Epidémie de Dengue : Faits et chiffres

Face à l'épidémie de Dengue en Guadeloupe et en Martinique la plus importante de la décennie, Roselyne Bachelot est sur place aujourd'hui. L'occasion de faire le point sur quelques chiffres et sur une pathologie parfois mal connue des métropolitains.

Epidémie de Dengue: Faits et chiffres

Crédit photo: DR

Toujours active aux Antilles, l'épidémie continue au rythme d'environ 4000 nouveaux cas par jour, même si la troisième semaine d'août marque un repli (2900 cas), selon le bulletin épidémiologique de l'institut national de veille sanitaire (InVS) du 26 aout. Toutefois, ce dernier précise que "la modification très récente de la dynamique épidémique peut-être transitoire et nécessite d’être confirmée dans les semaines qui viennent."

Quelques chiffres

Le taux d'hospitalisation des patients atteints est de 0.8% et demeure inférieure à la précédente épidémie de 2007. Parmi ces patients hospitalisés, environ la moitié (114 cas) présente une forme grave, caractérisée notamment par la forme hémorragique de la pathologie ou un syndrome de choc. L'InVs a référencé 5 décès imputables à la Dengue depuis le début de l'épidémie. La proportion d’enfants âgés de moins de 15 ans parmi les cas biologiquement confirmés hospitalisés est comprise entre 45 et 60%.

Abondamment évoquées par les médias généralistes, les formes graves restent donc rares, même si la forme simple, matérialisée par un syndrome grippal a des répercussions sociales non négligeables.

La pathologie et son vecteur

Maladie infectieuse virale, la dengue sévit dans les Caraïbes et sur le continent latino-américain, en Océanie, dans les îles du Pacifique Sud et de l’Océan Indien, en Asie du Sud et du Sud-est, et, à un moindre degré, dans les pays de l’Afrique intertropicale.  Ce virus circule régulièrement dans les départements français des Amériques (Martinique, Guadeloupe, Guyane), dans les iles françaises du pacifique et de l’océan indien. Aedes albopictus est également présent depuis 2004 dans le sud de la France métropolitaine. Une circulation de la dengue dans ces départements suite à l’introduction du virus par un voyageur malade est donc possible.

La dengue est transmise à l'homme par un moustique diurne de type Aedes (Aedes aegypti, Aedes albopictus, Aedes polynesiensis), infecté. Il n'existe pas de transmission direct d'humain à humain. Plusieurs sérotypes de virus existent, toutefois dans le cas de l'épidémie actuelle, le virus DENV-1 est retrouvé dans 99% des cas.

Les symptômes sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) se manifestent dans les 3 à 14 jours (4 à 7 jours en moyenne) qui suivent la piqure par le moustique.

3 éléments permettant d'objectiver une contamination:

  • fièvre supérieure à 38,5°C d’apparition brutale évoluant depuis moins de 7 jours, en l’absence de tout point d’appel infectieux
  • au moins un signe algique (céphalées, arthralgies, myalgies, lombalgies, douleur rétro-orbitaire)
  • confirmation biologique (IgM positives ou RT-PCR positive ou isolement viral)

Le traitement est symptomatique, et associe paracetamol, hydratation (Intraveineuse en cas de déshydratation avec vomissements)
Dans les formes graves, il peut être nécessaire de corriger un choc hémodynamique ou de transfuser des plaquettes face à une thrombopénie sévère.
Devant le risque de syndrome hémorragique, la prise d'aspirine est formellement contre-indiquée

Pour aller plus loin:

Bulletin de l'InVs n° 2010-33 (26 aout 2010)

Dépliant "grand public" sur les mesures de protection édité par le ministère de la santé

Informations destinées aux professionnels de santé (ministère de la santé)

Sébastien Bondi

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
284 rq / 2,679 sec