ton cerveau lol

    • danlili dit :

      tu as du lire entre les lignes puisque je n ai pas dit que la formation actuelle etait suffisante et equivalent de la formation initiale ISP, ce que j ai dit et que du fait que la formation nous est impose qu une formation complementaire serait necessaire mais apres qq annees de pratique avec une specilisation comme les autres avec des vrais cours de psy! Je disais que aussi que ces années serait utile pour se conforter dans notre domaine de competence!!! mais c’est surement ton diplome ISP te protege forcement des interpretations douteuses!
      Dsl je ne suis que IDE J aurai aime que la formation initiale perdure pour que tu nous prenne au serieux.

  2. rikko02 dit :

    tout à fait d’accord avec toi Marie c’est un art pour les soignants au nirvana de leurs praxies…..

  3. Marie dit :

    La psychiatrie est un art qui nécessite un sens aiguë de l”observation et de la mise en pratique efficace de techniques relationnelles, équivalent a des outils de soins, des bases solides en théorie, sont un vrai plus pour la pratique!!!! Il y a un réel intérêt a être formé dans le domaine…

  4. danlili dit :

    Bon deja de la pub pour faire un DUT que peu de personnes ne peuvent faire du fait de notre profession trop prenant et d’un DIF trop restreignant .(on ne peut meme pas faire une formation pour encadrer les etudiants infirmiers etant dans le DIF!!!!.
    Avec les années d’exercice , je m apercois que la specificité n’est pas de l’ordre d une formation initiale a part mais d’une specialisation apres des années d’exercice comme dans d autres specialités car on a une specificité centrée sur le relationel qui ne va pas de soit pour tout le monde, on s ‘en apercois et on se plaint des collegues qui dirait on “subjectivement ” pas fait pour la profession!
    Cette gueguerre entre ISP et IDE a tjrs ete idiote car la formation generale nous etant impose les IDE ont tjrs ete presenté comme trop polyvalent si ce n’est pour dire incompetent en soin psy et les ISP qui de leur mefiance n’ont pas tjrs contribué au “partage ” des connaissances et de la pratique.
    Le tutorat pour ma part est tombé a l’eau faute de budget de disponibilité du personnel soignant , la seule solution serait je pense une formation de specialisation d’un an apres qq années de pratique mais budget!

  5. Rikko 02 dit :

    J’ai 50 ans cette année, diplomé ISP depuis 1989 ,avant expérience professionnelle dansbureau d’études ‘DUT Génie Mécanique” puis aprés une analyse je me suis tournée vers l’essentiel de ma vie servir les plus démunis,les rebus de notre société comme dans” midnight express” les mauvaises machines celles qui tournent à contre sens.Actuellement je suis en hopital de jour ou j’ai des activités thérapeutiques comme l’équitation,le sport, le chant, le théatre,l’informatique et un journal de patients pour les patients et leurs famille,comme je sais bricoler les VAD sont simples à faire et sans ressenti persécutif de la part des pateints en association nous refaisons les appartements et les démènagements de nos patients à titre gracieux.Sur 5 infirmiers à l’hopital de jour nous ne sommes plus que 2 “psy” les autres des DE sans aucun engagement sans amour et sacerdoce de notre profession seulement etre à la journée et ses week end la belle affaire de plus leurs manques de formations et d’informations et de curiosités intellectuelles elles se confinent à s’assoir au bureau à critiquer les autres …la peur de la maladie et l’obscurantisme regnant creusent un énorme fossé entre le ressenti des patients…De plus étant DE ne veulent en aucune manière entendre nos praxies.Et enfin elles sont souvent dans des réunions pour parler des patients sans aucune cliniques et connaissances nosographiques….

  6. mathieu dit :

    Je regrette moi aussi qu’on ait jeté cette formation spécifique de qualité aux oubliettes, je suis pourtant diplômé de 2003. On a uniformisé le soin de cette façon et on a appauvri la richesse de notre profession. La nouvelle formation va dans ce sens aussi. Une formation de deux ans en plus du diplôme pourrait permettre de se spécialiser et d’enrichir les prises en charge et de former correctement les soignant nouvellement diplômés qui savent parler anglais mais ignorent ce qu’est la psychiatrie.

  7. antiordre dit :

    quelle honte la formation unique mise en place en 1995 cette date est le début de la fin depuis cette date la formation d’infirmière n’a cessait de se dégrader pour aboutir à la misère que l’on constate aujourd’hui les grands penseurs de la profession ont complètement oublié ce dont avait besoin le terrain de professionnels

  8. Aleks dit :

    Et comme en plus il devient de plus en plus difficile d’obtenir des formations continues par gel de budgets…

  9. Aleks dit :

    La polyvalence c’est bien certes mais y a des limites maintenant être un peu bon partout bof bof. Peut-être que des fois et dans certains domaines vaut mieux être excellent et spécialisé…

    • misskitty dit :

      pas faux mais la polyvalence sert à la mobilite inter etablissement. je ne veux pas etre catalogué infirmiere specialisé en cardio car un jour je peux esperer travailler en diabeto, en psy ou aux urgences ou peut etre changer d’hosto et de region. l’hyper specialisation a du bon mais elle enferme l’IDE dans une seule et unique categorie

  10. Marie dit :

    je suis ide en soins generaux(je n aime pas ce terme car je suis avant tout une infirmiere qui revendique la polyvalence et justement notre metier est suffisament vaste pour nous permettre de prendre soin dans n importe quel secteur au gre de nos souhaits. l important reste le respect de la personne soignee. Donc pas besoin de debat y a de la place pour toute les envies.

    • misskitty dit :

      enfin un commentaire serieux. Evidemment en soins generaux, on prend en charge pour des pathologies aigue ou chronique des psys. et inversement, en psychiatrie, une partie des soins sont des traitements et soins de pathologie chronique (diabete, insuffusance cardiaque ou respi)…
      on a obligation de se former don pas besoin de debat

  11. […] viaFormation continue en psychiatrie : Une nécessité ? | ActuSoins l’actu infirmière. Share this:PrintEmailJ'aimeJ'aime  Cette entrée a été publiée dans Plan psychique. Ajouter aux Favoris le permalien. ← Les médecins libéraux se convertissent au paiement à la performance – LeMonde.fr […]

  12. Stéphanie dit :

    j’ais le DE commun et il me serre beaucoup après avoir travaillé en psy pour démarrer de la médecine des urgences et pour finir du long séjour des cas psy ils y en a partout c’est dommage cette réforme les étudiants ne savent pas reconnaîtrent ou parler à un malade psy

  13. Réjane dit :

    quand on est psy on à tout un cursus pour obtenir le de pourquoi pas la même chose pour la psychiatrie je plains les infirmières qui arrivent dans les services

  14. Réjane dit :

    bien sur çà n’est pas le même métier!

  15. Marnia dit :

    la psychiatrie est à mon sens une spécialité à part entière. Que l’on est à un moment un cursus commun ok mais pour les ide qui veulent vraiment travailler dans ce milieu il serait intéressant d’avoir une spécialisation

  16. Mireille dit :

    psychiatrie ou soins généraux, la formation continue est une nécéssité pour se remettre en question et évoluer dans notre manière de soigner, d’être dans le soin, de faire le soin et vivre le soin ; la notion de “pour” ou “contre” est nulle en ce sens, si l’on veut “être” et “rester soignant”…

  17. Ludi dit :

    Après le DE les ide qui souhaite bosser au bloc ou devenir puèr on droit à une formation supplémentaire alors pourquoi les ide souhaitant bosser en psy n’y aurait pas droit.

  18. Marie dit :

    peu importe formation unique ou pas, l’important c de continuer a se former souvent par soi meme et il ne faut pas oublier que se sont des etres humains dont on s ‘occupe^^

  19. Marie dit :

    suis pas tout a fait d’accord, ca ne fait que creuser le fosse en les ide dit “de secteur psy” et les ide dit “de soins generaux” les uns ne comprennant pas le travail des autres et la prise en charge des patients atteints de pathologie mentale s’en trouve alteree quand ils sont hospitalises dans les services de soins generaux.

  20. Marie-France dit :

    Travaillant en psy depuis plus de 30 ans je trouve que c’est une belle connerie de faire une formation unique !!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
507 rq / 2,968 sec